Opérateur / Opératrice de sonar

Description du travail

Les opérateurs de sonar compilent et analysent des renseignements acoustiques. Ils peuvent être employés dans trois domaines distincts des opérations de lutte anti-sous-marine : navires de surface, sous-marins ou surveillance sous-marine intégrée. 

En tant que membres de l’équipe de collecte de renseignements du navire, les opérateurs de sonar ont les principales responsabilités suivantes :

  • Utiliser les sonars actifs et passifs, les simulateurs de sonar, le matériel de communications, le bathythermographe, les bouées acoustiques et les systèmes de transmission de données

  • Vérifier le bon fonctionnement du matériel au moyen des dispositifs d’essai intégrés et des procédures de diagnostic d’anomalies en ligne de base
  • Aider à la formulation des décisions de commandement en réunissant et en analysant des données sonar et des renseignements
  • Réunir, évaluer et identifier les composantes importantes des données océanographiques
Transcription

OPÉRATEUR / OPÉRATRICE DE SONAR

DANS LES FORCES CANADIENNES

Je suis le matelot-chef Patrick Montreuil, de Victoria, en Colombie-Britannique, opérateur sonar au Centre d’exploitation navale océanique, de Whidbey Island.

Et je suis le matelot de 2e classe Gabriel-Pierre Dion-Levesque, de Chicoutimi. Je suis opérateur sonar sur le NCSM Toronto, basé à Halifax.

MONTREUIL : L’opérateur de sonar passe de longues heures dans la salle des opérations d’un navire ou d’un sous-marin, à l’écoute, concentré et attentif à ce que lui dise les détecteurs acoustiques et autres équipements sophistiqués

Y a plusieurs sonars qu’on opère. Y a le sonar actif, y a le sonar passif. Le sonar actif c’est quelque chose qui va mettre un bruit dans l’eau et qui va rebondir d’un objet, et on peut analyser le rebondissement de l’énergie. Tandis que le sonar passif, on écoute, et s’il y a un bruit dans l’océan, faut analyser ce bruit-là et décider c’est quoi.

DION-LEVESQUE : Nos équipements sont si sensibles qu’on peut détecter les échos d’une explosion près de la côte africaine, à partir de la côte nord-américaine.

MONTREUIL : Faut vraiment que t’aies l’oreille pour écouter, la patience de vraiment trouver ces sons-là dans l’océan.

L’aspect le plus crucial du métier est notre contribution lors des missions de lutte anti-sous-marine.

DION-LEVESQUE : J’ai toujours été un grand lecteur, j’ai toujours été un fan des livres de Tom Clancy. La poursuite d’octobre rouge, ça été un classique pour un peu tout le monde dans les livres de sous-marin. Tout ce que Jonesy faisait avec son équipement pour traquer sa cible, pour trouver, persécuter qu’est-ce qu’il recherche, ça vraiment été ce qui m’a fait choisir le métier.

MONTREUIL : Mais on ne fait pas que rester assis avec un casque d’écoute sur la tête; car avant tout, on est des marins avec des tâches à bord : comme sentinelles ou vigies, ou encore, en participant aux opérations de recherche et sauvetage et de lutte contre les incendies.

DION-LEVESQUE : Pour moi, chaque journée en mer est une bonne journée. Le métier te place au cœur de l’action. Si tu es quelqu’un de logique avec l’esprit d’analyse, alors ce métier est pour toi.

MONTREUIL : Le côté détective sous-marin du métier est génial. Il faut savoir déceler, parmi tous les bruits qui nous entourent, le signal important.

DION-LEVESQUE : En fait, c’est comme un jeu d’échecs et ça va être vraiment de bouger ses pièces. C’est savoir qui va être plus rusé que l’autre à travers tout ce jeu-là. Est-ce que ça va être le capitaine du sous-marin, ou ça va être encore toi, avec ta pièce d’équipement qui va pouvoir dire : moi je vais l’avoir avant qu’il nous trouve.

MONTREUIL : Une fois qu’on trouve le sous-marin, par exemple, c’est une histoire complètement différente. On laisse le monde savoir qu’il y a un sous-marin à telle distance et à telle location.

Pour celui qui trouve ou détecte le sous-marin, c’est vraiment intéressant, parce que, surtout si c’est ton premier sous-marin que tu détectes, c’est vraiment excitant. Tu amènes l’attention à un de tes supérieurs et tu dis : Écoute, je pense que j’ai trouvé quelque chose. Là, dès que c’est confirmé, c’est vraiment YES, je l’ai fait!

MONTREUIL : Après ta qualification militaire de base et ton instruction propre à la Marine, tu suis un cours intensif d’opérateur de sonar à l’École navale à Esquimalt, en Colombie-Britannique.

DION-LEVESQUE : Tu y apprends à te servir des détecteurs acoustiques sous-marins et à interpréter les renseignements qu’ils te donnent au sujet du trafic maritime et des conditions océaniques.

MONTREUIL : C’est vraiment de la science aussi. Alors il faut vraiment apprendre la science de comment voyage le son dans des moyens différents. Alors la salinité de l’océan change. Le contour de l’océan – surtout avec les montagnes océaniques, les crevasses, et toutes les sortes d’animaux qui vivent dans l’océan aussi – a un peu de jeu avec qu’est-ce qu’on fait.

DION-LEVESQUE : Après six mois à Esquimalt, tu es affecté à un navire pour ta première période de service en mer.

MONTREUIL : Au cours de sa carrière, l’opérateur de sonar est déployé en mer environ trois ans sur cinq.

DION-LEVESQUE : Il y a normalement quatre opérateurs de sonar pour chaque quart à bord d’une frégate ou d’un destroyer, mais à bord d’un sous-marin, il y en a un seul. À bien des égards, tu es la personne la plus importante à bord, car une fois submergé, c’est par ton entremise que le commandant peut entendre ce qui se passe hors de son sous-marin.

MONTREUIL : Chaque quart de travail est une période de concentration intense. Il faut saisir chaque indice que te donne l’océan.

Pour moi, c’est l’excitation de trouver quelque chose que personne d’autre peut trouver ou peut voir. C’est vraiment de l’or. Et quand je peux dire : Regarde ce que j’ai fait, regarde ce que j’ai trouvé, c’est vraiment, c’est ça qui m’apporte du bonheur.

DION-LEVESQUE : Entre les déploiements, tu en profites pour mettre tes compétences à jour à l’une ou l’autre des deux bases navales, afin de te préparer pour ta prochaine affectation en mer.

T’as des opportunités d’avancement magnifiques. Tu peux aller à l’école, tu continues toujours à apprendre, toujours en train de s’entraîner, d’apprendre des nouveaux concepts, des nouvelles pièces d’équipement, des nouvelles façons de travailler.

DION-LEVESQUE : Je regarde mes amis qui vont travailler, exemple à Montréal ou à Québec dans des compagnies d’informatique ou peu importe, pis ils vont me regarder, puis moi je vais leur dire : « Est-ce que ton métier t’a amené à visiter 14 pays en un an? » J’ai visité des lieux comme Petra en Jordanie, ou Dubaï dans les Émirats arabes unis. J’ai visité Rome, j’ai visité Athènes. Pis j’ai travaillé, j’ai eu un fun noir avec du monde merveilleux.

MONTREUIL: C’est définitivement une aventure. Quand on voyage, quand on voit le soleil sur l’horizon, en pleine mer. C’est vraiment quelque chose d’incroyable et il faut vraiment apprécier la vie qu’on a en mer.

TITRE:

OPÉRATEUR / OPÉRATRICE DE SONAR
DANS LES FORCES CANADIENNES

  • Convertir des données océanographiques et acoustiques analysées en rapports détaillés
  • Tenir à jour des tableaux de l’état des opérations, des cartes et des registres de veille, ainsi que des tracés géographiques, opérationnels et tactiques

Aperçu

Environnement de travail

Les opérateurs de sonar passent une bonne partie de leur carrière à bord de navires stationnés à Halifax, en Nouvelle-Écosse, ou à Esquimalt, en Colombie-Britannique. Ils connaissent l’expérience unique et les défis associés au travail en mer, comme les espaces restreints, les espaces de pont découvert et les diverses conditions météorologiques.

Comme tout le personnel de bord, les opérateurs de sonar font équipe avec leurs collègues pour remplir d’autres tâches en plus de celles propres à leur spécialité, comme sentinelle ou vigie, manœuvrier pour le ravitaillement en mer et membre d’équipage à l’entrée et à la sortie des ports. Ils participent aussi aux opérations de recherche et de sauvetage et aux manœuvres visant à récupérer une personne tombée par-dessus bord, font partie de l’équipe d’intervention d’urgence du navire pour les veilles de sécurité et effectuent des travaux d’entretien et de réparation sur le navire. Pendant les procédures d’urgence, ils sont aussi membres de l’équipe de lutte contre l’incendie et s’occupent de limiter les avaries advenant une brèche dans la coque du navire. Au besoin, ils peuvent faire partie de l’équipe d’arraisonnement des navires chargée d’inspecter la cargaison de navires suspects et de détenir l’équipage de ces navires pendant les inspections.

Solde et perfectionnement professionnel

Le salaire de départ pour un opérateur de sonar entièrement formé est de 49 400 $ par année. Cependant, ce montant peut être plus élevé selon l’expérience et la formation antérieures. Les opérateurs de sonar qui manifesteront le dévouement, les aptitudes et les prédispositions nécessaires auront accès à des possibilités d’avancement, de promotion et de perfectionnement.

Emplois civils équivalents

Bien qu’aucun emploi civil ne corresponde directement à ce groupe professionnel militaire, l’expérience, les compétences et les qualités de chef développées dans ce poste sont grandement appréciées par les employeurs.

Retour au début

Formation

Qualification militaire de base (QMB)

La première étape de l’instruction est le Cours de qualification militaire de base, ou instruction de base, qui est offert à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Ce cours vous enseignera les aptitudes de base et les connaissances communes à tous les emplois militaires. L’un des objectifs du cours est de veiller à ce que vous conserviez la norme de condition physique des Forces armées canadiennes (FAC); par conséquent l'entraînement est physiquement exigeant.

Instruction de la Marine royale canadienne

Vous fréquenterez ensuite l’École navale des Forces canadiennes à Esquimalt, en Colombie-Britannique, ou à Halifax, en Nouvelle-Écosse, pendant environ cinq semaines. Cette formation porte sur les sujets suivants :

  • Histoire et organisation de la Marine royale canadienne
  • Lutte contre les incendies et contrôle des avaries à bord des navires
  • Sécurité à bord des navires
  • Services de quart
  • Matelotage

Instruction de qualification professionnelle de base

Vous fréquenterez par la suite l’École navale des Forces canadiennes à Esquimalt., en Colombie-Britannique, pendant environ 25 semaines Cette formation porte sur les sujets suivants :

  • Utilisation des sonars acoustiques actifs et passifs
  • Analyse des sources acoustiques passives
  • Utilisation du matériel acoustique auxiliaire
  • Physique du son, appliquée à l’océanographie militaire

Instruction spécialisée

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées par l’intermédiaire de cours magistraux ou d’une formation en cours d’emploi, notamment :

  • Sous-marinier
  • Plongeur de bord
  • Surveillant de l’équipe de plongée de bord
  • Équipe d’arraisonnement de navires
  • Leadership et gestion
  • Techniques d’enseignement

Instruction avancée

À mesure qu’ils progresseront dans leur carrière, les opérateurs de sonar qui manifesteront les aptitudes et les prédispositions nécessaires auront accès à l’instruction avancée. Les cours offerts sont les suivants :

  • Analyste acoustique de niveau supérieur
  • Surveillant de contrôle des sonars
  • Directeur de la lutte anti-sous-marine
  • Opérateur de sonars à bord d’un sous-marin
  • Traitement des données sur les cibles au moyen du système de détecteurs de surveillance en réseaux remorqués
  • Analyseur de données sur les cibles
  • Officier de quart chargé des opérations

Retour au début

Programmes d'enrôlement

Études exigées

Ce poste exige que les candidats aient terminé au minimum leur 10e année ou leur secondaire IV au Québec, conformément aux normes provinciales. Il est possible que les études à l’étranger soient reconnues.

Retour au début

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :