Le consentement en premier

Le consentement au Canada et dans les FAC

Il est nécessaire de comprendre de part et d’autre qu’il y a consentement au moment de l’interaction sexuelle, et ce, tant sur le plan moral que juridique. Le consentement est souvent la question centrale d’une plainte pour agression sexuelle, mais les études indiquent que seulement un Canadien sur trois comprend réellement ce que cela signifie de donner et d’obtenir un consentementNote de bas de page 1. Les incidents d’inconduite sexuelle où la question du consentement est en jeu sont courants, non seulement dans la société canadienne, mais également dans les FAC, comme le prouve l’Enquête de Statistique Canada sur l’inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes (2016).

Projet de vidéo sur D’abord le consentement

Étant donné l’importance du consentement – en particulier dans un contexte militaire où les écarts de pouvoir et de grade peuvent mettre en jeu la question du consentement – la vidéo sur D’abord le consentement de l’Opération HONOUR a été préparée pour sensibiliser les membres sur la question du consentement sexuel. Offertes en anglais et en français, les vidéos ont été conçues spécifiquement pour les membres des FAC et présentent des membres de tous les environnements; on y définit ce qu’est le consentement et ce qu’il n’est pas.

D’abord le consentement - Transcription

Le consentement sexuel est requis sur les plans juridique et moral :

  • Le consentement, c’est le respect… de vous-même et d’autrui! 
  • C’est un processus qui évolue dans le temps. On se doit de s’assurer qu’il est exprimé continuellement.
  • Le processus de consentement doit s’amorcer avant le premier toucher ou le premier baiser.
  • Le consentement peut être retiré à tout moment.

Le consentement doit être donné volontairement et librement; il n’y a pas de consentement s’il y a eu abus de pouvoir ou d’autorité, menaces ou imposture! En aucun cas vous n’êtes « tenu » d’accorder votre consentement à qui que ce soit.

Obtenir le consentement, cela signifie s’avancer et porter attention à la réaction provoquée par cette avance.

  • Le consentement peut être verbal, enthousiaste, ou il peut être plus lent, progressif.
  • Le consentement se traduit par un « oui! » clair, exprimé sans contrainte.
  • Est-ce que je peux t’enlacer?... Oui!!
  • Est-ce que je peux t’embrasser? ...Vas-y!!

Posez constamment des questions, comme : Aimes-tu ça? Est-ce que c’est agréable? Écoutez et regardez attentivement les réactions :

  • …Oui… définitivement!
  • …J’aime ça!
  • …Continue!

Quand une personne semble indécise, ne tenez pas pour acquis que vous avez son consentement!

  • Non! (action : hochement de tête)
  • (action : résiste physiquement)
  • Ce n’est pas correct…
  • Je ne suis pas à l’aise avec ça.

Une fois qu’une personne a accordé son consentement, peut-elle changer d’idée?

  • OUI, le consentement peut être retiré n’importe quand pour n’importe quelle raison!
  • Vous avez déjà entendu ça avant, mais « non » signifie vraiment « non »!
  • Je ne veux pas…
  • Arrête…
  • Il faut alors s’arrêter, même si vous aviez déjà commencé.
  • Ne fait pas ça…
  • Non!

Est-ce qu’il y a consentement si la personne…

  • est endormie? … C’est un non catégorique
  • a perdu conscience? … Absolument pas
  • Et en passant, une personne peut être trop ivre pour donner son consentement. 

Où tracer la ligne?

  • Évitez les contacts physiques avec quiconque avant d’avoir obtenu son consentement.
  • Non, vous ne pouvez pas simplement vous dirigez vers la personne et l’embrasser…
  • ou empoigner, ou tripoter ou taper une partie de son corps...
  • … à moins d’avoir obtenu son consentement.

Les contacts sexuels sans consentement sont une infraction sexuelle.

  • Donc, toucher le postérieur de quelqu’un sans son consentement peut être considéré comme une agression sexuelle.
  • Embrasser quelqu’un sans son consentement peut aussi être considéré comme une agression sexuelle.
  • Les infractions d’ordre sexuel, comme les agressions sexuelles, sont criminelles.

Les Forces armées canadiennes sont déterminées à s’assurer que les discussions sur le consentement se fondent en tout temps sur le respect de la dignité d’autrui.

Ensemble, nous veillerons à ce que le principe du consentement ne soit en aucune circonstance remis en question.

L’idée de la vidéo D’abord le consentement a germé à partir du travail effectué à l’Université Ryerson qui a volontiers accordé aux FAC l’autorisation d’adapter son concept pour l’utiliser dans les FAC.

Télécharger D’abord le consentement (30.8 Mo, .MP4)

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :