Officier du génie électrique et mécanique

Description du travail

Les officiers du génie électrique et mécanique sont responsables de la maintenance et du soutien technique de tout l’équipement de l’Armée canadienne et du matériel terrestre de la Marine royale canadienne et de l’Aviation royale canadienne. Ils sont des militaires commissionnés de la Branche du génie électrique et mécanique des Forces armées canadiennes (FAC).

Ils dirigent les techniciens-soldats qui conservent l’équipement des FAC en parfait état de fonctionnement. De plus, ils contribuent à toutes les étapes du cycle de vie de l’équipement, en participant à la conception, à l’évaluation, à l’acquisition, en passant par le soutien en service et l’élimination éventuelle. Parmi leurs tâches, ils doivent assumer le pouvoir de commandement, superviser le personnel technique et transmettre des connaissances spécialisées en génie. La majorité des militaires qui relèvent de leur commandement sont des techniciens hautement qualifiés provenant de divers groupes professionnels, comme la mécanique, les armes, l’électronique, l’optronique et les matériaux.

Transcription

Officier du génie électrique et mécanique

GAUTHIER : Prenez l’esprit curieux d’un ingénieur, ajoutez-y un goût marqué pour le travail à l’extérieur, une bonne dose de talent naturel pour diagnostiquer les pannes et le désir de servir son pays dans un rôle de premier plan, et vous obtenez une des carrières les plus gratifiantes des Forces canadiennes.

Je suis le Capitaine Étienne Gauthier, originaire de Shawinigan, officier génie électrique mécanique, et j’appartiens à l’élément de soutien national. »

Et je suis le Capitaine Shaun D’Souza, de Oakville, en Ontario. Je suis officier en génie électrique et mécanique au sein des Forces canadiennes. 

Le travail de l’officier du génie électrique et mécanique est un des plus diversifiés et enrichissants des Forces. On commande les équipes qui construisent et entretiennent les dispositifs thermiques, optiques, informatiques et électriques des plus complexes – sans oublier, bien sûr, les véhicules les plus ‘cool’, sur route ou… hors route!

GAUTHIER : Qu’on soit dans la Force régulière ou dans la Force de réserve, être officier du génie électrique et mécanique, c’est un peu comme diriger une entreprise d’ingénierie en mode multitâches, avec un personnel d’au moins trente – et parfois de plus de deux cents! – employés. 

D’SOUZA: Un officier en génie mécanique dans le fond, c’est un gestionnaire militaire, un gestionnaire et plutôt un leader militaire qui se charge des gens, des techniciens hautement qualifiés pour pouvoir maintenir, entretenir l’équipement qui est essentiel pour l’armée. Alors on va pouvoir parler de véhicules, de systèmes d’armes, de systèmes électroniques, optroniques, etc. 

GAUTHIER : J’ai des mécaniciens, des armuriers, des techniciens en électro-optique puis j’ai des techniciens en matériel, que c’est des soudeurs dans le fond puis des machinistes. Puis le gros de ma job, c’est gérer les priorités de travail en fonction des différentes opérations que les unités de manœuvre veulent faire, pour que les véhicules et les armes soient réparés dans les délais prescrits, prescrits par les opérations. 

D’SOUZA : Si tu penses te joindre à nous, il y a deux façons de procéder. La plupart des officiers du génie électrique et mécanique ont suivi le même parcours que moi, c’est-à-dire que dès leur sortie du secondaire, ils ont fait leurs études en génie au Collège militaire royal à Kingston, en Ontario. C’est une formation de haut calibre, payée par le gouvernement du Canada. On s’engage à servir cinq ans dans les Forces canadiennes après l’obtention de notre diplôme. Et croyez-moi, c’est une très bonne affaire.

GAUTHIER : Si tu détiens un baccalauréat en génie électrique ou mécanique ou encore en sciences, tu pourrais être candidat à l’enrôlement direct, ce qui veut dire : rémunération, avantages et régime de pension dès le premier jour.

D’SOUZA : Que tu passes par le Collège militaire ou par l’enrôlement direct, une fois que tu as terminé le cours élémentaire d’officier, tu vas au Centre d’instruction au combat à Gagetown, au Nouveau-Brunswick pour y suivre le cours commun de l’Armée de terre.

GAUTHIER : Ensuite, tu vas à Borden, en Ontario, à l’École du génie électrique et mécanique des Forces canadiennes. On t’y apprend à diriger une compagnie de maintenance, avec ses cent véhicules et ses dizaines de systèmes d’armes, de guidage et de communications à entretenir et faire fonctionner. Je n’exagère pas quand je dis que c’est ici et maintenant que se joue le sort de nos troupes qui sont déployées en théâtre d’opérations.

D’SOUZA : D’après moi, c’est ça l’aspect le plus excitant – mais aussi le plus difficile – de notre travail : c’est de savoir que ce qu’on fait est déterminant pour ce qui se passe dans les situations réelles.

GAUTHIER : On gère des techniciens qui eux sont les experts en la matière. Puis oui, il faut que je le sache, c’est quoi changer une transmission. Il faut que je sache c’est quoi un canon puis c’est quoi les différentes affaires. Comme ça, je peux doser ce que je vais demander à mes gens en fonction du temps. Mais ce n’est pas moi l’expertise pour faire la réparation. 

D’SOUZA : Ce serait en effet impossible qu’un officier GEM soit conscient de tous les aspects qu’un technicien dans son propre domaine a besoin de comprendre, jour au jour. Alors on se fie beaucoup sur l’expérience de nos sous-officiers supérieurs pour pouvoir nous aider, nous guider dans les décisions qu’on va devoir prendre à tous les jours. 

GAUTHIER : « Ce n’est pas moi qui vais tourner leur « ratchet » puis qui va tourner. Moi, je vais faire d’autres choses, les supporter, m’assurer que ces gars-là aient les bons outils, les bons appareils pour travailler. Fait que oui, on fait le même nombre d’heures, c’est l’équipe de travail qui permet. Parce qu’au bout du compte, on est une famille aussi. 

Aperçu

Environnement de travail

Les officiers du génie électrique et mécanique vivent des expériences et relèvent des défis uniques selon l’environnement dans lequel ils se trouvent. Ils travaillent dans des bases et des garnisons partout au Canada et à des unités opérationnelles de l’Armée canadienne un peu partout au monde. Sur le terrain ou lors de déploiements, ils peuvent être appelés à travailler à l’extérieur.

Ils sont généralement affectés la première fois à un grand atelier, où ils dirigent un groupe pouvant aller jusqu’à 30 techniciens chargés d’entretenir un large éventail d’équipements. Sous les directives et la supervision d’officiers plus expérimentés, ils prennent des décisions liées aux aspects techniques et administratifs ainsi qu’à l’instruction de leur équipe.

Solde et perfectionnement professionnel

Le salaire de départ pour un officier du génie électrique et mécanique entièrement formé est de 51 000 $ par année. Cependant, en fonction de l’expérience et de la formation antérieures, le salaire de départ pourrait être plus élevé. Pendant les différents échelons des officiers subalternes, des promotions régulières ont lieu fondées sur l’achèvement de la formation requise et la durée du service en tant qu’officier. Une fois qu’ils sont promus au grade de capitaine, leur salaire atteint environ 74 000 $ par année.

Afin de répondre aux exigences de certains postes spécialisés, ils peuvent suivre d’autres formations subventionnées dans le cadre d’études supérieures dans de nombreuses disciplines spécialisées de génie. Les officiers du génie électrique et mécanique qui manifesteront le dévouement, les aptitudes et les prédispositions nécessaires auront accès à des possibilités d’avancement, de promotion et de perfectionnement.

Emplois civils équivalents

  • Ingénieur électrique et électronique
  • Ingénieur métallurgiste et des techniques de fabrication
  • Ingénieur industriel et des techniques de fabrication
  • Ingénieur mécanique
  • Ingénieur chimique

Retour au début

Formation

Qualification militaire de base des officiers (QMBO)

Après votre enrôlement, vous commencerez la qualification militaire de base des officiers de 15 semaines à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes de Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Les sujets abordés comprennent les connaissances militaires générales, les principes du leadership, les règlements et coutumes des Forces, le maniement des armes de base et les premiers soins. Vous aurez la possibilité de mettre en application les compétences militaires nouvellement acquises dans le cadre d’exercices d’entraînement portant sur la protection de la force, l’instruction appliquée, la navigation et le leadership. Vous participerez également à un programme rigoureux de sports et de conditionnement physique. Le cours de QMBO est offert en anglais ou en français et sa réussite constitue un préalable à la poursuite de l’instruction.

À la suite de la formation de base des officiers, une formation en seconde langue officielle peut vous être offerte. La formation peut durer de deux à neuf mois selon vos compétences en langue seconde.

Phase commune de l'Armée canadienne

Après l’instruction de base, vous fréquenterez l’École d’infanterie au Centre d’instruction au combat, située à Gagetown, au Nouveau-Brunswick. Vous tirerez parti de l’instruction en matière de leadership que vous avez reçue pendant la formation de base des officiers, en plus d’acquérir les compétences requises pour tous les soldats des armes de combat, y compris des techniques plus poussées liées au maniement d’armes, aux manœuvres en campagne et aux tactiques de la section.

Instruction professionnelle

Vous prendrez part à une instruction qui est donnée à l’École d’infanterie au Centre d’instruction au combat, située à Gagetown. Pendant cette formation, vous poursuivrez votre instruction sur le leadership et approfondirez les autres compétences acquises tout en perfectionnant les compétences essentielles à tous les officiers de l’Armée canadienne, notamment le maniement d’armes sophistiquées, les techniques de campagne et les tactiques de section. Vous continuerez également le programme rigoureux de conditionnement physique et de sports.

Vous mettrez en pratique les compétences en campagne dans le cadre d’opérations de maintenance et commencerez à appliquer vos compétences en génie à la technologie militaire. Par l’intermédiaire d’instruction donnée en salle de cours et de travaux pratiques, vous apprendrez les exigences du génie de la maintenance propres aux véhicules de combat et aux véhicules spécialisés, à l’armement terrestre, aux capteurs électroniques et optroniques, aux instruments de mesure et aux systèmes de communication. Cette étape porte également sur la manutention et l’entreposage sécuritaires des produits pétroliers et des munitions.

Au cours de la dernière étape de l’instruction, on vous enseignera  le déroulement d’un déploiement tactique d’une compagnie de maintenance formée de 200 soldats spécialisés en maintenance et de 100 véhicules. Durant cette étape, on vous apprendra également à contrôler et à planifier la charge de travail d’une organisation responsable de la maintenance et à gérer les militaires de l’unité.

Instruction spécialisée

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées par l’intermédiaire de cours magistraux ou d’une formation en cours d’emploi, notamment :

  • Officier technicien des munitions
  • Génie nucléaire
  • Systèmes d’armes guidées

Instruction avancée

À mesure qu’ils progresseront dans leur carrière, les officiers du génie électrique et mécanique qui manifesteront les capacités et le potentiel nécessaires pourront suivre de l’instruction avancée, y compris la qualification avancée de génie des munitions.

Retour au début

Programmes d'enrôlement

Enrôlement direct

Si vous détenez déjà un diplôme universitaire, les FAC détermineront si votre programme d’études remplit les critères du poste et vous pourriez être envoyé directement à une formation en cours d’emploi après avoir obtenu votre qualification militaire de base. Cette qualification et la qualification d’officier sont requises avant toute affectation.

Études payées

Programme de formation des officiers de la Force régulière (PFOR)

Puisqu’un diplôme universitaire est exigé pour accéder à ce poste, les FAC subventionneront les candidats retenus afin qu’ils suivent un programme d’études menant à l’obtention d’un baccalauréat dans une université canadienne. Vous recevrez un salaire à temps plein, ce qui comprend les soins médicaux et dentaires ainsi que des vacances avec plein salaire; en retour, vous devrez travailler pour les Forces pendant un certain temps.

En règle générale, les candidats retenus dans le cadre du PFOR sont admis à titre d’élèves-officiers au sein du système des collèges militaires canadiens, où ils font des études liées au cheminement de leur carrière militaire. Dans certains cas, les FAC peuvent subventionner les élèves-officiers afin qu’ils suivent un programme d’études pertinent menant à l’obtention d’un baccalauréat dans d’autres universités canadiennes. Les élèves-officiers qui étudient dans d’autres universités canadiennes suivent généralement leur formation pendant l’année universitaire normale et participent à une instruction militaire supplémentaire pendant l’été.  Si vous décidez de poser votre candidature pour participer à ce programme, vous devez présenter une demande aux FAC ainsi qu’à l’université canadienne de votre choix. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez les Études payées.

Retour au début

Option temps partiel

Ce métier est disponible à temps partiel au sein de l’environnement suivant : Armée

Servir dans la Force de réserve

Cette possibilité d’emploi à temps partiel est offerte auprès de la Première réserve à certains endroits au Canada. En règle générale, les membres de la Force de réserve servent à temps partiel au sein d’une unité militaire dans leur communauté et peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Emploi à temps partiel

Les officiers du génie électrique et mécanique servent dans l’Armée canadienne. Leur travail consiste à veiller à l’entretien et au soutien de tout l’équipement terrestre des Forces. Ils dirigent une équipe de techniciens soldats hautement qualifiés en apportant des connaissances spécialisées en génie. Lorsqu’ils sont employés à temps partiel ou à titre d’occasionnels à temps plein, ils effectuent habituellement leur service à un endroit où œuvrent les militaires au Canada.

Instruction de la Force de réserve

Les membres de la Force de réserve reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière. Ils commencent généralement leur instruction avec leur unité d’attache pour s’assurer qu’ils répondent aux normes militaires professionnelles de base. Après l’instruction de base destinée aux officiers, les officiers du génie électrique et mécanique sont formés au Centre d’instruction au combat à Gagetown, au Nouveau-Brunswick, puis à l’École de génie électrique et mécanique des Forces canadiennes à Borden, en Ontario, pour obtenir leur qualification.

Environnement de travail

En règle générale, les membres de la Force de réserve effectuent leur service à temps partiel au sein de leur unité d’attache, le soir et la fin de semaine, suivant un horaire établi. Toutefois, ils peuvent également effectuer leur service en occupant des postes à temps plein au sein de certaines unités pour des périodes déterminées, selon la nature des tâches à exécuter. Ils reçoivent 85 pour cent du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.

Retour au début

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :