Cyberopérateur / Cyberopératrice

Nous embauchons : nous acceptons actuellement les candidatures pour ce poste par le biais de l'enrôlement direct.

Description du travail

Les cyberopérateurs mènent des cyberopérations défensives et, lorsque cela est nécessaire et faisable, actives. Ils sont en liaison avec des ministères et des agences gouvernementales ainsi qu’avec des alliés du Canada, avec qui ils collaborent afin d’accroître la capacité du ministère de la Défense nationale (MDN) et des Forces armées canadiennes (FAC) à offrir un cyberenvironnement sécuritaire. Les cyberopérateurs surveillent les réseaux de communication des FAC afin de détecter des tentatives d’accès non autorisé et d’intervenir. Ils offrent aussi un soutien numérique répondant aux besoins opérationnels de la Marine, de l’Armée de terre, de l’Aviation et des intervenants interarmées.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

  • Amasser, traiter et analyser des données réseau
  • Détecter les vulnérabilités des réseaux
  • Gérer un environnement de réseaux informatiques
  • Mener des cyberopérations défensives et actives
  • Mettre à profit leurs connaissances en matière de sécurité et de communication dans le domaine de la technologie de l’information
  • Utiliser et conserver des publications ainsi que des dossiers classifiés et non classifiés

Transcription

Cyberopérateur

Un des rôles des cyberopérateurs c’est de défendre le réseau informatique des Forces armées canadiennes et des réseaux informatiques du Ministère de la Défense. On est la première ligne de défense au niveau du réseau. Le métier de cyberopérateur travaille surtout au niveau secret et top secret, donc il y a beaucoup de choses qu’on ne peut pas parler au public.

On voit des communications qui rentrent dans les réseaux des Forces canadiennes ou dans les réseaux du Ministère de la Défense, et on prend des actions en conséquence pour défendre le réseau informatique. Et à tous les jours, nous recevons des attaques, soit de différents acteurs, des gens qui veulent voler des données informatiques ou compromettre nos infrastructures au niveau des Forces armées canadiennes ou des Opérations que nous avons. Un autre rôle qu’on a c’est un rôle d’investigation, donc, on a une équipe qui s’occupe de l’investigation numérique. On va répondre aux questions qui sont importantes, pour que, on puisse prévenir de futures attaques sur nos installations.

On a aussi une équipe qui va jouer le rôle de l’ennemi, donc ils vont aller et tester nos défenses à nous, et faire des rapports pour voir qu’est-ce qu’on peut améliorer pour ne pas qu’on puisse se faire attaquer dans le futur.

Une des choses qui est super intéressante au niveau de notre métier de cyberopérateur c’est nous créons nos propres outils de travail. Nous avons des logiciels commerciaux, oui, mais nous avons aussi des logiciels qui sont programmés par les membres à l’interne, ce qui nous permet de porter un focus plus direct sur qu’est-ce qui est important au niveau des Forces canadiennes et qu’est-ce que nous regardons à tous les jours.

Qu’est-ce qui est le plus intéressant je vous dirais, c’est l’accès à toute la technologie, à toutes les connaissances de tous les cyberopérateurs qui sont là, nous avons beaucoup de gens qui sont extrêmement qualifiés, donc à tous les jours pour moi, j’arrive au travail, toujours quelque chose de nouveau; il se passe une attaque sur le réseau qu’on n’a jamais vue, donc c’est extrêmement challengeant, c’est extrêmement stimulant. C’est le prochain champ de bataille ou présentement le champ de bataille qui est actuel, c’est le cyberespace.

Aperçu

Environnement de travail

Les cyberopérateurs travaillent avec des renseignements extrêmement sensibles, au sein d’environnements à très haute sécurité et d’installations à accès restreint. Ils ont l’obligation de travailler par quarts tout au long de leur carrière, mais ils ont souvent la possibilité d’occuper des postes leur permettant de travailler pendant les heures normales de bureau. Les cyberopérateurs servent dans les forces maritime, terrestre et aérienne, et lors d’opérations de déploiement partout dans le monde. Ils peuvent aussi être affectés à des postes permutables dans le cadre du programme d’échange de personnel avec les forces armées des États-Unis ou d’autres pays alliés. 

Solde et perfectionnement professionnel

Le salaire de départ pour un cyberopérateur entièrement formé est de 52 584 $ par année, mais  atteint 67 392 $ par années une fois que le titulaire est promu au rang de caporal. Les cyberopérateurs qui manifesteront le dévouement, les aptitudes et les prédispositions nécessaires peuvent être choisis pour des possibilités de perfectionnement professionnel, comme des promotions ou une instruction avancée.

Emplois civils équivalents

  • Analyste de la sécurité Internet
  • Analyste en soutien de réseau
  • Spécialiste d’intervention d’urgence en informatique
  • Cyberjournaliste
  • Vérificateur des systèmes

Retour au début

Formation

Qualification militaire de base

La première étape de l’instruction est le Cours de qualification militaire de base (QMB), ou instruction de base, qui est offert à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Ce cours vous enseignera les aptitudes de base et les connaissances communes à tous les emplois militaires. L’un des objectifs du cours est de veiller à ce que vous répondiez à la norme de condition physique des Forces; par conséquent, l’entraînement est physiquement exigeant.

Instruction de qualification professionnelle de base

Après la QMB, vous suivrez un programme collégial, approuvé par les FAC, en sécurité des réseaux informatiques. Les notions suivantes vous seront enseignées :

  • Développement de logiciels
  • Connaissance situationnelle des réseaux
  • Réponse aux cyberévénements et signalement
  • Conduite d’analyses

Après avoir réussi le programme collégial, ou si vous détenez déjà un diplôme d’une institution approuvée par les FAC, vous fréquenterez pendant environ seize semaines l’École d’électronique et des communications des Forces canadiennes (EECFC) à Kingston, en Ontario. Par le biais de cours théoriques, de démonstrations, de travaux pratiques et d’exercices de simulation, les notions suivantes seront abordées pendant le cours :

  • Cyberopérations
  • Saisie de données et analyse statique
  • Communications et sécurité des données
  • Utilisation d’équipement auxiliaire

Instruction spécialisée et avancée

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées par l’intermédiaire de cours magistraux ou d’une formation en cours d’emploi, notamment grâce aux cours suivants :

  • Évaluations de la vulnérabilité des réseaux
  • Expertise judiciaire en informatique
  • Analyse du renseignement sur les menaces
  • Cybertâches actives
  • Identification et analyse des logiciels malveillants
  • Atténuation des cyberévénements

Les cyberopérateurs qui manifesteront les aptitudes, le dévouement et les prédispositions nécessaires pourraient être choisis pour des possibilités d’avancement professionnel, d’instruction avancée et de promotions.

Retour au début

Programmes d'enrôlement

Nous embauchons : nous acceptons actuellement les candidatures pour ce poste par le biais de l'enrôlement direct.

Programme d’enrôlement actuel : dans le cadre d’une approche progressive pour pourvoir les postes de cyberopérateur au sein des FAC, nous accepterons sous peu les demandes d’individus qui ont déjà achevé un programme collégial approuvé par les FAC (consultez le site Web du FAC-ACE ou contactez le centre de recrutement de votre région pour obtenir plus de renseignements), qui sont en voie d’achever un tel programme d’ici la fin de mai 2018 ou qui sont en première année d’un tel programme.

Futur programme d'enrôlement : nous planifions commencer l'embauche de candidats répondant aux exigences minimales d'admissibilité au plus tard à l'été de 2019; ces exigences seront publiées d'ici janvier 2018.

Retour au début

Option temps partiel

Ce métier est disponible à temps partiel au sein des environnements suivants : la Marine, l’Armée de terre et l’Aviation.

Servir dans la Force de réserve

Cette possibilité d’emploi à temps partiel est offerte auprès de la Première réserve à certains endroits au Canada. En règle générale, les membres de la Force de réserve servent à temps partiel dans leur communauté et peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont payés pendant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être postés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Emploi à temps partiel

Les cyberopérateurs mènent des cyberopérations défensives et, lorsque cela est nécessaire et faisable, actives, notamment en contrecarrant les actions d’ennemis potentiels dans le cyberdomaine. Les cyberopérateurs surveillent les réseaux de communication des FAC afin de détecter des tentatives d’accès non autorisé et d’intervenir. Ils offrent aussi un soutien numérique répondant aux besoins opérationnels de la Marine, de l’Armée de terre, de l’Aviation et des intervenants interarmées. Lorsqu’ils sont employés à temps partiel ou à titre d’occasionnels à temps plein, ils effectuent habituellement leur service au sein d’unités des FAC au Canada.

Instruction de la Force de réserve

Les membres de la Force de réserve reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière. Ils commencent généralement leur instruction avec leur unité d’attache pour s’assurer qu’ils répondent aux normes militaires professionnelles de base. À la suite de la qualification de base, l’unité d’attache s’occupera de prévoir de l’instruction additionnelle permettant l’acquisition des compétences spécialisées. Les cyberopérateurs fréquentent l’École d’électronique et des communications des Forces canadiennes à Kingston, en Ontario, où ils achèveront leur qualification professionnelle. Ils peuvent aussi être formés pour travailler comme expert judiciaire en informatique, analyste du renseignement sur les menaces ou évaluateur de la vulnérabilité des réseaux.

Environnement de travail

En règle générale, les membres de la Force de réserve effectuent leur service à temps partiel au sein de leur unité d’attache, le soir et la fin de semaine, suivant un horaire établi. Toutefois, ils peuvent également effectuer leur service en occupant des postes à temps plein au sein de certaines unités pour des périodes déterminées, selon la nature des tâches à exécuter. Ils reçoivent 85 % du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :