Profil des étudiants étrangers qui deviennent résidents permanents au Canada atlantique

Sommaire

Les étudiants étrangers forment un groupe d’immigrants éventuels hautement qualifiés qui, par leur investissement dans des programmes d’études et de formation au Canada, ont la capacité de s’intégrer assez rapidement et facilement à la société et au marché du travail canadiens. S’appuyant sur la publication Faits et chiffres de Citoyenneté et Immigration Canada (CIC), le présent rapport dresse le profil des étudiants étrangers qui sont devenus résidents permanents au Canada atlantique entre 1999 et 2009. Les grandes conclusions de l’analyse sont résumées ci-dessous.

Depuis 1999, un peu plus de 3 500 étudiants étrangers ont acquis la résidence permanente dans la région de l’Atlantique. À un taux de transition moyen de 3,8 % durant la dernière décennie, la région accuse un léger retard par rapport aux autres provinces canadiennes (5,3 % en moyenne) quant à la proportion d’étudiants étrangers qui deviennent résidents permanents. Les nouveaux résidents permanents au Canada atlantique sont susceptibles d’avoir fait leurs études dans cette région.

Les étudiants étrangers qui deviennent résidents permanents au Canada atlantique ont tendance à présenter les caractéristiques suivantes :

  • Ils sont plus souvent des hommes que des femmes.
  • Moins de la moitié sont âgés de 19 à 31 ans, et 40 % ont 18 ans ou moins.
  • La Chine, la Corée du Sud, le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Inde sont les pays d’origine les plus représentés dans ce groupe.
  • Le niveau d’études au moment de la transition à la résidence permanente baisse au fil du temps – la proportion d’étudiants étrangers ayant fait des études postsecondaires est passée de 64 % environ en 1999 à quelque 44 % en 2009.
  • La probabilité que les étudiants étrangers demandent la résidence permanente à titre de demandeurs principaux diminue aussi au fil du temps, tandis que la proportion d’époux et d’enfants a fait un bond marqué (de 38 à 69 %) de 1999 à 2009.
  • La transition à la résidence permanente des étudiants étrangers qui sont des époux et des personnes à charge traduit probablement une décision de la famille de s’établir au Canada. Dans la majorité des cas, ce sont des personnes à charge de candidats de la province ou de travailleurs qualifiés. Fait intéressant, la popularité accrue du Programme des candidats des provinces (PCP) a eu un effet considérable sur le nombre et le profil des étudiants étrangers qui deviennent résidents permanents au Canada atlantique. En 2009 par exemple, moins de 20 % des immigrants de cette catégorie ont été sélectionnés en fonction de leurs caractéristiques relatives au marché du travail, une proportion qui diminue de façon constante après avoir atteint 40 % en 1999. Ce phénomène est principalement attribuable au nombre (et au ratio) accru d’époux et de personnes à charge par rapport aux demandeurs principaux du Programme des candidats des provinces (tableau 14).

Bien que les provinces atlantiques voient les étudiants étrangers comme une solution possible au déclin de la population et aux pénuries de travailleurs, la transition des étudiants étrangers à la résidence permanente au Canada aura donc un effet moins marqué que prévu sur le marché du travail. L’intégration à la population active sera retardée pour ces jeunes qui terminent leurs études. De plus, si leurs parents quittent le Canada atlantique (la plupart s’y trouvant en raison du PCP), l’impact sur la population et le marché du travail pourrait être plus grand que prévu puisque ces étudiants accompagneront leur famille à la nouvelle destination.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :