#ImmigrationÇaCompte à Calgary, en Alberta - Bien faire en faisant du bien

#ImmigrationÇaCompte à Calgary,
en Alberta

Wayne et Eleanor Chiu, originaires de Hong Kong, sont motivés par leur passion de mettre à profit des entreprises pour le bien de leur collectivité.

Bien faire en faisant du bien

Partager :

Photo de Wayne et Eleanor Chiu

Wayne (gauche) et Eleanor (droite) Chiu.

En 2013, des inondations sans précédent ont forcé plus de 100 000 personnes du sud de l’Alberta à fuir leurs foyers et ont isolé des dizaines de petites collectivités. Deux ans plus tard, des centaines de maisons dans la nation Stoney Nakoda, près de Calgary – où réside la Première Nation des Chiniki et d’autres bandes Nakoda – n’avaient toujours pas été remises en état.

Wayne Chiu s’est rendu compte qu’il était dans la position idéale pour aider.

Wayne est propriétaire de Trico Homes, une entreprise de construction résidentielle de Calgary dont le nom est l’acronyme de ses valeurs fondamentales : « Trust, Respect, Integrity, Community and Opportunity » (confiance, respect, intégrité, communauté et occasion). Bien que Trico n’offre généralement pas de services de restauration et de rénovation, Wayne a mis à profit les ressources de son entreprise pour restaurer 160 résidences de familles des Chiniki qui avaient été endommagées par les inondations. Son équipe a rapidement soumis une proposition au gouvernement provincial pour le travail, puis a embauché et formé des membres de la nation. Lorsque le projet s’est achevé 15 mois plus tard, tous les profits restants ont été réinvestis pour soutenir la communauté des Stoneys.

« Trico n’a gardé aucun profit de la province [relativement à ce projet] », affirme Fouad El Kardy, conseiller principal du chef des Chiniki. « Il a effectué le triple des travaux énoncés par la province et est allé bien au-delà des attentes afin que la communauté puisse jouir de meilleures conditions de vie. Il a même payé de sa poche la restauration de l’épicerie de la communauté. »

La famille Chiu n’a pas mis un terme à son engagement envers la nation une fois le projet de restauration terminé. Wayne a mis sur pied le Chiniki Trico Limited Partnership pour favoriser le développement économique dans la communauté. Il aide également la nation à étudier la faisabilité d’un projet d’énergie renouvelable lequel créerait des emplois et produirait des revenus en générant de l’énergie solaire qui serait vendue pour alimenter le réseau albertain.

« Wayne et Eleanor se soucient réellement des autres, et cela se voit dans chacune de leur conversation et chacun de leur geste. Je n’ai aucune hésitation à dire que Calgary est une ville meilleure parce qu’ils en font partie. »
Jim Dewald, doyen, Haskayne School of Business, Université de Calgary

Mais Wayne n’a pas toujours été en mesure d’aider.

Il est venu au Canada en tant qu’étudiant étranger, fréquentant l’Université du Manitoba. Après un bref retour à Hong Kong, il est revenu au Canada en 1982 avec son épouse, Eleanor, pour s’installer à Calgary. Plusieurs mois se sont écoulés avant qu’il ne trouve un emploi comme ingénieur – et l’emploi n’a duré que 2 ans, car une récession frappait durement le secteur pétrolier et gazier.

En pigeant dans leurs économies, Wayne et Eleanor ont acheté une crèmerie dans un immeuble à bureaux du centre-ville de Calgary. Toutefois, après environ 1 an et demi, Wayne a vendu le commerce et a décroché un emploi comme ingénieur commercial. Entretemps, Eleanor est retournée à l’université pour mettre à jour ses titres de compétences et a fini par obtenir son titre de comptable agréé.

À compter de 1987, l’esprit entrepreneurial de Wayne avait refait surface, et il a lancé une compagnie de rénovation. Il a établi Trico Homes en 1992 lorsqu’il a eu l’occasion de travailler sur plusieurs projets de logements multifamiliaux à Calgary.

L’entreprise, qui avait accès à un capital minimal, n’a construit que 10 maisons durant sa première année. Mais, l’année suivante, elle en a construit 15, et elle a connu une croissance constante à partir de ce moment. À ce jour, Trico a construit plus de 10 000 foyers. Wayne croit en l’accès universel à des logements sains et sécuritaires. En accord avec cette conviction, les loyers se doivent donc d’être abordables.

En 2008, après plusieurs années de rentabilité, la famille Chiu a mis sur pied l’organisme caritatif Trico Charitable Foundation.

« Je me suis toujours dit que si j’ai l’occasion de faire de l’argent, je veux redonner à la communauté qui m’a permis de le faire », déclare Wayne, qui est devenu membre de l’Ordre du Canada en 2015.

La fondation a aidé à créer le programme PEAK Home Ownership – lequel offre leur mise de fonds à des acheteurs d’une première habitation – et a lancé ou collaboré à des programmes novateurs comme Futurpreneur, Enterprising Non-Profits, Social EnterPrize et le Social Enterprise World Forum.

« La famille Chiu laisse un héritage à Calgary, dit Chris Hopfner, président du conseil de Trico Group. En fournissant des capitaux d’amorçage pour aider les gens à faire l’expérience de la durabilité et de l’entreprise sociale, ils contribuent à dynamiser notre ville. »

Profil d’immigration : Calgary, Alberta (région métropolitaine de recensement)

Faits en bref

  • À Calgary, près de 30 % de la population sont des immigrants.
  • La majorité d’entre eux proviennent des Philippines; ensuite, il y a l’Inde et la Chine.
  • Plus de la moitié, soit 56 %, de tous les immigrants arrivés à Calgary entre 1980 et 2016 appartiennent à la catégorie de l’immigration économique plus du quart, soit 29 %, sont parrainés par leur famille et 14 % environ sont des réfugiés.

Le saviez-vous?

Ce qui pourrait aussi vous intéresser ...

Investir dans la prochaine génération de dirigeants d’entreprise canadiens

Le don de 10 millions de dollars offert par Bob Dhillon, réfugié devenu magnat de l’immobilier, à la School of Business de l’Université de Lethbridge est le plus important don reçu par cet établissement.

Inspirer les jeunes des quartiers défavorisés

Comment un réfugié est devenu un modèle pour les adolescents vulnérables d’Edmonton.

Une collectivité grandit grâce à l’immigration

Quand une collectivité rurale tissée serré du Manitoba accueille les immigrants à bras ouverts, tout le monde en bénéficie – en particulier les employeurs.

Voir tous les récits

 Obtenez des mises à jour par courriel

Obtenez les nouveaux récits de l’#ImmigrationÇaCompte, des infos sur des activités et des mises à jour.

Abonnez-vous

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :