ARCHIVÉ – Discours – Notes d’allocation prononcée par l’honorable Jason Kenney, C.P., député, ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme à l’occasion de la soirée Gotse Delchev

Cathédrale orthodoxe macédonienne St. Clement of Ohrid
Toronto (Ontario)
Le 7 février 2009

Priorité à l’allocution prononcée

* * * * *

Membres du clergé, Monsieur l’ambassadeur, Monsieur le consul général, Mesdames et Messieurs les députés de Macédoine et du Canada, distingués invités, Mesdames et Messieurs, bonsoir.

C’est pour moi un grand honneur de me trouver parmi vous, en compagnie du premier ministre du Canada, en cette soirée historique qui marque le 50e anniversaire de la United Macedonians Association of Canada. Je vous remercie de nous accueillir ici ce soir et je voudrais remercier également plus largement l’Église orthodoxe macédonienne pour tout ce qu’elle a fait pour la collectivité.

Pendant les jours sombres et difficiles de l’oppression communiste en Macédoine, l’Église orthodoxe au Canada, et par le biais de la diaspora macédonienne, a apporté son soutien aux membres de la communauté macédonienne et à ceux qui rêvaient d’avoir un jour un pays libre, indépendant et démocratique.

Il s’agit bel et bien d’une soirée historique. On m’a dit que c’est seulement la deuxième fois qu’un premier ministre du Canada rend visite à la communauté macédonienne canadienne. Vingt ans se sont écoulés depuis la venue du premier ministre, Brian Mulroney, dans la communauté macédonienne de Toronto.

Et cette nouvelle visite témoigne effectivement de l’estime que le gouvernement du Canada, et le gouvernement dirigé par le premier ministre Harper en particulier, accorde à cette communauté, dont nombre de membres ont fui leur pays d’origine et sont venus au Canada en quête de la liberté dont ils étaient privés. Vous avez apporté dans ce pays vos espoirs, vos rêves et vos aspirations pour vos enfants et petits-enfants, afin qu’ils puissent grandir dans un pays libre et démocratique. Et nous sommes maintenant ravis que la Macédoine ainsi que tous les autres pays de l’ancienne Europe communiste – orientale, centrale ou méridionale – soient devenus des nations libres, démocratiques et indépendantes.

Ce soir, je suis très heureux de vous présenter notre dirigeant et notre premier ministre, un homme qui a permis au Canada de revenir sur la scène internationale à titre de champion des principes, de la liberté, de la démocratie et des droits de la personne.

C’est un homme qui exerce un leadership solide à la tête de notre pays en cette période difficile d’incertitude économique. Avant de vous le présenter, je dois également souligner qu’il a eu la sagesse de demander à une fière Canadienne d’origine macédonienne, Jasmine Igneski, de faire partie de son équipe de conseillers principaux en matière d’économie.

Ainsi, mes chers amis, je vous demande de vous joindre à moi pour accueillir sur cette estrade et au sein de la communauté macédonienne du Canada, le dirigeant du Canada, le premier ministre de ce pays, le très honorable Stephen Harper.

En vedette

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :