#ImmigrationÇaCompte à
Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard

Un nouveau souffle est donné à un club de patinage sur le point d’être fermé à Charlottetown par la participation enthousiaste de la communauté chinoise.

Donner un nouveau souffle au club de patinage de Charlottetown

Donner un nouveau souffle au club de patinage de Charlottetown

Cette vidéo est aussi disponible en HD sur YouTube. Commentez-la, partagez-la dans votre réseau social ou incorporez-la dans votre site.

Transcription : « L’immigration, ça compte à Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard »

Durée de la vidéo : 2 minutes, 31 secondes

Tout au long de la vidéo, on entend une mélodie au piano et aux instruments à cordes.

La vidéo commence par une vue surplombant la baie de Charlottetown, des vagues s’écrasant sur les rochers. Une rue où se trouvent des maisons colorées et le clocher d’une église apparaît.

Texte affiché : « L’immigration, ça compte à Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard »

D’anciennes photos de groupes de jeunes patineurs apparaissent.

Amy : Le club de patinage de Charlottetown existe depuis près de 60 ans.

Amy lève les yeux vers la patinoire. Amy marche près de la patinoire; elle parle à quelqu’un.

Texte affiché : « Amy MacMillan, ancienne présidente, club de patinage de Charlottetown »

Amy : Quand j’y pense, lorsque j’étais une jeune membre du club, les choses n’étaient pas aussi dispendieuses.

Les enfants arrivent sur la patinoire. Les jeunes membres d’une équipe de hockey patinent sur la patinoire. Des patineurs artistiques adolescents s’entraînent sur la patinoire. Une affiche apparaît sur laquelle on peut lire « Charlottetown Skating Club ».

Amy : Les coûts pour la patinoire, ou les frais d’inscription, n’étaient pas aussi élevés. Il y a environ 10 ans, de nouveaux sports sont apparus et sont devenus populaires, ce qui a entraîné une augmentation des coûts du temps de glace. Nous avons donc dû augmenter les frais d’inscription pour pouvoir couvrir les coûts des programmes de patinage.

Un couloir d’aréna vide, des gradins vides et une patinoire vide apparaissent.

Amy : Il y a 8 ou 9 ans environ, le nombre d’inscriptions du club était à son plus bas.

Fondu au noir.

Anne Marie hoche la tête et parle à quelqu’un hors cadre.

Texte affiché : « Anne Marie Hennessey, coordonnatrice de Patinage Plus (CanSkate), club de patinage de Charlottetown »

Anne Marie : Nous avons commencé à discuter de ce que nous allions faire, car nous ne voulions pas vivre une autre année comme celle-là.

Une Zamboni passe sur la patinoire vide.

Richard, portant sa petite fille, entre dans une épicerie. Il salue Anne Marie.

Anne Marie : Un des membres de notre programme junior, ses parents possèdent une épicerie asiatique.

Texte affiché : « Richard Yu, propriétaire de TopFresh Asian Grocery »

Richard parle à Anne Marie dans le magasin. Anne Marie l’écoute attentivement.

Anne Marie : Il est venu nous voir pour nous demander des renseignements sur le programme Patinage Plus et, pendant la conversation, il nous a suggéré d’utiliser son magasin pour les inscriptions.

La façade de l’épicerie asiatique apparaît.

Fondu au noir.

Série de photos d’archives : Une femme aide une autre femme à s’inscrire. Anne Marie examine les formulaires d’inscription. Un groupe de personnes se fait prendre en photo.

Anne Marie : La réponse était énorme. Nous n’étions pas vraiment préparés à obtenir autant d’inscriptions. Beaucoup de personnes se sont présentées. Elles voulaient patiner dès le lendemain.

Anne Marie parle tout en nous faisant visiter le magasin. Les gens font leurs courses. Anne Marie parle et rit, assise au volant d’une voiture.

ANNE MARIE (riant) : J’ai envoyé un texto à mon mari pour lui dire « Tu dois venir ici. Il y a une file d’attente pour s’inscrire au patinage! ».

Fondu au noir.

La patinoire est couverte de jeunes patineurs. Anne Marie parle à un collègue et montre du doigt la patinoire en souriant.

Anne Marie : Depuis, nos places sont remplies chaque année. Nous avons été tellement impressionnés par le nombre de personnes qui voulaient apprendre à patiner.

Un jeune garçon court joyeusement vers une table remplie d’insignes. Il prend son insigne et s’en va. Une jeune fille, accompagnée de sa mère, prend son insigne.

JD patine avec un de ses élèves.

Texte affiché : « JD Gilmour, entraîneur, club de patinage de Charlottetown »

JD surveille les gens sur la patinoire. JD patine à reculons.

JD : Il y a eu un afflux massif de patineurs dans notre club, et le fait de les voir si mobilisés et tomber amoureux de ce sport me ramène à mes débuts. J’ai l’impression de retomber amoureux du patinage.

Fondu au noir.

Daniel fait des pirouettes et saute sur ses patins.

Texte affiché : « Daniel Yang, patineur, club de patinage de Charlottetown »

JD tient Daniel debout sur la glace. Daniel fait une pirouette sur un patin.

JD : Daniel est l’un des enfants les plus assidus avec qui j’ai travaillé, et je pense que cela a vraiment eu un effet positif sur les autres patineurs, parce qu’ils le voient travailler fort, et ils le voient exceller et s’améliorer. Il les a donc un peu motivés à se mettre à la tâche.

Daniel glisse rapidement sur la patinoire. Daniel fait un saut et atterrit sur un patin. Daniel sourit à JD.

JD et Daniel patinent sur la glace, en parlant et en riant. Daniel exécute avec brio une pirouette sur la glace.

JD : Nous pensons qu’il va franchir assez rapidement les niveaux de compétition. Je sais que son objectif est de patiner aux championnats nationaux et peut-être de représenter le Canada, et je pense qu’il pourra y arriver s’il continue sur cette lancée.

Deux mères regardent vers la patinoire. Une jeune fille apprend à patiner. Deux jeunes enfants marchent d’un pas hésitant sur la glace. Un jeune patineur exécute un petit saut. Un parent envoie la main à son fils.

JD : Je pense que, pour beaucoup de nouveaux arrivants, il s’agit de leur première expérience de la neige et de la glace. Ils vivent un choc quand ils arrivent ici. Il fait froid, c’est humide et un peu inconfortable, mais ils voient la joie que les Canadiens ont à patiner sur la glace. Selon moi, beaucoup de nouveaux arrivants associent cela à l’identité canadienne.

Richard riant avec sa famille. Un groupe de jeunes patineurs se fait prendre en photo sur la glace.

Une vue aérienne de la baie de Charlottetown apparaît.

Fondu au noir.

Texte affiché : « Les immigrants enrichissent nos communautés. »

Fondu au noir.

Texte affiché : « Partagez votre histoire #ImmigrationÇaCompte; Facebook : @CitImmCanFR; Twitter : @CitImmCanFR; Instagram : @CitImmCanFR »

Fondu au noir.

Texte affiché : « Canada.ca/immigration-ca-compte »

La signature d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada et l’avis du droit d’auteur « Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, 2019. » s’affichent à l’écran, suivi du mot-symbole « Canada ».

Profil d’immigration : Charlottetown, Île-du-Prince-Édouard

Faits en bref

  • Les immigrants à Charlottetown représentent près de 10 % de la population.
  • La Chine est le plus important pays source d’immigrants venant à Charlottetown, suivie du Royaume-Uni et des États-Unis.
  • Plus des trois quarts des immigrants arrivés à Charlottetown entre 1980 et 2016 étaient des immigrants appartenant à la catégorie de l’immigration économique, alors que 12 % étaient parrainés par des familles et 12 % étaient des réfugiés.

Le saviez-vous?

  • Les langues non officielles les plus parlées à Charlottetown sont le mandarin, l’arabe et le néerlandais.

Ce qui pourrait aussi vous intéresser ...

Accueillir les femmes dans les technologies

Née en Allemagne, Ulrike Bahr-Gedalia a immigré au Canada en provenance d’Israël en 2002. Depuis, elle fait partie intégrante des efforts de la Nouvelle-Écosse pour faire augmenter le nombre de femmes occupant des emplois dans le secteur des technologies.

Rassembler la communauté, un plat à la fois

Inspiré par l’abondance d’ingrédients locaux de la région de St. Andrews, un chef suisse nous fait goûter au monde dans une auberge historique, tout en épaulant l’industrie de l’aquaculture.

Innover et recruter à Terre-Neuve

Deux immigrants à Terre-Neuve-et-Labrador se sont associés pour créer HeyOrca, une entreprise de technologie prospère qui emploie maintenant 25 personnes et contribue à la communauté des entreprises en démarrage de St. John’s.

Voir tous les récits

Suivi de l’immigration au Canada

Que fait l’immigration pour notre pays?

En savoir plus

Système d’immigration du Canada

Comment sélectionne-t-on les immigrants et favorise-t-on leur réussite?

En savoir plus

Assurer la croissance du Canada

Comment les immigrants contribuent-ils dans les champs du sport, des affaires et de la santé?

En savoir plus

L’immigration et nos économies locales

Quel rôle joue l’immigration dans les économies locales?

En savoir plus

 Obtenez des mises à jour par courriel

Obtenez les nouveaux récits de l’#ImmigrationÇaCompte, des infos sur des activités et des mises à jour.

Abonnez-vous

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :