#ImmigrationÇaCompte à Halifax, en Nouvelle-Écosse

La mission de Mark Saldanha est de réaffirmer la dignité des Canadiens sans abri en leur témoignant amitié, respect et compassion.

Amener l’amour et la gentillesse dans les rues d’Halifax

image décrite ci-dessous

Mark Saldanha

Mark Saldanha avait 5 ans lorsqu’il a immigré au Canada de l’Inde, en passant par le Koweït, avec ses parents. Il est retourné en Inde en tant que visiteur assez souvent pour savoir à quoi ressemble l’extrême pauvreté. Mais rien de ce qu’il y a vu au fil des ans n’a diminué sa compassion pour les gens qui vivent dans les rues d’Halifax.

« Il n’est pas nécessaire d’aller en Inde pour voir des gens qui souffrent », dit Mark, aujourd’hui âgé d’une vingtaine d’années et récemment diplômé en neurosciences de l’Université Dalhousie. « Il y a aussi des gens ici, à Halifax. »

Selon Mark, la pauvreté n’est pas nécessairement seulement matérielle. « L’un des plus grands besoins humains est de bâtir des relations et de se sentir aimé », dit-il. Il pense qu’il y a beaucoup de gens qui vivent dans la solitude au Canada.

Pour remédier à la situation, il a fondé Greater Love, un organisme sans but lucratif voué à fournir de la nourriture et de la compagnie aux résidents d’Halifax aux prises avec l’itinérance.

Greater Love a vu le jour lorsque Mark a demandé à des amis s’ils voulaient se joindre à lui pour discuter avec des sans-abri sur Spring Garden Road, au centre-ville d’Halifax.

« Mark Saldanha a un très grand cœur et se concentre toujours sur les autres. Il a ce sourire doux, cet esprit calme qui attire totalement les gens, et un cœur énorme pour tendre la main et aider. »

Bill Scollard, directeur, équipe de formation de disciples, paroisse St. Benedict

« C’était très simple », dit Matt Campbell, un membre de Greater Love. « Nous nous sommes promenés dans la rue en nous approchant des sans-abri, en leur offrant des muffins, en leur donnant l’heure du jour et en parlant avec eux aussi longtemps qu’ils le voulaient. »

Au fur et à mesure que l’idée a fait son chemin, de plus en plus d’étudiants ont voulu participer. Enfin, Greater Love est devenue une société officielle de l’Université Dalhousie comptant plus de 100 membres, et Mark l’a enregistrée comme organisme sans but lucratif.

« Notre but est de montrer aux gens qu’ils sont aimés et de nouer des amitiés et des relations avec eux », explique-t-il. « Nous apprenons à nous connaître et à raconter nos histoires ».

Lancer Greater Love n’était pas sans défis. L’une des principales difficultés a été de définir la place de l’organisme parmi d’autres qui s’attaquent aux problèmes liés à l’itinérance.

Dès le début, les gens ont insisté pour que Greater Love aide les gens à sortir de la rue et à trouver un logement ou un travail. Mais Mark a découvert que bien que de nombreuses organisations travaillaient déjà sur ces aspects, seul Greater Love se concentrait uniquement à montrer à ces personnes que quelqu’un se souciait d’elles.

« Nous n’avons trouvé aucune autre organisation qui était là simplement pour les aimer là où ils sont », dit-il. « Notre but principal est l’amitié. »

Mark espère aller à l’école de médecine, mais il prend d’abord une année de congé pour faire croître Greater Love et ouvrir des sections locales dans d’autres régions du Canada.

Il a déjà reçu de nombreux prix, dont le Prix humanitaire jeunesse de la Croix-Rouge canadienne et le prix hors campus de l’Université Dalhousie pour service d’élite et bénévolat. Il figure sur la liste des 25 meilleurs immigrants des Maritimes de My East Coast Experience et fait partie des Fabulous Four Under 40.

« Les gens que nous aidons nous remercient de les traiter comme des êtres humains », dit Mark. « C’est ce qui compte le plus pour nous. »

Profil d’immigration : Halifax, Nouvelle-Écosse (région métropolitaine de recensement)

Faits en bref

  • Les immigrants à Halifax représentent pres de 10 % de la population.
  • Le Royaume-Uni est le principal pays d’origine des immigrants s’installant à Halifax, suivi des États-Unis et de la Chine.
  • Plus de la moitié (60 %) de tous les immigrants arrivés à Halifax entre 1980 et 2016 étaient de la catégorie de l’immigration économiques, tandis que près du quart étaient parrainés par leur famille, et 15 % étaient des réfugiés.

Le saviez-vous?

  • En 2017, les immigrants représentaient la grande majorité de la croissance démographique nette à Halifax.

Ce qui pourrait aussi vous intéresser ...

Accueillir les femmes dans les technologies

Née en Allemagne, Ulrike Bahr-Gedalia a immigré au Canada en provenance d’Israël en 2002. Depuis, elle fait partie intégrante des efforts de la Nouvelle-Écosse pour faire augmenter le nombre de femmes occupant des emplois dans le secteur des technologies.

Créer des liens entre les forces de l’ordre et la communauté noire

Le gendarme Fredrick Mubiru de la Gendarmerie royale du Canada contribue au pays qui lui a offert une protection en protégeant les autres.

Donner un nouveau souffle au club de patinage de Charlottetown

Un nouveau souffle est donné à un club de patinage sur le point d’être fermé à Charlottetown par la participation enthousiaste de la communauté chinoise.

Voir tous les récits

Suivi de l’immigration au Canada

Que fait l’immigration pour notre pays?

En savoir plus

Système d’immigration du Canada

Comment sélectionne-t-on les immigrants et favorise-t-on leur réussite?

En savoir plus

Assurer la croissance du Canada

Comment les immigrants contribuent-ils dans les champs du sport, des affaires et de la santé?

En savoir plus

L’immigration et nos économies locales

Quel rôle joue l’immigration dans les économies locales?

En savoir plus

 Obtenez des mises à jour par courriel

Obtenez les nouveaux récits de l’#ImmigrationÇaCompte, des infos sur des activités et des mises à jour.

Abonnez-vous

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :