Biographies

Équipe Canada est formée de 90 athlètes qui ont développé une maladie ou subi une blessure physique ou mentale pendant leur service militaire. Il y a des militaires actifs des Forces armées canadiennes, représentant les trois armées (Marine royale canadienne, Armée canadienne et Aviation royale canadienne) et des vétérans. Les athlètes ont été sélectionnés en fonction des bénéfices qu’ils tireront de leur préparation et de leur participation aux Jeux et de leurs aptitudes à pratiquer la discipline sportive qu’ils ont choisie. Ils ont surmonté d’immenses obstacles, et se sont maintenant donné le défi de concourir dans le cadre d’un événement d’envergure internationale en sports adaptés. Certains d’entre eux sont des compétiteurs aguerris qui ont déjà participé à l’édition 2016 des jeux ou à d’autres compétitions sportives, comme celles du Conseil international du sport militaire (CISM). D’autres sont néophytes dans la discipline sportive qu’ils ont choisie pour participer aux Jeux Invictus.

Rencontrez les athlètes de l'Équipe Canada qui sont en compétition dans les Jeux Invictus de 2017. Les biographies sont organisées en ordre alphabétique par prénom.

A

  • Adam Jones

    L’artilleur Adam Jones dédie ses résultats aux Jeux Invictus à son équipe médicale et aux autres vétérans blessés. « Les Jeux Invictus sont ma façon d’exprimer ma gratitude envers mon équipe médicale pour le travail qu’elle a investi en moi au cours des trois dernières années », a déclaré Adam, qui sert avec le Régiment royal de l’Artillerie canadienne. Dernièrement, il a représenté sa famille et son ancêtre Jeremiah Jones lors de la commémoration du 100e anniversaire de la bataille de la Crête de Vimy. Il vit à Ottawa (Ontario) et s’entraîne à l’athlétisme et à l’aviron en salle.

  • Adrienne Stickley

    sergent Adrienne Stickley est administratrice des services financiers dans l’Aviation royale canadienne. En plus de son affectation actuelle au régiment des Lorne Scots, Adrienne chante régulièrement l’hymne national du Canada lors d’événements d’envergure. « C’est un grand honneur de le faire et j’adore cela. » Cette résidente de Borden (Ontario) s’entraîne à la natation, à l’athlétisme et au volleyball assis.

  • Al McFarlane

    Selon le sergent (à la retraite) Al McFarlane, les Jeux Invictus 2017 donneront au public l’occasion de voir ce que les militaires fonts pour rester actifs ». Cet ancien technicien en aéronautique dans l’Aviation royale canadienne vit à Barrie (Ontario) et s’entraîne à l’aviron et au tir à l’arc.

  • Andre Gagnon

    La brève citation latine Carpe Diem est la préférée du sergent (à la retraite) André Gagnon parce qu’il est d’avis que « si on vit dans le passé ou dans l’avenir, on manque le présent et tout ce qu’il a à nous offrir ». Cet ex-technicien des systèmes d’armement aérien dans l’Aviation royale canadienne vit à Jonquière (Québec) et s’entraîne au tir à l’arc, à l’aviron et au volleyball assis.

  • Aaron Victory

    Le caporal-chef (à la retraite) Arron Victory écoute « tout ce qui est fort » quand il se prépare pour les Jeux Invictus 2017. Ce résident d’Oromocto (Nouveau-Brunswick) s’entraîne à la natation.

Haut de page

B

  • Bettina Fuchs

    La caporal-chef (à la retraite) Bettina Fuchs a servi comme conductrice de matériel de soutien mobile dans l’Aviation royale canadienne. Elle n’a pas à chercher trop loin pour s’inspirer en se préparant pour les Jeux Invictus 2017. « Ma mère est ma plus grande source d’inspiration, elle m’a enseigné à être forte et à avoir confiance en moi. Elle est de loin ma plus grande héroïne. » Actuellement, elle vit à Peachland (Colombie-Britannique) et s’entraîne à l’aviron et au tir à l’arc.

  • Blaise Lapointe

    Le major Blaise Lapointe, du Corps de génie royal canadien, est peut‑être celui qui a le plus de partisans alors qu’il se prépare pour les Jeux Invictus 2017, y compris sa conjointe et ses sept enfants. Ce résident de Cantley (Québec) s’entraîne actuellement à l’athlétisme, au cyclisme et au basketball en fauteuil roulant. « Le programme Sans limites et les Jeux Invictus changent la façon dont nous concevons la blessure; ce n’est plus vraiment autant une mauvaise chose qu’un défi à relever. »

  • Brenda McPeak

    La sergent Brenda McPeak dit qu’elle est encore en service actif grâce au programme Sans limites, le programme grâce auquel l’équipe canadienne participe aux Jeux Invictus. « Il est là pour moi depuis le début. Le programme e m’a aidé à recommencer à faire du sport et m’a permis de découvrir mon vrai potentiel. J’ai essayé beaucoup de nouvelles choses, beaucoup plus que je n’aurais jamais pu imaginer. » Elle habite à Petawawa (Ontario) et s’entraîne à l’athlétisme, à l’aviron et au volleyball assis.

  • Brian Clarke

    Le maître de 2e classe (à la retraite) Brian Clarke est à la fois un maître des océans et des airs. Il s’adonne maintenant à la natation en préparation pour les Jeux Invictus 2017. Ce plongeur-démineur à la retraite de la Marine royale canadienne qui habite à Victoria (Colombie-Britannique) a également un brevet de pilote.

  • Bruce Matthews

    Selon Bruce Matthews, le fait d’être un membre d’Équipe Canada aux Jeux Invictus 2017 apporte un nouvel éclairage à sa vie. « Les Jeux Invictus m’ont donné une raison de me lever le matin. Ma routine quotidienne laisse maintenant plus de place à l’entraînement, mon alimentation est plus saine et je suis dans un meilleur état d’esprit, plus positif et centré. J’ai déjà établi des contacts avec de nombreux camarades avec qui j’ai quelque chose en commun et qui peuvent comprendre mes difficultés quotidiennes ». Ce caporal à la retraite de l’Armée canadienne et de l’Aviation royale canadienne vit à Innisfil (Ontario) et s’entraîne à la dynamophilie, à l’aviron et à l’athlétisme.

Haut de page

C

  • Caroline Cauvin

    La sergent Caroline Cauvin a déjà été une coureuse accomplie et elle relève le défi dans deux nouveaux sports : l’aviron et le volleyball assis, lors des Jeux Invictus 2017. Cette résidente d’Ottawa accorde tous les mérites du retour de sa « joie de vivre » à son programme d’entraînement actuel pour les Jeux Invictus 2017.

  • Carson MacIsaac

    Pour le caporal-chef (à la retraite) Carson MacIsaac, originaire d’Inverness (Nouvelle-Écosse), le programme Sans limites et les Jeux Invictus 2017 sont une source de motivation pour « accepter les choses comme elles sont et avancer ». Ce sapeur de combat à la retraite de l’Armée canadienne s’entraîne actuellement au golf et à l’athlétisme.

  • Cheryl Bush

    La premier maître de 2e classe Cheryl Bush est une sportive déterminée qui motive les autres à faire de l’exercice. Elle porte aussi le titre de Dame de l’Ordre de Saint-Georges pour le travail qu’elle a accompli au nom des vétérans. Elle habite The Carp (Ontario) et s’entraîne au cyclisme et à la natation.

  • Christopher Klodt

    L’expérience des Jeux Invictus 2017 apportera au caporal (à la retraite) Christopher Klodt des avantages sur les plans social et physique. « Je suis surtout impatient de rencontrer les membres de mon équipe après la pratique de rugby. » Cet ancien soldat d’infanterie dans l’Armée canadienne vit à Hamilton (Ontario) et s’entraîne aussi à l’athlétisme.

Haut de page

D

  • Dale Robillard

    Après une carrière à aider les gens à survivre après une catastrophe, Dale Robillard, adjudant-maître (à la retraite) de l’équipe de recherche et sauvetage des Forces armées canadiennes, est fier de faire partie d’Équipe Canada pour les Jeux Invictus 2017. « Je suis ému et honoré de représenter à la fois les Jeux Invictus et le programme Sans limites, puisque ces organismes m’ont littéralement sauvé la vie. » Il vit à Comox Valley (Colombie-Britannique) et participe aux épreuves de golf, sport qu’il croyait ne plus jamais pouvoir pratiquer en raison des blessures qu’il a subies il y a plus de 10 ans.

  • Daniel Graham

    Le sergent (à la retraite) Daniel Graham se retrouve sur le terrain de golf. « Le golf est le sport qui me permet de me sentir en paix. Je n’ai jamais vraiment joué dans ma jeunesse, mais maintenant, c’est le seul endroit où je ne pense à rien d’autre dans ma vie. Quand je suis sur le terrain, j’ai l’esprit tranquille et je peux me détendre. » Il vit à Deep River (Ontario) et s’entraîne actuellement à l’athlétisme.

  • Dave Desjardins

    La figure emblématique canadienne, Rick Hansen, est la source d’inspiration du caporal-chef (à la retraite) Dave Desjardins en raison du travail qu’il a fait afin d’« éliminer les obstacles pour les personnes handicapées ». Ce résident de Wendover (Ontario) s’entraîne à l’athlétisme et au basketball en fauteuil roulant.

  • Denise Hepburn

    Toute sa famille encouragera la vétérane Denise Hepburn lors de sa participation aux Jeux Invictus 2017, mais c’est son mari qui est sa source d’inspiration. « C’est la personne que je connaisse qui est la plus gentille et qui me soutient le plus. Il est le roc de mes émotions. Il jongle avec tellement de balles à la fois et cela paraît si facile… Il ne se plaint jamais qu’il en a plus à faire à cause de moi et je l’aime de tout mon cœur et de toute mon âme! » Cette technicienne médicale à la retraite vit à Trenton (Ontario) et s’entraîne à la natation, à l’athlétisme et au volleyball assis.

  • Dwayne Thorpe

    Sapeur de combat à la retraite, Dwayne Thorpe participe aux Jeux Invictus et au programme Sans limite afin de relever à nouveau le défi d’être actif et en santé. « J’espère faire tout ce que je peux pour atteindre mes buts pour les Jeux, sinon les dépasser. Je pourrai ainsi me fixer de nouveaux buts plus grands et me pousser encore plus. » Il habite à Geary (Nouveau-Brunswick) et s’entraîne actuellement à la dynamophilie et à l’aviron.

Haut de page

E

  • Elizabeth Newman

    Quand quelqu’un dit « Jeux Invictus », la vétérane Elizabeth Newman répond « Au jeu! » Cette résidente de Sooke (Colombie-Britannique) est une ancienne technicienne médicale de l’Armée canadienne, qui travaille maintenant comme maquilleuse d’effets spéciaux pour le cinéma et la télévision. « De la peinture corporelle aux prothèses pour des monstres », explique Elizabeth, qui s’entraîne au tir à l’arc.

  • Elizabeth Steeves

    La caporal (à la retraite) Elizabeth Steeves a un autre but pour les Jeux Invictus 2017. Elle habite Sooke (Colombie-Britannique) et s’entraîne à la dynamophilie, à l’aviron en salle et au volleyball assis, et elle espère avoir une petite tape royale sur l’épaule. « Je veux rencontrer le prince Harry pour ma grand-mère de 91 ans! »

  • Étienne Aubé

    Le caporal-chef (à la retraite) Étienne Aubé est véritablement un succès pour le programme Sans limites : non seulement attribue-t-il le retour de sa confiance et de sa motivation au programme, mais encore, quand il ne joue pas avec son chiot et qu’il ne lit pas, ce sapeur de combat à la retraite s’entraîne dans la région de Valcartier (Québec) pour faire partie de l’équipe de golf d’Équipe Canada aux Jeux Invictus.

    Haut de page

    G

  • Gaétan Lortie

    Gaétan Lortie a été fier de servir son pays pendant 37 ans au sein du « 22 » (membre du Royal 22e Régiment) et du Service de la logistique, tant au pays que lors de déploiements à l’étranger (comme au Koweït). Maintenant à la retraite, il vit à Ottawa et a des blessures pour le prouver : deux genoux reconstruits et une blessure permanente au pied, plus précisément. Après de nombreuses années de chirurgie et de réadaptation, Gaétan est prêt à recouvrer sa fierté et son estime de soi aux Jeux Invictus 2017 dans les épreuves de natation et de volleyball assis.

  • Geoff De Melo

    L’élève-officier Geoff De Melo admire la triathlète australienne Mirinda Carfrae, qui est sa source d’inspiration. « Elle a commencé à accomplir des choses tellement incroyables à la fin de la vingtaine, ce qui prouve qu’il n’est jamais trop tard pour réaliser nos rêves, il faut seulement s’engager, être déterminé et ne jamais abandonner. » Il habite Ottawa et s’entraîne actuellement en cyclisme et en natation.

  • Gorden Boivin

    Le caporal (à la retraite) Gorden Boivin, vétéran de l’Infanterie de quatre affectations opérationnelles, vit à Québec et est heureux de l’occasion que les Jeux Invictus lui offrent : représenter son pays devant le monde entier une fois de plus. Quand il ne s’entraîne pas à l’aviron, Gorden aime danser et faire du bénévolat dans des résidences de personnes âgées et des centres de traitement.

Haut de page

H

  • Harry Reddin

    Pompier et plongeur-démineur à la retraite, Harry Reddin peut voir le parallèle entre sa carrière et ses compétitions sportives. « L’adage ‘Plus on transpire en temps de paix, moins on saigne à la guerre’ se transpose bien au sport », déclare-t-il. Après avoir participé aux Jeux Invictus 2016 à Orlando, en Floride, ce caporal à la retraite, originaire de Comox (Colombie-Britannique), est impatient d’y participer à nouveau. Il s’entraîne en cyclisme et en natation.

  • Hélène Le Scelleur

    Hélène Le Scelleur, de Val-des-Monts (Québec), a déjà été entourée de personnes importantes puisqu’elle a été aide de camp pour la très honorable Michaëlle Jean, ancienne gouverneure générale du Canada! Quand ses deux fils, Dave et Mavrick, ne sont pas sa source d’inspiration, ce capitaine à la retraite de l’Armée canadienne fait du ski et du motocross, en plus de son entraînement en athlétisme, aviron et rugby en fauteuil roulant.

Haut de page

I

  • Isabelle Boutin

    La caporal (à la retraite) Isabelle Boutin, ancienne commis SGR de l’ARC de Québec, sait que le sport a sauvé sa vie. Plus spécialement, elle a l’impression que le sport lui a permis de s’évader et de s’adapter à ses nouvelles limites parce qu’elle a éprouvé des difficultés au départ au travail et des problèmes de santé, mais elle s’est ouverte à de nouvelles perspectives.

  • Isabelle Rouleau

    La caporal (à la retraite) Isabelle Rouleau a rêvé de participer à une manifestation sportive d’envergure internationale une bonne partie de sa vie. « Quand j’ai quitté les Forces, j’ai pratiquement arrêté toutes mes activités physiques en raison de la douleur. Les Jeux Invictus me motivent beaucoup à être plus active. C’est un rêve qui devient réalité. » Elle est originaire de Québec et s’entraîne en cyclisme.

Haut de page

J

  • Jackie Buttnor

    Lorsqu’elle ne chante pas dans le cœur féminin Sweet Adelines, la vétérane Jackie Buttnor s’entraîne à la dynamophilie, à l’aviron et au rugby en fauteuil roulant. Cette technicienne médicale à la retraite de l’Armée canadienne trouve que les Jeux Invictus 2017 l’inspirent personnellement. « J’y vais à fond. C’est bien plus valorisant que de rester assis dans la vie. »

  • Japheth Regalado

    Le caporal Japheth Regalado croit que « chaque seconde compte dans la vie et ce que nous faisons de notre temps peut faire une différence, grande ou petite, dans notre vie et dans celle des autres ». Ce technicien médical de l’Armée canadienne vit à Winnipeg (Manitoba) et s’entraîne à l’aviron et au rugby en fauteuil roulant.

  • Jason Israel

    S’inspirant de son fils de deux ans qui est en pleine santé et vigoureux, même s’il ne pesait qu’une livre à sa naissance, le caporal-chef Jason Israel s’entraîne à l’athlétisme et à l’aviron. Il a très hâte de voir sa femme et ses trois enfants quand il franchira la ligne d’arrivée aux Jeux Invictus 2017. Ce soldat d’infanterie de l’Armée canadienne vit à Oromocto (Nouveau-Brunswick).

  • Jason Maves

    Le soldat (à la retraite) Jason Maves s’attend à recevoir des encouragements de beaucoup de personnes pendant les Jeux Invictus 2017. « J’ai beaucoup d’amis et de membres de ma famille qui veulent venir et me demandent comment obtenir des billets. Environ six amis et 12 membres de ma famille m’encourageront dans les gradins. » Toutefois, trois de ces partisans occupent une place bien spéciale dans le cœur de Jason. « Je veux seulement voir les yeux de mes fils et de ma femme Becky quand ils verront que je suis allé aussi loin », déclare-t-il. Habitant à Welland (Ontario), cet ingénieur de l’Armée à la retraite s’entraîne à l’athlétisme et au rugby en fauteuil roulant.

  • Jason Pulver

     Le caporal (à la retraite) Jason Pulver trouve dans son père un exemple à suivre et une source d’inspiration. « Mon père m’inspire beaucoup parce qu’il m’a montré, par ses actes, ce que c’est qu’être une bonne personne, un bon père et un bon mari. » Ce résident de Niagara Falls (Ontario) s’entraîne à l’athlétisme et au basketball en fauteuil roulant.

  • Jayson Nickol

    Le caporal (à la retraite) Jayson Nickol perpétue une tradition familiale depuis qu’il s’entraîne au golf pour les Jeux Invictus 2017. « Mon grand-père a travaillé d’arrache-pied toute sa vie et c’était un excellent golfeur. » Il habite à Winnipeg (Manitoba) et a été un soldat d’infanterie dans l’Armée canadienne.

  • Jean-Claude Migneault

    Pour l’adjudant (à la retraite) Jean-Claude Migneault, le golf est plus qu’un sport. « Cela me permet d’interagir avec des gens, ce que je ne ferais normalement pas. Cela m’aide également à me motiver à rester en santé et physiquement actif. Franchement, je ne sais pas si je serais en voie de me rétablir si je n’avais pas eu l’aide du programme Sans limites. » Il habite à Kingston (Ontario) et a connu le golf par l’entremise du programme Sans limites. Par ailleurs, il s’entraîne à l’aviron.

  • Jean-Philippe Plamondon

    Le soldat (à la retraite) Jean-Philippe Plamondon a surmonté et continue de surmonter beaucoup d’épreuves depuis que deux AVC, à quelques jours d’intervalle, l’ont laissé immobile, sauf pour une seule paupière, incapable de manger, de parler et sans sa mémoire à court terme. Grâce à sa détermination et à son travail acharné, il a recouvré la mobilité de la moitié de son corps et, avec l’aide d’équipement adapté et de parents qui l’ont toujours soutenu, il a retrouvé la capacité de s’entraîner et de faire du sport. Avec son partenaire d’entraînement indéfectible de l’école des recrues, le caporal Cyr, Jean-Philippe fera partie d’Équipe Canada en cyclisme.

  • Jennifer Alexander

    La soldat (à la retraite) Jennifer Alexander, de Kelowna (Colombie-Britannique), s’entraîne à la dynamophilie, à la natation et au rugby en fauteuil roulant. Cette ancienne conductrice de matériel mobile de soutien a hâte de connaître l’aspect international des Jeux Invictus 2017 et de « rencontrer des gens d’autres pays ».

  • Jérémy Meyer

    Le sergent Jérémy Meyer de Lac-Brome (Québec) est emballé à l’idée de participer aux Jeux Invictus parce que c’est une « grande source de motivation » de s’entraîner dur physiquement et de garder un mode de vie sain. Cet amant de la nature fait souvent de la randonnée ou de l’escalade, quand il ne s’exerce pas dans ses disciplines de choix, l’athlétisme et le cyclisme.

  • Jessica Garneau

    Ses amis et sa famille décrivent la caporal (à la retraite) Jessica Garneau de Gatineau (Québec), ancienne commis au soutien à la gestion des ressources dans l’Aviation royale canadienne, comme la persévérance incarnée. Son entraînement en cyclisme et athlétisme pour les Jeux Invictus lui donne, selon ses dires,  la motivation nécessaire pour attacher ses souliers tous les matins.

  • Jessica Miller

    La sergent Jessica Miller renoue avec son amour du sport depuis qu’elle s’est jointe à Équipe Canada pour les Jeux Invictus 2017. « J’ai toujours aimé le sport et la compétition. Les Jeux ont rallumé à l’intérieur de moi une flamme que j’avais oubliée », explique cette technicienne médicale de l’Armée canadienne. Habitant Upper Tantallon (Nouvelle-Écosse), elle s’entraîne à l’athlétisme.

  • Joël Guindon

    Le caporal (à la retraite) de l’Armée canadienne Joël Guindon a un message pour ses camarades et concurrents  des Jeux Invictus 2017. « Vous n’êtes pas brisés, vous êtes simplement blessés. Trouvez votre résilience. Continuez d’avancer, même si les marches qu’il faut monter sont très hautes. Vous n’êtes pas seuls. » Originaire de Gatineau (Québec), il participera à ses deuxièmes Jeux et espère revenir avec une autre médaille au tir à l’arc.

  • Joe Rustenburg

    Les choix musicaux du caporal (à la retraite) Joe Rustenburg sont simples quand il s’entraîne à la dynamophilie, à l’athlétisme et au basketball en fauteuil roulant pour les Jeux Invictus 2017. « Plus c’est éprouvant, mieux c’est. » Cet ancien soldat d’infanterie, qui a suivi les traces de son grand-père, vient de Warman (Saskatchewan).

  • Julie Marcotte

    Le programme Sans limites a aidé la caporal (à la retraite) Julie Marcotte à revenir à sa vie quotidienne. « Je ne pensais pas que le sport m’aiderait, mais j’ai remarqué que, quand j’ai un but à atteindre, comme monter à vélo avec ma fille, le sport est mon plus grand allié. » Cette vétérane de l’artillerie de l’Armée canadienne vit à St‑Eustache (Québec) et s’entraîne à la dynamophilie et au cyclisme.

  • Julie Nadeau

    Auparavant infirmière de soins généraux pour l’ARC, la capitaine (à la retraite) Julie Nadeau adore relever des défis. Inspirée par son conjoint, ses deux filles et des amis, elle s’entraîne en cyclisme et en natation pour les Jeux Invictus, tout en ayant une vie familiale active et en s’exerçant avec ses chaussures Kangoo. Comme elle le dit : « Écoute ton corps, laisse tes blessures guérir et rappelle-toi que cinq minutes dans le gym, c’est cinq minutes de moins à rester assis à ne rien faire ».

Haut de page

K

  • Karyne Gelinas

    « C’est une occasion en or de faire partie à nouveau d’un aussi grand événement », affirme la capitaine (à la retraite) Karyne Gélinas, à propos du programme Sans limites et des Jeux Invictus 2017. « Cette possibilité m’a donné la motivation et l’objectif dont j’avais besoin pour ma réadaptation, tant physique que mentale. » Cette ancienne contrôleuse de la circulation aérienne de l’Aviation royale canadienne, qui vit à Moncton (Nouveau-Brunswick), s’entraîne au golf.

  • Katherine Heath

    Les buts personnels de la caporal (à la retraite) Katherine Heath pour les Jeux Invictus sont bien plus élevés que le simple fait de remporter une course lors d’une compétition internationale. « Pour moi, les Jeux Invictus ne représentent pas des médailles. Ils signifient que je reprends ma vie en main, que je fais quelque chose qui m’aidera à surmonter mes peurs. Peut-être que je ne suis pas une athlète typique, mais j’essaie de relever des défis. Je vais peut-être finir en dernier, mais je donne tout ce que j’ai. C’est important de relever les défis de tous les jours de manière positive. » Habitant Rusagonis (Nouveau-Brunswick), elle s’entraîne en natation et en cyclisme.

  • Kelly Scanlan

    Soldat d’infanterie dans l’Armée canadienne, la caporal Kelly Scanlan a déjà vécu l’expérience des Jeux Invictus et commencé une nouvelle aventure. « Grâce à mon entraînement pour les Jeux Invictus 2017, j’ai été embauchée comme pompière. » Elle s’entraîne actuellement à la natation, au tennis et au cyclisme.

  • Kevin Nanson

    Le sergent à la retraite de l’Armée canadienne Kevin Nanson connaît la vraie valeur de la participation aux Jeux Invictus 2017. « Ces jeux nous donnent à nouveau une mission, un but et le travail d’équipe qui nous manquent depuis que nous avons été blessés. Aucun mot ne peut décrire ce que cela signifie. » Vétéran de l’Armée canadienne et de l’Armée britannique vivant à Gibbons (Alberta), il s’entraîne maintenant au golf, à l’athlétisme et au rugby en fauteuil roulant.

  • Krista Seguin

    La lieutenant de vaisseau Krista Seguin tire son mantra du latin : Luctor et Emergo. « Cela signifie : je lutte et j’émerge. Je trouve que cette maxime est très à‑propos pour moi, parce qu’elle représente les luttes auxquelles j’ai fait face dans ma vie, mais aussi la résilience que j’ai acquise dans tout cela. » Vivant à Victoria (Colombie-Britannique), cet officier de logistique s’entraîne à la dynamophilie et au volleyball assis.

  • Kristopher Vaughan

    Le sergent Kristopher Vaughan, de Kingston (Ontario), regarde de l’autre côté de la table quand il déjeune pour s’inspirer. « Ma femme, Sherri, est tellement forte. Elle a été à mes côtés pendant que je traversais le pire, elle m’a faire croire en moi, croire que je pouvais accomplir quelque chose – surtout me rétablir. » Dans ses temps libres, ce technicien de la construction dans l’Aviation royale canadienne bâtit des maisons pour Habitat pour l’humanité et s’entraîne au tir à l’arc.

Haut de page

L

  • Lorne Ford

    Soldat d’infanterie, le sergent Lorne Ford habite à Gibbons (Alberta) et s’inspire de son Grand Frère (de l’Association des Grands Frères et Grandes Sœurs). « Il est comme un père pour moi parce qu’il m’a aidé à devenir l’homme que je suis maintenant! Nous nous sommes rencontrés quand j’avais neuf ans et nous nous parlons encore aujourd’hui. » Il s’entraîne à l’aviron et au rugby en fauteuil roulant.

  • Lutz Stelzner

    Le sport et le programme Sans limites sont devenus très importants pour le vétéran Lutz Stelzner. « Ils me gardent hors d’un fauteuil roulant. » Ce caporal-chef à la retraite de l’Armée canadienne vit à Oliver (Colombie-Britannique) et s’entraîne en cyclisme.

Haut de page

M

  • Marc Comeau

    « Vivre un instant de plus avec mes frères et sœurs d’arme. » Voilà à quoi le sergent (à la retraite) Marc Comeau aspire pendant qu’il se prépare pour les Jeux Invictus 2017. Né à Tracadie (Nouveau-Brunswick), cet ancien sapeur de combat vit à Oromocto (Nouveau-Brunswick) et s’entraîne au tir à l’arc.

  • Marcel Moreau

    Marcel Moreau ne cherche pas plus loin que chez sa propre fille une source d’inspiration et de détermination. « Ma fille la plus vieille, Kristina, a été déployée en Bosnie en 2002 comme infirmière. Elle est revenue et est entrée directement à l’école de médecine et a obtenu son diplôme en 2009, pendant qu’elle élevait mes deux petits-enfants comme mère célibataire. » Vivant à Oshawa, cet adjudant à la retraite s’entraîne au golf et au rugby en fauteuil roulant.

  • Mark Hoogendoorn

    Le caporal-chef Mark Hoogendoorn remercie le programme Sans limites de lui avoir présenté un nouveau mode de vie actif et de lui avoir redonné l’espoir après qu’il a perdu sa jambe gauche en Afghanistan. Ce nouveau mode de vie actif lui a permis de poursuivre sa carrière de sapeur de combat dans les Forces armées canadiennes. Vivant à Charters Settlement, il s’entraîne actuellement à la dynamophilie et au rugby en fauteuil roulant.

  • Martine Duval

    La soldat de l’Aviation royale canadienne Martine Duval, de Cold Lake, attribue sa possibilité de participer aux Jeux Invictus à son retour en gymnase et à sa redécouverte d’une attitude positive. Inspirée par son conjoint, sa famille et tous ses amis, elle est impatiente de les rendre fiers de sa participation à l’épreuve de golf, pour laquelle elle s’entraîne.

  • Matthew Bleach

    Ancien technicien médical pour l’Armée canadienne, le caporal (à la retraite) Matthew Bleach est un nouveau venu au programme Sans limites et aux Jeux Invictus, mais c’est maintenant ce qui le motive. « Avant, j’étais toujours très occupé ou je ne me sentais pas bien. Maintenant que je participe, j’aime ça et je veux continuer. J’ai appris qu’il n’est pas trop tard pour retourner au gym et prendre soin de soi mentalement et physiquement. » Habitant Wahnapitae (Ontario), il sera père de quatre enfants cet été après la naissance de jumeaux. Il s’entraîne à la natation.

  • Melanie Harris

     Lorsqu’elle doit relever un défi, Melanie Harris se tourne vers son fidèle slogan : Fais-le dans la peur. « Parfois, on a peur de faire quelque chose. La peur représente une grande part de ce qui nous empêche d’atteindre nos buts. Ce n’est peut-être pas la meilleure idée, mais faites-le quand même! » Cette résidente d’Edmonton (Alberta) est une caporal à la retraite de l’Armée canadienne et s’entraîne au tir à l’arc et au volleyball assis.

  • Melissa Smith

    Membre du personnel médical pendant sa carrière militaire, la caporal à la retraite Melissa Smith trouve son inspiration auprès des autres vétérans. « Je puise ma force et ma motivation chez eux; ils me rappellent que, même si je ne porte plus l’uniforme, je fais toujours partie d’une famille bien spéciale ». La dynamophilie et le tir à l’arc sont les sports de choix de cette habitante de Fredericton (Nouveau-Brunswick), originaire de Terre-Neuve.

  • Michael Clarke

    Le caporal (à la retraite) Michael Clarke est impatient de tisser à nouveau des liens avec des membres des Forces canadiennes, puisqu’il a été libéré pour raisons médicales en 1986, après un accident de motocyclette. Cet ancien homme d’équipage du 8th Canadian Hussars pour l’Armée canadienne qui vit à Toronto (Ontario) fait de l’athlétisme en fauteuil roulant depuis plus de 20 ans et s’entraîne actuellement en cyclisme et en athlétisme.

  • Michael Fuentespina

    L’adjudant-maître Michael Fuentespina a représenté le Canada aux Jeux Invictus 2016 à Orlando, en Floride. Ce membre du personnel médical pour l’Armée canadienne vient d’Ottawa (Ontario) et s’entraîne en cyclisme.

  • Michael Reist

    La source d’inspiration de l’adjudant (à la retraite) Michael Reist est sa conjointe. « Ma femme est la personne la plus forte que je connaisse. » Cet ancien soldat d’infanterie pour l’Armée canadienne vit à Gagetown (Nouveau-Brunswick) et s’entraîne au tir à l’arc et en rugby en fauteuil roulant.

  • Mike Trauner

    Le caporal-chef (à la retraite) Mike Trauner est peut-être « mi-homme, mi-machine », mais il est sportif à 100 %. Il s’entraîne actuellement à l’aviron, au cyclisme et au basketball en fauteuil roulant en préparation pour les Jeux Invictus 2017. Cet ancien soldat d’infanterie qui habite à Pembroke (Ontario) déclare : « Je suis confiné dans ma maison au quotidien. Je veux faire à nouveau partie d’une équipe, comme quand j’étais dans un bataillon. Je veux continuer de représenter mon pays et d’être une source d’inspiration pour que d’autres membres en service qui sont malades ou blessés réalisent que tout est possible. »

  • Michel LeBlanc

    Michel LeBlanc est un passionné lorsqu’il s’entraîne à l’aviron et au cyclisme et pour les Jeux Invictus 2017. « J’aime tellement les Jeux Invictus. Des personnes qui partagent des points de vue similaires de nombreux pays se réunissent pour la même cause et pour profiter de l’expérience comme une seule personne. C’est l’occasion de montrer au monde entier que, quand on se fait écraser, on peut se relever et réaliser beaucoup de choses », explique ce caporal-chef à la retraite de Fredericton (Nouveau-Brunswick).

  • Mik Popiel

    Le sergent Mik Popiel remercie ses fils pour sa détermination. « Mes fils m’inspirent parce qu’ils me poussent à leur offrir une enfance que les générations qui les ont précédés ne pouvaient pas avoir. » Pour tout le reste qui a trait à son entraînement, le sergent Popiel remercie son épouse. « Grâce à elle, je maintiens ma discipline dans mon entraînement, mon alimentation et mon hydratation. » Ce soldat d’infanterie de l’Armée canadienne vient de Quinte West (Ontario) et s’entraîne en natation et en cyclisme.

  • Mimi Poulin

    Monitrice de planche à neige adaptée dans ses temps libres, la caporal Mimi Poulin a hâte de vivre à nouveau la camaraderie qui fera partie des Jeux Invictus 2017 : elle a participé aux Jeux de l’an dernier à Orlando, en Floride. « C’est une autre chance pour moi de faire en sorte que mon pays soit fier. » Cette technicienne en recherche et sauvetage de l’Aviation royale canadienne vient de Lazo (Colombie‑Britannique) et s’entraîne en natation et en cyclisme.

Haut de page

N

  • Natacha Dupuis

    La co-capitaine d’Équipe canadienne, Natacha Dupuis, a un message à transmettre aux autres militaires blessés et malades qui sont en route pour les Jeux Invictus 2017. « Vous avez la chance incroyable de faire des changements dans votre vie. Croyez-moi, si vous faites l’effort qu’il faut, les Jeux Invictus et le programme Sans limites vous permettront de bien vous redresser. Vous accomplirez des choses que vous n’auriez jamais crues possibles. » Ce sera les deuxièmes Jeux pour Natacha, qui vit à Gatineau (Québec) et s’entraîne à l’athlétisme et à l’aviron.

  • Nic Meunier

    Le sergent (à la retraite) Nic Meunier, de la région de Montréal (Québec), sait exactement ce qu’il veut rapporter des Jeux Invictus 2017 : « L’or! » Ce chef d’équipe et technicien en recherche et sauvetage à la retraite de l’Aviation royale canadienne a commencé dans le Royal 22e Régiment d’infanterie. Il a presque remporté la médaille d’or à deux reprises lors des Jeux Invictus d’Orlando, en Floride, l’an dernier, en s’emparant de deux médailles d’argent. Il s’entraîne actuellement au tir à l’arc, au golf et au rugby en fauteuil roulant.

  • Nicholas Verleun

    Le capitaine Nicholas Verleun, officier d’artillerie pour l’Armée canadienne, s’inspire d’Arthur Wellesley. « À ses débuts, il n’était pas beaucoup apprécié et il a été assailli de toutes parts par des gens qui souhaitaient le voir échouer », de déclarer le capitaine Verleun à propos du soldat anglo-irlandais et homme d’État qui a été l’un des principaux personnages politiques et militaires britanniques du XIXe siècle. Ce résident de Shilo (Manitoba) s’entraîne à la dynamophilie.

Haut de page

P

  • Pearce Bourassa

    Le matelot de 1re classe (à la retraite) Pearce Bourassa croit « qu’il n’y a rien comme le sport pour unifier un pays comme le Canada ». Cet habitant de Vancouver (Colombie-Britannique) s’entraîne actuellement en cyclisme, à l’aviron et au tennis en préparation pour les Jeux Invictus 2017, à Toronto.

  • Peter Dennis

    Pour le matelot de 1re classe Peter Dennis, sa mère est son exemple par excellence. « Ma mère m’inspire parce qu’elle n’abandonne jamais. Elle est retournée aux études pour devenir enseignante. » Ce résident de Middle Sackville (Nouvelle-Écosse) s’entraîne en cyclisme.

  • Phillip Badanai

    Le caporal (à la retraite) Phillip Badanai, vétéran de l’Armée canadienne, s’entraîne de manière avec acharnement dans trois disciplines pour participer aux Jeux Invictus 2017 : l’aviron, le rugby en fauteuil roulant et un troisième sport qui lui reste à décider. « Les Jeux seront un défi pour moi, de déclarer cet habitant de Barrie (Ontario). Ils vont me faire sortir de ma tête et de mon sous-sol. »

Haut de page

R

  • Rob Sanders

    Le caporal (à la retraite) Rob Sanders a déjà beaucoup réfléchi à ce qu’il portera aux Jeux Invictus 2017. « Je suis impatient de porter la feuille d’érable. Lorsque je pratique un sport d’équipe, j’essaie toujours de porter le numéro 14, en l’honneur de Dave Keon, des Maple Leafs de Toronto, c’est l’un des meilleurs joueurs de l’histoire de cette équipe. » Cet habitant de Langdon (Alberta) s’entraîne au tir à l’arc et au volleyball assis.

  • Robert O. Smith

    Le caporal (à la retraite) Robert O. Smith trouve qu’il est lui-même sa source d’inspiration pendant qu’il se prépare pour les Jeux Invictus. « Depuis que je me suis joint à mes frères blessés dans le gym, j’ai perdu plus de 50 livres. Je suis probablement en meilleure condition physique maintenant que je l’étais quand j’étais militaire. Ma fille m’a dit que j’étais sa plus grande source d’inspiration. Elle en est maintenant à sa 3e année d’études en éducation physique à l’Université Queens. J’aime penser que je suis responsable de son parcours. » Lorsque ce vétéran ne s’entraîne pas à la natation et à l’athlétisme, il travaille comme officier de police bénévole pour la Ville de Kingston (Ontario).

  • Ryan Voll

    Le caporal (à la retraite) Ryan Voll s’entraîne en cyclisme pour se préparer aux Jeux Invictus 2017. Cet habitant de Toronto (Ontario) aime lire et voyager de par le monde avec ses enfants, ainsi qu’étudier pour devenir astrophysicien, lorsqu’il ne monte pas sur sa selle de vélo.

Haut de page

S

  • Sandy Bate

    Sandy Bate dédie ses résultats au golf pendant les Jeux Invictus 2017 à la mémoire de sa mère et de son frère, qui étaient tous deux d’avides golfeurs. Cette caporal‑chef (à la retraite) de l’Aviation royale canadienne, qui vit à Victoria (Colombie‑Britannique), apportera beaucoup de compétences et de savoir-faire aux Jeux parce qu’elle a été intronisée au Tableau d’honneur des sports des Forces armées canadiennes pour de nombreux sports en 2007.

  • Scott Atkinson

    Grâce à son surnom, le caporal-chef Scott « Big Army » Atkinson remportera peut-être des jeux d’esprit pendant les Jeux Invictus 2017. Cet ancien joueur de rugby, qui habite actuellement à Ottawa (Ontario), s’entraîne au tir à l’arc et en cyclisme.

  • Simon Mailloux

    Le capitaine Simon Mailloux est co-capitaine d’Équipe Canada pour les Jeux Invictus 2017. Parce qu’il a représenté le Canada aux Jeux Invictus 2016 à Orlando, en Floride, il sait exactement pourquoi ces Jeux sont importants pour les athlètes et pour les Canadiens. « C’est une occasion de voir de grands esprits s’affronter, mais aussi de faire connaître à notre pays l’histoire de nos années de service. » Cet officier d’infanterie du Royal 22e Régiment vit à Québec (Québec) et s’entraîne à l’athlétisme et au volleyball assis.

  • Stephane Roy

    Vivant à Comox (Colombie-Britannique), l’adjudant Stéphane Roy est dans l’Aviation royale canadienne. À ses yeux, le programme Sans limites et les Jeux Invictus sont le carburant bien nécessaire de sa passion pour le sport. « J’ai un but maintenant. » Ce technicien en recherche et sauvetage pour l’Aviation royale canadienne s’entraîne au basketball en fauteuil roulant.

  • Steve Daniel

    Le sergent à la retraite de l’Armée canadienne, natif de Sudbury (Ontario), Steve Daniel n’est pas étranger aux compétitions internationales d’athlétisme puisqu’il a déjà représenté le Canada en aviron lors des Jeux paralympiques de Beijing, en 2008, et pendant les Jeux Invictus 2016 à Orlando, en Floride, où il a remporté une médaille d’argent. Actuellement, il s’entraîne à l’aviron et au basketball en fauteuil roulant. « Les Jeux Invictus sont une expérience exceptionnelle pour moi. J’encourage mes coéquipiers à se pousser plus loin dans leur entraînement et à être ouverts aux nouvelles amitiés qui se créeront pendant cette aventure. »

  • Steve Murgatroyd

    Le sergent Steve Murgatroyd est emballé à l’idée de faire partie d’Équipe Canada pour les Jeux Invictus 2017. « Je suis impatient d’acquérir de nouvelles compétences de mes camarades, de transmettre ce que j’ai appris et d’appuyer tous mes coéquipiers dans leur aventure sportive. » Cet habitant de Truro (Nouvelle-Écosse) est un soldat d’infanterie pour l’Armée canadienne.

  • Suzanne Barrette

    Nouvelle arrivée au programme Sans limites, la vétérane Suzanne Barrette a été conductrice de matériel mobile de soutien pendant ses années de service dans les Forces armées canadiennes. Elle a de nombreux problèmes de santé, notamment une arthrodèse qui lui rend la vie très difficile depuis 10 ans. Les Jeux Invictus 2017 sont ce qui la motive à sortir de son isolement habituel. Elle habite à Ottawa (Ontario) et s’entraîne au tir à l’arc et à l’aviron en salle.

Haut de page

T

  • Tom Martineau

    Le vétéran Tom Martineau accueille avec joie les défis et les récompenses que les Jeux Invictus lui apporteront. Cet adjudant à la retraite de l’Armée canadienne vit à Kingston (Ontario) et s’entraîne au golf et au basketball en fauteuil roulant.

  • Tracy Howlett-Cooney

    La caporal (à la retraite) Tracy Howlett-Cooney est une athlète déterminée depuis sa jeunesse, organisant et motivant des camarades afin qu’ils améliorent leurs aptitudes et qu’ils atteignent des buts. Cela l’a aidé à se remettre de ses blessures. « Les Jeux Invictus seront un excellent endroit pour m’inspirer et me motiver, déclare Tracy, qui est née à Comox (Colombie-Britannique). Ce seront mes toutes premières compétitions en aviron, cyclisme et basketball en fauteuil roulant. »

  • Tyron Lincoln

    La grand-mère du sergent (à la retraite) Tyron Lincoln est sa source d’inspiration pour les Jeux Invictus et dans sa vie en général. « Elle était ma mère et mon père et a fait de moi l’homme déterminé que je suis aujourd’hui. » Cet habitant de Burlington (Ontario), qui a été technicien en géomatique pour l’Armée canadienne, s’entraîne à l’athlétisme, au cyclisme et au rugby en fauteuil roulant.

  • Tyson Tulk

    Tyson Tulk croit dans les bénéfices du sport. « La puissance du sport est incroyable. Le tir à l’arc est l’une des épreuves à laquelle je participe, et je suis renversé par le sentiment méditatif que j’en retire. Le fait de mettre la flèche à l’endroit où je le veux fait disparaître tous les bruits extérieurs. » Cet habitant de Torbay (Terre-Neuve) s’entraîne au lancer du poids.

Haut de page

W

  • Warren Brace

    Le caporal-chef (à la retraite) Warren Brace réalise un rêve puisqu’il participe aux Jeux Invictus 2017. « Ces Jeux me donnent une chance de me mettre en forme et d’avoir un mode de vie plus actif. J’ai toujours rêvé de nager pour Équipe Canada et j’en fais maintenant partie! » Cet ancien technicien des systèmes d’aviation dans l’Armée royale canadienne vit à Trenton (Ontario).

  • Wayne Jerrett

    En se préparant pour les Jeux Invictus, l’adjudant (à la retraite) Wayne Jerrett a renoué avec le familier et l’inconnu à la fois. « Les Jeux permettent aux gens de participer à des activités qui leur sont familières et de pratiquer de nouvelles activités récréatives qu’ils ne pensaient pas pouvoir faire un jour. » Au cours de ses 25 ans de carrière, Wayne a été déployés à six reprises, notamment en Bosnie, en Asie du Sud-Ouest et en Afghanistan. Le résidant de Carrying Place (Ontario), qui se spécialisait en artillerie anti-aérienne, s’entraîne au golf, à la natation et au basketball.

  • Will Werth

    Venant tout juste de décrocher une attestation d’études collégiales en génie logiciel au Collège Conestoga, le caporal (à la retraite) Will Werth se concentre maintenant sur son entraînement pour les Jeux Invictus 2017. Cet ancien sapeur de combat pour l’Armée canadienne vit à Plattsville (Ontario) et s’entraîne au golf.

Haut de page

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :