Aspects psychologiques

Même si tous les militaires doivent un jour quitter les FAC, quand le moment du départ arrive, ils risquent de subir un choc. N’importe quel changement peut être excitant, mais aussi potentiellement stressant. Ce moment s’accompagne souvent de gros changements, surtout si le militaire a passé de nombreuses années dans les FAC. Non seulement il lui faut changer d’emploi, mais peut-être aussi déménager et établir de nouveaux contacts et réseaux sociaux.

La majorité des personnes s’adaptent avec succès, se trouvent un emploi et se créent une vie après leur période active dans les FAC; cependant, certains peuvent éprouver de l’incertitude et une perte de confiance. Un manque de préparation au départ et de planification en vue de ce qui va suivre risque de rendre l’adaptation plus difficile; quiconque ne se prépare pas s’expose à l’échec.

Peu importe votre situation, la transition comporte de nombreux changements.

Étapes du changement

La plupart des militaires passent à travers une série d’étapes semblables face aux changements. La connaissance de ces étapes peut les aider à gérer les situations et à se rassurer quand ils se sentent « coincés ». Comme le diagramme 1 le montre, le changement comporte trois principales étapes, selon de nombreux comptes rendus.

Diagramme 1 – Étapes du changement

Une description accessible de tous les tableaux et graphiques sera disponible sous peu.

 

Le diagramme 1, intitulé « Étapes du changement », montre les stades psychologiques associés à la transition de la vie militaire à la vie civile.

À quoi puis-je m’attendre?

Faire la transition peut prendre du temps. Pour beaucoup, il ne s’agit pas simplement de quitter un emploi, mais tout un mode de vie. Au moment d’entreprendre un nouveau chapitre de leur vie, des militaires risquent de s’ennuyer grandement du sentiment d’accomplissement et d’appartenance qu’ils éprouvaient dans les FAC. Au stade de la transition, les militaires ont typiquement l’impression de perdre une partie d’eux-mêmes, ou de ne plus se sentir à leur place. Certains comparent ce stade à un deuil, ou à un processus de changement au cours duquel ils risquent de traverser une période de choc et de déni, avant d’accepter la nouvelle réalité et de s’y adapter.

Identité personnelle

Votre identité personnelle est définie par de nombreux facteurs, y compris votre rôle à titre de membre des FAC. Quand nous nous enrôlons dans les FAC, nous entrons dans une organisation militaire et nous commençons à créer notre identité militaire. Nous apprenons la langue militaire et le droit militaire, et il se peut que nous nous coupions de notre vie civile et de nos amis. Ce sont là certaines des réalités, ou des sacrifices, que l’appartenance aux FAC comporte. Nous pouvons nous percevoir comme étant d’abord et avant tout des militaires. Quand vous vous préparez à faire la transition des FAC à la vie civile, vous risquez de ressentir la perte d’une importante partie de votre identité. Le retour à la vie civile peut déclencher une crise d’identité et susciter le besoin de redéfinir votre identité pour l’avenir.

Culture militaire

La culture militaire des FAC est solide. Des années passées à s’identifier et à nouer des liens avec des militaires peuvent parfois nous empêcher d’établir de nouvelles relations et amitiés dans la vie civile. Vous penserez peut-être que votre valeur est moindre dans vos rôles civils. Comme vous proviendrez d’un milieu militaire discipliné, vous éprouverez peut-être de l’impatience et de la frustration face aux attitudes et aux comportements civils qui semblent manquer de structure, d’orientation et de discipline. Un solide sens de la mission et la détermination à accomplir une tâche ne sont pas nécessairement présents dans toutes les organisations. Des compétences plus générales sont nécessaires pour façonner le cours des choses et influer sur lui.

Dynamique et relations familiales

Bien que le mode de vie militaire ait rendu votre famille apte à s’adapter, votre transition à la vie civile est aussi la leur :

  • La transition peut signifier un nouvel endroit où vivre, de nouvelles responsabilités et des changements au niveau de l’école, des emplois ou des amis.
  • La famille d’un militaire est généralement très fière de ce qu’il/elle accomplit et elle peut même avoir adopté une partie de son statut de militaire des FAC. Quand le conjoint ou la conjointe ou un autre membre de la famille fait la transition vers la vie civile, sa famille risque d’éprouver un sentiment de perte.
  • Il se pourrait que la famille se réjouisse de la décision prise par le militaire et qu’elle y voit la possibilité d’un nouveau départ et l’occasion de passer plus de temps ensemble, une fois la carrière militaire exigeante terminée.
  • Il faudra peut-être renégocier les responsabilités partagées en fonction des nouveaux rôles.
  • Les familles peuvent être stressées lorsqu'elles traversent le processus de transition et prennent des décisions pour leur avenir.

La communication à ce moment est primordiale. Il sera utile d'être conscient de certains des défis que les gens rencontrent couramment et de ce que vous pouvez faire pour les aider à les gérer.

Construisez votre identité et votre réseau social

Avant de quitter les FAC, faites un effort pour construire d'autres éléments de votre identité en tant que parent, partenaire, adepte de certains passe-temps, ami et membre de la communauté.

Le fait d'avoir une identité élargie améliore votre estime de soi et votre santé mentale pendant votre service; une fois que vous quittez les FAC, il est probable que vos passe-temps, vos amis civils, votre famille et vos passions vous aident à réduire tout sentiment de perte. Cela ne signifie pas que vous devez vous couper de vos amis et réseaux actuels au sein des FAC, car il importe également d’entretenir vos liens d’amitié existants.

Parlez à quelqu’un

Si l’approche de la transition vous inquiète, ou si vous avez besoin d’aide au sujet de certains aspects pratiques, parlez à quelqu’un et demandez des conseils, par exemple à un collègue, un ami, un membre de votre famille, l’aumônier de votre base, un psychologue, un travailleur social, un gestionnaire des cas pour l’invalidité de longue durée (ILD) des FAC, un conseiller du programme de réadaptation professionnelle (PRP) des FAC, ou un membre de l’équipe des Services de santé des FAC. Si vous hésitez à solliciter l’aide d’un représentant des FAC, vous trouverez une liste de lignes d'assistance téléphonique et de ressources de soutien à la fin du présent guide.

Trouvez un mentor

Songez à vous trouver un mentor, c’est-à-dire quelqu’un que vous respectez et à qui vous pouvez demander conseil et parler à cœur ouvert. Ce pourrait être quelqu’un que vous connaissez et qui a déjà fait la transition entre les FAC et la vie civile. Cette personne pourra partager avec vous des expériences qu’elle aura vécues et qui lui auront été utiles. Elle aura peut-être aussi des conseils à vous donner pour faciliter votre transition, à la lumière de sa propre expérience, par exemple :

  • Planifiez d’avance, mais allez-y un jour à la fois. Le processus décisionnel risque d’être accablant; allez-y doucement et ne négligez pas les choses toutes simples. Divisez le travail à faire en des volumes gérables.
  • Restez actif. Suivez un bon régime alimentaire, faites de l’exercice régulièrement, dormez suffisamment, ayez une vie sociale et des passe-temps et voyagez.
  • Soyez patient. Le processus de transition peut parfois prendre plusieurs années.
  • Impliquez-vous dans la collectivité civile et apprenez à connaître vos nouveaux collègues de travail. Intégrez-vous à leur groupe.

Prenez soin de votre santé

L’expérience de la transition entraîne d’importants changements pour beaucoup de personnes. Ceux-ci peuvent mettre leur résilience à l’épreuve et influer sur leur état de santé global. Parfois, il n’est pas facile de reconnaître les signes que quelque chose ne va pas. L’effet cumulatif des événements survenant dans notre vie, par exemple, les relations, la santé physique, l’emploi et le bien-être de la famille, risque d’être lourd à porter et de miner notre santé mentale, même dans des circonstances où nous réussissions bien auparavant.

Le continuum de la santé mentale (voir le diagramme 2) est un outil utile pour surveiller comment vous vous débrouillez et les effets éventuels que la transition risque d’avoir sur votre comportement, vos pensées et la façon dont vous vous sentez. Les repères communs de la santé mentale sont groupés par thème : humeur, rendement, habitudes de sommeil, santé physique, rapports sociaux et activités. Vous pouvez voir comment les problèmes se multiplient et comment le fonctionnement de la personne se détériore à mesure que l’on se déplace vers la droite du continuum. Tout comme la santé peut se dégrader avec le temps face à l’évolution des circonstances de la vie, il est possible de revenir à un bon état général, surtout si l’on repère les signes tôt et que l’on prend des mesures pour remédier à la situation.

Diagramme 2 - Continuum de la santé mentale

Une description accessible de tous les tableaux et graphiques sera disponible sous peu.

Le diagramme 2, intitulé « Continuum de la santé mentale », présente les différentes réactions de personnes faisant face au stress.

Il est parfois plus facile de faire la transition si l’on demande de l’aide. Il ne s’agit pas là d’un signe de faiblesse, mais plutôt d’une mesure positive prise pour retrouver et conserver le sentiment que l’on est maître de sa vie.

La clé de l’adaptation au changement consiste à se concentrer sur ce que l’on peut maîtriser et à ne pas essayer d’influer sur ce qui échappe à son contrôle. N’essayez pas de tout faire sans aide : demandez l’appui d’autrui et faites intervenir d’autres personnes. Le site Web des Services de santé des FAC (http://cmp.mil.ca/fr/sante/membres-fac/promotion-sante.page) fournit aussi toute une gamme de renseignements et d’outils à utiliser pour conserver un bon état de santé.

À ÉVITER

  • Ne pas se soucier de planifier le changement.
  • Remettre les choses au lendemain.
  • Cesser de parler aux autres, en particulier à la famille et aux amis.
  • Camoufler vos pensées ou vos sentiments, faire comme s’ils n’existaient pas, ou les dissimuler à votre famille.
  • Penser que votre famille gérera le changement sans difficulté.
  • Sous-estimer les changements que vous devrez traverser. La transition à la vie civile met la plupart des gens à l’épreuve.
  • Sous-estimer à quel point le travail et la vie sont différents dans le « monde civil » et dans quelle mesure tout est compétitif en dehors des FAC.
  • Boire trop.
  • Vous attendre à vous réinstaller rapidement dans votre nouvelle vie.
  • Rejeter les conseils d’autrui, refuser d’apprendre auprès des « civils ».
  • Juger les gens en fonction des normes militaires.
  • Prendre trop d’engagements financiers avant la libération.
  • Supposer que tout se déroulera comme prévu.
  • Attendre trop longtemps avant de demander de l’aide ou des conseils, quand vous sentez qu’il vous faut du soutien.

À FAIRE

  • Prenez le temps de réfléchir aux changements à venir et d’en parler en famille.
  • Acceptez le fait que l’édification d’un avenir n’est pas de tout repos. Par conséquent, commencez à planifier tôt et poursuivez le processus jusqu’au bout.
  • Restez souple et ouvert au changement. Vous n’arriverez pas à tout contrôler.
  • Continuez à croire en vous-même et en vos capacités, et essayez d’envisager le changement comme une occasion qui vous est donnée, à vous et à votre famille, de vous épanouir.
  • Acceptez qu’il vous faille peut-être acquérir de nouvelles façons de penser et de vous comporter, ainsi que de nouvelles compétences.
  • Sachez reconnaître les situations où vous serez « coincé », et n’ayez pas peur de demander de l’aide.
  • Ayez l’esprit ouvert; écoutez les membres de votre nouvel environnement civil et apprenez auprès d’eux.
  • Réfléchissez et voyez comment vous avez réussi à gérer le stress dans le passé.
  • Réfléchissez aux expériences que vous avez vécues avec votre famille en tant que militaire. Rappelez-vous des stratégies que vous avez adoptées dans le passé pour faire face à la vie et aux épreuves.
  • Prenez des dispositions financières de manière à avoir accès à des fonds au moment de la libération.
  • Souciez-vous activement de la santé et du bien-être de votre famille, y compris la vôtre.
  • Profitez de toutes les possibilités que les FAC et ACC vous offrent, à vous et à votre famille.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :