Opérateur / Opératrice de détecteurs électroniques aéroportés

Description du travail

Les opérateurs de détecteurs électroniques aéroportés utilisent des systèmes de détecteurs électroniques évolués pour faire fonctionner des détecteurs aéroportés à bord des aéronefs de patrouille à long rayon d’action, des hélicoptères maritimes et des véhicules aériens sans pilote. 

Ils détectent les sous-marins et en font le suivi, ils offrent un soutien aux opérations de recherche et de sauvetage et aux opérations médicales et aident les autres ministères et agences du gouvernement à recueillir des preuves et à effectuer des patrouilles antidrogues. 

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

  • Utiliser un radar, des systèmes électro-optiques et infrarouges, détecteurs d’anomalies magnétiques et de l’équipement de guerre électronique
  • Prendre des photos aériennes
  • Charger les armes aéroportées et viser avec celles-ci, et faire des recherches dans les systèmes des stocks
  • Utiliser le système de mitrailleuse héliporté
  • Utiliser les systèmes de détecteurs électroniques des véhicules aériens sans pilote
  • Communiquer avec les organismes internes et externes (forces civiles et alliées)
  • Recueillir des preuves
Transcription

OPÉRATEUR / OPÉRATRICE DE DÉTECTEURS ÉLECTRONIQUES AÉROPORTÉS

TITRE :


OPÉRATEUR / OPÉRATRICE DE DÉTECTEURS ÉLECTRONIQUES AÉROPORTÉS

DANS LES FORCES CANADIENNES

MODULE 1 – Vue d’ensemble du métier

CAPORAL-CHEF SÉBASTIEN BILODEAU : Je suis Caporal-chef Sébastien Bilodeau de la ville de Québec, opérateur de détecteurs électroniques aéroportés présentement muté à la 12e Escadre à Shearwater en Nouvelle-Écosse.

CAPORAL-CHEF YAN SÉNÉCHAL : Et je suis le Caporal-chef Yan Sénéchal de St-Hubert.  Je suis  opérateur de détecteurs électroniques aéroportés présentement muté à la 19e Escadre de Comox en Colombie-Britannique.

BILODEAU: Dans l’Aviation royale canadienne, les opérateurs de détecteurs électroniques aéroportés, ou « Op DEA », sont les experts qui possèdent les compétences nécessaires pour repérer, identifier et attaquer les sous-marins ennemis… détecter les intrus, les pollueurs maritimes et les navires non-autorisés… et signaler toute menace envers le littoral et le territoire canadiens.

SÉNÉCHAL : On travaille à bord des avions de patrouille à long rayon d'action et des hélicoptères maritimes, et avec les véhicules aériens sans pilote. On déploie et fait fonctionner leurs radars, sonars et détecteurs infrarouges et d’anomalies magnétiques – sur et sous la surface de l’eau et dans les airs – dans des théâtres d’opérations variés.

BILODEAU : Le rôle d’un opérateur de détecteurs électroniques aéroportés, c’est de prendre toute l’information qu’on a avec nos détecteurs, et puis on les transmet au reste de l’équipage.  C’est-à-dire tout ce qui est contact à bord avec le radar, tout ce qui est écho avec le sonar et puis on transmet ça au navigateur.

SÉNÉCHAL : Que ce soit un chalutier sans permis près des Grands Bancs ou un sous-marin étranger dans le passage du Nord-Ouest, c’est à nous de les repérer et d’alerter les autorités appropriées pour qu’elles gèrent la situation.

SÉNÉCHAL : Lorsqu’on trouve un sous-marin, tout le monde se met à faire la tâche à quoi nous avons été entraînés.  Et le but, c’est de pas le perdre à ce point-ci.  On veut garder contact avec, et être capable de le suivre.  C’est vraiment un jeu d’échecs, en fait.  Il y a des tactiques précises qu’on suit.  C’est surtout là, à ce point-ci, que ça se passe tellement vite, mais ça se fait très bien.

SÉNÉCHAL : Au besoin, on peut s’occuper nous-mêmes du problème – en lançant des torpilles anti-sous-marines directement de notre aéronef.

BILODEAU : On appuie aussi les opérations de recherche et sauvetage en parachutant du matériel de survie aux victimes – de jour comme de nuit, en pleine mer ou dans le Grand Nord – et on assure une surveillance aérienne jusqu’à l’arrivée des secours.

BILODEAU : La partie différente de mon travail, c’est tout ce qui est le travail à l’arrière.  C’est-à-dire la recherche et sauvetage et tout ce qui est utilité. On comprend là-dedans le transport de charges à l’extérieur de l’hélicoptère et puis l’utilisation du treuil de sauvetage.

BILODEAU : Être opérateur de détecteurs électroniques aéroportés a aussi un côté collecte de renseignements pour enquêtes : on fait de la photographie aérienne et on se sert de détecteurs infrarouges pour recueillir des preuves contre les pollueurs ou les navires qui pêchent illégalement. C’est ce qui fait de ce métier un des plus dynamiques et sophistiqués de l’Aviation.

MODULE 2 – Ce qui rend le métier unique

BILODEAU : Ce que je trouve le plus cool de ma job – dans le fond, j’arrive le matin et puis je me prépare pour mon vol et je m’en vais voler.  Mon bureau, c’est à l’intérieur de l’hélicoptère maritime.  Je peux dire que j’ai la plus belle vue de mon bureau, je crois.

SÉNÉCHAL : C’était vraiment l’esprit d’équipe qui m’avait impressionné, puis c’est là, à ce point-ci, je le vis.  Et on se connaît bien aussi, fait que quand le vol est terminé, on a tout le temps du fun ensemble, puis c’est incroyable comme le moral peut être fort.

MODULE 3 – Formation spécifique pour le métier

BILODEAU : Après la formation militaire de base et celle de l’Aviation, les opérateurs de détecteurs électroniques aéroportés vont à la 17e Escadre Winnipeg pour leur formation en classe et au simulateur pour apprendre les bases théoriques et pratiques du travail avec les détecteurs.

BILODEAU : Cette première phase dure environ deux mois. Après cela, tu es prêt pour ton instruction en vol.

BILODEAU: Ce cours de seize semaines se donne aussi à la 17e Escadre, où à bord d’un Dash 8 ─ notre avion pour la formation spécialisée en détection aéroportée ─ tu approfondis tes connaissances théoriques en temps et en situations réels.

SÉNÉCHAL : Tu détectes et identifies des navires, des sous-marins et des aéronefs; tu te familiarises avec l’équipement radar, infrarouge et de détection d’anomalies magnétiques et tu apprends à rester vigilant et à travailler sous pression lors de vols de longue durée.

SÉNÉCHAL : Une fois ta formation en vol et au sol terminées à Winnipeg, tu te rends en Nouvelle-Écosse pour 24 semaines d’entraînement opérationnel : sur les hélicoptères à la 12e Escadre Shearwater, ou sur les avions à la 14e Escadre Greenwood.

BILODEAU : Au total, ça représente presque une année de formation intensive pour te préparer à exercer un des métiers les plus exigeants de l’Aviation.

MODULE 4 – Première affectation et défis du métier

BILODEAU : Ta première affectation sera dans une escadre de la côte est ou de la côte ouest, selon l’aéronef auquel tu seras affecté. Mais l’opérateur de détecteurs électroniques aéroportés est en constant déplacement.

BILODEAU : En plus des patrouilles et des missions de recherche et sauvetage le long des côtes est et ouest, il y a l’entraînement et les missions opérationnelles dans l’Arctique et en mer; les exercices interarmées avec des aviations et marines alliées; et les déploiements partout au monde où tes compétences sont requises pour servir les intérêts nationaux du Canada.

MODULE 5 – Témoignages personnels et professionnels

SÉNÉCHAL : La mission en Libye, je vous dirais que ça a été un haut point de ma carrière, parce que j’ai vraiment eu la chance de faire le travail dont j’avais été entraîné pour.  Fait que ça a été une bonne expérience, puis avec aussi l’équipage que je connaissais très bien, à ce point-ci.  Fait que nous sommes de bons amis, en fait, toute la gang.  Alors ça a été super. 

BILODEAU : Le travail est valorisant, mais on a aussi tout ce qui est à côté – les pays et les places qu’on va visiter sont tout à fait incroyables.  On s’est rendus en Martinique, dans la forêt Amazonienne là-bas; on a marché dans une rivière, à travers des chutes et ainsi de suite.  C’était tout à fait incroyable.  C’est mon métier qui me permet de faire ça et puis je l’apprécie entièrement.

TITRE :


OPÉRATEUR / OPÉRATRICE DE DÉTECTEURS ÉLECTRONIQUES AÉROPORTÉS

DANS LES FORCES CANADIENNES

Aperçu

Environnement de travail

Les opérateurs de détecteurs électroniques aéroportés travaillent normalement à bord d’aéronefs; toutefois, ils peuvent aussi être appelés à travailler sur les pistes de base aérienne, sur des ponts d’envol de navire et avec des groupes opérationnels d’appui au combat terrestre. Ils sont habituellement basés sur les côtes Est et Ouest du Canada. De plus, ils peuvent participer à des missions partout dans le monde afin d’appuyer les opérations et les exercices du Canada et des pays alliés.

Solde et perfectionnement professionnel

Les opérateurs de détecteurs électroniques aéroportés travaillent normalement à bord d’aéronefs. Ils peuvent aussi être appelés à travailler sur les pistes de base aérienne, sur des ponts d’envol de navire et avec des groupes opérationnels d’appui au combat terrestre. Ils sont habituellement basés sur les côtes Est et Ouest du Canada. De plus, ils peuvent participer à des missions partout dans le monde afin d’appuyer les opérations et les exercices du Canada et des pays alliés.

Emplois civils équivalents

  • Opérateur de radar aéroporté
  • Opérateur d’appareil de levé aérien
  • Thermographie en application de la loi

Retour au début

Formation

Qualification militaire de base (QMB)

La première étape de l’instruction est le Cours de qualification militaire de base, ou instruction de base, qui est offert à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Ce cours vous enseignera les aptitudes de base et les connaissances communes à tous les emplois militaires. L’un des objectifs du cours est de veiller à ce que vous conserviez la norme de condition physique des Forces armées canadiennes (FAC); par conséquent l'entraînement est physiquement exigeant.

Cours de qualification de soldat

Après avoir suivi le cours de QMB, vous vous rendrez à un centre d’instruction militaire pour suivre le cours de qualification de soldat, qui porte sur les sujets suivants :

  • Condition physique de l’Armée canadienne
  • Opérations offensives et défensives à pied
  • Patrouilles de reconnaissance
  • Maniement avancé des armes
  • Techniques individuelles de campagne

Instruction de qualification professionnelle de base

Vous participerez ensuite à une instruction de qualification professionnelle de base de huit semaines à la 17e Escadre de Winnipeg, au Manitoba. L’instruction traite des compétences de base suivantes :

  • Théorie de vol
  • Spectre électromagnétique
  • Théorie de détection électronique
  • Opérations d’aérodrome

L’instruction en vol, qui se déroule aussi à la 17e Escadre pendant 16 semaines, est donnée à bord de l’aéronef CT142 et porte sur les sujets suivants :

  • Communication : théorie et pratique
  • Opérations de radar aéroporté
  • Navigation aéroportée
  • Détermination de cibles au moyen d’équipement de guerre électronique et de détecteurs électro-optiques et infrarouges

Instruction spécialisée

Vous suivrez ensuite l’instruction en vol opérationnel durant 24 semaines. Cette instruction vous permettra de perfectionner vos compétences. Elle se donne à bord d’hélicoptères maritimes à la 12e Escadre de Shearwater, en Nouvelle-Écosse, ou à bord d’aéronefs de patrouille à long rayon d’action et d’UAV à la 14e Escadre de Greenwood, en Nouvelle-Écosse.

Instruction avancée

À mesure qu’ils progresseront dans leur carrière, les opérateurs de détecteurs électroniques aéroportés qui manifesteront les aptitudes et les prédispositions nécessaires auront accès à l’instruction avancée. Les cours offerts sont les suivants :

  • Guerre électronique opérationnelle – niveau avancé
  • Analyse du renseignement électronique – niveau avancé
  • Techniques d’instruction
  • Instruction spécialisée en leadership et gestion
  • Formation d’opérateur acoustique
  • Test et évaluation opérationnels aéroportés
  • Formation en gestion de projets
  • Cours avancé de survie, d’évacuation et d’évasion
  • Thermographie en application de la loi

Retour au début

Programmes d'enrôlement

Études exigées

Option temps partiel

Ce métier est disponible à temps partiel au sein de l’environnement suivant : Force aérienne

Servir dans la Force de réserve

Cette possibilité d’emploi à temps partiel est offerte auprès de la Première réserve à certains endroits au Canada. En règle générale, les membres de la Force de réserve servent à temps partiel au sein d’une escadre de l’Aviation royale canadienne dans leur communauté et peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Retour au début

Option temps partiel

Les opérateurs de détecteurs électroniques aéroportés employés à temps partiel ou à titre d’occasionnels à temps plein effectuent habituellement leur service auprès d’équipages des FAC à différents endroits au Canada.

Instruction de la Force de réserve

Ce poste est ouvert uniquement aux membres de la Force régulière qui ont reçu l’instruction destinée aux opérateurs de détecteurs électroniques aéroportés et qui souhaitent être mutés dans la Force de réserve ainsi qu’aux anciens militaires qualifiés à titre d’opérateurs de détecteurs électroniques aéroportés.

Environnement de travail

Les membres de la Réserve aérienne sont employés au sein de la même unité et exécutent les mêmes tâches que leurs homologues de la Force régulière. En règle générale, les membres de la Réserve aérienne effectuent jusqu’à 12 jours de service par mois dans le cadre de journées normales de travail et ont la possibilité de servir à temps plein pendant de brèves périodes, au besoin. Ils reçoivent 85 pour cent du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.

Retour au début

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :