Annonce des services de soutien nouveaux et élargis du Centre d’intervention sur l’inconduite sexuelle

Le 22 juin 2022, le Centre d’intervention sur l’inconduite sexuelle (CIIS) a organisé un événement virtuel pour annoncer des services de soutien nouveaux et élargis, notamment le lancement d'une plateforme de soutien par les pairs en ligne pour les personnes affectées par de l’inconduite sexuelle. La webdiffusion a été enregistrée pour ceux et celles qui n'ont pas pu assister à l'événement en direct et est maintenant disponible pour visionnement.

Cet événement est le premier d'une série qui sera organisée pour tenir la communauté et les partenaires clés informés du travail accompli pour soutenir les personnes affectées par de l'inconduite sexuelle.

Veuillez noter que l'événement en direct s'est déroulé virtuellement dans Zoom. Bien que le contenu soit en grande partie bilingue, il y a une présentation sur la plateforme virtuelle de soutien par les pairs, Togetherall, qui est uniquement en anglais. Nous vous suggérons d'activer le sous-titrage pour une meilleure expérience.

Regardez l’enregistrement de l’événement

Vidéo / Le 22 juin 2022

Transcription

(Shoba Raganathan) Bon après-midi, tout le monde, bonjour à tous et à toutes.

Merci beaucoup de vous joindre à nous. Mon nom est Shoba Ranganathan et je suis la Directrice exécutive par intérim du Centre d’intervention sur l’inconduite sexuelle – aussi appelé le CIIS. J’ai l’honneur et le plaisir de vous présenter l’événement d’aujourd’hui et d’agir en tant que maîtresse de cérémonie.

[Des icônes et symboles de communautés autochtones s’affichent à l’écran] Avant que l’on commence l’événement d’aujourd’hui, j’aimerais reconnaître que je vous parle aujourd’hui à partir d’Ottawa, le territoire traditionnel de la nation algonquine Anishinaabe. Nous exprimons notre respect à toutes les Premières Nations, aux Inuits et aux Métis pour leurs précieuses contributions passées et présentes à cette terre.

Le CIIS a été mis en place en 2015 et a d'abord établi des services de soutien; notamment, la ligne de soutien 24/7 et le Programme de coordination d’intervention et de soutien, principalement pour les membres des Forces armées canadiennes affectés par une inconduite sexuelle. Depuis lors, sous la direction de Dre Denise Preston, nous avons étendu nos services aux anciens membres des Forces armées canadiennes et au personnel de la fonction publique du Ministère de la Défense nationale et, dans un avenir proche, aux membres de leurs familles également. L'objectif de l'événement d'aujourd'hui est d'annoncer le lancement de certains services nouveaux et élargis offerts par le CIIS.

Des travaux importants sont en cours depuis de nombreux mois, et c'est un véritable honneur d'être ici aujourd'hui pour partager ces annonces avec vous. Je tiens à exprimer ma sincère reconnaissance pour les contributions que tant de personnes ont apportées, non seulement récemment, mais aussi par le passé, et qui rendent tout cela possible.

Les conférencières et conférenciers que vous entendrez aujourd'hui proviennent de nos nouveaux programmes et vous donneront des détails sur chacun de ces services, y compris comment et quand vous pouvez vous attendre à y avoir accès.

Avant de les entendre, je voudrais passer en revue quelques points d’ordre administratif.

Premièrement, j'aimerais encourager les participants à écouter la présente séance dans la langue de leur choix.

[Les instructions en lien avec l’interprétation sont dites en anglais]

[Les instructions en lien avec l’interprétation sont répétées en français] Pour accéder à l’interprétation de cette conférence en simultané, veuillez cliquer sur le bouton "Interprétation" dans la barre de contrôle en bas de la fenêtre Zoom et sélectionner la langue de votre choix. Veuillez noter que l'interprétation n'est pas possible pour les personnes participantes qui se connectent par téléphone.

Comme vous l'avez peut-être remarqué dans le courriel de confirmation d'inscription, cet événement est enregistré. Soyez assuré que, comme il s'agit d'une webdiffusion et non d'une "réunion en ligne" standard, il s'agit essentiellement d'un flux de communication à sens unique et votre anonymat est donc protégé. Seuls les conférencières et conférenciers sont enregistrés, et la fonctionnalité de webdiffusion garantit que tous les microphones des personnes participantes resteront en sourdine et que les caméras seront éteintes.

Nous tenons également à vous assurer que nous ne recueillons pas de renseignements personnels lors de cette session, et que toute information reçue – comme la liste des personnes participantes inscrites – sera détruite après la session.

[Texte à l’écran : Ordre du jour. Mot d’ouverture. Modèle de soutien par les pairs. Plateforme en ligne pour le soutien des pairs. Expansion du programme de Coordination de l’intervention et du soutien. Démarches réparatrices. Programmes et initiatives à venir. Questions et réponses. Mot de clôture.]

[Les instructions sur comment soumettre des questions sont dites en anglais]

[Les instructions sur comment soumettre des questions sont répétées en français] Nous consacrerons du temps à la fin de l'événement d'aujourd'hui pour répondre à vos questions. N'hésitez pas à soumettre vos questions tout au long de l'événement en cliquant sur l'icône Q&A située en bas ou en haut de votre écran. Seulement l’organisateur de l’événement et les conférencières verront votre nom et vos questions. Lorsque vous soumettez vos questions, vous pouvez cliquer sur « Send anonymously » afin que votre nom n’apparaisse pas. Une personne de mon équipe modérera les questions et mon équipe et moi ferons de notre mieux pour répondre au plus grand nombre possible. 

Enfin, je tiens à rappeler à toutes les personnes présentes aujourd'hui que si vous avez besoin de soutien pendant ou après cette séance, nous vous encourageons à parler avec le personnel de counseling d’intervention et de soutien du CIIS, en anglais ou en français, au numéro sans frais 1-844-750-1648. Le personnel est disponible 24 heures par jour, 7 jours par semaine.

Sur ce, je suis heureuse de passer aux présentations portant sur l’expansion et le lancement de nouveaux programmes. Notre première présentation est celle de Melissa Heimerl, gestionnaire du programme national de soutien par les pairs au CIIS. Melissa vous parlera d'abord de notre nouveau modèle de soutien par les pairs, puis elle sera accompagnée par Lee Swain et Anne Gauthier, représentants d'une entreprise appelée Togetherall, pour parler du lancement d'une plateforme de soutien par les pairs en ligne. Melissa, la parole est à vous.

[Texte à l’écran : Programme de soutien par les pairs pour les traumatismes sexuels dans le cadre du service militaire]

(Melissa Heimerl) Merci beaucoup, Shoba, et merci à tous de vous joindre à nous aujourd'hui. Tel que mentionné, je m'appelle Melissa Heimerl et je suis la gestionnaire nationale du programme de soutien par les pairs pour les personnes ayant subi un traumatisme sexuel dans le cadre du service militaire, au CIIS. Nous sommes très enthousiastes de partager avec vous aujourd'hui le modèle du programme de soutien par les pairs pour les traumatismes sexuels militaires ainsi que le premier service de notre programme, qui sera lancé plus tard aujourd’hui.

Je commencerai par donner un bref aperçu du modèle de soutien par les pairs du CIIS, qui a été élaboré sur la base de consultations menées auprès de la communauté de l'automne 2021. Vous pouvez trouver le rapport complet de la consultation sur le site web du CIIS. Par la suite, nous ferons une démonstration du premier lancement de service de notre programme; il s’agit d’un forum de discussion en ligne appelé Togetherall.

[Texte à l’écran : Modèle de programme de soutien par les pairs, incluant du soutien individuel en personne, des groupes formels de soutien en personne avec des spécialistes de la santé mentale, des groupes informels de soutien en personne, des forums de discussion en groupe, une application de soutien via messagerie texte et clavardage, et une plateforme de réunion individuelle virtuelle. L’écran central affiche : « Vous avez la flexibilité de changer d’un format à l’autre à tout moment ».]

Je voudrais maintenant vous montrer le visuel final du programme de soutien par les pairs pour les traumatismes sexuels militaires. Ce processus de développement a été élaboré à la suite de consultations à l'automne dernier, et est uniquement basé sur un modèle de programme qui représente la programmation des services que la communauté souhaitait voir. Vous remarquerez que le visuel présente 5 options de programme différentes que nous offrirons dans le cadre de ce programme :

Le premier lancement sera un forum de discussion en ligne appelé Togetherall, que j’expliquerai plus en détail dans quelques minutes, et dont nous aurons bientôt une rapide démonstration aussi.

La seconde est une application de messagerie et de clavardage appelée Confide, qui permettra à la communauté de personnes ayant vécu des traumatismes sexuels militaires d'envoyer un texto ou de clavarder avec le personnel de counseling de la ligne 24/7, ou avec un pair aidant, une fois que ceux-ci seront embauchés et engagés. L'application contient également une multitude de ressources.

Le troisième service consistera en un soutien individuel (en personne ou en ligne) par des pairs formés, et sera facilité par une entreprise externe qui sera responsable de l'embauche, du recrutement et de la formation de ces pairs. Cette approche découle encore une fois de consultations que nous avons eues auprès de personnes ayant une expérience vécue; ces dernières nous ont recommandé une approche indépendante du programme, pour que les membres de la communauté utilisent celui-ci et aient confiance en son processus. L'embauche de cette entreprise externe est présentement en cours de processus d'approvisionnement.

Le quatrième service sera celui des groupes informels. Nous lancerons deux formats de groupe différents. Encore une fois, cette approche a été retenue en raison des réponses que nous avons reçues lors des consultations de l'automne 2021. Le premier type de groupe sera un groupe informel de soutien par les pairs, où les membres peuvent se joindre au groupe ou le quitter selon leurs besoins, et aura une approche plus informelle dirigée par deux pairs aidants formés, qui peuvent être en personne ou en ligne.

Le deuxième format de groupe est un groupe formel de soutien par les pairs. Ces groupes seront dirigés par un pair aidant, mais seront co-animés par un professionnel de la santé mentale afin de faire de la psychoéducation avec le groupe et d'aider à gérer toute dynamique de groupe qui pourrait émerger. Ces groupes auront une date de début et de fin, avec les mêmes pairs tout au long du processus, et pourront être organisés en personne ou en ligne.

Le dernier service du programme nous a également été recommandé lors de consultations. Il s'agit d'activités informelles entre pairs au nom des clients qui ont déjà accès au programme; par exemple, une randonnée ou une journée de thérapie équine. Ces activités ne sont que potentiellement considérées pour l’instant, c'est pourquoi elles ne figurent pas dans le modèle pour le moment. Nous voulons nous assurer que les processus de sélection soient appropriés pour ces types d'activités avant de les entamer. Nous tenons à remercier la communauté encore une fois aujourd’hui d’avoir partagé ses commentaires avec nous l'automne dernier, et nous sommes convaincus que ce modèle reflète les services nécessaires pour combler cette lacune critique.

[À l'écran : Lancement de la programmation initiale Plateforme en ligne : Forum de discussion. 1. La communauté des traumatismes sexuels militaires avait d’abord et avant tout besoin d'aide pour remplacer les groupes de discussion en ligne existants. 2. Il était difficile de gérer et de garantir l’anonymat ainsi que la confidentialité sur les plateformes précédentes. 3. Le forum de discussion et soutien par les pairs en lien avec les traumatismes sexuels militaires sera disponible comme outil prioritaire en remplacement des plateformes utilisées précédemment.]

J'aimerais maintenant vous expliquer plus en détail notre premier service de programme lancé aujourd'hui, qui est une plateforme de discussion en ligne. D'après ce que nous avons compris, la communauté avait besoin d'une plateforme en ligne entre pairs qui garantirait l'anonymat et la confidentialité des utilisateurs et qui disposerait d'une modération clinique 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Nous avons également entendu haut et fort que la préférence était que ce service soit indépendant du gouvernement du Canada. Nous avons donc donné la priorité au lancement de la phase 1 de la programmation du programme de soutien par les pairs pour traumatismes sexuels militaires.

Le CIIS a effectué une analyse de l'environnement, et a trouvé une entreprise tierce qui sera en mesure d'offrir ce service à nos utilisateurs. Je voudrais maintenant souhaiter la bienvenue à M. Lee Swain et Mme Anne Gauthier, qui vont nous guider à travers une démonstration du fonctionnement de cette application, et de la manière dont elle fournira un service essentiel à notre communauté.

Lee et Anne, la parole est à vous.

[Texte à l’écran : Le logo de Togetherall. Lee Sway, chef de la gestion des comptes, NA et Anne Gauthier, modératrice clinique principale bilingue.]

(Lee Swain) Merci beaucoup Melissa. Bonjour à tous, je m'appelle Lee Swain, j'utilise les pronoms " il/lui " et je suis le responsable de la gestion des comptes chez Togetherall et nous sommes heureux d'être ici avec vous aujourd'hui. Je vais laisser ma collègue Anne se présenter.

[Anne Gauthier se présente en anglais.]

(Anne Gauthier) C'est un plaisir de participer à la présentation d'aujourd'hui. Je m'appelle Anne Gauthier, je suis modératrice clinique bilingue chez Togetherall.

[Anne Gauthier explique son rôle en anglais.]

En bref, mon rôle chez Togetherall est d'assurer la sécurité clinique de nos membres sur la plateforme au sein d'une équipe multidisciplinaire de cliniciens.

Si, à n'importe quel moment de la démonstration avec Lee et moi, vous avez des questions, n'hésitez pas. Si vous avez des questions, ça me fait plaisir de répondre en français ou en anglais.

Je vais maintenant céder la parole à Lee pour le reste de la présentation.

(Lee Swain) Super, merci beaucoup Anne. Pour vous donner un peu de contexte sur Togetherall, comme Melissa l'a mentionné, nous sommes une plateforme de soutien par les pairs en ligne. Nous sommes en place depuis 15 ans et nous travaillons actuellement avec l'armée britannique. Nous travaillons également avec la province de l'Alberta et la province de la Nouvelle-Écosse, ainsi qu'avec l'initiative Espace Mieux-Être Canada de Santé Canada. Nous travaillons à partir de l’idéologie qu’une communauté a sa valeur en ce qui concerne le bien-être mental. Évidemment, le CIIS a pris connaissance de cela en développant un modèle de soutien par les pairs.

[Texte à l’écran : Le pouvoir d’une communauté de soutien. Les bénéfices : partage, soutien, normalisation, expériences vécues, appartenance. Les barrières empêchant les gens de rechercher du soutien : l’isolation et le manque, le stigma, l’accessibilité, les connaissances en santé mentale. Les communautés de soutien digital en forte demande : 1,9 million+ de groupes de soutien sur Reddit, 2,5 millions+ de groupes de soutien en santé mentale sur Facebook, 344 millions+ de hashtags sur la santé mentale sur Instagram, et 23,1 milliards+ de hashtags en lien avec la santé mentale sur Tik Tok.]

Le soutien par les pairs présente un certain nombre d'avantages : la capacité de partager et de normaliser ce que les gens vivent, et d'obtenir le soutien des autres grâce à cette fonction de partage de l'expérience vécue peut contribuer à créer un incroyable sentiment d'appartenance et de soutien, dont nous savons qu'il est très important en termes de bien-être mental et qu'il constitue un facteur de protection en matière de santé mentale. Nous savons également qu'il y a de nombreuses raisons pour lesquelles les gens ne cherchent pas de soutien, de soutien en personne pour le bien-être mental et cela peut être parce qu'ils se sentent isolés, qu'ils peuvent être stigmatisés, et c'est particulièrement vrai pour les personnes qui ont subi une inconduite sexuelle. Il y a souvent des préjugés associés à cela. Il peut y avoir des raisons légitimes pour lesquelles une personne ne peut pas accéder aux soins ; cela peut être la distance, le manque de ressources, et c'est pourquoi je pense que c'est vraiment une bonne chose que le CIIS crée un modèle de soutien par les pairs qui offre de nombreuses options pour que les gens aient accès à plusieurs options selon leur niveau de confort. Nous sommes ravis d'être la première phase 1 de ce lancement.

Nous savons qu'en ligne, les gens cherchent à obtenir le soutien de leurs pairs. Sur de nombreuses plateformes de médias sociaux, il y a une quantité incroyable de demandes où les gens cherchent de l'aide et du soutien auprès d'autres personnes sur des plateformes de médias sociaux plus traditionnelles. À cette fin, Togetherall a créé, en gros, une plateforme de médias sociaux qui comprend des tableaux de messages asynchrones et des possibilités de se connecter avec d'autres personnes, mais d'une manière plus sûre et modérée sur le plan clinique.

[Texte à l’écran : Qui nous sommes : Une communauté accessible (avec accès immédiat disponible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, destinée en priorité aux appareils mobiles), sécuritaire (modérée cliniquement 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, anonyme, avec des processus d’escalade de risque), et dynamique (plus de 20 millions de personnes ont accès, soutien de 300 000+ personnes, plus de 300 organisations mises en service).]

Comme d'autres plateformes de soutien par les pairs, tout le monde a un accès immédiat. Vous pouvez vous inscrire, vous n'avez pas besoin d'y être recommandé par le CIIS, vous n'avez pas besoin d'un hyperlien spécial, ils fourniront des informations sur la façon d'accéder à la plateforme. Elle est disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, c'est une plateforme basée sur le Web, mais elle est construite en priorité pour les appareils portables donc elle fonctionne bien sur les téléphones, les tablettes et n'importe quel appareil. Elle est anonyme, ce qui nous semble très important pour un certain nombre de raisons, mais selon l'aisance avec laquelle une personne peut parler de sa santé mentale, nous savons que l'anonymat rend les gens plus à l'aise pour le faire. Nous savons également que 55 % des personnes présentes sur notre plateforme ont partagé quelque chose pour la première fois en raison de cet anonymat et du niveau de confort qu'elles ressentent. La plateforme est également modérée cliniquement 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 par des personnes comme Anne et nos autres modérateurs cliniques qui surveillent constamment la plateforme et s'assurent que l'anonymat est protégé (qu'il n'y a pas de bris de l'anonymat), mais aussi que s'il y a des indicateurs de risque par l'un des membres de la plateforme, les modérateurs cliniques sont en mesure d'entrer en contact, d'aider à évaluer ce risque, d'offrir des ressources de soutien et de faire escalader ce risque aux services d'urgence, si nécessaire. Anne en parlera un peu plus tard, mais je tenais à le faire savoir ici.

Il est important que tout le monde ici sache que rien de ce que nous recueillons auprès de vous n'est partagé. Comme Melissa l'a mentionné, puisque nous sommes une tierce partie, nous recueillons certains renseignements d'inscription lorsque vous vous joignez à la plateforme; nous modérons évidemment ce risque et le surveillons, mais nous ne partageons aucun contenu ou renseignement avec le CIIS, le gouvernement du Canada, le MDN ou ACC. Nous les conservons tous et les utilisons uniquement à nos fins.

Je voulais également vous donner une idée de la taille de la communauté. Nous travaillons avec différents organismes de commissionnement, comme le CIIS, qui fournissent les services à leurs populations. Nous avons plus de 300 organismes de commissionnement, plus de 300 000 personnes sont soutenues sur la plateforme et plus de 20 millions y ont accès. Lorsque vous rejoignez la plateforme, vous interagissez avec des personnes du monde entier ; vous interagissez avec des personnes du Royaume-Uni, des États-Unis, du Canada, de la Nouvelle-Zélande, de l'Australie et de l'Irlande, c'est-à-dire des pays anglophones, pour la plupart, et cela permet un grand degré d'anonymat et de protection. Mais il existe des moyens de cibler les personnes avec lesquelles vous souhaitez parler et établir des liens autour de votre expérience personnelle, ce que j'expliquerai dans la démonstration.

[Texte à l’écran : Page d’accueil de Togetherall]

Je vais passer à un autre écran. Lorsque vous vous connectez à Togetherall, il vous est demandé de créer un nom d'utilisateur anonyme, ici [Texte à l’écran : Indique le champ de nom d’utilisateur ou d’adresse courriel] j'en ai créé un pour les besoins de cette présentation.

De plus, lorsque vous vous inscrivez, on vous demande si vous voulez choisir la communauté anglophone ou la communauté francophone. Pour nos membres canadiens, nous avons donc une communauté francophone, et comme il s'agit de communautés distinctes, je ne vais vous présenter que la communauté anglophone aujourd'hui, mais sachez que tout ce que je vous montre est reproduit dans la communauté francophone et fonctionne de la même manière.

[Texte à l’écran : La page d’accueil de Togetherall affiche « Un espace sûr, ou les gens offrent du soutien émotionnel par les pairs, du bien-être et des conseils d’orientation ». Le haut du fil de nouvelles est visible, incluant les menus « catégories », « type de publication » et « créez une publication ».]

Lorsque je me connecte à la plateforme, j'arrive sur la page d'accueil qui ressemble beaucoup à d'autres plateformes de médias sociaux. En ce sens, il s'agit d'un défilement infini des dernières activités de la plateforme. La plateforme se compose de trois parties principales : la communauté de pairs [indique l’onglet « Communauté », qui comporte une icône avec deux bulles de dialogue], qui est vraiment au cœur de cet effort, et qui offre la possibilité d'entrer en contact avec d'autres personnes qui ont des expériences vécues similaires et avec lesquelles vous souhaitez entrer en contact pour obtenir du soutien. C'est le cœur de notre programme, mais il y a aussi des cours [indique l’onglet « Cours », qui comporte une icône avec une paire de lunettes] et des ressources [indique l’onglet « Ressources », qui comporte une icône avec un livre]. Cette page d'accueil regroupe les trois éléments de la plateforme. Je vais donc parler de chacun d'eux en premier, puis je reviendrai à cette page d'accueil.

[Clique sur l’onglet « Communauté »] Dans la communauté de soutien par les pairs, encore une fois, lorsque je clique ici, il s'agit pareillement de la dernière activité sur la plateforme, et en tant que membre, je peux choisir de créer un message et partager ce que je ressens, et il y a plusieurs façons de le faire. Je peux cliquer ici [clique sur « Créer une publication »] et créer un message, et nous avons trois différents types de messages que vous pouvez créer.

[Texte à l’écran : Après avoir cliqué sur « Créer une publication », le message « Comment voulez-vous partager vos réflexions? » s’affiche à l’écran. Les options disponibles sont « Créer une discussion », « Créer une Brique », et « Créer une discussion en groupe ».]

L'un d'entre eux s'appelle une « discussion», c'est en fait un message textuel.

[Texte à l’écran : Clique sur « Rédiger une discussion».]

Je peux écrire un titre de message sur ce que je ressens [indique le champ de titre « Insérer une publication »]. Je peux partager ce qui se passe pour moi, ce que je vis ici dans cette boîte [indique un champ de texte intitulé « Qu’est-ce qui vous préoccupe? »], puis je peux sélectionner les catégories qui s'appliquent à ce dont je parle. Je peux cliquer ici [clique sur l’onglet « Catégories »] et il s'agit de catégories couramment utilisées, comme l'anxiété, la dépression, les traumatismes, les relations, la solitude [Texte à l’écran : La liste complète de catégories affiche « dépression », « anxiété », « discussion générale », « rétablissement », « relations », « stress », « solitude », « vie étudiante », « sommeil », « TSPT/traumatismes », « colère » et « choisir à partir d’autres catégories »], mais si je clique sur choisir parmi d'autres catégories, vous pouvez voir qu'il existe une liste beaucoup plus longue de catégories parmi lesquelles je peux choisir [La liste de catégories s’allonge, pour afficher d’autres options : « abus », « dépendance », « trouble du spectre de l’autisme », « image corporelle », « COVID-19 », « identité culturelle », « handicap », « alimentation », « écoanxiété », « identité du genre », « genre et sexualité », « deuil et perte », « bonheur », « maladie », « inégalités », « gestion des finances », « TOC », « parentalité », « phobies », « grossesse », « psychose », « race et ethnicité », « relaxation et conscience », « religion et identité religieuse », « trouble affectif saisonnier », « automutilation », et « télétravail »] , et il s'agit d'un outil multisélection qui vous permet de sélectionner plusieurs catégories en rapport avec ce que vous publiez. Je tape ensuite ce que je ressens et je publie mon message [clique sur le bouton « Publier la discussion »], qui est ensuite envoyé à la communauté, invitant les autres membres de la plateforme à intervenir et à offrir leur soutien et leur validation pour ce que je ressens.

[Texte à l’écran : Retour à la page précédente, sélectionne « Créer une Brique ».]

Le deuxième type de message est appelé une Brique. Il est similaire à bien des égards : vous pouvez toujours donner un titre à votre message [indique le champ de titre « Insérer une publication »], vous pouvez toujours sélectionner des catégories [clique sur le bouton « Catégories »] pour votre message, mais il existe également des outils de dessin simplifiés sur la plateforme qui me permettent de m'exprimer de manière créative en tant que membre. Je ne suis peut-être pas capable d'exprimer ce que je ressens avec des mots, mais je suis capable de taper certaines choses en couleur si je le souhaite [clique sur l’outil « Boîte de texte »], je suis capable de peindre et de dessiner [clique sur l’outil « Pinceau »] avec différentes couleurs et avec différents outils, je peux également téléverser des images liées à ce que je ressens [clique sur « Téléverser une image »].

Encore une fois, en ce qui concerne le téléversement d'images, étant donné qu'il s'agit d'une plateforme anonyme, nous ne voudrions certainement pas que les gens téléversent des images qui indiqueraient ou révéleraient leur identité. Par contre, peut-être vous le verrez plus tard lorsque je montrerai d’autres parties de la plateforme, les gens peuvent téléverser des images liées à ce qu'ils ressentent. Je peux toujours écrire une légende textuelle si je le souhaite ici [indique une boîte de texte appelée « Description (facultative) »] pour l'inclure dans mon message, puis je le publierai sur la plateforme [Clique sur « Créer une brique »]. Encore une fois [clique sur le bouton « Précédent »], il s'agit simplement d'une façon pour certaines personnes d'exprimer de manière créative ce qu'elles ressentent plutôt qu'en texte, et certaines personnes le font quotidiennement, en créant simplement une image dans le cadre de leur parcours de rétablissement.

(Melissa Heimerl) Lee, y a-t-il un moyen d'augmenter la taille de la police pour les personnes ayant une déficience visuelle?

(Lee Swain) Je peux le faire, c'est mieux ?

(Melissa Heimerl) Oui, merci.

(Lee Swain) Je peux également créer un troisième type de message appelé Discussion en groupe [indique le bouton « Discussion en groupe »]. Au fil du temps, lorsque vous vous impliquez dans la communauté, il se peut que vous entriez dans une conversation constante avec un autre membre, vous pouvez choisir de l'ajouter comme ami sur la plateforme [indique l’icône « Amis » dans le coin supérieur droit de l’écran]. Il s'agit toujours d'un ami anonyme, nous ne vous permettons pas de partager des informations permettant de vous identifier personnellement avec d'autres membres, mais vous pouvez les ajouter en tant qu'amis, vous pouvez leur envoyer des messages directs si vous le souhaitez [indique l’icône « Messages » dans le coin supérieur droit de l’écran], et vous pouvez également créer ce que l'on appelle une discussion en groupe [indique le bouton « Discussion en groupe »].

[Texte à l’écran : Sélectionne « Créer une discussion en groupe » à partir de la page « Créer une publication »]

Ainsi, s'il y a un sujet spécifique dont vous souhaitez parler, mais que vous ne voulez pas publier sur le forum public, vous pouvez créer un groupe de discussion ici [indique le champ de titre « Insérer une publication », le champ « Catégories » et la boîte de texte « Qu’est-ce qui vous préoccupe? »], comme vous le feriez pour d'autres groupes de discussion, puis ajouter des membres que vous considérez comme des amis [indique le champ « Membres »].

Si, par exemple, vous souhaitez parler de votre expérience en matière d'inconduite sexuelle, mais que vous ne voulez pas la partager sur le forum public, vous pouvez créer un groupe privé ici où seules les personnes que vous avez choisies pourront voir ce message. Il est toutefois important que vous sachiez que même les choses qui se passent au sein d'un groupe privé de discussion sont toujours visibles pour nos guides et notre équipe de modérateurs cliniques. Rien sur la plateforme ne leur est caché, donc même dans ces groupes de discussion privés, nous vous demandons de ne pas partager d'informations permettant de vous identifier personnellement, et s'il y a des indicateurs de risque, notre équipe clinique vous contactera [clique sur le bouton « Précédent »].

[Texte à l’écran : Retour à la page d’accueil]

Si je reviens dans la communauté, en tant que membre, je ne me sentirai peut-être pas à l'aise pour publier tout de suite, alors je pourrais choisir de lire ce que disent les autres.

[Texte à l’écran : Défilement à travers du fil de nouvelles]

Voici une discussion [indique une discussion existante] ; vous pouvez voir que quelqu'un parle de son trouble intérieur. Il a mis comme catégorie anxiété, dépression, relations et colère, et voici son nom d'utilisateur anonyme, @puddlediver. Je pourrais cliquer dessus [clique sur la discussion] et lire ce qu'il partage, je pourrais lire comment d'autres personnes sont intervenues et ont offert leur soutien. Je vois que quelques personnes l'ont fait ici ; @hopscotchporcupine, @potatoprints, et puis en tant qu'utilisateur, je pourrais aussi offrir mon soutien.

Nous savons qu'il peut être vraiment thérapeutique d'offrir du soutien aux autres, alors je pourrais ajouter mon propre commentaire ici [indique le champ « Ajouter un commentaire »]. Je peux également mettre la publication en vedette et y revenir plus tard [indique une icône d’étoile « Mettre la publication en vedette »] pour me souvenir de ce que les gens ont dit. Je peux activer les notifications pour ce message [indique une icône de cloche intitulée « Activer les notifications pour cette publication »] si je veux entendre d'autres conseils ou de nouvelles activités dans ce message ; cela m'enverra un message dans ma section de notifications. Je peux également signaler la publication [indique le bouton « Signaler post »], ce qui permet d'envoyer une note à un clinicien si j'ai des doutes sur le contenu de ce message. Si j'ai l'impression qu'il ne s'agit pas d'un message de soutien, si je me sens concerné par le membre, si j'ai l'impression que cette personne fait de l'intimidation ou du trolling sur la plateforme, je peux également utiliser ce bouton de signalement.

[Texte à l’écran : Indique l’icône « Demander à modérateur », située au bas de l’écran, à droite.]

Je peux également, en tant que membre, poser une question au modérateur - à tout moment, ici en bas à droite, je peux poser une question et cela ouvre une conversation par message direct avec un modérateur. Cela peut concerner la navigation sur la plateforme, mais aussi les préoccupations.

Anne, vous voudriez peut-être nous parler un peu de l'intervention d'un clinicien, des types de raisons pour lesquelles les cliniciens peuvent intervenir et de ce à quoi ressemble ce processus ?

[Texte à l’écran : Retour à la page d’accueil.]

(Anne Gauthier) Absolument, Lee. Donc, dans de nombreux cas, dans le rôle clinique de Togetherall, nous surveillons constamment les risques et, en particulier, si un membre publie du contenu qui peut sembler inquiétant ou qui est un indicateur de risque envers le membre, envers un autre membre au sein de la plateforme Togetherall. Au sein de l'équipe, nous évaluons l'urgence du risque impliqué, qu'il s'agisse d'une discussion directe, d'une brique, et à partir de là, nous prenons des mesures supplémentaires, y compris des mesures liées à la communication avec le membre dans ses messages directs. Nous pouvons également fournir aux membres des ressources supplémentaires ; nous pouvons demander des informations additionnelles sur l’état de  sécurité du membre et, dans certains cas, nous pouvons référer le membre vers les services d'urgence. Mais au sein de la plateforme, tous les risques sont modérés 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, comme nous l'avons mentionné, et un grand nombre de mots clés apparaissent sur notre site. En tant que cliniciens, nous avons la visibilité nécessaire pour examiner la situation et comprendre s'il s'agit d'une priorité ou d'une urgence, puis agir en conséquence.

(Lee Swain) Et il est important de souligner que nos modérateurs cliniques ne sont que cela ; ce sont des modérateurs, ils ne sont pas des conseillers, ils ne s'engagent pas dans une thérapie avec les membres de la plateforme, mais ils sont là pour mettre en relation avec d'autres ressources et d'autres services qui pourraient être en mesure de les aider.

[Texte à l’écran : Mets l’emphase sur la barre d’outils située au milieu de l’écran]

Pour en revenir à la page principale de la communauté, j'aimerais souligner quelques autres points. Vous pouvez revoir vos propres messages ici [indique l’onglet « Mes publications »], vous pouvez revoir n'importe quel message que vous avez mis en vedette ici [indique l’onglet « En vedette »]. Si je ne veux pas faire défiler tout ce flux des dernières activités, je peux aussi filtrer par ces catégories [clique sur le menu « Catégories », révélant une liste de catégories populaires, telles que « anxiété », « dépression », « discussion générale », « rétablissement » et « relations » avec l’option de voir d’autres catégories]. La raison pour laquelle les gens marquent ces catégories est que cela aide les membres à trouver d'autres messages liés aux sujets qu'ils veulent voir. Si je veux lire des articles sur l'anxiété et la dépendance, je peux cliquer sur ces deux liens et cliquer sur OK, et le flux sera filtré uniquement pour ces types de messages. Donc, nous sommes en mesure de filtrer selon les catégories qui sont ici présentent. Je peux également filtrer mon type de message si je le souhaite [clique sur le menu « Type de publication », qui révèle les options « Voir tout », « Brique » et « Discussion »], soit une brique, soit une discussion directe.

Une autre chose que je veux partager est le concept des groupes. Lorsque vous cliquez sur les groupes [clique sur l’onglet « Groupes (Beta) »], vous verrez tous les groupes de discussion privés dont vous faites partie, auxquels vous avez été invité, dans lesquels vous êtes engagé avec d'autres personnes, mais nous avons également un certain nombre de groupes que vous pouvez rejoindre.

[Texte à l’écran : Sélectionne « Voir tous les groupes » dans le coin inférieur droit de la page des groupes]

Certains d'entre eux sont des groupes axés sur le bien-être, qui sont thématiques, et offrent un espace pour partager des conseils sur la santé et le mode de vie, pour partager de l'humour, pour partager de la gratitude, car nous savons que le partage de ce type de choses peut être utile pour la santé mentale d'une personne.

[Texte à l’écran : Défilement vers le bas]

Mais en particulier, je tiens à souligner ici que certains groupes sont basés sur les rôles, et il y a une communauté militaire ; donc, si vous voulez vous connecter uniquement avec d'autres personnes qui sont liées au service militaire d'une manière ou d'une autre, vous pouvez le faire.

[Texte à l’écran : Clique sur le groupe intitulé « Communauté militaire »]

Lorsque vous cliquez ici, cela fonctionne exactement comme le forum de discussion principal que j'ai présenté, sauf que vous ne postez qu'à d'autres personnes ayant une expérience militaire.

[Texte à l’écran : Désélectionne les filtres « dépendance » et « anxiété »]

Je supprime juste ces filtres pour vous donner une idée. Ici, je crée un message de la même manière que précédemment, mais au sein de cette communauté militaire. Il n'est publié qu'à l'intention des personnes qui ont choisi de faire partie de cette communauté militaire. C'est l'une des façons de cibler les personnes ayant une expérience similaire.

[Texte à l’écran : Clique sur l’icône en forme de livre de l’outil « Ressources », située dans la barre d’outils du coin supérieur gauche de l’écran]

Je veux partager deux autres parties de la plateforme. Dans la section des ressources [clique sur l’icône avec un livre, dans la barre d’outils située dans le coin supérieur gauche de l’écran] il y a quelques outils qui sont utiles. Il y a un journal personnel [indique l’outil « Journal »], un outil de définitions des objectifs [indique l’outil « Définition d’objectifs »] qui peut être utile pour essayer de changer les comportements. Parfois, vous ne vous sentez pas à l'aise de publier des messages dans la communauté, mais vous voulez écrire vos pensées en privé ; vous pouvez le faire ici. Encore une fois, les modérateurs verront cela, donc si vous écrivez dans votre journal personnel sur l'automutilation ou d’idées suicidaires ou quelque chose comme ça, ils vous contacteront et vous offriront leur soutien.

Il y a également un certain nombre d'autoévaluations validées cliniquement que vous pouvez faire ici [Texte à l’écran : Défilement vers le bas, pour afficher quatre outils d’auto-évaluation. Ceux-ci sont en lien avec la détresse générale, le deuil ou les traumatismes, l’estime de soi, et l’anxiété à propos de la santé.], et si vous évaluez que votre cas est sévère ou modérément sévère, un modérateur vous contactera également, encore une fois, pour vous offrir un soutien si vous souhaitez leur aide.

Lorsque vous vous connectez, il y a trois ressources spécifiques.

[Texte à l’écran : Défilement vers le bas, pour afficher trois outils. Ceux-ci sont intitulés « CIIS », « Outil de recherche du CIIS » et « PAE ». ]

Il y a le PAE ou la ligne de soutien associée au fait que vous êtes ou non un membre actif des FAC, un ancien combattant ou un ancien membre des FAC, un employé de la fonction publique du MDN ou une famille ou un proche qui serait la ligne d'information pour les familles. On y retrouve un lien à ces lignes ici [indique la fenêtre « PAE » à l’écran] et vous verrez ensuite un lien vers le CIIS lui-même, ainsi que l'outil de recherche du CIIS qui vous permet de rechercher d'autres soutiens en matière d'inconduite sexuelle par région.

En plus de ces trois ressources, si je clique sur "Tout afficher" [clique sur le bouton « Tout afficher »], il y a un certain nombre d'articles de développement personnel que vous pouvez lire pour améliorer vos connaissances sur différents sujets, et vous pouvez les trier et les filtrer selon ces mêmes catégories. Ainsi, si je ne voulais lire que des articles sur la dépression, je pourrais cliquer dessus et les articles de développement personnel liés à la dépression s'afficheraient.

[Texte à l’écran : Clique sur l’icône en forme de lunettes de l’outil « Cours », dans la barre d’outils du coin supérieur gauche de l’écran. Défile vers le bas à travers les cours offerts.]

Le dernier élément que je souhaite partager est celui des cours. Les cours eux-mêmes sont fondés sur les principes de la thérapie cognitivo-comportementale et visent donc à modifier le comportement. Certains traitent de la gestion de la colère, d'autres du deuil et de la perte d'un ancien combattant, du TSPT chez les anciens combattants, du TSPT en général, de la dépression, et là encore, vous pouvez cliquer pour en voir plus, mais chacun de ces cours est modulaire et autonome, de sorte que vous les suivez à la vitesse qui vous convient.

Nous tirons également parti de certains éléments des ressources. Ainsi, il vous sera parfois demandé de procéder à une auto-évaluation, d'utiliser le journal personnel ou de l’outil de définition des objectifs dans le cadre de ces cours, et nous tirons également parti de la communauté des pairs. [Clique sur le bouton « Accueil », dans le coin supérieur gauche de la page] Pour chacun de ces cours, il y a une conversation de groupe pour les personnes qui suivent le cours ou qui l'ont terminé, où vous pouvez partager avec les autres comment cela fonctionne pour vous, ce que vous apprenez, comment vous essayez de changer votre comportement, et obtenir un soutien pour cela.

Ce sont les trois sections principales du cours. Je nous ai ramenés ici au fil d'actualité principal, qui affiche à nouveau tous les messages récents, mais si vous faites défiler la page vers le bas, vous verrez qu'il y a un article de développement personnel sur la façon de prendre soin de soi pendant la COVID-19. Si je fais défiler plus bas, voici un cours. Il s'agit donc de rappeler aux utilisateurs, lorsqu'ils parcourent ce fil d'actualité, les autres ressources disponibles en plus des messages de la communauté.

[Texte à l’écran : Sélectionne l’outil « Filtres » vers la droite au centre de l’écran. Une fenêtre apparaît, avec une liste de sujets variés à inclure ou exclure du filtre.]

Ici, vous pouvez également filtrer par ces différentes catégories. Si vous êtes sensible à certaines catégories, si vous ne voulez pas lire certaines choses ou si vous ne voulez lire que certains sujets, vous pouvez choisir d'éviter ou d'inclure chacune de ces catégories dans votre fil d'actualité et vous ne verrez alors que le contenu qui vous concerne et que vous pouvez lire en toute sécurité.

La dernière chose que je vais partager très rapidement est ce que nous appelons le mur [Texte à l’écran : Sélectionne l’icône « Explorer le mur » dans la section supérieure droite de la page d’accueil. Une grille de publications « briques » est disposée de manière à former un « mur », composé d’une multitude de projets créatifs créés par les membres.], et c'est la façon dont nous rassemblons tous ces messages visuels en briques. C'est pourquoi nous les appelons des briques, pour que cela ait un peu plus de sens, nous les rassemblons dans un mur. Vous pouvez vous déplacer sur le mur, voir les messages visuels qui vous intéressent et cliquer dessus.

[Texte à l’écran : Clique sur une publication « brique » jaune et bleue]

Si je vois un message et que je suis curieux de savoir ce qu'il signifie ou s'il résonne en moi, je peux voir que @zazz1234 a publié ceci à propos du soleil.

Encore une fois, il arrive que les gens fassent cela dans le cadre de leur rétablissement quotidien - dessiner quelque chose, faire quelque chose de créatif, faire de l'art - dans le cadre de leur parcours de rétablissement et ils le font ici. Lorsque vous ouvrez une brique du mur, elle s'ouvre tout comme dans la communauté. Vous pouvez faire tout ce que vous faisiez avant ; vous pouvez commenter, la mettre en vedette, la signaler, tout ce que vous voulez.

[Texte à l’écran : Retour à la page d’accueil]

Voilà donc un résumé rapide de la plateforme elle-même. Je veux vous montrer comment vous inscrire. Le programme de soutien par les pairs pour les traumatismes sexuels militaires partagera ces liens avec vous tous.

[Texte à l’écran : Change d’onglet pour afficher la page d’inscription de Togetherall]

Il existe une page d'inscription en anglais et une page d'inscription en français. [Change d’onglet pour afficher la page d’inscription en français]. Sur chacune d'elles, vous trouverez des informations générales sur le service, des informations supplémentaires sur le service si vous le souhaitez. En bas de page, vous trouverez une foire aux questions ; nous y reviendrons bien sûr à la fin de la session d'aujourd'hui, mais il y a aussi d'autres questions fréquemment posées ici [Défile vers le bas de la page pour afficher les questions en français].

Il y a quatre boutons d'inscription [Indique les quatre boutons d’inscription sur la page d’inscription en français; « Vous êtes un membre des Forces armées canadiennes (FAC)? », « Vous êtes un vétéran/ancien membre des FAC? », « Vous êtes une employée ou un employé de la fonction publique du MDN? », « Vous êtes membre de la famille ou un proche? »] et vous devez choisir le bouton qui s'applique à vous, donc si vous êtes un membre actif des FAC, si vous êtes un ancien membre des FAC, un employé de la fonction publique du MDN ou un membre de la famille ou un proche, vous devez choisir la voie d'inscription qui vous convient.

[Texte à l’écran : Clique sur le bouton « Joignez-vous dès aujourd’hui »]

Si je clique sur ce lien, j'accède à la page d’inscription [texte à l’écran : la page d’inscription affiche « Créez un compte », suivi de « Vérifiez si vous avez accès à Togetherall » et du menu déroulant « Qu’est-ce qui vous décrit le mieux? » avec un bouton « Cela nous permet de vérifier si vous êtes admissible à Togetherall ». ] et l'on vous demande (je ne peux pas le faire, je suis déjà connecté) une adresse électronique, un numéro de téléphone et un code postal. Ce sont les seules informations personnelles identifiables que nous recueillons auprès de vous et nous ne les utilisons qu'en cas d'escalade des risques. Ces informations ne sont jamais communiquées au CIIS ou à quiconque au sein du gouvernement du Canada. Une fois que vous aurez cliqué sur "Soumettre les détails", vous recevrez un courriel d'activation pour compléter votre inscription. C'est ainsi que nous vérifions que vous êtes une personne réelle, et vous pourrez ensuite accéder à la plateforme après avoir répondu à quelques questions d'ordre démographique et par rapport à vos enjeux et vos conditions.

Je vais m'arrêter là parce que je pense que nous n'avons plus de temps, mais sachez qu'Anne et moi restons tous deux présents jusqu'à la fin pour répondre aux questions que vous pourriez avoir sur la plateforme, je vais donc passer la parole à Melissa.

(Melissa Heimerl) Merci beaucoup, Anne et Lee.

[Texte à l’écran : Retour au diaporama du CIIS. L’écran affiche le message « Vous souhaitez vous impliquer? Contactez-nous au SMRCPSP-CISSPSP@forces.gc.ca ».]

Nous tenons à vous remercier à nouveau pour votre présence aujourd'hui alors que nous avons discuté du plan du programme de soutien par les pairs pour traumatismes sexuels militaires et nous espérons qu'il sera un service de valeur pour la communauté. Nous continuerons à vous tenir au courant des lancements progressifs des autres parties du programme de soutien par les pairs par le biais de notre site Web du CIIS et des plateformes de médias sociaux. Vous y trouverez également aujourd'hui les versions des modèles ainsi que les liens d'enregistrement pour vous inscrire à l'application Togetherall. Vous pouvez également nous envoyer un courriel à notre boîte aux lettres positionnelle si vous avez des questions, des commentaires ou un intérêt pour le programme de soutien par les pairs lui-même. Je voudrais maintenant souhaiter la bienvenue à ma collègue, Elizabeth Cyr – Gestionnaire du programme d’intervention et de soutien – à partager son annonce de programme.. Merci.

(Elizabeth Cyr) Merci Melissa. Bon après-midi! Aujourd'hui, nous sommes très heureux de faire une annonce concernant le Programme de coordination de l’intervention et du soutien.

Avant d'entrer dans les détails, j'aimerais d'abord vous donner un aperçu du Programme de coordination de l'intervention et du soutien, que j'appellerai dorénavant le " Programme CIS ".

Le programme CIS est l'un des programmes du Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle ou CIIS. Il ne relève pas de la chaîne de commandement - il s'agit véritablement d'une initiative qui a été mise en place pour répondre aux besoins des personnes qui ont été victimes d'une inconduite sexuelle. Il est distinct de la ligne d'assistance 24/7 du CIIS, mais fonctionne en parallèle.

Dans le cadre de ce programme, les personnes qui ont vécu de l'inconduite sexuelle sont jumelées avec un coordonnateur ou une coordonnatrice de cas qui leur fournit du soutien, de l’assistance et de l’aide à naviguer les systèmes, selon leur situation. Étant donné que chaque personne a des besoins et des objectifs uniques et spécifiques par rapport à leur expérience, le coordinateur ou la coordonnatrice travaille en collaboration avec la personne pour développer une approche qui place ses besoins et ses objectifs au premier plan.

[Texte à l’écran : Le graphique du programme CIS s’affiche, incluant 6 éléments : liaison et coordination, assistance pratique, accompagnement, arrangements du milieu de travail, renseignements et références, et soutien.]

Il n'est pas nécessaire que la personne ait officiellement signalé son expérience d'inconduite sexuelle ni qu'elle ait l'intention de le faire pour avoir accès au programme. Toutefois, si elle l'a signalé ou souhaite le faire, le coordonnateur ou la coordonnatrice peut l’accompagner dans le processus.

Le programme CIS est en place depuis environ trois ans, soit depuis l'été 2019. Il s'agissait au départ d'un Programme destiné aux membres actuellement en service des Forces armées canadiennes qui avaient été victimes d'inconduite sexuelle. Depuis l'automne dernier, le Programme s'est développé pour servir également les anciens membres et vétérans des FAC, ainsi que les employés de la fonction publique du ministère de la Défense nationale. 

Depuis son lancement, le programme CIS a été offert à partir d'un emplacement central à des personnes de partout au Canada et dans le monde. Mais un financement récent nous a permis de commencer à travailler sur la prochaine phase du programme, qui comprend l'embauche de personnel dans différents endroits du Canada pour mettre en place des sites régionaux.

Cela m'amène à l'annonce d'aujourd'hui, qui est le fruit de ce travail. Aujourd'hui, j'ai le grand plaisir de partager avec vous le lancement officiel des trois premières régions du programme de Coordination de l’intervention et du soutien : les régions du Québec, du Pacifique, qui comprend la province de la Colombie-Britannique et le territoire du Yukon, et la capitale nationale, qui comprend la région d’Ottawa-Gatineau, ainsi que le territoire du Nunavut.

Du personnel a été engagé dans ces régions afin que les personnes qui ont vécu de l'inconduite sexuelle puissent travailler avec un coordonnateur ou une coordonnatrice qui connaît bien leur contexte particulier et qui est en mesure de les aider à un niveau plus local.

Le fait d'avoir du personnel dans ces régions augmentera le soutien en personne, aidera les coordonnateurs et coordonnatrices à établir des relations à l'intérieur et à l'extérieur de l'armée au niveau local et régional, et contribuera à faire connaître le programme. Les coordonnateurs régionaux seront mieux informés des cultures et des réalités spécifiques auxquelles les gens sont confrontés là où ils se trouvent.

Nous avons commencé avec trois régions pour apprendre et nous adapter, afin d'être aussi réactifs que possible. Nous voulons faire les choses correctement. Nous travaillons à faire en sorte que les trois autres régions : l'Atlantique, l'Ontario et les Prairies, seront ouvertes au cours de l'année prochaine. Entre-temps, nous avons mis en place du personnel de coordination qui continuera à fournir des services et à soutenir les personnes, où qu'elles se trouvent - dans tout le pays et dans le monde entier - jusqu'à ce que toutes les régions soient pleinement opérationnelles.

Je voudrais vous laisser avec quelques réflexions sur le programme CIS. Nous savons que le bouche-à-oreille est très important pour faire connaître aux gens les services qui sont à leur disposition.

Le programme CIS s'efforce de préserver la dignité et le respect des personnes qui ont été victimes d'inconduite sexuelle. Nous reconnaissons et affirmons la diversité de nos clients et nous rencontrons chaque personne là où elle se trouve afin de la soutenir en fonction de ses réalités vécues, de ses objectifs et de ses besoins spécifiques.

Toujours avec le consentement de la personne, le personnel de coordination travaille avec d'autres prestataires de services, les membres de la chaîne de commandement et les responsables, afin de supprimer les obstacles, d'aider la clientèle à obtenir des informations ou à accéder aux services, et de veiller à ce que leurs besoins soient entendus, compris et pris en compte. Il peut également s'agir de collaborer pour mettre en place des aménagements du lieu de travail qui répondent à leurs besoins.

Enfin, le personnel de coordination peut accompagner les clients à des rendez-vous, des réunions ou des événements, afin de les soutenir. Par exemple, il peut être présent lors de rencontres avec la police, pendant une procédure judiciaire ou administrative, ou lors d'une réunion avec leur supérieur hiérarchique.

Nous vous invitons à informer les personnes que vous pensez être intéressées de notre expansion dans les régions. Cette expansion en grande partie dut aux personnes qui ont vécu de l'inconduite sexuelle qui nous ont si clairement exprimés la nécessité d’un modèle régional, afin de mieux répondre à leurs besoins. Nous vous remercions de votre engagement.

Les personnes intéressées à se joindre ou à en savoir plus sur le programme sont invitées à appeler la ligne 24/7 du CIIS, qui est le point d'entrée du programme. Un conseiller ou une conseillère vous expliquera ce que le programme offre et pourra vous recommander à un coordonnateur ou une coordonnatrice, en fonction de votre emplacement et de votre préférence en matière de langue officielle.

Merci beaucoup. Je cède maintenant la parole à ma collègue, Nadia Lécuyer.

[Texte à l’écran : Programme de Démarches réparatrices]

(Nadia Lécuyer) Merci, et bonjour à tous et à toutes. Merci d’avoir pris le temps de vous joindre à nous. Je vous parlerai brièvement aujourd’hui du programme de Démarches réparatrices, de l’exception au devoir de signaler, et de l’impact de celle-ci sur le programme.

[Texte à l’écran : Programme de Démarches réparatrices. Fait partie du Règlement du recours collectif des Forces armées canadiennes (FAC) et du ministère de la Défense nationale (MDN) pour inconduite sexuelle. A été élaboré par le Centre d'intervention sur l'inconduite sexuelle en collaboration avec le Programme de gestion intégrée des conflits et des plaintes. Avec le soutien des parties intéressées internes et externes ainsi que les spécialistes en la matière.]

Le programme de Démarches réparatrices fait partie du règlement final du recours collectif des Forces armées du Canada et du ministère de la Défense nationale pour inconduite sexuelle. Il a été conçu par le Centre d’intervention sur l’inconduite sexuelle, en collaboration avec le service de Gestion intégrée des conflits et des plaintes, et en consultation avec des parties prenantes internes et externes, des personnes affectées, et des spécialistes en la matière.

 L’objectif est d’aider les membres du groupe intéressés à partager leurs expériences et/ou leurs idées liées à l’inconduite sexuelle avec des représentants des Forces armées canadiennes ou du Ministère de la Défense nationale, ainsi qu’à contribuer à améliorer les réponses institutionnelles à l’inconduite sexuelle et à changer la culture qui la favorise.

[Texte à l’écran : Raison d'être des Démarches réparatrices. Offrir une opportunité de partage aux membres du groupe dans un environnement de soutien. Créer des occasions d'apprentissage pour les personnes représentantes des FAC et du MDN. Identifier les leçons apprises et agir en vue d'un changement de culture à grande échelle au sein du MDN. Modéliser une approche réparatrice fondée sur des principes, s'y familiarises et renforcer les capacités en vue de son utilisation.]

Plus spécifiquement, les objectifs du programme de Démarches réparatrices sont les suivants :

Donner aux membres du groupe la possibilité de choisir les aspects de leurs expériences, de leurs connaissances ou de leur compréhension de l’inconduite sexuelle qu’ils souhaitent partager, y compris ses causes et ses impacts;

Deuxièmement, de créer des occasions permettant aux personnes représentantes des Forces et du Ministère, de reconnaître, de comprendre et d’apprendre des expériences et des connaissances des membres du groupe, et d’assumer la responsabilité, individuelle et collective, de ses causes et des réponses institutionnelles.

Le troisième objectif du programme est de créer des opportunités pour les membres du groupe et les personnes représentantes de la Défense d’identifier les leçons apprises et d’agir, en temps réel, de manière à contribuer à amplifier les efforts de changements de culture institutionnelle. Enfin, pouvoir modéliser, apprendre, et bâtir la capacité d’utilisation d’approches réparatrices en tant que réponse à un préjudice et comme façon de bâtir une culture institutionnelle basée sur l’inclusivité et le respect, maintenant et dans le futur.

Le programme de Démarches réparatrices a été lancé le 15 novembre 2021 et est dans sa phase initiale. Ce que cela signifie est que le nombre initial de membres du groupe qui seront contactés pour y participer sera petit (environ 150 à 250 personnes), afin de s’assurer que toutes les ressources, soutiens et systèmes soient en place.

Les engagements entre membres du groupe et les représentants de la Défense ont commencé, et les commentaires des premiers participants jusqu’à présent ont été extrêmement positifs.

L’équipe s’engage à continuer de s’assurer que le programme soit flexible et agile afin d’atteindre les buts et les objectifs du programme, ainsi que d’être réceptif aux besoins des membres du groupe.

Un sujet de préoccupation en lien avec le lancement du programme était l’application du devoir de signaler.

Les membres du groupe, personnes affectées et membres du conseil consultatif externe du CIIS ont exprimé leurs préoccupations autour du fait que le devoir de signaler puisse être applicable selon les informations pouvant être partagées avec les personnes représentantes des FAC dans le programme.

[Texte à l’écran : Devoir de signaler. Le 25 mai 2022, le ministre de la Défense nationale a modifié les ORFC pour créer une exception au devoir de signaler dans le contexte d'un programme de Démarches réparatrices. Cela signifie que le devoir de signaler ne sera pas applicable si un membre du groupe décide de partager des détails pendant sa participation au programme de Démarches réparatrices (DR).]

Grâce à cet incroyable plaidoyer, je suis ravie de dire que le 25 mai 2022, la ministre de la Défense nationale a effectué un amendement aux Ordonnances et règlements royaux applicables aux Forces canadiennes, afin de créer une exception au devoir de signaler dans le contexte d’un programme de démarches réparatrices.

Cela signifie qu’il n’aura aucune obligation de signaler si un membre du groupe décide de partager des détails lors de leur participation au programme.

Comme mentionné, le programme de Démarches réparatrices vise à aider les membres du groupe à partager leurs expériences, leurs connaissances et/ou leur compréhension de l’inconduite sexuelle. Les membres du groupe décident ce qu’ils partagent dans le cadre du programme, et maintenant, sans se soucier du devoir de signaler.

Le programme de Démarches réparatrices n’a pas été conçu dans le but de traiter de la responsabilité individuelle, qui est l’un des objectifs du devoir de signaler. L’intention et l’esprit du programme est de permettre d’échanger dans un environnement de soutien sûr et confidentiel.

La modification ne limitera pas la capacité d’un membre du groupe à faire un rapport ; elle veillera plutôt à ce que les personnes représentantes de la Défense, qui se sont portée volontaires pour écouter, reconnaître et apprendre, ne soient pas mises dans une position où elles sont obligées de signaler les incidents d’inconduite.

Nous espérons que cet amendement permettra au programme d’être exécuté tel qu’il a été conçu. Merci, merci beaucoup.

(Shoba Ranganathan) Merci Nadia, Elizabeth, Melissa ainsi que l’équipe de Togetherall.

Le développement du programme de soutien par les pairs pour les traumatismes sexuels dans le cadre du service militaire, l’expansion du programme PCIS, ainsi que le travail qu’a accompli cette équipe par rapport à l’exception au devoir de signaler ne sont que quelques exemples du travail continu visant à améliorer le soutien envers la communauté de personnes affectées par l’inconduite sexuelle au sein des FAC et du MDN.

Ce sont également des exemples tangibles de l’engagement du ministère à implémenter les recommandations de l’Examen externe complet et indépendant. En renforçant ces programmes, nous agissons pro activement pour faire évoluer le rôle du CIIS d’offrir des ressources aux victimes et survivants d’inconduite sexuelle, de faciliter l’accès immédiat à de l’assistance légale aux victimes d’inconduite sexuelle à travers le pays, et à améliorer le rôle et la structure du CIIS.

Pour conclure ces présentations, je suis heureuse de vous dévoiler que ce dont nous avons parlé aujourd’hui ne reflète que quelques-unes des initiatives à venir pour le CIIS.

[Texte à l’écran : Programmes et initiatives à venir]

La séance d'aujourd'hui a mis en lumière certains des nouveaux services du CIIS qui étaient immédiatement prêts à être annoncés, mais nous prévoyons organiser une autre session d'information à la fin de l'été 2022 pour partager des détails supplémentaires sur plusieurs autres nouveaux programmes et services que nous nous préparons à offrir dans les mois à venir.

Sans trop en dévoiler avant que ces initiatives ne soient prêtes pour un lancement à grande échelle, j‘aimerais vous offrir un petit aperçu de ce qui s’en vient.

[Texte à l’écran : Programme de Démarches réparatrices. Expansion du programme actuel de contribution aux centres d'aide aux victimes d'agressions sexuelle pour en faire un programme de subventions. Développement d'un programme de conseil juridique indépendant. Nouvelle équipe de partenariat et d'engagement. Lancement d'une application mobile de soutien par texte et par clavardage.]

Je suis heureuse de partager que nous lancerons un programme de subvention. Celui-ci viendra complémenter le programme de contribution aux centres d’aide aux survivant(e)s d’agressions sexuelles, qui subventionne les projets de centres civils d’assistance suite aux agressions sexuelles, afin que le programme puisse mieux répondre aux besoins de personnes avec de l’expérience vécue en la matière.

Le nouveau programme de subvention adopte une approche à plus grande échelle et cherche à soutenir les survivant(e)s d’agressions sexuelles au sein de la grande communauté des FAC en augmentant l’accès aux services et ressources.

Deux types de subventions seront disponibles pour les prestataires de services communautaires à but non lucratif : un financement unique allant jusqu’à 50 000$ par projet, et un financement récurrent allant jusqu’à 75 000$ par année.

Le financement sera disponible pour un large éventail de projets et d'initiatives potentiels. Je parle ici de la production de recherches liées au soutien des personnes affectées par l'inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes, la création de groupes de soutien et l’offre de services de soutien adaptés aux besoins de personnes et de groupes divers et mal desservis, tels que les femmes, les hommes, les communautés LGBTQ+ et les communautés de genres divers, entre autres.

J’aimerais aussi parler du nouveau service de soutien légal que le CIIS lancera prochainement. L’accessibilité au conseil juridique est un vide important dans l’offre de services de soutien aux survivants et survivantes. Dans le but de combler ce vide, le programme de conseil juridique indépendant du CIIS offrira des renseignements légaux, des conseils et de la représentation juridique aux personnes ayant vécu de l’inconduite sexuelle dans le cadre de service militaire.

L'objectif sera de fournir des services qui répondent aux besoins des victimes et des survivants et survivantes, afin de leur donner les moyens de prendre des décisions éclairées. Dans le cadre d'un modèle de prestation temporaire, le CIIS remboursera aux victimes le coût des frais juridiques encourus. Un modèle de programme permanent et plus complet, tenant compte des commentaires des personnes ayant une expérience vécue, sera mis en place prochainement.

Le prochain item dont j’ai hâte de vous parler lors de notre prochaine rencontre porte sur les avancements ayant eu lieu dans l’approche du CIIS en lien avec le partenariat et l’engagement. Une équipe dédiée au partenariat et à l’engagement a été mise en place, et travail diligemment à la préparation d’un modèle robuste d’engagement des parties prenantes, pour guider nos activités d’engagement.

L’Équipe de partenariat et d’engagement s'efforce de réimaginer le partenariat et l'implication des parties prenantes en élargissant la disponibilité des méthodes de rétroaction. Cette équipe servira de plaque tournante pour toutes les activités d'engagement et veillera à ce que les consultations soient sûres, réfléchies, coordonnées et inclusives. Ces principes permettront d'orienter les partenariats durables avec les personnes ayant vécu des expériences d'inconduite sexuelle et la communauté des parties prenantes au sens large.

Tel que mentionné dans notre modèle de programme de soutien par les pairs, le CIIS planifie également de lancer une application mobile qui servira de portail centralisé en ligne pour les services de soutien et ressources. L’application mobile est en cours de conception, et fait sur mesure pour les besoins du CIIS. Initialement, elle offrira l’accès à une fonctionnalité de messagerie texte et de clavardage qui permettra aux utilisateurs et utilisatrices de se connecter virtuellement avec un conseiller ou une conseillère du CIIS. Par après, ce sera également la plateforme ou se connecteront les pairs soutenants faisant partie du programme de soutien par les pairs.

Cette application est liée à une foule d'informations et de ressources supplémentaires, et comprendra une intégration avec l'application Respect dans les Forces armées canadiennes, qui est déjà disponible. Ce service sera offert non seulement aux membres actifs et aux anciens membres, mais aussi au personnel de la fonction publique du MDN et à leurs familles.

Enfin, je peux dire que le CIIS prend des mesures proactives pour renforcer son indépendance. Nous sommes enthousiastes à l’idée de vous donner plus de détails à ce sujet, ainsi que sur tous les autres programmes et services que je viens de mentionner, lors de notre prochaine séance d'information.

[Texte à l’écran : « Merci! Si vous avez des commentaires sur cette présentation, veuillez les faire parvenir à SMRC.Partnerships-Partenariats.CIIS@forces.gc.ca »]

(Shoba Ranganathan) Mais plus important encore, j’aimerais remercier chacun et chacune d’entre vous pour votre participation et de vous être joints à nous aujourd’hui. Nous vous remercions pour vos questions réfléchies et votre soutien continu ainsi que votre patience, alors que nous travaillons à la préparation du lancement de ces programmes.

Le CIIS est fier d'adopter une approche centrée sur les personnes survivantes et tenant compte des traumatismes dans son travail. Nous espérons que des événements comme celui-ci continueront à étendre notre portée au sein de notre communauté dans le but d'être plus inclusif et représentatif de la diversité que nous savons exister au sein de l'Équipe de la Défense et des personnes ayant vécu des expériences d'inconduite sexuelle militaire.

Si vous souhaitez vous impliquer davantage dans le CIIS et que l’on vous consulte sur de futurs programmes, comme ceux que nous avons présentés aujourd'hui, je vous encourage à envoyer un courriel à notre équipe de partenariat et d'engagement à l'adresse indiqué à l’écran.

Veuillez noter que l’enregistrement de la présentation d’aujourd’hui sera rendu disponible sur notre site web, à l’adresse Canada.ca/defense-centre-intervention-inconduite-sexuelle.

Pour être au courant de notre prochain événement ainsi que de nos programmes et services, veuillez-vous assurer de suivre le CIIS sur Twitter, Facebook ou LinkedIn.

Merci encore énormément pour votre participation à cet événement. Merci. Merci, Megwich.

Impliquez-vous

Si vous souhaitez que l’on vous informe de nos prochains événements ou nous faire part de vos commentaires sur les programmes et initiatives du CIIS, veuillez nous envoyer un courriel à l'adresse suivante : SMRC.Partnerships-Partenariats.CIIS@forces.gc.ca.

Liens connexes

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :