Officier du génie de construction

Description du travail

Les officiers du génie construction fournissent du soutien technique, notamment en matière de gestion des installations, de génie de la sécurité incendie, de gestion de contrats et de projets, de génie construction et de génie de l’environnement.

En tant que membres de la Branche du génie militaire, les officiers du génie construction planifient, élaborent et mettent en œuvre des projets qui font intervenir une vaste gamme de tâches du génie militaire.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

  • Préparer ou approuver des dessins, des plans et des devis de construction
  • Fournir des conseils aux supérieurs au sujet de questions relatives au génie militaire
  • Exercer leur leadership ainsi qu’un contrôle technique sur les organisations responsables de la prestation de services techniques
  • Fournir un soutien sur le plan de la cartographie et de la géodésie aux opérations maritimes, aériennes et terrestres
  • Diriger et gérer une équipe formée de personnes qualifiées
Transcription

Officier du génie de construction

Je suis Capitaine Marc Comeau de Sainte-Foy, Québec, officier du génie de construction présentement affecté à la 3e Escadre de Bagotville.

Et je suis le Capitaine Grégoire Laforce de Chicoutimi, Québec, officier du génie de construction muté à Moncton au Nouveau-Brunswick.

COMEAU : Partout où les soldats, marins et aviateurs des Forces canadiennes sont basés ou déployés, la réussite de la mission dépend d’infrastructures solides et fonctionnelles.

Aux bases canadiennes, on remplit le même rôle qu’un ingénieur municipal : on bâtit et entretient des immeubles résidentiels et à bureaux, des pistes et des hangars, des casernes de pompier, des installations de communications, des systèmes d’égout et des réseaux électriques. On s’assure que tout le monde a l’eau courante, l’air climatisé et le chauffage. Nos équipes comprennent tout un éventail de techniciens experts : en eau, produits pétroliers et environnement; en construction; en groupes électrogènes; en distribution électrique; en plomberie et chauffage; ainsi qu’en réfrigération et mécanique.

LAFORCE : De plus, ça inclut aussi les pompiers. Donc, il y a beaucoup d’autres métiers qui tombent en dessous de notre métier et nous autres comme officiers dans cette branche-là, la responsabilité ultime c’est leur gestion.

Que le travail consiste à installer des camps d’aide humanitaire en Haïti, munir une installation radar d’une protection contre les intempéries dans l’Extrême-Arctique ou contrôler des inondations au Manitoba, on est toujours prêts à se rendre partout au pays… ou dans le monde.

COMEAU : Pour les missions, on est les premiers arrivés dans le sens qu’on construit les camps pour le restant des Forces canadiennes. Au niveau domestique, on est impliqué dans tout ce qu’il y a sur l’Escadre. Tous les bâtiments, c’est nous autres qui prend soin de ça, puis on assure que les occupants sont capables de rencontrer leurs missions.

LAFORCE : Je dirais que la plus grande différence entre être un ingénieur militaire et un ingénieur dans le secteur privé, c’est que les Forces canadiennes présentent des possibilités d’avancement très rapides. Ça donne des chances en or de vraiment gérer des gros projets tôt dans sa carrière.

COMEAU : Quand je travaillais dans le monde civil, c’était toujours la même affaire. Il y avait divers projets, mais à la fin de la journée, on faisait la même affaire. Mais dans le militaire, je me lève le matin, puis je me demande « C’est quoi le défi aujourd’hui? ».

L’idée même d’être déployé du jour au lendemain, n’importe où dans le monde, pour monter de toutes pièces un terrain d’aviation ou une base, ça représente un défi immense pour n’importe quel ingénieur – et le faire dans des conditions opérationnelles, c’est très difficile mais aussi très gratifiant.

Jusqu’à date, ça fait pas longtemps que je suis dans les Forces, mais j’ai déjà eu la chance d’être en Afghanistan, j’ai fait des cours en Allemagne, j’ai été à travers presque déjà le Canada.

LAFORCE : Je suis arrivé il y a deux ans à Moncton, puis je dirais sincèrement, là, que j’ai passé moins de temps à Moncton que sur la route. Je suis allé un mois en Californie. Ensuite de ça, je suis allé un mois en Jamaïque, sept mois en Afghanistan, je suis allé sur une reconnaissance dans le Nord Canadien, le Nunavut… Donc, c’est quand même pas mal en deux ans.

LAFORCE : Voici comment s’amorce une carrière d’officier du génie construction. Après ta formation de base des officiers, tu te rends à l’École du génie militaire des Forces canadiennes, à Gagetown, au Nouveau-Brunswick, où tu apprends comment adapter tes compétences d’ingénieur aux exigences du milieu militaire.

COMEAU : La période de formation à Gagetown dure environ 11 mois et comporte trois phases de formation intensives : commandement au combat, génie de l’air, et leadership d’équipe en théâtre d’opérations ou à un terrain d’aviation.

COMEAU: Tu seras d’abord affecté dans une unité du génie de l’air ou du génie construction à une base aérienne ou navale au Canada. Tu y dirigeras des équipes de techniciens en génie construction pour planifier, établir des budgets et exécuter des projets d’aérodrome ou d’infrastructures.

En arrivant sur une base la première fois, en partant de l’école de génie, on est tout de suite impliqué avec des ressources humaines, on est tout de suite impliqué avec des projets de grosse envergure.

LAFORCE : Souvent je dois gérer des gens, des individus qui ont beaucoup plus d’expérience que moi et qui ont des connaissances en dehors de mes connaissances à moi en génie civil. Donc, souvent je suis apporté à agir en tant que gestionnaire et aussi à écouter leurs conseils et à prendre les bonnes décisions.

Même au cours de ta première affectation, tu pourrais être déployé à l’étranger dans le cadre d’une mission humanitaire ou de secours aux sinistrés sur les lieux d’une inondation, d’un ouragan ou séisme, ou tu pourrais être appelé à rebâtir des écoles, des résidences et des routes dans un endroit touché par des conflits.

En tant qu’officier du génie construction, tu relèveras plus de défis au quotidien que de nombreux ingénieurs civils relèveront au cours de toute une carrière.

COMEAU : L’affaire qui m’a rendu le plus fier, c’est en Afghanistan. J’ai construit un pont qui a affecté directement la vie de 35 000 Afghans. C’était un petit pont de 40 000$ ou à peu près, une petite chose pour nous autres, mais un impact sur la vie quotidienne de beaucoup d’individus.

LAFORCE : Quand je travaillais en Afghanistan, j’ai eu la chance de travailler beaucoup avec les locaux, puis c’est une opportunité qui est assez unique parce que l’Afghanistan, ça fait quand même trente ans que le pays est en guerre, puis il y avait un grand intérêt de leur part pour améliorer et bâtir leur pays. Donc, c’était très valorisant de pouvoir participer à ce processus-là.

COMEAU : Moi personnellement, je suis ouvert à toutes les possibilités dans ma carrière et il y en a beaucoup.

LAFORCE : À 23 ans, c’est quand même une opportunité unique, puis je la donnerais pas à personne pour rien au monde.

Aperçu

Environnement de travail

Les officiers du génie construction travaillent au sein d’une escadrille ou d’une unité du génie construction. Bien que leur rôle principal consiste à appuyer les opérations de l’Aviation royale canadienne, ils peuvent également soutenir les opérations et les missions de l’Armée canadienne. Après une certaine période au cours de laquelle les officiers du Génie construction acquièrent une expérience pratique, ceux-ci peuvent être affectés à une base ou au quartier général des Forces armées canadiennes (FAC). Au cours de leur carrière, ils pourraient participer à un déploiement dans le cadre d’une mission nationale ou internationale, y compris les opérations à l’appui des Nations Unies et de l’OTAN ainsi que les missions de la coalition.

Solde et perfectionnement professionnel

Le salaire de départ pour un officier du génie construction entièrement formé est de 51 000 $ par année. Cependant, en fonction de l’expérience et de la formation antérieures, le salaire de départ pourrait être plus élevé. Les promotions ordinaires au sein des grades d’officier subalterne sont accordées en fonction de la réussite de la formation requise et de la période de service à titre d’officier. Une fois qu’ils sont promus au grade de capitaine, leur salaire atteint environ 74 000 $ par année.

À priori, ils sont affectés à une escadrille ou à une organisation du génie construction au sein de la Force aérienne afin de renforcer leur apprentissage à l’aide d’une expérience pratique en milieu de travail. À mesure qu’ils acquerront de l’expérience et des connaissances, ils pourront être appelés à occuper différents postes d’état-major liés aux opérations, à la gestion du personnel ou aux domaines techniques, et à servir au sein d’un quartier général international, dans un état-major multinational, à l’occasion d’une mission multinationale ou dans une organisation responsable des échanges ou de la liaison. Les officiers du génie construction qui manifesteront le dévouement, les aptitudes et les prédispositions nécessaires auront accès à des possibilités d’avancement, de promotion et de perfectionnement.

Emplois civils équivalents

  • Ingénieur en construction
  • Ingénieur civil
  • Gestionnaire de l’actif immobilier
  • Directeur des travaux publics
  • Gestionnaire des installations

Retour au début

Formation

Qualification militaire de base (QMBO)

Après votre enrôlement, vous commencerez la qualification militaire de base des officiers de 15 semaines à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes de Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Les sujets abordés comprennent les connaissances militaires générales, les principes du leadership, les règlements et coutumes des FAC, le maniement des armes de base et les premiers soins. Vous aurez la possibilité de mettre en application les compétences militaires nouvellement acquises dans le cadre d’exercices d’entraînement portant sur la protection de la force, l’instruction appliquée, la navigation et le leadership. Vous participerez également à un programme rigoureux de sports et de conditionnement physique. Le cours de QMBO est offert en anglais ou en français et sa réussite constitue un préalable à la poursuite de l’instruction.

À la suite de la formation de base des officiers, une formation en seconde langue officielle peut vous être offerte. La formation peut durer de deux à neuf mois selon vos compétences en langue seconde.

Phase commune de l'Armée canadienne

Après l’instruction de base, vous fréquenterez l’École d’infanterie au Centre d’instruction au combat, située à Gagetown, au Nouveau-Brunswick. Vous tirerez parti de l’instruction en matière de leadership que vous avez reçue pendant la formation de base des officiers, en plus d’acquérir les compétences requises pour tous les soldats, y compris des techniques plus poussées liées au maniement d’armes, aux manœuvres en campagne et aux tactiques de la section.

Instruction professionnelle

Vous poursuivrez votre instruction à l’École du génie militaire des Forces canadiennes située à Gagetown, au Nouveau-Brunswick. Vous apprendrez à diriger votre équipe et à superviser l’exécution de tâches élémentaires de génie tant en garnison que dans le cadre de déploiements. Vous serez également initié aux opérations exécutées par le génie construction, telles que la reconnaissance de génie, la préparation de rapports à l’intention des décideurs militaires et la planification de l’établissement des installations et des structures à l’appui de ces opérations. Vous aurez la possibilité de vous familiariser avec les différents rôles au sein du génie construction, dans le cadre de divers scénarios et situations, et de perfectionner vos compétences en matière de leadership. Au terme de votre formation à titre d’officier du Génie construction, vous serez en mesure de gérer les infrastructures au sein des bases d’opérations principales et de planifier et diriger les projets d’infrastructure dans le cadre d’opérations nationales et internationales.

Retour au début

Programmes d'enrôlement

Enrôlement direct

Si vous détenez déjà un diplôme universitaire, les FAC détermineront si votre programme d’études remplit les critères du poste et vous pourriez être envoyé directement à une formation en cours d’emploi après avoir obtenu votre qualification militaire de base. Cette qualification et la qualification d’officier sont requises avant toute affectation.

Études payées

Programme de formation des officiers de la Force régulière (PFOR)

Puisqu’un diplôme universitaire est exigé pour accéder à ce poste, les FAC subventionneront les candidats retenus afin qu’ils suivent un programme d’études menant à l’obtention d’un baccalauréat dans une université canadienne. Vous recevrez un salaire à temps plein, ce qui comprend les soins médicaux et dentaires ainsi que des vacances avec plein salaire; en retour, vous devrez travailler pour les FAC pendant un certain temps.

En règle générale, les candidats retenus dans le cadre du PFOR sont admis à titre d’élèves-officiers au sein du système des collèges militaires canadiens, où ils font des études liées au cheminement de leur carrière militaire. Dans certains cas, les FAC peuvent subventionner les élèves-officiers afin qu’ils suivent un programme d’études pertinent menant à l’obtention d’un baccalauréat dans d’autres universités canadiennes. Les élèves-officiers qui étudient dans d’autres universités canadiennes suivent généralement leur formation pendant l’année universitaire normale et participent à une instruction militaire supplémentaire pendant l’été. Si vous décidez de poser votre candidature pour participer à ce programme, vous devez présenter une demande aux FAC ainsi qu’à l’université canadienne de votre choix. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez les Études payées.

Retour au début

Option temps partiel

Ce métier est disponible à temps partiel au sein de l’environnement suivant : Force aérienne

Servir dans la Force de réserve

Cette possibilité d’emploi à temps partiel est offerte auprès de la Première réserve à certains endroits au Canada. En règle générale, les membres de la Force de réserve servent à temps partiel au sein d’une escadre de la Force aérienne dans leur communauté et peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Emploi à temps partiel

Les officiers du Génie construction servent auprès de l’Aviation royale canadienne. Lorsqu’ils sont employés à temps partiel ou à titre d’occasionnels à temps plein, ils effectuent habituellement leur service dans des bases des FAC et auprès d’unités tactiques à différents endroits au Canada.

Instruction de la Force de réserve

Les membres de la Force de réserve reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière. Ils commencent généralement leur instruction avec leur unité d’attache pour s’assurer qu’ils répondent aux normes militaires professionnelles de base. Après l’instruction de base destinée aux officiers, l’unité d’attache s’occupera de prévoir de l’instruction additionnelle permettant l’acquisition des compétences spécialisées. Les officiers du Génie construction sont formés pendant environ 11 mois en vue de leur qualification à l’École du génie militaire des Forces canadiennes à Gagetown, au Nouveau-Brunswick.

Environnement de travail

Les membres de la Réserve aérienne reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière, et ils sont employés au sein de la même unité et exécutent les mêmes tâches que ces derniers. En règle générale, les membres de la Réserve aérienne effectuent jusqu’à 12 jours de service par mois dans le cadre de journées normales de travail, et ont la possibilité de servir à temps plein pendant de brèves périodes, au besoin. Les membres de la Force de réserve reçoivent 85 pour cent du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.

Retour au début

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :