Technicien / Technicienne des mouvements

Description du travail

Les techniciens des mouvements planifient, effectuent et organisent le transport du personnel et de l’équipement des Forces armées canadiennes. Ils utilisent les moyens de transport de partout, à l’échelle locale, régionale, nationale ou internationale, afin d’appuyer les exercices et les opérations des Forces. Ils font partie d’équipes au sein de chaînes d’approvisionnement existantes ou fabriquées.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

  • Préparer, traiter, enregistrer et justifier tous les documents et formulaires relatifs au transport du personnel ainsi que de la cargaison et du matériel
  • Planifier, organiser, effectuer et gérer l’embarquement et le débarquement du personnel ainsi que le chargement et le déchargement de la cargaison, de l’équipement et des bagages, transportés par la route, le chemin de fer, la voie maritime et la voie aérienne, à bord de véhicules de transports militaires ou commerciaux
  • Traiter les cargaisons dangereuses
  • S’occuper des documents douaniers et de la liaison avec les douanes
  • Faire fonctionner des véhicules militaires et de l’équipement de manutention de matériel
  • Traiter les contrats et les factures de transport et tenir des dossiers financiers
Transcription

BOISJOLY : On est responsable du transport du matériel et du personnel des Forces, là où ils doivent être déployés. On assure un débit constant de ravitaillement et d’approvisionnement, et au bout du compte, on ramène le personnel et le matériel à bon port.

Bonjour, je suisSoldat Annie Boisjoly. Je suis originaire de la ville de Sherbrooke, au Québec. Je suis technicienne des mouvements dans les Forces canadiennes.

Et moi, je suis le Caporal Lisa-Marie Guernon, de Montréal, Québec. Dans les Forces, ça bouge pas mal! Mon rôle en tant que technicienne des mouvements est de m’assurer que les déplacements soient faits de façon sécuritaire et efficace.

GUERNON : La planification est au cœur de chaque déplacement. On doit s’assurer que tout est calculé et pris en compte. Il faut être minutieux dans l’emballage des charges pour rencontrer des normes exactes de pesage et d’équilibrage. Une fois emballées, on place les charges et on les arrime pour assurer un maximum de sécurité.

BOISJOLY : Pour le transport routier, aérien et maritime, on fait appel à une variété d’équipement et de véhicules. Et c’est un technicien des mouvements que tu trouves aux commandes, manœuvrant même la plus grande des plate-formes élévatrices à quelques centimètres à peine de l’avion.

GUERNON : En tant que technicienne des mouvements, on opère différents véhicules quand on travaille dans un aéroport – les chariots-élévateurs, les escaliers, pour que vous puissiez sortir des avions, et puis c’est vraiment un aspect intéressant de notre métier.

BOISJOLY : En tant que Technicien des mouvements, tu as la chance de voyager.

GUERNON : Juste cette année, j’ai au moins 4 à 5 voyages à mon actif – à Camp Mirage et en Afghanistan, à Kabul et à Kandahar.

BOISJOLY : En théâtre d’opérations, les Techniciens des mouvements sont les premiers à arriver et les derniers à partir – on arrive même avant les troupes!

GUERNON : Dans mon métier avec toutes les responsabilités qu’on a, au niveau des passagers, de leur sécurité, de leur bagage, de leur matériel, de savoir que tout ça a été fait selon toutes les normes et les règlements, ils vont être satisfaits du travail à la fin, ils vont pouvoir arriver, être avec leur famille, leurs amis – c’est quelque chose d’important pour nous à la fin de la journée.

BOISJOLY : Lorsque la mission est complétée, on doit tout emballer et le transporter à sa destination d’origine. Et, bien sûr, on s’assure aussi que nos militaires rentrent chez eux sains et saufs.

Quand je raconte ce que je fais, les gens me demandent toujours quelles sont les compétences requises pour s’enrôler. Je leur dis qu’il faut aimer travailler avec les chiffres; qu’il faut être en bonne forme physique et être habile de ses mains. Et il faut avoir de l’entregent.

GUERNON : La première étape de la formation d’un technicien des mouvements est la qualification militaire de base. C’est un cours de 3 mois, à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes, à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec.

Létape suivante, c’est l’apprentissage du métier à l’École d’administration et de logistique des Forces canadiennes de Borden, en Ontario. Là, tu apprends à conduire et à faire l’entretien de véhicules militaires et de toutes sortes d’appareils spécialisés de chargement. Tu suis aussi un cours d’administration qui te prépare au travail de technicien des mouvements.

BOISJOLY : À mesure que tu progresses dans ta carrière, tu peux suivre une formation avancée dans la manutention de matières dangereuses, ou encore pour devenir arrimeur pour un avion particulier comme le Hercules. Tu peux même aller encore plus loin et suivre une formation en transport aérien tactique ou en opérations de recherche et sauvetage.

Avec l’arrivée prochaine de nouveaux aéronefs, c’est stimulant d’être Technicien des mouvements dans les Forces canadiennes.

Le métier de technicien des mouvements est un métier fantastique. Je ne suis pas enchaînée à un bureau, et j’ai la chance de voyager, de voir le monde. En plus, je travaille avec une équipe du tonnerre! Une équipe qui est au cœur de l’action!

GUERNON : Exercer le métier de technicien des mouvements, c’est ma contribution aux Forces et au Canada. Si tu crois que tu aimerais faire comme moi, j’espère que tu te joindras à nous.

Aperçu

Environnement de travail

Les techniciens des mouvements travaillent dans des entrepôts, des bureaux, des terminaux aériens, des escadrons aériens et sur le terrain au Canada ou partout dans le monde pour appuyer les opérations des Forces. Ils doivent parfois travailler par quarts et dans des zones établies ou isolées où les conditions climatiques et les circonstances peuvent être difficiles.

Perfectionnement professionnel

Le salaire de départ pour un technicien des mouvements entièrement formé est de 51 500 $ par année. Cependant, ce montant peut être plus élevé selon l’expérience et la formation antérieures. Les techniciens des mouvements qui manifesteront le dévouement, les aptitudes et les prédispositions nécessaires auront accès à des possibilités d’avancement, de promotion et de perfectionnement.

Cet emploi spécialisé peut comprendre des tâches d’équipage en tant qu’arrimeur sur des aéronefs de transport ou permettre de travailler au sein du commandement des opérations spéciales. Ces possibilités d’emploi sont offertes après que les compétences professionnelles de base ont été acquises.

Emplois civils équivalents

  • Directeur d’entrepôt
  • Agent de fret (air, rail, terre et mer)
  • Courtier en douane
  • Agent d’expédition et de réception

Retour au début

Formation

Qualification militaire de base (QMB)

La première étape de l’instruction est le Cours de qualification militaire de base (QMB), ou instruction de base, qui est offert à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Cette instruction permet d’acquérir les compétences et les connaissances élémentaires communes à tous les groupes professionnels. L’un des objectifs du cours est de veiller à ce que les recrues répondent la norme de condition physique des Forces; par conséquent, l’entraînement est physiquement exigeant.

Instruction de qualification professionnelle de base

Les techniciens des mouvements fréquentent le Centre d’instruction de logistique des Forces canadiennes à Borden, en Ontario. La formation initiale dure environ 15 semaines et porte sur les sujets suivants :

  • Entraînement des conducteurs :
    • Conduite et entretien de véhicules militaires et d’équipement de manutention
    • Conduite et entretien de chariots élévateurs à fourche et d’autres appareils de manutention de conteneurs
  • Instruction des techniciens des mouvements
    • Transport de la cargaison et du matériel par la route, le chemin de fer, la voie maritime et la voie aérienne
    • Principes de bases du chargement d’aéronefs à voilure fixe ou tournante
    • Planification du chargement de véhicules ferroviaires
    • Exigences douanières et internationales relatives au transport
    • Accueil des passagers
    • Factures de transport et dossiers financiers
    • Traitement des documents relatifs au transport du personnel ainsi que du matériel et de la cargaison

Instruction spécialisée

Les techniciens des mouvements sont employés en tant qu’arrimeurs à bord d’aéronefs de transport après avoir acquis des compétences professionnelles de base et réussi la formation portant sur l’aéronef. L’ARC emploie des arrimeurs à bord des aéronefs suivants :

  • CC130H Hercules
  • CC130J Hercules
  • CC150 Airbus
  • CC177 Globemaster
  • CH147F Chinook

Instruction avancée

À mesure qu’ils progresseront dans leur carrière, les techniciens des mouvements qui manifesteront les aptitudes et les prédispositions nécessaires auront accès à l’instruction avancée. Les cours suivants sont notamment offerts :

  • Manutention de cargaison dangereuse
  • Opérations de transport à l’élingue par hélicoptère
  • Chargement et arrimage à bord d’un navire
  • Soutien au transport aérien tactique
  • Spécialiste du chargement des CC177
  • Livraison aérienne – niveau élémentaire
  • Système d’enregistrement aérien

Retour au début

Programmes d'enrôlement

Nous acceptons les candidatures pour cet emploi par le biais de l’enrôlement direct, du reclassement ou du transfert de catégorie de service.

Études exigées

Cet emploi exige que les candidats aient terminé au minimum leur 10e année ou leur 4e secondaire au Québec. Il est possible que les études à l’étranger soient reconnues.

Retour au début

Option temps partiel (Force de réserve)

Cet emploi est offert dans l’Aviation et dans l’Armée de terre à certains endroits au Canada. Les membres de la Force de réserve peuvent servir au sein d’une escadre de l’Aviation ou sur une base de la Marine ou de l’Armée de terre dans leur communauté. Ils peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Instruction de la Force de réserve

Les membres de la Force de réserve reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière. Ils commencent généralement leur instruction avec leur unité d’attache pour s’assurer qu’ils répondent aux normes militaires professionnelles de base. À la suite de l’instruction de base, l’unité d’attache s’occupera de prévoir de l’instruction additionnelle permettant l’acquisition des compétences spécialisées. L’instruction de la Force de réserve est identique à celle de la Force régulière décrite plus haut.

Environnement de travail

En règle générale, les membres de la Force de réserve effectuent leur service à temps partiel au sein de leur unité d’attache, le soir et la fin de semaine, suivant un horaire établi (les techniciens des mouvements employés dans la Réserve de l’Aviation ou de l’Armée de terre effectuent habituellement jusqu’à 12 jours de service par mois dans le cadre de journées normales de travail). Toutefois, ils peuvent également effectuer leur service en occupant des postes à temps plein au sein de certaines unités pour des périodes déterminées, selon la nature des tâches à exécuter. Ils reçoivent 85 % du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :