L’immigration ça compte à Chatham-Kent, en Ontario

#ImmigrationÇaCompte à
Chatham-Kent, en Ontario

Voici un exemple historique de la façon dont le Canada s’est développé grâce à l’immigration. En 1853, Abraham D. Shadd a immigré au Canada, où son succès et son influence ont créé des possibilités pour de nombreux autres Canadiens noirs.

Prêcher par l’exemple : le nouvel arrivant du 19e siècle a lancé une tradition familiale d’engagement communautaire qui se perpétue

image décrite ci-dessous

École à North Buxton, 1861. Image fournie par le Lieu historique national du Canada de l’Établissement-Buxton.

Lorsqu’Abraham D. Shadd, un abolitionniste noir, a émigré des États-Unis au Canada, il s’est retrouvé dans une communauté noire florissante.

Cette communauté avait été fondée par William King, un Américain qui avait hérité de 15 esclaves et qui s’était installé au Canada en 1849 pour les affranchir. Établie dans ce qui est aujourd’hui la municipalité de Chatham-Kent, la région a été nommée Buxton en l’honneur de l’abolitionniste britannique Sir Thomas Fowell Buxton. Les anciens esclaves de King comptent parmi les premiers habitants de la ville; ces familles noires ont acheté des terrains de 50 acres pour les défricher et les cultiver, et la ville a prospéré.

L’éducation en était la pierre angulaire. L’école de missionnaires de Buxton offrait aux anciens fugitifs et à leurs enfants une éducation de haute qualité. La réputation de l’école a suscité l’intérêt de colons européens voisins, qui ont demandé à ce que leurs enfants aient eux aussi la permission de la fréquenter. L’école de district a finalement fermé, et l’école de missionnaires de Buxton est devenue la seule école intégrée de la région.

Abraham arrive à North Buxton

En tant que Noir libre, Abraham avait élevé ses enfants à Westchester, en Pennsylvanie, afin qu’ils puissent recevoir une bonne éducation dans une école Quaker. (Ses enfants allaient devenir des professionnels en droit, en journalisme, en enseignement et en médecine.)

Abraham est parti pour le nord, motivé, entre autres, par la promulgation en 1850 de la Loi des esclaves fugitifs, par le Congrès des États-Unis, qui autorisait les chasseurs d’esclaves et de primes à capturer les esclaves évadés et les Noirs libres et de les asservir de nouveau. Il s’est établi à Buxton en 1853, convaincu que lui et sa famille y avaient de meilleures chances de refaire leur vie.

Se hisser au sommet

À l’époque de son arrivée à Buxton, la ville possédait déjà une scierie, un moulin à broyer le grain, des manufactures de potasse et de carbonate de potasse résiduaire, une briqueterie, une forge, un hôtel et une mercerie. Cela dit, Abraham n’a pas mis longtemps à se faire un nom et à devenir un chef de file dans cette localité florissante. Il a construit une école publique sur les terres de sa ferme familiale, a assuré financièrement son fonctionnement et est devenu le premier Noir élu à une charge publique au Canada en siégeant au conseil du canton de Raleigh.

Il a mis ses propres outils et appareils à la disposition des agriculteurs de la région qui en avaient besoin afin de les aider à prospérer. Devant l’hésitation de la compagnie de chemin de fer à rembourser les agriculteurs ayant perdu leurs récoltes à cause d’incendies déclenchés par les étincelles d’un train passant près des champs, il a mené une campagne visant à obtenir réparation. Il a lui-même financé cette bataille juridique qu’il a perdue.

Bâtir la collectivité, favoriser la liberté

Abraham a aussi occupé le poste de scrutateur aux élections du canton de Raleigh. Il a également été membre de la loge maçonnique et a contribué considérablement à son œuvre pendant les premières années où les anciens esclaves affluaient vers le sud-ouest de l’Ontario en quête de liberté.

Aujourd’hui encore, le noyau de la famille Shadd vit à North Buxton. Les descendants d’Abraham ont hérité de ses aptitudes naturelles pour le leadership, gravitant vers des postes influents et poursuivant la tradition philanthrope.

Buxton est devenue l’une des colonies de réfugiés noirs les plus prospères. Beaucoup de diplômés de son école sont devenus enseignants, médecins, avocats, législateurs et autres professionnels. La population de Buxton a atteint plus de 2 000 habitants, presque tous des descendants d’esclaves affranchis et fugitifs s’étant enfuis des États-Unis par le chemin de fer clandestin.

Profil d’immigration : Chatham-Kent, Ontario

Faits en bref

  • Les immigrants de Chatham-Kent représentent environ 9 % de la population.
  • Le Mexique est le principal pays d’origine des immigrants s’installant à Chatham-Kent, suivi du Royaume-Uni et des Pays-Bas.
  • Près de la moitié (46 %) de tous les immigrants qui se sont établis à Chatham-Kent entre 1980 et 2016 sont parrainés par leur famille, plus d’un tiers (35 %) appartiennent à la catégorie de l’immigration économique, et 14 % sont des réfugiés.

Le saviez-vous?

  • Constituant un phare pour ceux qui ont emprunté le chemin de fer clandestin au milieu des années 1800, Chatham-Kent comptait la plus grande concentration d’immigrants et de réfugiés noirs au Canada.
  • Une des filles de M. Shadd, Mary Ann Shadd Carey, s’est établie à Chatham-Kent et y a fondé le journal « The Provincial Freeman ». Elle a été la première rédactrice en chef noire d’un journal en Amérique du Nord et la première femme au Canada à occuper un tel poste.

Ce qui pourrait aussi vous intéresser ...

Transformer la vie des adolescents de Windsor

Originaire d’Érythrée, Mehari Hagos gagne sa vie comme propriétaire de gymnase, mais estime que sa véritable vocation consiste à aider les enfants de Glengarry à réussir dans la vie.

Nourrir le suivant, un sandwich à la fois

Le propriétaire d’un restaurant de Toronto offre aux clients une façon unique d’aider à nourrir les personnes dans le besoin et à bâtir une communauté forte – le tout pour moins de 4 $.

Amasser des fonds pour subvenir aux besoins des citoyens de Sudbury

Inspirée par sa mère, Bela Ravi travaille sans relâche pour amasser des fonds pour faire une différence dans la vie de citoyens de Sudbury.

Voir tous les récits

Suivi de l’immigration au Canada

Que fait l’immigration pour notre pays?

En savoir plus

Système d’immigration du Canada

Comment sélectionne-t-on les immigrants et favorise-t-on leur réussite?

En savoir plus

Assurer la croissance du Canada

Comment les immigrants contribuent-ils dans les champs du sport, des affaires et de la santé?

En savoir plus

L’immigration et nos économies locales

Quel rôle joue l’immigration dans les économies locales?

En savoir plus

 Obtenez des mises à jour par courriel

Obtenez les nouveaux récits de l’#ImmigrationÇaCompte, des infos sur des activités et des mises à jour.

Abonnez-vous

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :