RE-ORG : Canada

Tyler C. Cantwell

Réserve encombrée et désorganisée, qui contient des matériaux à valeur patrimoniale

© Gouvernement du Canada, Institut canadien de conservation. 126415-0004
Figure 1. Réserve désorganisée et encombrée.

Les visiteurs des musées s’émerveillent souvent devant le grand nombre d’objets patrimoniaux faisant partie de la myriade de collections que compte le Canada. Que penseraient-ils s’ils savaient que les objets exposés ne constituent pourtant qu’une petite fraction de ce qui est préservé dans les musées? Il arrive que les expositions ne comprennent « qu’environ 5 % des biens détenus et préservés par les établissements du patrimoine », affirme Simon Lambert, gestionnaire de la Division de la conservation préventive à l’Institut canadien de conservation (ICC). Cette réalité crée cependant un défi unique : comment parvenir à s’occuper convenablement de tous ces objets et à bien les mettre en réserve? Après tout, l’un des principaux aspects de la conservation consiste à prendre des mesures préventives afin d’éviter, dans la mesure du possible, d’avoir à recourir à des traitements de conservation potentiellement dommageables. Les musées et autres établissements du patrimoine peuvent se sentir dépassés par la quantité d’objets qu’ils abritent. Les collections deviennent alors inaccessibles, et les connaissances qu’elles pourraient nous permettre d’acquérir sur nous-mêmes (notre passé, notre histoire, notre identité) restent cachées dans des réserves sombres. De plus, la désorganisation peut entraîner la perte ou la détérioration des objets ainsi mis en réserve. Une enquête internationale menée en 2011 par l’ICCROM et l’UNESCO a révélé que 60 % des collections muséales sont gravement menacées par l’encombrement et de mauvaises conditions de mise en réserve.

La même année, l’ICCROM et l’UNESCO ont lancé la méthode RE-ORG qui permet de réorganiser les réserves des petits musées. Cette méthode par étapes est spécialement conçue pour les établissements du patrimoine de petite et de moyenne taille, lesquels sont particulièrement vulnérables à la désorganisation en raison de leurs ressources limitées. La méthode est axée sur l’amélioration des réserves existantes, plutôt que sur la planification ou la construction de nouvelles installations.

RE-ORG : Canada, un programme de formation pluriannuel, a été lancé en 2014 par l’ICC en collaboration avec le Programme d’aide aux musées (PAM). Pendant cinq années consécutives, des musées participants ont mis en œuvre la méthode RE-ORG au sein de leurs établissements. Au total, 27 projets ont été mis en œuvre avec succès dans toutes les régions du Canada. Le programme RE-ORG : Canada prévoyait des formations à distance et en personne ainsi que du réseautage par vidéoconférence, auxquels s’ajoutait un cours d’un an tenu dans chaque région. Plus de 60 professionnels du patrimoine ont ainsi bénéficié de la formation.

Réserve avec étagères rendues inaccessibles en raison d’objets appuyés contre elles et au sol, bloquant l'accès entre les éléments de rayonnage

© Gouvernement du Canada, Institut canadien de conservation. 129389-0001
Figure 2. Réserve avant la mise en œuvre de la méthode RE-ORG.

Les citations suivantes sont tirées de sondages effectués après la formation. Elles montrent la pertinence de la méthode RE-ORG : Canada pour les participants ainsi que leurs collègues.

« Mieux connaître notre collection nous aidera à la mettre en valeur lors des expositions. »

« Le projet a eu un effet positif sur le moral du personnel, des membres du conseil d’administration et des bénévoles. »

« RE-ORG nous a donné l’envie d’apporter les changements [requis] dans la réserve des collections ainsi que la confiance nécessaire pour le faire. »

Jason MacNeil, coordonnateur de l’éducation et des programmes au Musée et à la Fondation du patrimoine de l’Île-du-Prince-Édouard, a participé à la conception, à la planification et à la mise en œuvre du projet RE-ORG dans la province. Il a décrit le programme comme « la meilleure expérience de perfectionnement professionnel de [sa] carrière (…). Les trois jours de formation pratique ont été, de loin, la partie la plus mémorable de l’expérience. » Il a ajouté qu’il demeure très fier de l’approche novatrice du programme et de l’équipe (MacNeil, 2022).

M. MacNeil a codirigé le projet avec Lesley Caseley, qui était à l’époque directrice et coordonnatrice de la formation de l’Association des musées communautaires de l’Île-du-Prince-Édouard (un regroupement de plus de 30 musées). En 2016, la CBC a interviewé Mme Caseley au sujet du programme RE-ORG. « Il est extrêmement important de veiller à mettre adéquatement en réserve les artéfacts que les gens nous confient – ils font partie intégrante de leurs souvenirs et de leur famille », a-t-elle expliqué (Russell, 2016).

Le programme RE-ORG a été particulièrement bénéfique dans la province, car la mise en réserve y a toujours été problématique. Bien qu’on souhaite construire un musée provincial depuis de nombreuses années, aucun bâtiment n’a encore été érigé. Ainsi, de nombreux objets patrimoniaux sont mis en réserve dans un parc industriel. En l’absence de plans concrets de construction d’un nouveau bâtiment, une réorganisation s’imposait. « Certaines collections existent depuis 50 ou 60 ans; des objets sont mis en réserve depuis longtemps parce qu’il n’y a pas eu d’occasion de les exposer, et les musées manquent d’espace. C’est donc une bonne chose de se concentrer sur les solutions de mise en réserve et sur des idées simples qui peuvent être appliquées pour rendre les collections plus accessibles », a déclaré Mme Caseley (Russell, 2016).

Selon M. MacNeil, « [RE-ORG] est un programme qui continue d’avoir des bénéfices, car nous avons participé à plusieurs autres projets depuis que nous avons achevé notre mandat initial. Au fil des ans, les vidéos, les conférences et les entrevues ont gardé le projet au centre de nos préoccupations. » (MacNeil, 2022)

Le Musée et la Fondation du patrimoine de l’Île-du-Prince-Édouard et l’Association des musées communautaires de l’Île-du-Prince-Édouard ont terminé leur projet en neuf mois. Pendant cette période, les membres de l’équipe ont déplacé et réutilisé de vieilles armoires et des étagères fixes. Ils ont catalogué des objets et en ont accroché certains dans des espaces verticaux inutilisés. Ils ont également créé des étiquettes d’identification. L’utilisation de sacs à vêtements et de cintres rembourrés a permis d’améliorer les conditions de mise en réserve des textiles. « Notre collection de textiles s’en porte beaucoup mieux; elle est plus accessible, et il est plus facile de récupérer des objets, puis de les ranger de nouveau. L’état et la protection généraux de la collection ont également été améliorés », a déclaré M. MacNeil (2022).

De 2014 à 2019, des résultats semblables ont été observés partout au pays, notamment au Haida Gwaii Museum (Skidegate, Colombie-Britannique), à la Maison de Mère d’Youville (Montréal, Québec), au West Parry Sound District Museum (Parry Sound, Ontario), au Musée et centre culturel Northern Life (Fort Smith, Territoires du Nord-Ouest) et dans bien d’autres établissements. Dans l’ensemble, le programme RE-ORG : Canada a eu une incidence positive sur plus de 600 000 objets patrimoniaux à l’échelle du pays.

Grâce à la mise en œuvre de la méthode RE-ORG, l’ICC et le PAM ont non seulement assuré la préservation d’objets patrimoniaux faisant partie de collections de tout le pays, mais également amélioré l’accès du public à ces trésors.

« C’est plus de 200 000 $ qui ont été injectés par le PAM dans des projets de modernisation des réserves au profit de musées de petite et de moyenne taille du Canada », a déclaré M. Lambert, qui a coordonné le programme RE-ORG : Canada. « C’est très important, puisqu’il est souvent difficile pour de nombreux établissements d’investir dans le soin des collections mises en réserve, une activité de soutien interne, alors que l’accent doit de plus en plus être mis sur les activités génératrices de revenus. Les musées participants savent maintenant ce que contient leur collection et peuvent accéder à ce contenu. Cela leur permet d’élaborer des programmes et des activités afin de mobiliser leurs collectivités. »

Réserve ayant un plafond incliné. Les étagères sont encombrées et non étiquetées

© Gouvernement du Canada, Institut canadien de conservation. 128843-0004
Figure 3. Étagères de réserve encombrées avant la mise en œuvre de la méthode RE-ORG.

Réserve de la figure 3. Des crochets sont installés au plafond incliné et des articles y sont suspendus. L'étagère a des bacs standards bien rangés

© Gouvernement du Canada, Institut canadien de conservation. 128843-0009
Figure 4. Même réserve qu’à la figure 3 après la mise en œuvre du programme RE-ORG.

Maintenant que le programme RE-ORG : Canada a pris fin, ses effets s’étendent à l’ensemble du Canada et à l’étranger. En effet, l’ICC constate une hausse du nombre d’utilisateurs et reçoit de plus en plus de demandes de formation sur la méthode RE-ORG. Il a donc décidé d’organiser, à l’automne 2022, son premier atelier virtuel de perfectionnement professionnel, intitulé « Devenir un coach RE-ORG ». L’atelier permettra à un groupe d’utilisateurs expérimentés de la méthode, venus du Canada et d’ailleurs, de mettre en pratique leurs compétences en encadrement et en élaboration d’ateliers afin de favoriser le développement du réseau RE-ORG.

« J’ai hâte que le programme RE-ORG entame cette prochaine étape, a déclaré M. Lambert, et de voir le réseau déployer ses ailes et prendre de l’élan, en mettant en œuvre de nouveaux outils et de nouvelles initiatives, et en créant de nouvelles collaborations. »

Bibliographie

MacNeil, J. Communication personnelle, 2 août 2022.

Russell, N. « P.E.I. Museum Makeover Aims to Maximize Storage Space » (en anglais seulement), CBC News, 24 février 2016.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :