Introduction à la transition

Qu’est-ce que la transition?

La transition désigne la période de réintégration dans la vie civile après le service militaire et le processus correspondant de changement qu’un militaire en service ou un vétéran et sa famille entreprennent, une fois le service militaire terminé.

Le processus de transition englobe bien plus que l’exécution des aspects administratifs de la libération et le départ des Forces, qui est notre processus actuel. La transition exige une préparation réfléchie et approfondie et, bien souvent, des ajustements sur les plans sociaux, émotionnels et psychologiques en tant qu’individu et en tant que famille. C’est donc un processus qui prend du temps à opérer.

Chaque membre des FAC devra entreprendre la transition à un moment ou à un autre, et chacun la vivra différemment. En outre, les familles qui ont soutenu les membres des FAC sont également touchées.

Il est important de noter que la transition ne signifie pas nécessairement de quitter les Forces. Les FAC forment une communauté solide, et le maintien des effectifs des militaires compétents, chevronnés et bien formés est pour nous une grande priorité.

Votre guide de transition

Le guide traite de nombreux thèmes liés à la transition qui vous aideront, vous et votre famille, à établir un plan fondé sur des décisions éclairées. Il vous aidera également à vous retrouver dans le processus et soulignera les choix, les options de soutien, les voies et les avantages qui s’offrent à vous et à votre famille dans le cadre de la démarche de transition harmonieuse tracée par les FAC et ACC. Le guide est divisé en sections qui correspondent aux six domaines du bien-être et comporte un volet sur la famille afin que vous puissiez planifier votre transition en douceur à l’aide des informations et des outils qui vous sont fournis.

Le Guide de transition sera une ressource précieuse pour vous et votre famille lorsque vous vous engagerez dans ce nouveau cheminement ensemble.

De concert avec la chaîne de commandement

Votre C de C est là pour vous soutenir dans votre démarche de transition. En tant que membre précieux des FAC, sachez que c’est la possibilité d’un maintien des effectifs au sein des FAC/du MDN ou d’un autre ministère du gouvernement du Canada (GC) sera tout d’abord explorée. Vous pouvez compter sur votre C de C pour vous fournir des conseils utiles tout au long du processus, et elle s’assurera de vous mettre en contact avec le personnel du CT local pour vous soutenir, vous et votre famille.

Par conséquent, le Directeur général - Personnel militaire stratégique a établi le processus adaptatif du maintien des effectifs au sein de l’unité (PAMEU). L’«adaptatif» dans le PAMEU reflète la nature évolutive du processus de maintien des effectifs de l’unité selon les besoins des FAC (p.ex., augmenter la représentation des populations sous-représentées, telles que les femmes, les Autochtones, les minorités visibles, et les personnes handicapées). Un aspect du PAMEU est l’entrevue de maintien des effectifs de l’unité (EMEU) qui sera d’abord administrée à tous les membres de la F rég qui libèrent volontairement avant ou lorsqu’une demande de libération volontaire est soumise. Une fois que le processus de transition est créé pour la P rés, le SAIOC, et les Rangers canadiens, le Bureau de programme du maintien des effectifs (BPME) – bureau crée pour surveiller le progrès des efforts de maintien des effectifs – mettra sur pied un processus similaire pour la F rés. En plus de l’EMEU, les membres et la C de C sont tenus à avoir des conversations reliées au maintien des effectifs tout au long de la carrière d’un membre qui peuvent être complétées en utilisant les systèmes existants, tels que, mais sans s’y limiter, l’Évaluation de la performance et des compétences (ÉPC). En d’autres mots, la C de C et les membres sont encouragés de discuter du maintien des effectifs avant même qu’une demande formelle de libération volontaire soit soumise

Comme dans les forces armées, vous avez besoin d’un plan

Il se peut que certains militaires aient dressé un plan solide et sachent exactement ce qu’ils veulent faire ensuite, mais bon nombre de militaires en transition n’ont qu’une vague idée de ce que sera leur prochaine mission dans la vie. De nombreux militaires se sont concentrés sur leur carrière et n’ont jamais songé à ce qu’ils pourraient faire lorsque le moment inévitable de quitter les FAC serait arrivé. Nous vous recommandons vivement de considérer au cours de votre service militaire les options de transition qui s’offriront à vous et à votre famille et de ne pas attendre la fin de votre service pour effectuer cette planification cruciale.

Comme toute décision ou tout changement important dans la vie, la transition mérite que l’on y consacre temps et efforts pour prendre une décision éclairée qui est unique à vous et à votre famille. Bien que le processus puisse sembler intimidant et complexe, il peut aussi s’avérer une période très passionnante et enrichissante dans votre vie et votre carrière. Tout comme lorsque vous vous préparez pour un déploiement ou une affectation, le GT FAC vous encourage à discuter avec votre famille des options et des plans de transition (voir la section Votre plan de transition et l’annexe B

La bonne nouvelle est que vous possédez des habiletés et des compétences

Depuis votre enrôlement, vous vous êtes intégré dans la culture militaire et vous avez fait vôtres son éthique et ses valeurs. À mesure que vous et votre famille avancez vers un nouveau chapitre de votre existence, plus d’adaptation sera requise dans le cheminement de nouveaux objectifs, notamment l’établissement de nouvelles relations et, peut-être même, un déménagement dans un nouvel endroit.

Vos expériences militaires vous ont appris la résilience et vous ont doté d’une multitude d’habiletés et de compétences qui vous permettront de faire votre transition et qui sont transférables à votre nouvelle vie comme vétéran.

Vous avez déjà expérimenté des transitions dans le cadre de votre carrière

Vous avez déjà effectué plusieurs transitions dans le cadre de votre carrière militaire et de votre vie personnelle, lors de mutations, promotions et/ou déploiements. Plusieurs des leçons que vous et votre famille avez tirées de ces expériences susciteront probablement de nombreuses questions. N'hésitez pas à poser ces questions, car elles vous aideront à élaborer un plan de transition de qualité.

Selon votre expérience, posez-vous les quelques questions suivantes :

  • Quelles transitions se sont bien passées, et lesquelles ont été pénibles? Et pourquoi?
  • Qu’ai-je appris de ces expériences, tant positives que négatives?
  • Qui m’a fourni de l’aide ou des conseils?
  • Comment votre famille a-t-elle vécu ces transitions? Qu’auriez-vous pu faire différemment?

Ces expériences auront également une incidence sur la manière dont vous allez mener les changements psychologiques, émotionnels et sociaux nécessaires pour réussir votre transition de la vie militaire à la vie civile.

Soutien par les pairs

Parlez à quelqu’un

Si la transition vous inquiète, ou si vous avez besoin d’aide au sujet de certains aspects pratiques, parlez à quelqu’un et demandez des conseils, par exemple à un collègue, un ami, un membre de votre famille, l’aumônier de votre base, un psychologue, un travailleur social, un gestionnaire des cas s’occupant des dossiers d’invalidité de longue durée (ILD) des FAC, un conseiller du Programme de réadaptation professionnelle (PRP) des FAC, ou un membre de l’équipe des Services de santé des FAC (Svc S FC) ou d’un CT. Si vous hésitez à solliciter l’aide d’un représentant des FAC, vous trouverez une liste de lignes d’assistance téléphonique et de ressources de soutien continue ci-dessous.

Trouvez un mentor

Songez à vous trouver un mentor, c’est-à-dire quelqu’un que vous respectez et à qui vous pouvez demander conseil et que vous vous sentez à l’aise de lui parler. Cette personne pourrait être quelqu’un que vous connaissez et qui a déjà fait la transition entre les FAC et la vie civile, et elle pourra vous raconter les expériences qu’elle aura vécues et ce qui lui aura été utile. Elle aura peut-être aussi des conseils à vous donner pour faciliter votre transition, à la lumière de sa propre expérience, par exemple :

  • Dressez des plans, mais allez-y un jour à la fois. Le processus décisionnel risque d’être accablant; allez-y doucement et ne négligez pas les choses toutes simples. Divisez le travail à faire en des volumes gérables.
  • Restez actif : suivez un bon régime alimentaire, faites de l’exercice régulièrement, dormez suffisamment, entretenez votre vie sociale, pratiquez des loisirs et voyagez.
  • Soyez patient. Le processus de transition peut parfois prendre plusieurs années.
  • Impliquez-vous dans la collectivité civile et apprenez à connaître vos nouveaux collègues de travail. Intégrez-vous à leur groupe.

Aspects psychologiques

Bien que nous sachions et acceptions tous que nous devrons quitter les FAC à un moment ou à un autre, aucune préparation ne peut amortir le choc que nous subissons à l’approche de notre propre transition, que celle-ci soit motivée par un choix personnel ou d’autres raisons.

N’importe quel changement peut être excitant, mais aussi stressant. Quitter la vie militaire s’accompagne souvent de changements significatifs, surtout si le militaire a passé de nombreuses années dans les FAC. Ces changements ne se limitent pas à l’emploi et peuvent toucher d’autres dimensions de votre vie; vous devrez peut-être changer d’employeur, déménager et établir de nouveaux contacts et réseaux sociaux.

La majorité des personnes s’adaptent facilement pour ce qui est de se trouver un emploi et de se créer une vie après leur service dans les FAC; cependant, certains peuvent éprouver de l’incertitude et une perte de confiance. Un manque de préparation avant de quitter et de planification en vue de ce qui va suivre risque de rendre l’adaptation plus difficile; quiconque ne se prépare pas s’expose à l’échec.

Peu importe votre situation, la transition comporte de nombreux changements.

Étapes du changement

Face à un changement majeur, comme la transition à la vie civile, la plupart des gens passent par une série d’étapes semblables. La connaissance de ces étapes peut les aider à mieux gérer le processus de changement et à se rassurer quand ils se sentent « coincés ».

Les changements de vie importants entraînent des effets complexes sur le plan psychologique, et bon nombre de gens ressentent toute une gamme d’émotions lors de leur libération des forces armées.

Les premiers mois suivant la libération sont souvent caractérisés par un sentiment d’enthousiasme et d’impatience, mais il se peut que les personnes qui ne sont pas prêtes pour un aussi grand changement commencent à éprouver des difficultés après 18 ou 24 mois. Pour se préparer mentalement à un changement de cette ampleur, il est utile de comprendre un modèle de ce que l’on appelle les étapes de changement.

Ce modèle repose sur le principe selon lequel le changement ne s’opère pas sur une seule étape, mais qu’il s’échelonne sur six grandes étapes qui définissent et englobent la démarche que suivent les gens. Pour bon nombre de personnes, il a été utile de cadrer leur transition selon les étapes décrites dans la figure 1 :

Figure 1:Étapes du changement
Figure 1
Description de la figure

Étapes du changement

Étape 1

Préréflexion - Je suis un militaire en service actif.

Étape 2

Réflexion - Est-ce que je veux quitter les forces armées? Suis je prêt?

Étape 3

Préparation - J’ai décidé de quitter les FAC ou ma situation personnelle m’y amène, alors je dois maintenant explorer la prochaine étape.

Étape 4

Action - J’aborde chaque domaine du bien-être pour m’assurer d’avoir un plan de transition harmonieuse.

Étape 5

Maintien - J’ai quitté la vie militaire et je continue de bâtir mon identité en tant que civil.

Étape 6

Conclusion - Je suis maintenant un vétéran et solidement établi dans une communauté dans la société civile canadienne.

Déterminez à quelle étape vous vous trouvez, puis songez à l’étape qui suit pour avoir une idée de l’objectif à atteindre.

À quoi puis-je m’attendre?

Effectuer une transition peut prendre du temps. Pour beaucoup, il ne s’agit pas simplement de quitter un emploi, mais tout un mode de vie. Au moment d’entreprendre un nouveau chapitre de leur vie, des militaires risquent de s’ennuyer grandement du sentiment d’accomplissement et d’appartenance qu’ils éprouvaient dans les FAC. Au stade de la transition, les militaires ont typiquement l’impression de perdre une partie d’eux-mêmes, ou de ne plus se sentir à leur place. Certains comparent ce stade à un deuil, ou à un processus de changement au cours duquel ils risquent de traverser une période de choc et de déni, avant d’accepter la nouvelle réalité et de s’y adapter. Donc, basé sur votre expérience dans les FAC, comment pouvez-vous transférer votre sens inné de l’engagement à la vie civile? Pouvez-vous accomplir quelque chose dès maintenant pour réduire le choc du changement?

Identité personnelle

Votre identité personnelle est définie par de nombreux facteurs, y compris votre rôle à titre de membre des FAC. Quand nous nous enrôlons dans les FAC, nous joignons une organisation militaire, une famille, et nous commençons à créer notre identité militaire. Nous apprenons la profession des armes, le langage militaire et le droit militaire, et il se peut que nous nous isolions de notre vie civile et de nos amis. Ce sont là certaines des réalités, ou des sacrifices, que l’appartenance aux FAC exige. Nous pouvons nous percevoir comme étant d’abord et avant tout des militaires. Quand vous quittez les FAC, vous risquez de ressentir la perte d’une importante partie de votre identité. Demandez-vous si le retour à la vie civile déclenche chez vous une crise d’identité ou suscite le besoin de redéfinir votre identité pour l’avenir. Rappelez-vous que, peu importe où vous irez et ce que vous ferez pendant votre retraite, votre éthos, que vous avez développé tout au long de votre service militaire, vous sera d’un grand secours pour bâtir votre identité dans le cadre de votre vie civile.

Parmi les difficultés les plus significatives que les gens rencontrent fréquemment au cours de la transition de la vie militaire à la vie civile figurent les questions entourant leur identité. Après tout, il arrive très souvent que les militaires en service actif s’identifient fortement avec les forces armées et fassent de celles‑ci une partie d’eux-mêmes. Cela n’a rien d’étonnant, bien sûr, puisque les forces armées s’emploient délibérément à inculquer une identité collective à leurs membres dès l’instruction élémentaire. Ces efforts visent une fin bénéfique : une personne qui a une forte identité militaire est beaucoup plus susceptible de bien s’intégrer à son unité opérationnelle, et la présence d’une identité sociale partagée tend à accroître le bien‑être général.

Toutefois, cette identité militaire partagée revêt un aspect regrettable, soit son caractère transitoire, puisque chaque militaire devra, un jour, retirer son uniforme. Par conséquent, la transition hors des FAC influera sur votre identité. Il s’agit là de l’une des parties les plus difficiles de la transition, particulièrement si le militaire a vécu une expérience positive dans les FAC et qui libère de façon non volontaire. Heureusement, une meilleure compréhension des rouages de votre identité militaire vous permettra d’être plus proactif au cours de votre transition de membre des FAC, à militaire retraité, puis à vétéran.

Fondamentalement, une identité est le cumul des perceptions qu’une personne a d’elle-même. La composante de l’identité qui joue le rôle déterminant au cours de la transition s’appelle l’identité sociale, c’est‑à‑dire la manière dont une personne se voit comme membre de groupes importants. L’identité sociale est façonnée par les groupes auxquels une personne appartient et elle s’approfondit et se complexifie à mesure que la personne adopte la culture, les normes, les valeurs et les croyances d’un groupe. Ainsi, notre identité sociale varie tout au long de notre vie tandis que nous passons d’un groupe à l’autre, mais cela ne signifie pas que ce changement se fait toujours facilement. Avant tout, il est important que vous soyez patient envers vous-même et que vous acceptiez qu’il faille du temps pour s’ajuster à sa nouvelle identité une fois que l’on a retiré l’uniforme.

Il y a certains défis que vous devez être prêt à relever lorsque vous tentez d’adopter une identité civile. Bon nombre de civils ne comprennent pas facilement l’identité militaire; par conséquent, il est crucial que vous sachiez que vous rencontrerez des difficultés par rapport aux civils, et que ceux-ci auront leurs propres difficultés par rapport à vous. Le stress associé aux défis entourant l’identité sociale peut causer des problèmes physiques et mentaux, et peut également créer un stress additionnel dans vos relations sociales, que ce soit au travail, dans la communauté ou dans votre famille.

Pour garder une attitude positive tout au long du processus, évitez de faire un récit négatif de votre vie, que ce soit à vous ou à autrui. Évitez également de vous associer à des groupes sociaux toxiques qui font la promotion de stéréotypes faux et négatifs – surtout au sujet des civils – et tentez d’adopter une nouvelle identité sociale qui est saine en tant que vétéran. Les membres de la Force de réserve (F rés) qui servent à temps partiel ou qui ont un emploi civil ont déjà une identité civile, mais ils doivent eux aussi se préparer mentalement à retirer l’uniforme, un symbole de la perte de l’identité militaire.

Voici certaines démarches que vous pouvez entreprendre pour vous aider à vous ajuster à votre nouvelle identité post-transition :

  • Cherchez d’autres militaires en transition, ou des militaires qui ont déjà mené à bien leur transition, et apprenez de leurs expériences. Demandez-leur de devenir votre mentor.
  • Cherchez de nouveaux groupes sociaux en vous joignant à de nouvelles communautés ou en faisant du bénévolat avec d’autres civils. Cela peut vous aider à vous habituer à travailler avec des civils et à établir le fondement d’une nouvelle identité.
  • Organisez une activité de départ dans la dignité. Celle-ci peut aider à mettre un point final au chapitre de votre vie militaire, et il s’agit d’une façon agréable et significative de mettre publiquement fin à cette partie de votre parcours, avant d’en entamer une autre.
  • Avant de quitter les FAC, faites un effort pour construire d’autres éléments de votre identité en tant que parent, partenaire, adepte de certains passe-temps, ami et membre de la communauté.

Le fait d’avoir une identité élargie améliore votre estime de soi et votre santé mentale pendant votre service. Une fois que vous quittez les FAC, il est probable que vos passe-temps, vos amis civils, votre famille et vos passions vous aident à réduire tout sentiment de perte. Cela ne signifie pas que vous devez vous couper de vos amis et réseaux actuels au sein des FAC, car il importe également d’entretenir vos liens d’amitié existants.

Culture militaire

La culture militaire des FAC est solide. Des années passées à s’identifier et à nouer des liens avec des militaires peuvent parfois nous empêcher d’établir de nouvelles relations et amitiés dans la vie civile. Vous penserez peut-être que votre valeur est moindre dans vos rôles civils. Vos expériences au sein d’un environnement discipliné comme celui du service militaire peuvent également vous mener à être impatient et frustré face aux attitudes et comportements civils qui peuvent vous paraître comme un manque de structure, de direction et de discipline. Un solide sens de la mission et la détermination à accomplir une tâche ne sont pas nécessairement présents dans toutes les organisations. Des compétences plus générales sont nécessaires pour façonner et influencer le cours des choses. Cela dit, à l’instar de la profession des armes, quantité de professions civiles ont une culture solide; elles comportent une terminologie qui leur est propre et assurent une communication d’une manière qui cadre avec leur milieu. Les enseignants, les ingénieurs, les avocats, les chefs, les médecins et les scientifiques, entre autres, affichent tous une culture distincte qui répond à leurs besoins. Dans le cadre de votre mission à l’égard de votre préparation à la vie civile, vous devez acquérir une compréhension de ces cultures pour que vous soyez à même de communiquer et de participer à la vie civile.

Dynamique et relations familiales

Bien que le mode de vie militaire ait rendu votre famille apte à s’adapter, votre famille effectuera également une transition à la vie civile :

  • La transition peut signifier un nouvel endroit où vivre, de nouvelles responsabilités et des changements au niveau de l’école, des emplois ou des amis.
  • Il se peut que votre famille ait une plus grande expérience de la transition que vous, le militaire. Si votre conjoint a dû changer d’emploi et vos enfants, d’écoles, à plusieurs reprises, ils ont vécu de grands changements et transitions à l’extérieur des FAC. Soyez prêt à apprendre de leurs expériences.
  • La famille d’un militaire est généralement très fière de ce qu’il accomplit et elle peut même avoir adopté une partie de son statut de militaire des FAC. Quand le conjoint ou la conjointe ou un autre membre de la famille fait la transition en dehors des FAC, sa famille risque d’éprouver un sentiment de perte.
  • Il se pourrait que la famille se réjouisse de la décision prise par le militaire et qu’elle y voie la possibilité d’un nouveau départ et l’occasion de passer plus de temps ensemble, une fois la carrière militaire exigeante terminée.
  • Il faudra peut-être renégocier les responsabilités partagées en fonction des nouveaux rôles.
  • Les familles peuvent être stressées lorsqu'elles entament le processus de transition et lorsqu’elles prennent des décisions pour leur avenir.

La communication à ce moment est primordiale. Il sera utile d'être conscient de certains des défis que les gens rencontrent couramment et de ce que vous pouvez faire pour les aider à les y faire face.

Prenez soin de votre santé

La transition à la vie peut mettre à l’épreuve votre résilience et avoir un impact sur votre santé globale. Il n’est pas toujours facile de reconnaître les signes que quelque chose ne va pas. L’effet cumulatif des événements survenant dans notre vie, par exemple, les relations, la santé physique, l’emploi et le bien-être de la famille, risque d’être lourd à porter et de miner votre santé mentale, même dans des circonstances où vous réussissiez bien auparavant.

Le continuum de la santé mentale (voir le figure 2 ci-dessous) est un outil utile pour surveiller comment vous vous débrouillez et les effets éventuels que la transition risque d’avoir sur votre comportement, vos pensées et la façon dont vous vous sentez. Les repères communs de la santé mentale sont groupés par thème : humeur, rendement, habitudes de sommeil, santé physique, rapports sociaux et activités. Vous pouvez voir comment les problèmes se multiplient et comment le fonctionnement de la personne se détériore à mesure que l’on se déplace vers la droite du continuum. Tout comme la santé peut se dégrader avec le temps face à l’évolution des circonstances de la vie, il est possible de revenir à un bon état général, surtout si l’on repère les signes tôt et que l’on prend des mesures pour remédier à la situation.

Figure 2:Continuum de la santé mentale
Figure 2
Description de la figure

Continuum de la santé mentale

En santé

Bonne santé, Fonctionnement normal

Humeur normale, calme, prend les choses sans effort

Bon sens de l’humour, Bon rendement En contrôle mentale

Profils de sommeil normaux, peu de difficulté à dormir

Bonne condition physique, Bon niveau d’energie

Actif socialement et physiquement

Pas/peu de jeu ou de consummation d’alcool

En réaction

Détresse fréquente, réversible

Irritable/Impatient, Nerveux, Triste/Ébranlé

Sarcasme déplacé, procrastination, tendance à l’oubli

Troubles du sommeil, pensées intrusives, cauchemars

Muscles tendus/céphalées, faible énergie

Diminution des activités ou de la socialisation

Consommation régulière, mais contrôlée d’alcool/de jeu

Blessé

Incapacité fonctionnelle plus grave et déficience fonctionnelle persistante

Colère, anxiété, tristesse envahissante/désespoir

Attitude négative, piètre rendement/bourreau de travail, piètre concentration/mauvaises décisions

Sommeil agité, dérangé, images récurrentes, cauchemars récurrentes

Accroissement des douleurs et de la fatigue

Evitement, retrait

Consommation accrue d’alcool/de jeu – difficilement contrôllable et occasionnant des conséquences négative

Malade

Diagnostic de maladie mentale, incapacité fonctionnelle grave

Crises de colère, agressivité, anxiété excessive/paniques, dépression/idées suicidaires

Insubordination grave, ne peut s’acquitter de sa fonction, contrôler son comportement ou se concentrer

Ne peut s’endormir ou demeurer endormi, Trop ou trop peu de sommeil

Maladies physiques, fatigue chronique

Ne pas sortir ou répondre au téléphone

Dépendance au jeu ou à l’alcool – hors de contrôle et occasionnant de graves conséquences

Il est parfois plus facile d’effectuer une transition si l’on demande de l’aide. Il ne s’agit pas là d’un signe de faiblesse, mais plutôt d’une mesure positive prise pour retrouver et conserver le sentiment que l’on est maître de sa vie.

La clé de l’adaptation au changement consiste à se concentrer sur ce que l’on peut maîtriser et à ne pas essayer d’influencer ce qui échappe à notre contrôle. N’essayez pas de tout faire sans aide : demandez l’appui d’autrui et faites intervenir d’autres personnes. Le site Web d’Intranet des Svc S FC fournit aussi toute une gamme de renseignements et d’outils à utiliser pour conserver un bon état de santé.

Haut de page

Modèle de transition

Il faut des efforts et du travail pour préparer la transition, mais vous n’êtes pas obligé de le faire seul. Le GT FAC a élaboré un modèle en cinq étapes portant sur la transition. Ce modèle vous aidera à comprendre les différentes étapes de la transition et les diverses mesures que vous devriez prendre pendant votre carrière pour vous assurer que vous serez « prêt à la transition » le moment venu.

Transition model
Description de la figure

Modèle de transition

Étape 1

Comprendre la transition

Étape 2

Planifier la transition (tout au long de sa carrière)

Étape 3

Se former en vue de la transition (pendant le service et à la phase de libération)

Étape 4

Suivre un processus de transition personnalisé

Étape 5

Réussir sa transition et se réinsérer dans la vie civile

Les trois premières étapes devraient être complétées durant votre carrière. Vous commencerez donc l’étape 4 lorsque vous déciderez d’entamer une transition, ce qui vous permettra de compléter l’étape 5 avec succès.

Étape 1 – Comprendre la transition

  • Au début de votre carrière, vous devez prendre conscience du fait que vous quitterez les FAC un jour et que vous devrez vous préparer pour votre transition à la vie civile longtemps d’avance;
  • Explorez et apprenez au sujet des multiples options de maintien des effectifs et de carrière, ou le support qui vous est disponible avant votre transition/libération.
  • Enregistrez-vous pour obtenir un compte Mon dossier ACC;
  • Tenez-vous au courant des divers avantages que les FAC et ACC offrent pour soutenir les militaires en transition ainsi que des conditions d’admissibilité à ces avantages;
  • Ayez un plan financier tenant compte de l’avenir; et
  • Suivez un colloque sur la planification à long terme (PLT) avec les officiers de sélection du personnel (OSP) de votre base, escadre ou formation afin de comprendre ce à quoi vous devez réfléchir.

Étape 2 - Planifier la transition (tout au long de sa carrière)

  • Comprenez les domaines du bien-être et renforcez votre propre résilience (et celle de votre famille) en gérant votre bien-être à mesure que vous avancez dans votre carrière (songez à vérifier tous les ans l’état de votre bien-être personnel);
  • Assistez à des exposés sur la transition à des stades clés de votre carrière liés à vos conditions de service (CS), afin de savoir en quoi ces stades consistent et comment les gérer;
  • Renseignez-vous sur les outils et les portails du GC/FAC/ACC qui peuvent vous aider dans votre transition, surtout le compte Mon dossier ACC;
  • Au moins cinq à dix ans avant la date prévue de votre libération, assistez à un colloque du Service de préparation à une seconde carrière (SPSC) ou équivalent; et
  • Commencez à parcourir le SPSC en ligne.

Étape 3 - Se former en vue de la transition (pendant le service et à la phase de libération)

  • Participer à un SPSC général ainsi qu’à un SPSC médical si vous serez libéré pour des raisons médicales;
  • Familiarisez-vous, vous et votre conjoint(e), avec le SPSC en ligne;
  • Assistez à un atelier sur la réorientation professionnelle (ARP);
  • Accédez aux services de réorientation professionnelle (SRP) d’ACC;
  • Établissez un réseau de soutien et d’anciens militaires qui ont réussi la transition;
  • Si vous préparez une libération pour raison médicale, renseignez-vous sur le Programme de réadaptation professionnelle à l’intention des militaires en activité de service (PRPMAS) et PRP des FAC;
  • Réfléchissez à vos habiletés, compétences et intérêts dans le contexte de vos projets futurs;
  • Renseignez-vous sur les lettres de présentation et les curriculum vitae et rédigez les vôtres;
  • Discutez de vos options de carrière après la libération avec votre famille; et
  • Faites participer votre famille aux discussions sur les lieux où vous pourriez vous établir après la libération.

Étape 4 - Suivre un processus de transition personnalisé

Le processus de transition personnalisé est en cours d’élaboration et il sera offert à votre CT des FAC en 2024. D’ici là, vous pouvez communiquer avec l’OSP de votre formation, base ou escadre pour obtenir un rendez-vous d’orientation relativement à votre carrière, à vos études ou à une seconde carrière. Vous pouvez aussi contacter votre CT pour obtenir du soutien en matière de transition.

Utiliser le processus à 12 étapes existant de l’opération (Op) TRANSITION voir l’annexe A comme modèle pour tous les militaires en transition :

  • Vous pouvez vous rendre dans un CT pour obtenir de l’information et rencontrer un conseiller en transition (le cas échéant) qui vous aidera à naviguer dans le processus à 12 étapes.
  • Les CT élargissent leurs capacités, et une fois qu’un conseiller en transition est associé à un militaire, il agira comme suit :
    • Il agira comme « défenseur » pour votre compte tout au long du processus à 12 étapes;
    • Il vous orientera et suivra vos progrès tout au long du processus à 12 étapes;
    • Il deviendra la liaison entre vous et votre unité d’appartenance; et
    • Il vous aiguillera vers d’autres organismes de soutien, s’il y a lieu.

Étape 5 - Réussir sa transition et réintégrer la vie civile

  • Rappelez-vous que la transition ne correspond pas à une période de temps définie : c’est un processus continu;
  • Trouvez des façons d’entretenir vos rapports avec vos amis militaires;
  • Faites place aux changements dans votre nouvel environnement; et
  • Adressez-vous aux FAC ou à ACC pour obtenir de l’aide au besoin (vous pouvez prendre un rendez-vous n’importe quand à l’unité de transition des FAC [UT FAC] ou au CT FAC).

 

Haut de page

Processus de transition initial

La chaîne de commandement

Si vous n’êtes pas affecté au CT FAC pendant votre période de transition, votre unité d’appartenance demeurera votre unité d’attache et elle sera responsable d’appuyer votre transition. Vous devez informer votre superviseur immédiat de votre intention de demander votre libération des FAC et de passer à la vie civile en lui remettant un avis d’intention en bonne et due forme. Cet avis d’intention est habituellement fourni à votre superviseur immédiat sous forme de note de service ou de formulaire de demande de libération volontaire; dans certaines unités, les deux documents sont requis. Dans un avenir rapproché, ce processus sera simplifié par la présence de demandes numérisées de libération volontaire et de mutation entre éléments (MÉ) qui seront liées au nouvel outil des FACAL. Les mécanismes et services du GT FAC sont là pour vous aider ainsi que la C de C.

Pour toutes libérations volontaires, vous devez soumettre votre intention de libérer à votre commandant (cmdt) par l’intermédiaire de votre superviseur immédiat. Cependant, les membres envisageant de demander une libération volontaire des FAC sont encouragés des discuter des options de maintien des effectifs soit avec leur C de C ou d’autre experts en la matière, tel que l’officier de sélection du personnel de la Base (OSPB), gestionnaire de carrière, ou conseiller en transition, avant de soumettre une demande de libération formelle. Discuter des raisons pour lesquelles vous considérez ou envisagez de faire une transition vers la vie civile pourraient mettre en évidence des options qui pourraient être considérées pour vous garder en uniforme, si désiré. De plus, discuter des facteurs d’insatisfaction fournira aux FAC de l’information qui pourra, en retour, être utilisé afin d’apporter des changements positifs. Les FAC font des efforts concertés afin de changer la culture et assurer un environnement de travail inclusif, diversifié, et professionnel. Également, nos efforts pour retenir les talents accentuent l’importance de considérer et traiter les facteurs d’insatisfaction des membres, lorsque ceci est faisable.

Votre cmdt ou le représentant du cmdt examinera votre dossier personnel et il vous convoquera pour :

  • Confirmer vos renseignements personnels;
  • Clarifier les raisons pour lesquelles vous demandez la libération volontaire;
  • Clarifier ce que vous vous attendez de la C de C;
  • Mener l’EMEU (administrée seulement aux membres libérant volontairement);
  • Discuter des options de maintien des effectifs (p. ex. qu’est-ce qui dans les FAC ne satisfait pas à vos besoins et décideriez-vous de ne pas quitter si elles remédiaient à cette situation?); et
  • Évaluer la mesure dans laquelle vous seriez disposé à vous réunir avec un ou des spécialistes pour évaluer d’autres options.

Si cela convient dans votre cas, votre C de C examinera les possibilités de vous maintenir en service en communiquant avec votre gestionnaire de carrière, ou avec un autre intervenant, au besoin (par exemple des spécialistes tels qu’un médecin militaire (MM), un travailleur social ou un OSP) pour définir les démarches possibles ou appropriées.

Votre cmdt ou le représentant du cmdt s’entretiendra avec vous pour discuter de votre demande de libération volontaire et prendre la mesure qui s’impose pour mettre en œuvre l’option choisie (maintien des effectifs ou transition).

Si la libération volontaire est l’option souhaitée, la C de C s’efforcera de vous faciliter l’expérience de la transition.

Si le maintien des effectifs au sein des FAC a été jugé possible, votre C de C entreprendra les mesures nécessaires soient prises pour que vous puissiez donner une suite favorable à vos nouvelles aspirations professionnelles.

Dans le cas d’une libération obligatoire, votre C de C sera informée de la date de libération et veillera à ce que le processus de transition commence dès que possible afin de faciliter une transition avec succès.

S’il s’agit d’une libération pour raisons médicales, votre C de C veillera à ce que tous les mécanismes de soutien soient en place pour faciliter votre transition. Si vous avez des questions, contactez votre CT local.

Il incombe à votre C de C et à votre cmdt de faire en sorte que toutes les composantes du processus de transition soient en place et votre C de C devra confirmer ou autoriser les diverses étapes de ce passage de la vie militaire à la vie civile (voir l’annexe A – Aide-mémoire pour les commandants d’unité sur la transition des militaires).

Haut de page

Maintien des effectifs

Options de transition interne

Toutes les transitions n’impliquent pas nécessairement que vous quittiez les FAC/MDN. Vous pouvez explorer d’autres options de travail à temps plein ou à temps partiel.

Il n’est pas nécessaire que vous « quittiez » les FAC/MDN pour changer d’emploi.

  • Modification de tempo opérationnel
  • Modification des tâches/devoirs
  • Modification des paramètres / conditions de travail
  • Partage d’emploi ou changement de rôle interne au sein de l’unité
  • Opportunités de leadership
  • Opportunités pour OUTCAN ou programme d’échange
  • Formation liée à la carrière
  • Déploiements
  • Mentorat / coaching
  • Congé sans solde (CSS)
  • Régimes de travail flexibles structurés
  • Temps de travail planifié (temps partiel)
  • Consulter votre C de C au sujet des affectations possibles
  • Congé parental
  • Opportunités d'apprentissage ou de développement professionnel
  • Congé d'études
  • Reclassement volontaire
  • Commission d’officier
  • Éducation subventionnée ou remboursée
  • Mutation entre éléments (MÉ) au sein des FAC
    • De la F rég à la F rés
    • De la F rés à la F rég
    • SAIOC ou Cadre des instructeurs des cadets (CIC)
    • Rangers canadiens
    • Rés supp
  • Emploi civil au MDN (la libération sera requise, mais il se peut que vous puissiez réactiver votre autorisation de sécurité; voir la section sur le maintien de l’attestation de sécurité de la section « Utilité »)
  • Autres possibilités offertes par la fonction publique fédérale (la libération sera requise, mais vous pourrez conserver votre attestation de sécurité; voir la section sur le maintien de l’attestation de sécurité de la section « Utilité »).

Mutation entre éléments au sein des FAC

Avez-vous songé à vous joindre à la F rés, ou, si vous en faites déjà partie, à passer à la F rég? Avez-vous envisagé d’entrer dans un sous-élément de la Réserve?

Le fait de poursuivre votre carrière militaire dans la Réserve vous permettrait de conserver vos liens avec les FAC, vous trouverez la sécurité financière et vous réduirez la perte de camaraderie et d’une histoire commune.

La F rés est composée de professionnels employés à temps partiels et enthousiastes qui s’entraînent pendant leurs temps libres, surtout au cours des fins de semaine, et tirent ce qu’il y a de mieux de la vie civile et de la vie militaire. Votre arrivée dans les unités de la Réserve leur apporterait une précieuse contribution; vous pourriez conserver les meilleurs éléments des FAC, tout en faisant la transition à la vie civile, et en faisant bénéficier ces unités d’une vaste expérience et de grandes connaissances.

Les membres de la F rés partent en déploiement et contribuent aux exercices de grande envergure partout dans le monde; par conséquent, en faisant partie de la Réserve après avoir servi dans la F rég, vous pouvez bénéficier des mêmes possibilités passionnantes. Les réservistes ont aussi la possibilité d’obtenir des engagements à temps plein pour poursuivre leur carrière.

Certains sous-éléments de la F rés (p. ex. les Rangers canadiens, le SAIOC ou la Rés supp) peuvent continuer à vous procurer un sentiment d’appartenance et un lien avec les FAC, tout en augmentant vos possibilités de transférer dans la P rés ou la F rég.

L’enrôlement dans la F rég constitue aussi une bonne option pour les réservistes qui veulent continuer à servir à temps plein. Rappelez-vous que les FAC ont investi dans votre entraînement et que vous pouvez encore contribuer à l’accomplissement de la mission des FAC.

Haut de page

Modèle du bien-être

Chacun des membres des FAC est différent et leur transition peut se traduire en une expérience soit positive ou négative. Le changement de vie majeur qui résulte du passage à la vie après le service, est une expérience qui nous unit Le modèle du bien-être adopté par les FAC et ACC (voir figure 3 ci-dessous) prend en considération la façon dont la personne se débrouille dans les sept domaines suivants : l'utilité, les finances, la santé, les aptitudes à la vie quotidienne, l’intégration sociale, le logement et l’environnement physique, et l’environnement culturel et social. Ces domaines sont les principaux critères (ou facteurs de planification) à prendre en compte lorsque vous envisagez ou planifiez une transition, si vous voulez qu’elle se passe bien.

Figure 3: Modèle du bien-être des FAC et d’ACC
Figure 3
Description de la figure

Modèle du bien-être

Finances

Intégration sociale

Aptitudes à la vie quotidienne

Logement et environnement physique

Environnent culturel et social

Santé

Obejctifs de vie

Chacun de ces sept domaines du bien-être est défini ci-après :

1. Utilité

On s’entend généralement pour dire que le fait d’avoir un bon emploi ou de s’adonner à une activité significative et d’avoir ainsi un but dans la vie, est des facteurs majeurs qui contribuent à un bon état de bien-être. La plupart des militaires des FAC ne passent pas d’une longue période de service à la retraite complète. Comme l’âge moyen qu’ont les militaires au moment de leur libération est de 40 ans ou moins, il est essentiel pour eux de se trouver un emploi civil après la libération pour garantir la réussite de leur transition, bien que certains membres des FAC âgés de 50 ans ou plus passent à la retraite ou à la semi-retraite. L’emploi comporte de multiples avantages sur les plans financiers, de la santé, du sens et des objectifs de la vie et lorsqu’il s’agit d’établir une identité civile. Le chômage est lié à une large gamme de conséquences négatives, y compris une adaptation difficile à la vie civile et des problèmes de santé et d’ordre social.

2. Finances

La situation financière d’une personne est généralement perçue comme un élément clé du bien-être. Les militaires en transition changent de source de revenus et peuvent subir une réduction temporaire ou à long terme de leur niveau de revenu après leur libération. Des ressources financières suffisantes vont de pair avec une multitude de situations positives : l’indépendance, un mode de vie sain, l’accès aux services de santé, un bon logement, la stabilité familiale et l’évitement de l’endettement.

Les militaires des FAC peuvent faire face à de nombreux problèmes sur ce plan. Voici certains exemples de défis financiers qui sont associés à la transition, soit trouver un revenu d’emploi régulier et suffisant ainsi que les fonds supplémentaires nécessaires pour couvrir les dépenses liées au déménagement, au logement, aux véhicules, à la famille et aux services de garderie, aux soins de santé et au coût de la vie dans une nouvelle collectivité.

Certains auront avantage à solliciter l’aide de services de planification financière, ou profiteront de leurs propres compétences en la matière pour organiser et gérer leurs finances. Ces difficultés risquent d’être pires si certaines dépenses liées au coût de la vie, par exemple les soins de santé, le logement et les activités de loisir, étaient absorbées en totalité ou en partie par les bases ou les installations militaires pendant leur période de service dans les FAC. Pendant la transition, certains membres des FAC feront face à des situations d’urgence financières qui pourraient les affliger, eux et leurs familles.

Pour réussir dans le domaine financier, il est crucial d’adopter de bonnes habitudes financières tôt dans votre carrière. Il n’est jamais trop tard pour vous concentrer sur votre bien‑être financier, mais il faudra un certain temps pour l’améliorer.

3. Santé

La « santé » a été et demeurera un domaine primordial du bien-être des militaires des FAC. On peut la définir comme étant la capacité physique, sociale, mentale et spirituelle de bien fonctionner. Cela comprend la capacité d’adaptation qui est fonction des ressources physiques et mentales internes du militaire, par opposition aux ressources extérieures (par exemple avoir un emploi et de l’argent, posséder de bonnes aptitudes à la vie civile, avoir de bonnes relations, vivre dans une bonne maison, ou vivre dans une collectivité bien gérée qui le comprend).

Le domaine de la santé comprend les critères liés au bien-être subjectif, par exemple la satisfaction de vivre et le bonheur, mais aussi la notion de santé mentale, critères qui peuvent coexister avec des troubles mentaux ou physiques diagnostiqués. Dans ce domaine figure l’invalidité, décrite ici comme désignant les restrictions liées à l’état de santé qui empêchent la participation à la vie familiale, le travail et la contribution à la vie communautaire, plutôt que comme étant la présence de troubles de santé et des déficiences connexes.

4. Aptitudes à la vie quotidienne

Le domaine des « aptitudes à la vie quotidienne » se rapporte aux compétences, aux connaissances et aux acquis personnels qui préparent les militaires à la transition et les rendent capables de gérer leur vie dans la société civile. Ce domaine inclut les pratiques de santé personnelle et un mode de vie sain, l’éducation et la formation à l’emploi.

Certaines aptitudes de vie que les militaires auront acquises au sein des FAC pourront leur être utiles pendant la transition : l’apprentissage de la résilience pour faire face au stress, le sens de l’organisation et de la gestion disciplinée des vêtements et du matériel personnels, l’établissement de routines quotidiennes et l’exécution de plans pour résoudre les problèmes.

Les militaires qui éprouvent des difficultés au cours de la transition n’ont souvent pas toutes les compétences voulues pour fonctionner dans le monde civil : planifier en vue de la libération, gérer les finances personnelles, chercher un emploi, aller à la recherche d’un logement et s’intégrer harmonieusement à un milieu de travail civil. Un des principaux défis de la transition réside dans le fait que le militaire doit s'adapter à sa nouvelle identité quand il passe à la vie civile; c’est là une compétence de vie que peu de gens qui poursuivent une transition majeure dans leur vie connaissent.

5. Intégration sociale

On convient généralement que les réseaux sociaux et les relations sociales favorisent fondamentalement le bien-être et qu’un défi clé au cours de la transition consiste à s’adapter à une nouvelle réalité à cet égard. Le bien-être dans de multiples domaines dépend du degré et de l'efficacité de l'intégration sociale d'une personne dans son milieu familial, professionnel et communautaire. Les membres des FAC construisent leurs réseaux sociaux tout au long de leur vie : avant l’enrôlement (fort probablement avec des civils pour la plupart), pendant leur période de service actif (surtout avec des militaires) et après la libération (réseaux établis avec des civils, des militaires et des Vétérans).

Les réseaux sociaux peuvent être non structurés (amis et famille), ou établis en bonne et due forme (soutien par les pairs, ou personnel d’organisme). Il s'agit d’un défi auquel font face de nombreux militaires en transition qui passent d'un réseau social essentiellement militaire à un nouveau réseau civil. Après la libération, certains militaires continueront d’adhérer à des réseaux sociaux militaires grâce à des contacts directs, et ces réseaux les aideront peut-être à trouver un emploi ou à s’intégrer dans une nouvelle collectivité comprenant des civils. La construction de réseaux sociaux et civils aide beaucoup le militaire à trouver et à obtenir les appuis nécessaires et à se façonner une identité civile.

6. Logement et environnement physique

Dans le domaine du logement, on prend en considération la structure physique de l’habitation de même que le contexte social et physique où elle se trouve. Par « structure physique », on désigne son état et les réparations nécessaires, l’accessibilité, la présence d’eau potable saine, et ainsi de suite. Les dimensions sociales du logement comprennent la sécurité et le sentiment d’appartenance. Par « contexte », on pense ici à la proximité des services : écoles, aires de loisirs, soins de santé, centres commerciaux, etc.

Le contexte physique est aussi un élément important qui influe sur la santé. Les contaminants présents dans l’air, l’eau, la nourriture et le sol peuvent avoir toutes sortes d’effets négatifs sur la santé, y compris le cancer, des malformations congénitales, des maladies respiratoires et des troubles gastro-intestinaux. Dans les facteurs liés au logement, à la qualité de l’air intérieur, ainsi que les facteurs liés aux collectivités et aux réseaux de transport peuvent influer considérablement sur le bien-être physique et psychologique.

Après leur libération, quelques membres des FAC ont malheureusement dû utiliser des logements temporaires par dépit, et suite à un tourbillon d’événements fâcheux, ils se sont retrouvés dans des refuges ou à la rue. La présence d’un réseau complet de services dans tous les domaines du bien-être peut prévenir l’itinérance.

7. Environnent culturel et social

Les six domaines du bien-être précédents sont ceux dont le guide de transition traite en priorité, puisque ce sont les aspects les plus pressants à aborder lorsque l’on envisage la transition et que l’on navigue dans ce processus. Cela dit, le septième domaine est tout aussi important, mais dans un contexte différent. Le domaine de l’environnement culturel et social est axé sur la manière dont les militaires en transition et les vétérans sont perçus et acceptés par la société civile. Si vous pensez que cela est hors de votre contrôle, détrompez-vous, l’inverse est vrai. À titre de membres et de vétérans des FAC, nous avons tous un rôle continu à jouer pour ce qui est de façonner les perceptions et les connaissances de nos homologues civils et des entités du secteur privé. Que vous le sachiez ou non, vous deviendrez un influenceur par vos actes et vos attitudes au fil de votre intégration à votre nouvelle vie civile. Cette influence peut prendre plusieurs formes : peut‑être mettrez-vous simplement à profit les grandes compétences et les talents que vous avez acquis lors de votre service militaire, impressionnant votre nouvel employeur et vos collègues; ou peut-être agirez-vous plus délibérément en choisissant de devenir un mentor actif ou un intervenant auprès de vétérans. Peu importe la voie que vous empruntez pendant votre transition et par la suite, vous pouvez avoir une influence positive susceptible d’améliorer le portrait du soutien aux vétérans à l’échelle du pays.

Pour apporter une influence positive, voici quelques options que vous pouvez envisager à mesure que vous poursuivez votre transition et devenez un vétéran au sein de la société civile :

  • Devenez un mentor auprès d’autres militaires en transition pour les aider dans leur démarche.
  • Joignez-vous à un groupe de réseautage pour vétérans pour favoriser la prise de contact entre vétérans et faire la promotion des capacités des vétérans dans le secteur privé.
  • Trouvez des façons de faire connaître à votre nouvel employeur et à vos nouveaux collègues les capacités des vétérans.
  • Encouragez le recours aux talents des vétérans dans votre nouveau milieu de travail.
  • Si votre nouvel employeur le permet, portez-vous volontaire pour diriger un programme de recrutement ou de mentorat pour les vétérans qui est interne à votre nouveau milieu de travail.
  • Participez à des activités de bienfaisance axées sur les vétérans ou à d’autres activités qui soulignent la valeur des vétérans au sein de la société.
  • Véhiculez des messages positifs sur les médias sociaux afin de faire la promotion des talents, de l’ingéniosité et de l’esprit d’initiative des vétérans.
  • Joignez-vous à votre association régimentaire/de service compétente pour demeurer en contact et tirer parti du pouvoir de ces organisations dans la vie civile.
  • Envisagez de vous joindre à des organisations nationales de soutien aux vétérans, comme la Légion ou ANAF (Army, Navy, Air Force), pour offrir des occasions d’entrer en contact avec des influenceurs civils.
  • Participez aux activités du jour du Souvenir dans votre collectivité et aidez à en faire la promotion.

Haut de page

Votre décision vers la transition

Demandez-vous si vous êtes prêt pour une transition

Prenez un peu de recul et demandez-vous si vous êtes réellement prêt à quitter les FAC. Dans bien des cas, les gens pensent que parce qu’ils ont trouvé une deuxième carrière potentielle, ou qu’ils ont atteint 25 années de service, ils sont prêts à procéder à la transition. Toutefois, cette approche signifie que vous tenez seulement compte d’un ou de deux domaines du bien-être pour prendre votre décision. Une meilleure approche consisterait à considérer votre décision en fonction des six domaines du bien-être suivants : Utilité, Finances, Santé, Aptitudes à la vie quotidienne, Intégration sociale, et Logement et environnement physique.

Pour vous aider à voir de façon holistique votre décision de procéder à la transition, vous pouvez remplir le questionnaire d’autoréflexion ci-dessous intitulé Décision de Transition (DT). Ce questionnaire vous aidera à tenir compte de certains facteurs clés au moment de prendre votre décision d’entreprendre la transition. 

Pour chaque question posée, cochez la case qui est la plus proche de l’affirmation avec laquelle vous êtes en accord. Par exemple, à la question 1, vous devrez soupeser les deux affirmations suivantes : « Mes perspectives professionnelles au sein des FAC sont excellentes et motivantes » et « Je suis convaincu(e) que le secteur civil m’offrira des perspectives professionnelles qui seront meilleures et plus passionnantes ». Si vous êtes davantage en accord avec la première affirmation, vous cocheriez la case située dans la colonne « 1 ». Si vous êtes davantage en accord avec la seconde affirmation, vous cocheriez la case située dans la colonne « 3 ». En cas d’incertitude, ou si vous êtes tout autant en accord avec la première affirmation qu’avec la seconde, vous cocheriez la case située dans la colonne « 2 ».

Décision de transition (DT)
Decision de transition
Description de la figure

Décision de Transition (DT) est un questionnaire d'autoréflexion destiné à vous aider à prendre en compte certains facteurs clés au moment de prendre votre décision d’entreprendre la transition.

Pour chaque question, il vous sera demandé de cocher la case la plus proche de l'affirmation avec laquelle ils sont le plus d'accord. Par exemple, à la question 1, vous devrez soupeser les deux affirmations suivantes : « Mes perspectives professionnelles au sein des FAC sont excellentes et motivantes » et « Je suis convaincu(e) que le secteur civil m’offrira des perspectives professionnelles qui seront meilleures et plus passionnantes ». Si vous êtes davantage en accord avec la première affirmation, vous cocheriez la case située dans la colonne « 1 ». Si vous êtes davantage en accord avec la seconde affirmation, vous cocheriez la case située dans la colonne « 3 ». En cas d’incertitude, ou si vous êtes tout autant en accord avec la première affirmation qu’avec la seconde, vous cocheriez la case située dans la colonne « 2 ».

Ce questionnaire se trouve à la page 30 de Mon guide de transition.

Haut de page

Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, et aucune note officielle n’est attribuée. Ces questions servent à vous amener à vous pencher sur la question de savoir si la transition est la bonne voie à suivre ou si, à l’inverse, il existe d’autres options au sein des forces armées qui vous conviendraient. Vous pouvez revoir vos réponses au questionnaire ultérieurement, au besoin.

Vérification de votre état de préparation à la transition

Déterminez votre état de préparation à la transition

Une fois que vous avez évalué mûrement votre situation et décidé que de quitter les forces armées est la bonne solution, la prochaine étape consiste à déterminer votre état de préparation à la transition. Vous devez établir votre état au regard des six domaines du bien-être : Utilité, Finances, Santé, Aptitudes à la vie quotidienne, Intégration sociale, et Logement et environnement physique

La liste de vérification pour la transition – Parcours vers la vie civile (PVVC) [voir ci-dessous] est un outil d’autoévaluation qui aide les membres des FAC en transition et leurs familles à déterminer s’ils devraient demander une aide supplémentaire. L’objectif est de vous aider, vous et votre famille, à vous pencher sur six domaines interconnectés de la vie tandis que vous préparez votre transition. Une planification précoce se traduit par un bien-être accru après le service.

Prenez le temps de répondre à chaque question avec soin. La liste contient 12 questions sur votre état de préparation relatif à tous les principaux aspects de la vie civile. Chaque paire de questions se rapporte à l’un des six domaines du bien‑être. Cet outil d’autoréflexion sur la transition sert à s’assurer que vous ne négligez aucun problème majeur éventuel lié à l’un des domaines du bien‑être tandis que vous préparez votre transition.    

Vous, un membre de votre famille ou un ami pouvez vous servir de la liste pour décider si vous êtes prêt à procéder à la transition (vert), si vous avez avantage à demander de l’aide (jaune), ou si vous devez sérieusement envisager d’obtenir de l’aide (rouge) dans un ou plusieurs des domaines. Par exemple, à la question 1, vous devrez vous pencher sur l’affirmation « Je sais quelles sont les mesures à prendre pour obtenir un bon emploi ». Si vous trouvez que tel est le cas, vous cocherez la case de la colonne verte « Oui »; si vous n’êtes pas sûr des mesures à prendre, vous cocherez la case de la colonne jaune « Dans une certaine mesure »; et si vous ne savez pas quelles mesures sont à prendre, vous cocherez la case de la colonne rouge « Non ».                                                                                                   

Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses, ni de note globale. Ces questions servent à vous aider à évaluer votre état de préparation à la transition dans divers domaines de votre vie. Vos réponses vous permettront de cerner vos besoins à l’égard de la transition et de poser le fondement des objectifs de votre transition, ce qui facilitera l’établissement de votre plan de transition. Vous pouvez revoir vos réponses à la liste de vérification ultérieurement, au besoin.

La liste de vérification pour la transition – Parcours vers la vie civile (PVVC)
r2cl
Description de la figureLa liste de vérification pour la transition – Parcours vers la vie civile (PVVC) est un outil d'auto-évaluation qui aide les membres des FAC en transition et leurs familles à déterminer s’ils devraient demander une aide supplémentaire. La liste de contrôle comprend les aspects suivants : emploi/éducation/retraite, planification financière, santé physique et mentale, soutien des amis et de la famille, logement et adaptation générale à la vie civile.

Votre plan de transition

Créer un plan de transition

Le plan de transition est le document de référence qui vous aidera à préparer et à naviguer à travers le processus de transition. Lorsque vous élaborez un plan de transition personnalisé et que vous le suivez, vous vous préparez à réussir le passage à la vie civile après votre carrière militaire. Pour élaborer le plan, faites le point sur vos réponses au questionnaire de Décision de transition et à l’autoévaluation de l’état de préparation à la transition. Prenez également en compte vos idées personnelles sur la vie que vous envisagez après votre transition. Fort de toute cette information, vous devez ensuite fixer pour votre transition des objectifs concrets et personnalisés pour chaque domaine du bien‑être. Le plan de transition qui résultera de cette démarche sera adapté à vos besoins et fera en sorte que vous poursuivrez des objectifs qui cadrent avec votre vision d’une transition réussie de la vie militaire à la vie civile.

Objectifs de transition

À ce stade-ci, il est utile de distinguer les tâches des objectifs. Les tâches constituent une série d’actions que vous devrez accomplir pour atteindre un objectif donné. Veuillez vous reporter à l’annexe C, vous y trouverez une liste des principales tâches de transition que vous devrez mener à bien pour vous assurer d’atteindre l’objectif de régler les questions administratives liées à votre libération des forces armées. L’exécution des tâches applicables définies à l’annexe C est essentielle pour tout le personnel en transition; toutefois, cela ne constitue pas en soi un plan de transition. 

Un plan de transition doit aussi prévoir des objectifs, ceux-ci étant vos buts personnels, ce que vous souhaitez accomplir, dans le cadre de votre transition militaire. Par exemple, obtenir un diplôme de premier cycle peut être un objectif pour une personne qui a toujours voulu faire des études universitaires. Au moment d’élaborer votre plan de transition, assurez-vous de faire le point sur l’état que vous visez pour chaque domaine du bien‑être. Rappelons qu’un plan de transition holistique renferme des objectifs concrets pour chacun de ces domaines : activité significative/objectif de vie, finances, santé, vie sociale, logement, et aptitudes à la vie quotidienne.

En outre, il importe de souligner que beaucoup de personnes supposent que si elles ne présentent pas de risque dans un domaine en particulier, elles n’ont pas à fixer des objectifs ou un plan pour ce domaine. Par exemple, vous êtes peut-être enclin à croire que parce que vous toucherez une pension et que vous n’avez pas de dettes ou de pressions financières importantes, vous jouissez d’une sécurité financière et, partant, n’avez pas réellement besoin de porter attention au domaine du bien‑être qui se rapporte aux finances. Certes, vous recevrez de l’argent, mais avez‑vous songé aux usages que vous en ferez? Avez-vous consulté un conseiller en investissements ou en gestion de patrimoine au sujet de la manière dont vous gérerez le revenu de votre pension, outre vos économies et les revenus que vous obtiendrez possiblement d’autres sources, comme une seconde carrière ou du travail à titre de consultant? Cet exemple montre qu’il ne faut pas uniquement fixer des objectifs pour corriger les « problèmes » ou les « points faibles », mais aussi pour gérer ses forces.

Lorsque vous songerez à ce que vous souhaitez accomplir pour chaque domaine du bien­-être, prenez garde de ne pas créer des objectifs abstraits. Vos objectifs devraient suivre le format S.M.A.R.T. 

SMART signifie Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste (ou pertinent) et Temporel. 

  • Spécifique – Posez-vous les cinq questions d’usage (qui, quoi, quand, où et pourquoi) : que tentez-vous d’accomplir? qui vous aidera à atteindre votre objectif? pourquoi cet objectif est-il important pour vous? où l’atteindrez-vous? quand pensez-vous l’atteindre? Soyez aussi précis que possible.
  • Mesurable – Vous devez être à même de mesurer votre progrès vers votre objectif. Cette mesure peut prendre la forme de délais, de jalons, de paramètres, etc. Décidez de la manière dont vous mesurerez l’état de votre progression vers vos objectifs.
  • Atteignable – Prenez soin d’établir des objectifs réalistes. Il n’y a pas de mal à ce que votre objectif final soit de grande envergure, mais, pour y parvenir, il est utile de le diviser en objectifs modestes plus atteignables. Servez-vous de ces objectifs de moindre envergure pour atteindre progressivement votre objectif ultime. Par exemple, si votre objectif est d’être propriétaire d’une société d’architecture, vous pourriez commencer par poursuivre vos études afin d’obtenir un diplôme de premier cycle en architecture.
  • Réaliste (ou pertinent) – Il est particulièrement important de s’assurer que les objectifs de la transition sont pertinents. Il est crucial d’établir un plan de transition qui est adapté à votre situation et non un plan générique. Par conséquent, chaque objectif que vous fixez devrait revêtir une pertinence personnelle qui vous aidera à atteindre les résultats que vous visez pour votre transition, et ce, pour chacun des domaines du bien-être.
  • Temporel – Vous devez établir une date butoir pour l’atteinte de votre objectif. Cette pratique peut vous aider à vous motiver à remplir vos objectifs et à éviter les retards ainsi que vous permettre de mener à bien d’autres objectifs. Tâchez de fixer une date butoir précise (p. ex. au cours des six prochains mois, je réussirai deux cours de mathématiques universitaires).

Voici un exemple qui montre comment transformer un objectif général en un objectif SMART.

Objectif Je souhaite avoir une seconde carrière significative après mon service militaire.

Spécifique : J’ai quelques idées concernant ma seconde carrière, mais je n’arrive pas à établir laquelle m’intéresse le plus. J’ai besoin d’aide pour déterminer quelles carrières me conviennent le mieux. J’aimerais apprendre quelles carrières sont en lien avec mes intérêts, compétences et aptitudes.

Mesurable : D’ici à la date de ma libération, je devrais disposer d’au moins deux options de seconde carrière qui sont en phase avec mes intérêts, compétences et aptitudes. Je devrais consacrer au moins une journée par semaine à l’exploration de secondes carrières avec des spécialistes ou des pairs afin d’aider à circonscrire mes options.

Atteignable : Je peux consacrer du temps chaque semaine pour rencontrer un spécialiste de l’orientation professionnelle afin d’effectuer le bilan des évaluations et d’explorer différents parcours professionnels qui cadrent avec mes intérêts, compétences et aptitudes. Je peux également discuter avec des pairs qui ont réussi leur transition vers une carrière civile qui m’intéresse afin d’en avoir une meilleure idée.

Réaliste : Il est essentiel que je trouve une seconde carrière qui concorde avec mes intérêts, compétences et aptitudes, car cela m’aidera à continuer d’éprouver un sentiment d’atteindre mes utilités après ma carrière militaire. Ma recherche liée à cet objectif a été limitée jusqu’ici, mais je sais qu’au cours de mes six derniers mois de service, je dois y accorder une priorité accrue puisque j’entrerai bientôt dans le monde civil. Je veux continuer de servir le Canada d’une autre façon et j’estime que mes grandes compétences et mon expérience seront très utiles.

Temporel : Dans six mois, je devrais avoir en tête au moins deux options de carrière que je suis motivé à poursuivre.

Nota : Il faut être aussi précis que possible; plus un plan est détaillé, plus il est facile de le suivre et de le réaliser.

Élaboration du plan de transition

L’établissement d’objectifs S.M.A.R.T. est la pierre angulaire de votre plan de transition; cela dit, une série d’objectifs ne constitue pas un plan. Une fois que vous avez exploré en profondeur et fixé des objectifs S.M.A.R.T. pour chaque domaine du bien‑être, la prochaine étape est d’organiser ces objectifs dans un véritable plan de transition.

À première vue, tous vos objectifs personnels pour votre transition peuvent sembler importants, et la réalisation de chacun d’entre eux peut paraître une tâche colossale. Il peut vous sembler que vous ne disposez pas de suffisamment de temps, d’énergie ou de ressources pour accomplir les tâches dont vous vous êtes chargé. À ce stade-ci, il est important de hiérarchiser vos objectifs afin que vous sachiez où concentrer vos efforts et dans quel ordre réaliser vos tâches. Pour prioriser vos efforts, examinez vos objectifs en fonction des trois perspectives suivantes : dates butoirs, degré d’urgence et réelle importance.

Estimation du temps

Dans le cas de certains de vos objectifs, des échéances précises devront être respectées. Par exemple, si votre objectif est de suivre un programme de certificat collégial d’un an en mécanique de petits moteurs, il est fort probable que votre demande d’inscription doive être présentée avant une date donnée. De même, si vous choisissez de recourir à l’allocation pour études et formation d’ACC pour financer votre participation à ce programme, vous devrez probablement y être inscrit et disposer d’une preuve d’admission avant une date donnée. Citons comme autre exemple l’objectif consistant à achever les formalités administratives liées à la libération avant la date de votre libération. La hiérarchisation de vos objectifs pour chaque domaine du bien-être selon le temps dont vous disposez pour les remplir est une première étape utile.

Degré d’urgence

Pour raffiner la hiérarchisation de vos objectifs, la méthode Eisenhower s’avère un moyen efficace pour établir quels objectifs sont plus urgents que d’autres. Utilisez les quadrants ci‑dessous pour regrouper vos objectifs dans quatre catégories, puis abordez vos objectifs en conséquence.

Important et non urgent

Il s’agit de tâches que vous devez accomplir, mais que vous avez le temps de planifier. Par exemple, s’assurer de déposer votre candidature pour un poste avant la date indiquée dans l’offre d’emploi.

Non important et non urgent

Il s’agit d’objectifs que vous pouvez remplir à loisir, mais qui n’auront pas une incidence importante sur votre transition si vous ne les remplissez pas. Concentrez-vous sur ces objectifs uniquement lorsque vous aurez réalisé tous les autres.

Urgent et important

Il s’agit des tâches que vous devez réaliser dès que possible. Par exemple, s’il reste seulement 30 jours avant la date de votre libération, l’accomplissement de toutes les formalités administratives liées à la transition/libération s’inscrirait dans cette catégorie.

Urgent et non important

Il s’agit de tâches pour lesquelles vous pouvez demander l’aide d’autrui ou que vous pouvez effectuer lorsque vous disposerez du temps requis. Mentionnons comme exemple le fait de planifier une séance de conseils en placement aux fins de la gestion de votre patrimoine à la suite de votre départ des forces armées.

Réelle importance

La méthode Ivy Lee permet de préciser davantage la réelle importance des objectifs tout en concentrant vos efforts et votre gestion du temps. Voici, essentiellement, la marche à suivre :

  1. Dressez une liste de 6 objectifs que vous devez atteindre. N’inscrivez pas plus de 6 objectifs. 
  2. Classez les objectifs par ordre d’importance, selon votre jugement.
  3. Atteignez vos objectifs un après l’autre en suivant la liste, entamant un objectif seulement une fois que le précédent a été rempli.
  4. Continuez de vous atteler à la réalisation des objectifs figurant sur la liste de manière similaire, un à la fois.
  5. Répétez ce processus le lendemain.

Cette pratique vous aidera à déterminer quels objectifs revêtent une réelle importance pour vous, de même qu’à cibler vos efforts. Il peut aussi s’agir d’un exercice utile pour grouper vos objectifs dans les domaines du bien‑être. On peut ainsi éviter d’avoir une seule longue liste de tâches à accomplir et établir quels éléments sont les plus importants dans chaque domaine. 

Une fois que vous avez cerné, défini, organisé et priorisé vos objectifs personnels pour votre transition, vous devez ensuite déterminer quelles ressources ou organisations de soutien peuvent vous aider à les atteindre. Par exemple, si l’un des objectifs est d’explorer les options potentielles de transition au sein des forces armées, un OSP serait une précieuse ressource de soutien. En regard de votre objectif, vous inscririez « OSP » en tant que ressource habilitante que vous pourriez contacter tandis que vous vous employez à atteindre votre objectif. 

Modèle de plan de transition

Pour vous aider à appliquer tous ces processus et à bâtir votre plan de transition, un modèle de plan de transition vous est fourni à l’annexe B. Vous pouvez vous en servir pour documenter, organiser, prioriser et suivre vos objectifs tout au long de votre démarche de transition. 

Le modèle de plan de transition contient un sommaire, à la première page, qui résume les objectifs généraux de chaque domaine du bien-être. Sur cette page, vous pouvez lister vos plus importants objectifs pour chacun des domaines. Y figure même un endroit où vous pouvez signer votre plan de transition afin que vous puissiez vous responsabiliser à l’égard de vous-même quant à l’atteinte de vos objectifs de transition.

Outre le sommaire, le plan de transition est composé de divers volets correspondant à chacun des domaines du bien‑être (Utilité, Finances, Santé, Aptitudes à la vie quotidienne, Intégration sociale, et Logement et environnement physique). Pour vous aider à établir des objectifs S.M.A.R.T., chaque volet comporte une section où vous pouvez inscrire des objectifs spécifiques, des délais, des degrés de priorité, des responsables et des mesures du résultat. Lorsque vous remplissez votre plan de transition, tentez d’inclure autant de détails que possible pour chaque objectif. 

Exemple de plan de transition

Un exemple de plan de transition se trouve à l’appendice 1 de l’annexe B. Il vous aidera à visualiser ce à quoi pourrait ressembler votre propre plan de transition. Rappelons que les objectifs énumérés dans cet exemple de plan de transition pour chaque domaine sont personnalisés et ont été fixés pour une personne en particulier. Ils ne doivent pas être interprétés comme des objectifs que chacun doit viser. Ainsi, votre propre plan de transition fera état d’objectifs qui sont adaptés à votre situation.

Document évolutif

Le plan de transition est un document en constante évolution. Cela signifie qu’au fil de la réalisation de chaque objectif prévu dans votre plan de transition, d’autres objectifs peuvent être développés. Par exemple, si votre objectif est de devenir conseiller, votre premier objectif sera peut-être d’intégrer un programme de counseling. Une fois cet objectif atteint, le prochain pourrait être de réussir tous vos cours. Après celui-là, le prochain pourrait être de décider où vous souhaitez exercer et de réussir les examens provinciaux d’octroi du permis d’exercice en counseling, et ainsi de suite. 

Le plan de transition ne prend pas fin une fois la date de votre libération atteinte, il continuera de vous orienter tout au long de votre parcours dans le monde civil.

Liste de tâches pour la transition des militaire

Pour faciliter votre expérience de transition, vous trouverez à l’annexe C la liste de tâches pour la transition des militaires conçue pour vous aider à effectuer une transition à la vie civile de façon harmonieuse. Cet outil autoguidé vous aidera à faire le suivi de vos progrès au cours de votre transition. La liste renferme des points qui se rapportent aux FAC et à ACC, ainsi que des éléments personnels importants qu’un militaire sera possiblement désireux ou tenu d’exécuter selon sa situation.  

La liste de tâches pour la transition des militaires est divisée selon les six domaines du bien-être, pour faire en sorte que tous les indicateurs soient couverts afin de mieux vous préparer dans votre processus de transition. Les domaines et les activités proposées ne sont pas classés par ordre de priorité, car différents domaines ont plus d'importance pour différentes personnes à différents moments, mais ils doivent être suivis selon l’ordre chronologique. Une case à cocher est positionnée à la fin de chaque activité pour vous aider à voir lesquelles ont été réalisées et lesquelles nécessiteront que vous demandiez de l’aide.

Chaque activité s'applique à tous les militaires des FAC, peu importe le grade ou le nombre d'années de service complétées, qui effectuent une transition de la vie militaire à la vie civile. Certaines activités sont liées spécifiquement aux militaires libérés pour des raisons médicales et elles sont surlignées en couleur sur le côté gauche de la page.

Il est important d’utiliser la liste de tâches pour la transition des militaires afin de vous assurer d’avoir une expérience de transition harmonieuse et personnalisée. En vue de vous aider à définir votre plan de transition en fonction des domaines reconnus du bien‑être, des renseignements sont fournis sur chacun d’entre eux dans les sections subséquentes.

Haut de page

  • Modification de tempo opérationnel
  • Modification des tâches/devoirs
  • Modification des paramètres / conditions de travail
  • Partage d’emploi ou changement de rôle interne au sein de l’unité
  • Opportunités de leadership
  • Opportunités pour OUTCAN ou programme d’échange
  • Formation liée à la carrière
  • Déploiements
  • Mentorat / coaching
  • Congé sans solde (CSS)
  • Régimes de travail flexibles structurés
  • Temps de travail planifié (temps partiel)
  • Consulter votre C de C au sujet des affectations possibles
  • Congé parental
  • Opportunités d'apprentissage ou de développement professionnel
  • Congé d'études
  • Reclassement volontaire
  • Commission d’officier
  • Éducation subventionnée ou remboursée
  • Mutation entre éléments (MÉ) au sein des FAC
    • De la F rég à la F rés
    • De la F rés à la F rég
    • SAIOC ou Cadre des instructeurs des cadets (CIC)
    • Rangers canadiens
    • Rés supp
  • Emploi civil au MDN (la libération sera requise, mais il se peut que vous puissiez réactiver votre autorisation de sécurité; voir la section sur le maintien de l’attestation de sécurité de la section « Utilité »)
  • Autres possibilités offertes par la fonction publique fédérale (la libération sera requise, mais vous pourrez conserver votre attestation de sécurité; voir la section sur le maintien de l’attestation de sécurité de la section « Utilité »).
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :