#ImmigrationÇaCompte à Victoria, Colombie-Britannique - Éclairer la voie pour les futurs entrepreneurs

Éclairer la voie pour les futurs entrepreneurs

3 juin 2021

Partager :

Décrit ci-dessous

Yamila Franco, cofondatrice de Nyoka Design Labs

Les bâtons phosphorescents ont longtemps été un ajout festif aux activités estivales, mais ils ont un important inconvénient : ils sont des déchets toxiques.

Yamila Franco, ancienne étudiante de l’Université de Victoria, est passionnée de l’environnement. Lorsqu’elle a rencontré Paige Whitehead, étudiante qui a exploré la bioluminescence, le courant est tout de suite passé entre elles. Yamila savait qu’elles formeraient une excellente équipe.

En 2018, l’équipe a lancé l’entreprise Nyoka Design Labs pour créer un bâton phosphorescent biodégradable qui pourra être utilisé pour des activités, notamment des activités de plein air, comme la randonnée et le camping; comme éclairage de secours; pour les secours en cas de catastrophe; et même dans l’espace.

La mission de l’entreprise est de soigner la planète au moyen de solutions innovatrices aux problèmes sociaux et environnementaux. Nyoka compte maintenant sept employés et a obtenu un demi-million de dollars en investissements provenant d’un bout à l’autre de l’Amérique du Nord. Yamila collabore avec des chercheurs, des fabricants et des communautés autochtones pour réduire la quantité de déchets de plastique.

« Nous essayons de bien faire les choses », affirme Yamila, qui décrit l’entreprise comme une entreprise sociale ayant le potentiel de faire le bien dans le monde.

À l’âge de 18 ans, Yamila est partie de la République dominicaine pour étudier à l’île de Vancouver, où elle a bien accueilli le temps doux de la côte ouest.

« J’étais vraiment contente d’être dans un endroit où on se croyait au printemps la plupart du temps », affirme-t-elle, « l’île m’est apparue comme un endroit très magique et multiculturel. Après avoir habité à Victoria pendant un certain temps, j’ai constaté les possibilités qui s’offraient à moi en ce qui a trait aux affaires, à la croissance économique et à la sécurité. » Elle a donc décidé d’y rester en tant que résidente permanente.

Yamila est non seulement cofondatrice de Nyoka, mais mentore aussi d’autres jeunes futurs entrepreneurs. Elle fait du bénévolat auprès de Startup Canada, où elle appuie des fondatrices, et auprès de League of Innovators, un programme accélérateur d’envergure nationale pour les jeunes. Elle collabore également avec le Support Network for Indigenous Women and Women of Colour (réseau de soutien des femmes autochtones et des femmes de couleur).

De son travail personnel en littératie financière, à son mentorat auprès d’autres jeunes entrepreneurs, jusqu’à son entreprise axée sur l’environnement... Tout ce qu’elle fait vise à redonner à la collectivité et au monde et, à bien des égards, à prendre soin de notre Terre.
Karima Ramji, Université de victoria

Yamila a aussi démarré une entreprise sociale distincte qui est axée sur la littératie financière des femmes et qui travaille fréquemment avec des femmes noires, des femmes autochtones et d’autres femmes racialisées.

Karima Ramji est directrice associée des initiatives internationales, autochtones et stratégiques des services COOP et d’orientation professionnelle de l’Université de Victoria. Elle a connu Yamila en tant qu’étudiante COOP qui participait activement à la communauté universitaire.

« Je suis la carrière de Yamila depuis l’obtention de son diplôme », souligne Karima, « elle est un excellent modèle à suivre pour les jeunes, les femmes et les femmes de couleur qui souhaitent se lancer en sciences, en technologie, en ingénierie, en mathématiques et en entrepreneuriat. »

Monica Khaper, maintenant gestionnaire des opérations et dirigeante de la durabilité de Nyoka Design Labs, a pu constater par elle-même les compétences en leadership et en mentorat de Yamila. Elle a rencontré Yamila par l’intermédiaire du Programme de bourse de Venture for Canada en 2020 et, plus tard cette année, s’est jointe à l’entreprise.

« Yamila est réellement une agente du changement et une personne axée sur les valeurs », indique Monica, « on peut voir que sa motivation vient de la collectivité et qu’elle donne plus qu’elle prend. Elle croit vraiment en ce qu’elle défend et est une personne extravertie extraordinaire qui est capable de rassembler les gens. »

Comme ses bâtons phosphorescents, Yamila éclaire la voie pour les autres. Elle souhaite continuer de faire croître Nyoka – elle vise à en faire un centre de conception en économie circulaire – et embauchera plus de personnes.

« Je crois qu’il faut donner au suivant », dit-elle, « pour moi, l’important est d’aider les autres. »

Profil d’immigration : Victoria, Colombie‑Britannique (région métropolitaine de recensement

Profil économique : Victoria, Colombie-Britannique (PDF, 510 Ko)

Faits en bref

  • Les immigrants de Victoria représentent environ 14 % de la population.
  • Plus de la moitié (53 %) de tous les immigrants arrivés à Victoria entre 1980 et 2016 étaient des immigrants économiques, tandis que plus du tiers (38 %) étaient parrainés par leur famille et près de 8 % étaient des réfugiés.
  • Parmi les travailleurs du domaine de la recherche scientifique et des services de développement du Canada, 34 % sont d’origine étrangère.
  • Un propriétaire d’entreprise sur trois ayant du personnel rémunéré est un immigrant.

Le saviez-vous?

Ce qui pourrait aussi vous intéresser ...

Propager l’esprit de générosité

Hissein Idriss a trouvé un moyen de toucher presque tous les Canadiens qui ont besoin d’aide en créant un organisme de bienfaisance dont la vocation est d’aider d’autres organismes de bienfaisance canadiens à réussir.

Placer les gens avant les profits dans le secteur de la technologie

Pablo Listingart, un entrepreneur d’Argentine, s’attaque au chômage en offrant gratuitement de la formation en technologie.

Accueillir les femmes dans les technologies

Née en Allemagne, Ulrike Bahr-Gedalia a immigré au Canada en provenance d’Israël en 2002. Depuis, elle fait partie intégrante des efforts de la Nouvelle-Écosse pour faire augmenter le nombre de femmes occupant des emplois dans le secteur des technologies.

Voir tous les récits

 Obtenez des mises à jour par courriel

Recevez, à même votre boîte de réception, des renseignements sur les récits, les mises à jour et les événements liés à l’#ImmigrationÇaCompte.

Abonnez-vous

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :