#ImmigrationÇaCompte à
Prince Albert, en Saskatchewan

La Dre Lalita Malhotra, originaire de l’Inde, a mis au monde plus de 10 000 bébés au Canada. Au fil des ans, elle a établi des liens si étroits avec la communauté autochtone locale qu’on l’a nommée « l’Ange du Nord ».

« L’Ange du Nord » met au monde sa troisième génération de bébés

image décrite ci-dessous

Dre Malhotra

Ce ne sont pas tous les médecins qui sont motivés à travailler 80 heures imprévisibles par semaine et à se lever au milieu de la nuit. Mais la Dre Lalita Malhotra n’est pas un médecin comme les autres.

Cette gynécologue obstétrique originaire de Delhi, en Inde, vit au Canada depuis 1975. Elle s’est alors établie à Prince Albert, en Saskatchewan, avec son mari, qui est pédiatre. Elle y travaille en obstétrique depuis déjà plus de 40 ans, et elle en est pratiquement à sa troisième génération de bébés.

« Je devrais réduire mes heures, dit-elle, mais l’obstétrique est toute ma vie, et j’adore ce que je fais. »

Formée comme médecin et vivant au Royaume-Uni avec son mari à une époque où les immigrants ne pouvaient pas devenir consultants médicaux dans ce pays, elle a fait le choix évident d’émigrer au Canada. Ils se sont d’abord établis en Ontario, où son mari a été recruté par d’autres médecins formés en Grande-Bretagne afin d’exercer à Prince Albert.

Mais dans les années 1970, le corps médical de Prince Albert était dominé par des hommes, et les immigrants étaient peu nombreux. Il était difficile d’être reconnu. La Dre Malhotra a ouvert son propre cabinet, et le bouche-à-oreille a fait le reste. Sa démarche se distinguait par une écoute active.

« J’ai toujours cru important de regarder les patients dans les yeux lorsque je leur demande ce qui les tracasse, dit-elle. Ils peuvent présenter une amygdalite, mais le vrai problème pourrait être ailleurs. »

Prendre soin des femmes autochtones et de leurs bébés

« Bien des membres des Premières Nations ne se sentent pas à l’aise avec les médecins et les hôpitaux. Il leur est difficile de faire confiance aux figures d’autorité à cause de l’oppression passée. Mais la Dre Malhotra a eu une grande influence dans la vie de ces femmes et dans la collectivité, car elle ne les juge pas et ne les méprise pas. Elle les soutient quoiqu’il arrive. »
– La Dre Cora Mirasty, médecine résidente d’origine crie, elle-même mise au monde par la Dre Malhotra

Au fil du temps, la Dre Malhotra a gagné la confiance et l’admiration de ses patients à Prince Albert, au point où les aînés autochtones lui ont récemment remis une couverture traditionnelle Star Blanket, considérée comme la plus grande marque d’honneur. Elle a également reçu l’Ordre de la Saskatchewan et l’Ordre du Canada, et a été proclamée citoyenne de l’année à Prince Albert en 2008. En plus de son cabinet médical, elle est juge de la citoyenneté et préside quelques cérémonies de citoyenneté chaque année.

Sur le plan professionnel, elle continue toujours à mettre au monde des bébés et à collaborer avec des dirigeants autochtones relativement à des projets visant à améliorer la santé globale de la communauté.

« Nous sommes chanceux qu’elle ait une clinique ici à Prince Albert, dit l’ancien grand chef Ron Michel. Elle prend grand soin de nos jeunes mamans et de nos bébés, ce qui est très important étant donné tous les problèmes. »

La Dre Malhotra dit que lorsque son mari et elle sont arrivés à Prince Albert, il n’y avait que 3 ou 4 autres familles venues de l’Inde. Aujourd’hui, il y a beaucoup d’immigrants dans la région et bon nombre d’entre eux sont propriétaires d’entreprises. En tant que juge de la citoyenneté, elle dit aux nouveaux arrivants qu’il n’y a rien qu’ils ne puissent accomplir au Canada s’ils travaillent fort.

« Je dis aux nouveaux Canadiens : prenez tout comme un privilège, non pas comme un droit ».

Profil d’immigration : Prince Albert, Saskatchewan

Faits en bref

  • Les immigrants de Prince Albert représentent environ 7 % de la population.
  • Les Philippines sont le principal pays d’origine des immigrants s’installant à Prince Albert, suivi de l’Inde et du Royaume Uni.
  • Plus d’un tiers (69 %) des immigrants qui se sont établis à Prince Albert entre 1980 et 2016 appartiennent à la catégorie de l’immigration économique. Environ 17 % sont des réfugiés, et 14 % sont parrainés par leur famille.

Le saviez-vous?

  • La ville de Prince Albert a été baptisée par le révérend James Nisbet, lui même immigrant d’Écosse, qui a aidé à établir la communauté en 1866.

Ce qui pourrait aussi vous intéresser ...

Stimuler l’économie dans une petite ville de la Saskatchewan

L’histoire d’une immigrante néerlandaise qui a créé des emplois et stimulé l’économie dans une petite ville des Prairies.

Raconter l’histoire de la communauté francophone du Manitoba

Une immigrante et historienne reçoit l’Ordre du Manitoba en reconnaissance de ses efforts pour aider à préserver la culture francophone dans cette province.

Amasser des fonds pour subvenir aux besoins des citoyens de Sudbury

Inspirée par sa mère, Bela Ravi travaille sans relâche pour amasser des fonds pour faire une différence dans la vie de citoyens de Sudbury.

Voir tous les récits

Suivi de l’immigration au Canada

Que fait l’immigration pour notre pays?

En savoir plus

Système d’immigration du Canada

Comment sélectionne-t-on les immigrants et favorise-t-on leur réussite?

En savoir plus

Assurer la croissance du Canada

Comment les immigrants contribuent-ils dans les champs du sport, des affaires et de la santé?

En savoir plus

L’immigration et nos économies locales

Quel rôle joue l’immigration dans les économies locales?

En savoir plus

 Obtenez des mises à jour par courriel

Obtenez les nouveaux récits de l’#ImmigrationÇaCompte, des infos sur des activités et des mises à jour.

Abonnez-vous

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :