#ImmigrationÇaCompte à Morden,
 au Manitoba

Quand une collectivité rurale tissée serré du Manitoba accueille les immigrants à bras ouverts, tout le monde en bénéficie – en particulier les employeurs.

Une collectivité grandit grâce à l’immigration

L’immigration ça compte à Morden, au Manitoba

Cette vidéo est aussi disponible en HD sur YouTube. Commentez-la, partagez-la dans votre réseau social ou incorporez-la dans votre site.

Transcription: « L’immigration ça compte à Morden, au Manitoba »

Durée de la vidéo : 3 minutes, 14 secondes

Un air de piano, doux et inspirant, se fait entendre en arrière plan.

Fondu vers des clichés de la ville de Morden pris depuis les airs.

Le texte suivant s’affiche : « L’immigration, ça compte à Morden, au Manitoba »

Shelly : Le Programme des candidats des provinces du Manitoba a été mis sur pied pour aider les employeurs à trouver tous les employés nécessaires au bon fonctionnement de leur entreprise. La pénurie de main-d’œuvre était un problème important dans la région et il fallait y remédier.

Une rue passante apparaît à l’écran. Un homme traverse à une intersection.

Shelly est assise à son bureau et travaille à son ordinateur.

Le texte suivant s’affiche : « Shelly Voth, coordonnatrice de l’immigration pour la ville de Morden »

Shelly : Avant la mise en place du programme, il était pratiquement impossible pour nos entreprises de prendre de l’expansion. Certaines songeaient à déménager tellement elles avaient de la difficulté à trouver des travailleurs. L’arrivée d’immigrants a résolu une partie du problème.

Un plan d’ensemble d’une usine de confection de vêtements apparaît à l’écran. Une femme coud.

Une carte du monde sur laquelle plusieurs pays différents sont désignés à l’aide de punaises s’affiche à l’écran. Un plan rapproché de l’Asie montre des punaises sur la Chine et les pays avoisinants.

La façade extérieure du centre municipal de Morden apparaît à l’écran.

Le maire Burley : Le Programme des candidats des provinces s’est avéré un immense atout pour notre communauté. Il a permis la constitution d’un bassin incroyable de travailleurs talentueux et qualifiés, en plus d’ouvrir la porte à des occasions de croissance économique sans précédent.

Le maire Burley parle avec quelqu’un.

Le texte suivant s’affiche : « Brandon Burley, maire de la ville de Morden »

Des aimants de réfrigérateurs de diverses villes et de divers pays sont disposés sur une armoire. On aperçoit une matriochka et plusieurs poupées miniatures en robe traditionnelle.

Le maire Burley parle avec Shelly tout en marchant.

Le maire Burley : Cette année, nous nous classerons au deuxième rang des communautés du Manitoba ayant connu la croissance la plus rapide. Ce titre nous permet de jouir d’une certaine reconnaissance et d’une attention soutenue, dont nous avons su tirer parti pour mettre sur pied des projets d’infrastructures.

Une série de plans de Morden apparaissent à l’écran : une tour d’horloge, un homme descendant la rue principale, des silos à grains, l’enseigne de la ville et sa réplique de dinosaure.

Une série de projets de construction résidentiels et commerciaux s’affiche à l’écran.

Des rues de la ville de Morden apparaissent à l’écran.

Le maire Burley : Nous avons pu accomplir tout cela en grande partie grâce à notre capacité, dans le cadre du programme, à convaincre les gens de demeurer dans la région. Les gens qui viennent ici veulent rester. Lorsqu’on adopte une culture axée sur la diversité, on obtient une communauté très chaleureuse.

Dans un grand hall, trois femmes sont assises à une longue table et rient. Sur une affiche devant la table, on peut lire : « Comité d’intégration de Morden : bienvenue aux gens du monde entier ». Sur une scène, le maire Burley s’adresse au micro à un vaste auditoire. Une chorale d’enfants de diverses cultures chante sur la scène.

Le maire Burley : La communauté est florissante, pas seulement économiquement, mais aussi socialement. Cela ajoute à son dynamisme. Diriger une telle communauté est un réel plaisir.

À l’usine de confection de vêtements, une femme hoche la tête et sourit. Un homme assis devant une machine à coudre salue la caméra de la main. Le directeur de l’usine parle avec Shelly et rit.

Un homme prend sa fille. Sa femme se tient à ses côtés, leur fils dans les bras. Elle parle à un client de leur auberge. Un plan du maire Burley, souriant, s’affiche à l’écran.

Shelly : Un grand nombre d’entreprises nous disent qu’elles sont très heureuses de voir s’installer de nouveaux arrivants. Deasil Custom Sewing, par exemple, est une entreprise qui compte beaucoup sur les nouveaux arrivants à Morden. L’expansion de son bassin de main-d’œuvre a été très profitable, et je crois que l’entreprise continuera de croître grâce à ce bassin.

À l’usine de confection de vêtements, une femme ouvre un manteau d’hiver sur une table pour en inspecter la doublure. Un tableau d’affichage montre des photos « avant-après » de Deasil. D’autres photos racontent l’histoire de l’usine.

Le directeur de l’usine pointe les photos. Shelly s’entretient avec une employée. Elle sourit et hoche la tête.

Le directeur de l’entrepôt marche dans l’usine.

Une série de plans d’employés en train de coudre s’affiche à l’écran.

Un plan rapproché d’une photo de groupe sur laquelle figurent environ 50 employés de Deasil devant le logo de l’usine apparaît à l’écran.

Fondu au noir.

La façade extérieure du Bella’s Castle s’affiche à l’écran. Sur une enseigne, on peut lire : « Bella’s Castle, Bed & Breakfast ».

Lili : Nous avons ouvert le Bella’s Castle il y a trois ans, car nous sommes tombés en amour avec cette maison. Nous avons ensuite ouvert le restaurant, il y a environ deux ans. Morden est une petite ville charmante – ce n’est pas trop gros, tout le monde est amical et accueillant et on y célèbre toutes les cultures. On vous accepte tel que vous êtes.

Lili et son mari sont assis dans un canapé d’époque rose, leur fille et leur garçon sur les genoux. Ils posent pour la caméra en souriant.

Le texte suivant s’affiche à l’écran : « Lili Kurshel, propriétaire du Bella’s Castle, et sa famille ».

Un plan rapproché d’une guirlande de lumières suspendue à l’extérieur de l’auberge apparaît à l’écran.

Une serveuse traverse le restaurant avec un plateau de desserts. Une série de plans de divers clients profitant de leur repas s’affiche à l’écran.

Lili parle avec des clients. Son mari tient leur fille par la main pour monter l’escalier. Lili monte l’escalier avec son fils dans les bras.

Lili : Nous sommes solidement enracinés ici. Mon mari et moi sommes propriétaires de restaurants, nos enfants grandissent ici. Je ne me vois nulle part ailleurs.

Lili et sa famille posent pour la caméra. La fille de Lili sourit à la caméra.

Une série de plans des membres de la famille qui sourient et rient s’affiche à l’écran. Lili est assise sur le canapé et sourit à ses deux enfants, qui prennent place sur ses genoux.

Fondu au noir.

Shelly : Morden est une communauté formidable et c’est en grande partie grâce à ses membres. Les gens sont accueillants et cela fait toute la différence. Nous entretenons le caractère accueillant de notre communauté en organisant des activités qui permettent aux gens d’apprendre à connaître les immigrants.

Shelly est à l’intérieur et s’entretient avec divers participants à la fête hivernale multiculturelle de Morden.

Un homme danse avec son fils sur les épaules. Le maire Burley rit avec sa femme. Lili sert des dumplings et sourit. Lili s’entretient avec un des organisateurs de l’activité.

À la fête hivernale, à l’extérieur, deux chevaux tirent un wagon rempli de gens. Plusieurs personnes sont rassemblées autour d’un feu et font griller des guimauves.

Shelly : La fête hivernale multiculturelle est une activité importante à Morden, car elle rassemble les membres de la communauté. De nouveaux arrivants présentent leur culture à des citoyens de longue date. Les gens se mêlent les uns aux autres, et c’est un bon moment. Il s’agit vraiment d’une bonne façon, pour les membres de la communauté, de se sentir unis.

À l’intérieur, un homme et une femme participant à la fête hivernale parlent et rient. Une jeune femme présente des objets culturels. Deux jeunes filles exécutent une danse traditionnelle sur une scène.

Un groupe se prend en photo. Deux jeunes enfants jouent avec un jouet traditionnel japonais. Un homme sourit.

Des enfants de diverses cultures chantent sur une scène.

Fondu au noir.

Le texte suivant s’affiche : « Les immigrants enrichissent nos communautés »

Fondu au noir.

Texte affiché : « Racontez votre histoire #ImmigrationÇaCompte; Facebook : @CitImmCanFR; Twitter : @CitImmCanFR; Instagram : @CitImmCanFR »

Fondu au noir.

Le texte suivant s’affiche : « Canada.ca/immigration-ca-compte »

Fondu au noir.

La signature d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada apparaît à l’écran. Suivent l’avis concernant les droits d’auteur « Sa Majesté la Reine du chef du Canada représentée par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada, 2019 » et le mot-symbole « Canada ».

Profil d’immigration : Morden, Manitoba

Faits en bref

  • À Morden, les immigrants représentent plus de 15 % de la population.
  • Le Mexique est la plus grande source d’immigrants à Morden, suivi du Kazakhstan et de l’Allemagne.
  • Plus des trois quarts (76 %) de tous les immigrants arrivés à Morden entre 1980 et 2016 étaient des immigrants économiques, tandis qu’un peu moins du cinquième (19 %) étaient parrainés par des membres de leur famille et 3 % étaient des réfugiés.

Le saviez-vous?

  • Morden a été plus rapide que de nombreuses petites villes du Canada à miser sur les nouveaux arrivants pour répondre aux besoins en main-d’œuvre et accroître la population. Les efforts de la municipalité portent leurs fruits – de 2011 à 2016, près de la moitié de la croissance démographique était attribuable à l’immigration.

Ce qui pourrait aussi vous intéresser ...

Placer les gens avant les profits dans le secteur de la technologie

Pablo Listingart, un entrepreneur d’Argentine, s’attaque au chômage en offrant gratuitement de la formation en technologie.

« L’Ange du Nord » met au monde sa troisième génération de bébés

La Dre Lalita Malhotra, originaire de l’Inde, a mis au monde plus de 10 000 bébés au Canada. Au fil des ans, elle a établi des liens si étroits avec la communauté autochtone locale qu’on l’a nommée « l’Ange du Nord ».

Amasser des fonds pour subvenir aux besoins des citoyens de Sudbury

Inspirée par sa mère, Bela Ravi travaille sans relâche pour amasser des fonds pour faire une différence dans la vie de citoyens de Sudbury.

Voir tous les récits

Suivi de l’immigration au Canada

Que fait l’immigration pour notre pays?

En savoir plus

Système d’immigration du Canada

Comment sélectionne-t-on les immigrants et favorise-t-on leur réussite?

En savoir plus

Assurer la croissance du Canada

Comment les immigrants contribuent-ils dans les champs du sport, des affaires et de la santé?

En savoir plus

L’immigration et nos économies locales

Quel rôle joue l’immigration dans les économies locales?

En savoir plus

 Obtenez des mises à jour par courriel

Obtenez les nouveaux récits de l’#ImmigrationÇaCompte, des infos sur des activités et des mises à jour.

Abonnez-vous

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :