Immigrant Access Fund (IAF)

Le mandat de l’Immigrant Access Fund (IAF) consiste à briser le cycle de pauvreté en accordant aux immigrants qualifiés des microprêts qui leur permettent d’obtenir au Canada la reconnaissance, le perfectionnement professionnel ou la formation dont ils ont besoin pour réintégrer la profession ou le métier qu’ils exerçaient avant d’immigrer.

Cas de réussite :

Carlos est arrivé du Venezuela il y a quatre ans avec son épouse Lucia et deux enfants. Médecin respecté comptant douze années d’exercice au Venezuela, Carlos a trouvé un emploi peu rémunéré de préposé aux soins infirmiers après son arrivée, mais il était déterminé à faire reconnaître son titre de médecin au Canada. L’IAF lui a accordé un prêt pour l’aider à payer le coût de la première partie de l’examen de qualification en médecine (au printemps) et de l’examen d’anglais, langue étrangère.

Carlos doit consacrer tout son temps aux études et Lucia s’efforce de subvenir aux besoins de la famille avec son revenu. Les immenses obstacles que Carlos doit franchir pour exercer la médecine au Canada sont, par moments, si frustrants qu’ils se demandent s’ils ont bien fait de venir s’établir ici. Pourtant, ils aiment le Canada et savent que le pays a énormément besoin de médecins. Ils refusent d’abandonner l’espoir qu’un jour, Carlos pourra partager son expertise comme médecin autorisé et qu’ils jouiront d’une meilleure qualité de vie dans leur pays d’adoption.

Accessibilité

L’IAF offre un mécanisme communautaire unique d’accès au crédit pour les immigrants (citoyens, résidents permanents et réfugiés au sens de la Convention) qui :

  1. souhaitent réintégrer la carrière qu’ils exerçaient avant d’immigrer;
  2. ont un plan qui les mènera à un emploi dans leur domaine, mais qui n’ont pas les ressources financières nécessaires;
  3. n’ont pas accès au crédit régulier parce qu’ils sont en chômage ou occupent un emploi de survie peu rémunéré, n’ont pas d’antécédents de crédit au Canada ni d’actifs ou de garanties;
  4. sont dignes de confiance et de bonne moralité.

Puisque les prêts de l’IAF sont fondés sur la réputation, les candidats n’ont pas besoin de garanties ou d’antécédents de crédit au Canada. L’intérêt exigible correspond au taux préférentiel majoré de 1,5 %. Le prêt moyen est de 5 000 $ mais peut aller jusqu’à 10 000 $. Les candidats doivent fournir des recommandations personnelles, faire preuve d’initiative, avoir un bon plan et être prêts à rembourser l’emprunt, lequel peut seulement servir à obtenir la reconnaissance, le perfectionnement ou la formation nécessaire. Une allocation de subsistance est versée jusqu’à la fin du programme.

Participation des nouveaux arrivants

Bien que les bénéficiaires ne participent pas à la conception du programme, ils aident effectivement à en définir les politiques et procédures. Par exemple, en échangeant avec les bénéficiaires durant la période où ils préparent leur demande, exécutent leur plan et remboursent leur emprunt, nous apprenons à connaître leur réalité et les difficultés auxquelles ils font face, et nous utilisons cette information pour améliorer nos politiques et procédures. Dans le but d’accroître l’implication des bénéficiaires de prêt, l’IAF lancera notamment des outils de réseautage social sur son nouveau site Web pour les encourager à raconter leur expérience, à devenir mentors et à s’entraider. Un comité formé de bénéficiaires a été créé pour diriger ce processus.

Collaboration des intervenants

L’IAF repose sur un partenariat de soutien des secteurs privé et public. La totalité des fonds prêtés dans le cadre du programme provient du secteur privé – principalement d’une ligne de crédit d’un million de dollars que des dirigeants communautaires/d’entreprises ont souscrite en donnant des garanties personnelles. L’IAF reçoit 80 % de ses fonds de fonctionnement et d’exploitation du programme de la province de l’Alberta et de CIC; les 20 % restants proviennent du secteur privé. L’IAF est régi par un conseil d’administration bénévole et dirigé par un conseil consultatif.

Reddition de comptes

L’IAF assure aux garants de la ligne de crédit que les prêts approuvés ont de bonnes chances d’être remboursés. L’IAF exige donc une grande diligence des candidats et examine chaque demande avec soin. Les bailleurs de fonds publics et privés reçoivent périodiquement des rapports financiers et d’activités. Le conseil d’administration de l’IAF se réunit dix fois par année, et les états financiers sont examinés et approuvés à chaque réunion. L’IAF a récemment adopté un logiciel de microcrédit qui augmentera sensiblement la transparence des activités de prêt, renforçant ainsi la gestion du risque pour le fonds.

Résultat positif

De sa création en 2005 jusqu’au 31 décembre 2010, l’IAF a consenti 544 prêts. Voici les caractéristiques des prêts, sous forme agrégée :

  • Prêts approuvés : plus de 2,7 millions de dollars
  • Fonds déboursés : plus de 2,2 millions de dollars
  • Taux de refus des demandes : 12 %
  • Prêt moyen consenti : 5 000 $
  • Remboursement de 1 million de dollars en capital
  • Intérêts de 155 000 $ reçus des bénéficiaires de prêts
  • Radiation de 17 prêts (valeur : 54 000 $)
  • Taux de remboursement de 98 %

Au moment de la demande de prêt, 71 % des emprunteurs n’avaient pas d’emploi, 13 % étaient sous-employés et 16 % occupaient un emploi de survie. Dans la période suivant le remboursement complet du prêt, 38 % des bénéficiaires avaient trouvé un emploi à temps plein dans leur domaine, 26 % étaient prêts à travailler dans leur domaine et 36 % étaient toujours en attente d’une reconnaissance. Selon une étude indépendante, l’IAF procure un avantage concret à la société et produit un taux élevé de rendement des fonds publics investis en offrant des microprêts aux immigrants qualifiés pour faire reconnaître leur profession ou métier au Canada. L’étude indique que le programme de prêts profite directement à l’Alberta en générant un taux de rendement réel annuel d’au moins 33 %.

Transférabilité

Le modèle de l’IAF peut être utilisé par d’autres provinces. Avec l’aide du Bureau d’orientation relatif aux titres de compétence étrangers de CIC, l’IAF est à élaborer un plan de mise en œuvre qui rendra son programme de microprêts accessible aux immigrants qualifiés de tout le pays. La structure du programme élargi sera décentralisée, l’IAF souhaitant encourager les collectivités à « s’approprier » le programme dans leur région et à désigner une organisation et des dirigeants pour traiter avec les candidats et examiner les demandes de prêt, organiser des collectes de fonds, trouver des garants pour la ligne de crédit et mobiliser les collectivités pour promouvoir le plein emploi des immigrants qualifiés.

Contexte

Fournisseur(s) de services
Momentum et Edmonton Mennonite Centre for Newcomers (partenaires pour l’administration des prêts)
Bailleur(s) de fonds
Gouvernement de l’Alberta, Citoyenneté et Immigration Canada et donateurs (fondations, sociétés et particuliers)
Portée
Provinciale/Territoriale
Endroit(s)
À l’échelle de l’Alberta
Année de lancement
2005
Langue(s) de prestation
Anglais
Groupe(s) de nouveaux arrivants
Nouveaux arrivants et personnes qui immigreront en Alberta
Résultat(s) prévu(s)
Accès au marché du travail (les nouveaux arrivants obtiennent l’aide voulue pour trouver un emploi correspondant à leurs compétences et à leur niveau de scolarité)
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :