Officier de la police militaire

Description du travail

Les officiers de la police militaire dirigent des équipes de policiers militaires et assurent le respect des lois et des règlements au sein des établissements canadiens et étrangers. Ils servent toute la communauté des Forces armées canadiennes (FAC), dont les membres de la Force régulière et de la Réserve, les employés civils, les cadets et les membres des familles.

Ils assurent un leadership auprès des autres membres de la police militaire et leur donnent une orientation professionnelle. En outre, ils gèrent les ressources et l’équipement disponibles.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

  • Gérer des patrouilles de la police militaire
  • Administrer des opérations policières
  • Superviser la gestion des scènes de crime
  • Réaliser des enquêtes et des entrevues
  • Gérer des enquêtes
  • Administrer des programmes policiers
  • Administrer des programmes de sécurité
  • Conseiller les autorités supérieures relativement à la police et à la sécurité
Transcription

OFFICIER DE LA POLICE MILITAIRE DANS LES FORCES ARMÉES CANADIENNES

Je suis Major Myriam-Olivia Busset de la Ville de Saint-Romuald, à Québec. Je suis un officier de la police militaire et je suis présentement employé au Commandement des opérations interarmées du Canada, comme officier des plans, sous le Chef d’état-major des opérations du Groupe de la Police Militaire à Ottawa.

Je suis le Major Alain Bissonnette de Montréal. Je suis le commandant de l’unité de police militaire à la base des Forces canadiennes de Borden.

BUSSET : Les officiers de la police militaire commandent et soutiennent environ 1 300 policiers militaires au service des 90 000 soldats, marins et aviateurs de la Force régulière et de la Réserve.

Nous sommes des officiers qui assurent la sécurité des communautés civiles et militaires où nous sommes affectés, grâce à la prévention du crime et à l’application des lois. Comme membres des Forces armées canadiennes, on est aussi déployés au Canada et à l’international, pour s’assurer que la discipline et l’État de droit sont respectés. En tant qu’officier, mon rôle est de diriger et de guider les policiers militaires. Je dois aussi conseiller d’autres leaders au sein des Forces sur les questions qui affectent la sécurité et les services policiers.

BISSONNETTE : Mon travail, c’est de diriger les hommes et les femmes sous mon commandement. C’est aussi de m’assurer que ceux qui sont sous mes ordres disposent de ce qu’ils ont besoin pour compléter leurs missions avec succès. On reçoit une formation spécialisée et on a plusieurs occasions d’améliorer nos compétences et d’acquérir de l’expérience professionnelle.

BUSSET : Dans la plupart des services policiers, on commence comme patrouilleur et on reste là pour plusieurs années, et souvent même pour une carrière au complet. Les occasions de recevoir de la formation de niveau supérieur sont limitées.

Comme officier de police militaire, les tâches qu’on accomplit changent régulièrement. Il existe une foule d’opportunités pour faire avancer notre carrière. Comme officier junior sous supervision, on applique des compétences de leadership et notre entrainement immédiatement.

BISSONNETTE: Si tu es accepté comme officier de police militaire, tu commences par le cours élémentaire d’officier à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Ensuite, on va à Gagetown, au Nouveau-Brunswick, pour l’étape commune de l’instruction militaire de l’Armée de terre. On apprend les compétences de base en leadership au combat pour les officiers. Par la suite, on se rend à Borden, en Ontario, à la toute nouvelle École de la police militaire des Forces canadiennes, pour compléter le cours d’officier de police militaire.

BUSSET : Le cours élémentaire d’officier de la police militaire dure environ vingt semaines et couvre une grande variété de sujets: faire respecter les lois criminelles et militaires canadiennes, le code de discipline militaire, apprendre les bases de travail de policier, incluant l’usage légal de la force lors d’une arrestation. Le cours nous apprend non seulement à devenir un officier de police, mais aussi comment les diriger. Une fois diplômé, on a acquis une compréhension détaillée des tâches des hommes et des femmes sous notre commandement. Et surtout comment les soutenir.

BISSONNETTE : Après avoir complété l’entrainement d’officier de police militaire, on peut être responsable d’un détachement de police militaire au quotidien, ou d’un peloton de campagne se préparant pour le prochain déploiement des Forces armées canadiennes. C’est la seule force policière dans le monde où on peut travailler non seulement partout au Canada, mais aussi partout sur la planète. Nous sommes la force policière de première ligne au pays.

BUSSET : Plus tard dans notre carrière on a aussi la chance de participer à des entrainements spécialisés en sécurité, surveillance, protection individuelle rapprochée, cybersécurité, lutte contre les stupéfiants, renseignement et même sur des enquêtes au niveau des crimes majeurs. Et ceci souvent en collaborant avec des corps policiers canadiens et internationaux.

BISSONNETTE : Comme officier de police militaire, on passe la plupart de notre temps à administrer et gérer les gens sous notre commandement. On est responsable de nos subordonnés, des infrastructures et de superviser les opérations. Ça inclut beaucoup de planification, d’organisation et de fournir des conseils personnels et de la direction à notre équipe.

BUSSET : Mes policiers travaillent pour moi. Ils font le travail policier et je travaille pour eux en m’assurant qu’ils ont les outils, l’entrainement et le soutien nécessaire pour accomplir leurs tâches. Que ça soit de s’occuper de leur développement, de leurs absences ou même de questions plus individuelles, ça fait partie de mon travail d’officier.

BISSONNETTE : Ma vision c’est qu’on est une équipe. J’ai mon travail et ils ont le leur. Je les respecte pour ce qu’ils font et je travaille fort pour mériter leur respect. C’est ce qui fait un Commandant de police militaire efficace. Je sais que les décisions à prendre sur un champ de bataille ou dans du travail policier de routine vont avoir de l’impact sur les policiers militaires de mon unité. Ça peut faire la différence entre la vie et la mort.

BUSSET : Depuis que je me suis enrôlé dans les Forces, j’ai acquis de l’expérience et des compétences qu’aucune autre organisation ne pourrait me donner. J’ai voyagé et travaillé avec les forces policières parmi les meilleures au Canada et à travers le monde. J’espère que toi aussi, tu feras partie de notre équipe.

Aperçu

Environnement de travail

En vertu de la loi canadienne, tous les citoyens canadiens ont les mêmes droits et privilèges et ont droit à la même protection. La police militaire possède les compétences nécessaires pour assurer ces services de protection selon les mêmes normes que les autres services de police canadiens. Les officiers de la police militaire exercent normalement leurs fonctions dans le cadre du système de justice pénale civil et du système de justice militaire et sont reconnus à titre  d’agents de la paix dans le Code criminel du Canada. Comptant plus de 1 250 membres à temps plein, la police militaire constitue l’un des plus importants services de police du Canada.

Les officiers de la police militaire assurent un service 24 heures sur 24 à la collectivité militaire. Ils peuvent être déployés dans le cadre d’opérations militaires n’importe où au Canada et dans le monde, notamment dans des régions ravagées par des conflits armés ou des catastrophes naturelles. La plupart des officiers de la police militaire travaillent dans un bureau. Toutefois, les conditions de travail peuvent varier selon la nature et l’emplacement des services fournis.

Solde et perfectionnement professionnel

Le salaire de départ pour un officier de la police militaire entièrement formé est de 51 000 $ par année. Cependant, en fonction de l’expérience et de la formation antérieures, le salaire de départ pourrait être plus élevé. Pendant les différents échelons des officiers subalternes, des promotions régulières ont lieu fondées sur l’achèvement de la formation requise et la durée du service en tant qu’officier. Une fois qu’ils sont promus au grade de lieutenant de vaisseau ou de  capitaine, leur salaire atteint environ 74 000 $ par année.

De plus, à mesure que leur carrière progresse, les officiers de la police militaire peuvent être appelés à effectuer les tâches suivantes : assurer le commandement d’une unité de la police militaire au sein d’une base des FAC; agir à titre d’enquêteur au sein du Service national des enquêtes des FAC; ou occuper un poste d’état-major de la police militaire au sein d’un commandement opérationnel ou d’un quartier général national.

Les commandants de détachement de la police militaire appuient également leurs collectivités militaires locales en ce qui a trait à la prévention et à la détection des actes criminels ainsi qu’aux enquêtes s’y rapportant. En outre, ils jouent un rôle de chef dans le cadre de projets de services de police communautaires supposant des partenariats avec des organismes de soutien communautaire et des organismes d’application de la loi avoisinants.

En plus de fournir des services de police et de maintenir leurs compétences courantes, les policiers militaires doivent veiller à tenir à jour certaines compétences de spécialiste. Étant donné la complexité que revêt aujourd’hui le maintien de l’ordre au Canada, une formation policière avancée se révèle nécessaire. Ainsi, les membres de la police militaire qui manifesteront le dévouement, les aptitudes et les prédispositions nécessaires auront accès à des possibilités d’avancement, de promotion et de perfectionnement.

Emplois civils équivalents

  • Gendarmerie royale canadienne
  • Services de police provinciaux, régionaux et municipaux
  • Autres domaines fédéraux d’application de la loi : douanes, immigration et pêcheries

Retour au début

Formation

Qualification militaire de base des officiers (QMBO)

Après votre enrôlement, vous commencerez la qualification militaire de base des officiers de 15 semaines à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes de Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Les sujets abordés comprennent les connaissances militaires générales, les principes du leadership, les règlements et coutumes des FAC, le maniement des armes de base et les premiers soins. Vous aurez la possibilité de mettre en application les compétences militaires nouvellement acquises dans le cadre d’exercices d’entraînement portant sur la protection de la force, l’instruction appliquée, la navigation et le leadership. Vous participerez également à un programme rigoureux de sports et de conditionnement physique. Le cours de QMBO est offert en anglais ou en français et sa réussite constitue un préalable à la poursuite de l’instruction.

À la suite de la formation de base des officiers, une formation en seconde langue officielle peut vous être offerte. La formation peut durer de deux à neuf mois selon vos compétences en langue seconde.

Phase commune de l'Armée canadienne

Après l’instruction de base, vous fréquenterez l’École d’infanterie au Centre d’instruction au combat, située à Gagetown, au Nouveau-Brunswick. Vous tirerez parti de l’instruction en matière de leadership que vous avez reçue pendant la formation de base des officiers, en plus d’acquérir les compétences requises pour tous les soldats des armes de combat, y compris des techniques plus poussées liées au maniement d’armes, aux manœuvres en campagne et aux tactiques de la section.

Instruction professionnelle

Vous devrez ensuite obtenir la qualification d’officier de la police militaire à la base des Forces canadiennes Borden, en Ontario. Ce cours, d’une durée de six mois, porte sur les sujets suivants :

  • Gestion des patrouilles de la police militaire
  • Administration des opérations policières
  • Supervision de la gestion des scènes de crime
  • Réalisation d’enquêtes et d’entrevues
  • Gestion d’enquêtes
  • Administration des programmes policiers
  • Administration des programmes de sécurité
  • Commandement d’unités de la police militaire dans le cadre d’opérations sur le terrain

Instruction spécialisée

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées par l’intermédiaire de cours magistraux ou d’une formation en cours d’emploi, notamment :

  • Spécialiste de l’identification des criminels
  • Spécialiste du polygraphe
  • Enquêteur – crimes majeurs
  • Gestionnaire – lieux d’un crime
  • Gestion de cas graves
  • Enquêteur – drogues
  • Spécialiste de la sécurité des aéronefs
  • Enquêtes sur les agressions sexuelles et les fraudes
  • Enquêtes sur les homicides
  • Enquêtes – infiltration
  • Contre-ingérence
  • Protection rapprochée
  • Opérations tactiques de l’Armée canadienne
  • Perfectionnement des policiers gestionnaires

Instruction avancée

À mesure qu’ils progresseront dans leur carrière, les officiers de la police militaire qui manifesteront les capacités et le potentiel nécessaires pourront suivre de l’instruction avancée. Les cours suivants sont inclus :

  • Spécialiste des enquêtes sur la sécurité du renseignement
  • Enquêteur – affaires criminelles
  • Spécialiste en contre-ingérence
  • Opérateur – surveillance
  • Instructeur – sécurité des officiers
  • Administration supérieure de la police

Programmes d'enrôlement

Après la présélection initiale, les candidats admissibles assisteront à une séance d’orientation de carrière et subiront une évaluation des aptitudes au Centre d’évaluation de la police militaire, pour garantir qu’ils ont une vision réaliste du travail de policier militaire et les capacités de réussir dans ce domaine.

Enrôlement direct

Si vous détenez déjà un diplôme universitaire, les FAC détermineront si votre programme d’études remplit les critères du poste et vous pourriez être envoyé directement à une formation en cours d’emploi après avoir obtenu votre qualification militaire de base. Cette qualification et la qualification d’officier sont requises avant toute affectation.

Études payées

Programme de formation des officiers de la Force régulière (PFOR)

Puisqu’un diplôme universitaire est exigé pour accéder à ce poste, les FAC subventionneront les candidats retenus afin qu’ils suivent un programme d’études menant à l’obtention d’un baccalauréat dans une université canadienne. Vous recevrez un salaire à temps plein, ce qui comprend les soins médicaux et dentaires ainsi que des vacances avec plein salaire; en retour, vous devrez travailler pour les FAC pendant un certain temps.

En règle générale, les candidats retenus dans le cadre du PFOR sont admis à titre d’élèves-officiers au sein du système des collèges militaires canadiens, où ils font des études liées au cheminement de leur carrière militaire. Dans certains cas, les FAC peuvent subventionner les élèves-officiers afin qu’ils suivent un programme d’études pertinent menant à l’obtention d’un baccalauréat dans d’autres universités canadiennes. Les élèves-officiers qui étudient dans d’autres universités canadiennes suivent généralement leur formation pendant l’année universitaire normale et participent à une instruction militaire supplémentaire pendant l’été. Si vous décidez de poser votre candidature pour participer à ce programme, vous devez présenter une demande aux FAC ainsi qu’à l’université canadienne de votre choix. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez les Études payées.

Retour au début

Option temps partiel

Ce métier est disponible à temps partiel au sein des environnements suivants : Armée, Force aérienne

Servir dans la Force de réserve

Cette possibilité d’emploi à temps partiel est offerte auprès de la Première réserve à certains endroits au Canada. En règle générale, les membres de la Force de réserve servent à temps partiel au sein d’une unité militaire dans leur communauté et peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Emploi à temps partiel

Les officiers de la police militaire peuvent servir auprès de la Marine royale canadienne, de l’Armée canadienne ou de l’Aviation royale canadienne. Leur emploi consiste à diriger des équipes de membres de la police militaire responsables de faire respecter les lois et les règlements dans les établissements des FAC au Canada et à l’étranger. Lorsqu’ils sont employés à temps partiel ou à titre d’occasionnels à temps plein, ils effectuent habituellement leur service au sein d’un Groupe de la police militaire au Canada.

Instruction de la Force de réserve

Les membres de la Force de réserve reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière. Ils commencent généralement leur instruction avec leur unité d’attache pour s’assurer qu’ils répondent aux normes militaires professionnelles de base. Après l’instruction de base destinée aux officiers, l’unité d’attache s’occupera de prévoir de l’instruction additionnelle permettant l’acquisition des compétences spécialisées. L’instruction pour le poste d’officier de la police militaire s’effectue au Centre d’instruction au combat, à Gagetown, au Nouveau‑Brunswick, puis elle se poursuit à Borden, en Ontario, aux fins de l’obtention de la qualification d’officier de la police militaire.

Environnement de travail

En règle générale, les membres de la Force de réserve effectuent leur service à temps partiel au sein de leur unité d’attache, le soir et la fin de semaine, suivant un horaire établi. Toutefois, ils peuvent également effectuer leur service en occupant des postes à temps plein au sein de certaines unités pour des périodes déterminées, selon la nature des tâches à exécuter. Ils reçoivent 85 pour cent du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.

Retour au début

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :