Programme de mobilité internationale : Travailler sans permis de travail – Correspondants de presse, journalistes et membres des médias

Cette section contient des politiques, des procédures et des instructions destinées au personnel d’IRCC. Elle est publiée sur le site Web du ministère par courtoisie pour les intervenants.

L’alinéa R186i) s’applique aux correspondants de la presse et à leurs équipes qui viennent au Canada pour couvrir des événements canadiens. Les journalistes travaillant pour des agences de presse écrite, ou de diffusion sur les ondes, ou sur Internet (revues, journaux, magazines, émissions de télévision, etc.) sont admissibles, à condition que l'agence ne soit pas canadienne. Les employés d'une agence de presse étrangère qui sont des correspondants résidants sont inclus. Toutefois, cette dispense ne s'applique pas au personnel de gestion ou de bureau.

Exception : Le personnel de gestion ou de bureau est inclus pour les événements spéciaux d'une durée de six mois ou moins.

Dirigeables

À l'occasion, des sociétés envoient des dirigeables comme le « dirigeable Goodyear », afin de couvrir un événement sportif important. L'équipe chargée du dirigeable entre au pays par la voie terrestre afin d'installer l'équipement spécialisé nécessaire au fonctionnement sécuritaire du dirigeable pendant son séjour au Canada. Les membres de cette équipe devraient être considérés comme des membres de l'équipe de diffusion aux fins d'autorisation de séjour au Canada et n'ont pas besoin de permis de travail.

Équipes de journalistes en circuits touristiques promotionnels

Les équipes médiatiques (y compris les rédacteurs, les journalistes de la presse écrite, de vidéos, de films, de radio et de télévision, ainsi que les techniciens comme les cameramen) qui produisent des émissions de voyage, des documentaires ou des documents touristiques promotionnels doivent avoir un permis de travail. Toutefois, on rappelle aux agents qui traitent ces demandes de commencer leur évaluation en revoyant la définition de travail. Dans certains cas, les membres de médias étrangers en circuits touristiques promotionnels n’entrent pas dans le marché du travail canadien; dès lors, le critère prévu à l’alinéa 186a) du Règlement sur l’immigration et la protection des réfugiés (visiteur commercial) pourrait s’appliquer.

Les membres de médias étrangers qui ne répondent pas au critère de visiteurs commerciaux seront tenus d’obtenir un permis de travail. Leurs demandes devraient être évaluées au regard de l’alinéa R205a) (dispense de l’étude d’impact sur le marché du travail [EIMT] pour intérêts canadiens : Avantage important [C10]). Les membres des médias étrangers doivent également satisfaire aux exigences indiquées ci dessous.

Les membres de médias étrangers qui ne satisfont pas aux conditions liées aux visiteurs commerciaux ou C10 doivent continuer à obtenir une EIMT et présenter une demande de permis de travail. Il incombe à l’organisme répondant approprié qui représente l’employeur (compagnies aériennes, hôteliers, associations touristiques, exploitants d’entreprises touristiques, etc.) d’obtenir l’approbation requise du bureau local de Service Canada pour toute offre d’emploi.

Pour les équipes médiatiques nord-américaines : les équipes doivent participer à un circuit promotionnel à l'invitation du gouvernement fédéral ou d'un gouvernement provincial ou territorial du Canada, ou d'une municipalité ou région. L'invitation doit être présentée au moment de la demande de permis de travail (souvent, la lettre d'invitation est émise par un bureau des visas canadien aux États-Unis).

Pour les équipes médiatiques provenant de l'extérieur de l'Amérique du Nord : le produit final doit être distribué et destiné à des marchés et des auditoires qui ne sont pas nord-américains.

Les équipes médiatiques qui ne répondent pas aux conditions précitées doivent obtenir un permis de travail et une EIMT. Il incombera à l'organisme parrain approprié représentant l'employeur (transporteurs aériens, hôteliers, associations touristiques, voyagistes, etc.) de faire approuver toute offre d'emploi par le bureau de Service Canada (SC) le plus près. En général, SC a besoin d'un délai de trois semaines pour déterminer la disponibilité de travailleurs qualifiés. On s'attend à ce que les organismes parrains du Canada déploient des efforts raisonnables pour déterminer, avec l'aide de SC, s'il y a lieu, la disponibilité de Canadiens ou de résidants permanents qualifiés. Ils doivent pour ce faire communiquer avec la guilde ou le syndicat respectif représentant les professions exercées par les travailleurs étrangers qui doivent être admis.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :