Récit des FAC | Construire une moto sur mesure aide un soldat à se remettre du TSPT

Vidéo / Le 15 novembre 2019

Transcription

Environ six camions circulaient en file sur la route. Puis, à 300 ou 400 verges de notre camp, des coups de feu ont retenti.

(coups de feu)

Une poignée de talibans à motocyclettes avaient ouvert le feu et incendié un convoi de camions de gravier convertis à l’usage civil.

La personne tuée ce jour-là était l’entrepreneur que nous avions embauché.

Nous avons mis son corps dans une housse mortuaire. Tu parles d’un moment intense!

Après une troisième journée en poste comme celle-là, tu te demandes comment se déroulera le reste de la mission. Je crois qu’il serait difficile pour n’importe qui de passer outre un tel incident.

Je savais que ce serait probablement très mouvementé et dangereux. Mais nous sommes des soldats, ça fait partie de notre travail.

Notre mission et objectif était de tenter de revitaliser certaines régions de l’Afghanistan et de réaliser un projet de route qui rapporterait de l’argent aux Afghans et les aiderait à améliorer leur sort et à se sentir fiers de ce qu’ils avaient accompli en construisant cette route.

Le plus pénible, c’était les postes de contrôle.

Chaque matin, les travailleurs se présentaient sur le site à une heure précise. Il fallait procéder à une inspection physique de ces travailleurs et les fouiller en les palpant. Disons que si l’un d’entre avait porté un dispositif explosif, c’est là, au poste de contrôle, qu’il l’aurait déclenché.

J’ai refoulé ce que je ressentais. Je l’ai refoulé au plus profond de moi-même, mais je savais que ça allait me causer des problèmes.

J’ai donc commencé à dessiner des pièces pour construire une moto parce que j’aime le travail manuel et que je suis motocycliste. C’est ainsi que j’ai conçu les pièces de ma moto; elles représentent toutes quelque chose que j’ai vécu, de même que toute l’adversité à laquelle j’ai fait face pendant cette mission.

Ça a été probablement été le moment le plus éprouvant de ma vie. Quand je suis rentré au pays, tout était si calme. C’est difficile pour une famille de s’ajuster quand vous restez muet.

Évidemment, l’alcool devient un problème, n’est-ce pas? Vous vous mettez à boire beaucoup trop…

Je peux vous confesser que l’une des choses que j’ai faites, c’est de conduire ma moto à une bien trop grande vitesse. Mais j’ai vite réalisé qu’il me restait une famille et un travail à faire et que je voulais demeurer en vie.

J’ai donc ressorti les croquis que j’avais fait pour la moto et j’ai décidé que j’allais mettre à profit toute cette frustration que j’avais ressentie, qui s’était accumulée en moi là-bas, et toute cette anxiété et cette adversité que j’avais surmontées, mais aussi ce grand sentiment d’accomplissement.

L’assemblage du phare et de l’indicateur de vitesse reproduit en tout point la lunette de ma .300 Winchester Magnum. Les braquettes de relèvement du guidon sont des répliques des chargeurs de nos fusils d’assaut C7. Les leviers d’embrayage et de frein ont la forme de coups-de-poing américains.

Certains jours, quand je monte à moto, les souvenirs de l’Afghanistan m’envahissent; ces jours-là, je rebrousse chemin et je range ma moto.

Mais d’autres jours, j’enfourche ma moto et je triomphe, parce que j’ai tant accompli pour surmonter ce que j’ai vécu là-bas.

Je m’en sers comme outil pour me rétablir, pour faire disparaître tous ces problèmes de santé mentale.

Le trouble de stress post-traumatique vous fait vivre bien des jours sombres, mais il y a toujours un brin de lumière. Il suffit de trouver ce qui vous apporte cette lumière, n’est-ce-pas?

Si la moto peut m’amener à engager la conversation avec quelqu’un et que je procure à cette personne un peu d’inspiration, que je lui apporte un peu de lumière, je pense que je pourrai affirmer que c’était là ma véritable raison de construire cette moto.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :