Pompier / Pompière

Description du travail

Les pompiers préviennent la perte de vies humaines ou de biens causée par le feu. Ils accomplissent une variété de tâches, dont le sauvetage, la lutte contre les incendies d’aéronefs, la lutte contre les incendies de bâtiments, de végétation et à bord des navires, la désincarcération automobile, la manipulation de matières dangereuses et le sauvetage dans des espaces clos ou à forte inclinaison. Les enquêtes après un incendie, la prévention contre les incendies et les inspections de sécurité des personnes font également partie de leur domaine d’expertise.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

  • Accomplir des opérations de sauvetage, d’extinction, de ventilation, de vérification et d’effraction
  • Conduire et faire fonctionner tous les types de véhicules d’incendie
  • Inspecter et tester les dispositifs fixes d’extinction et de détection des incendies
  • Entretenir l’équipement du service d’incendie comme les échelles, les tuyaux, les cordes, les appareils respiratoires, les extincteurs, l’équipement de protection individuel ainsi que l’équipement et les véhicules de sauvetage connexes
  • Assumer les fonctions d’inspecteur, mener des inspections et réviser des projets afin de formuler des recommandations et de proposer des mesures correctives
  • Assurer l’instruction et l’éducation des pairs et du public
  • Assurer les services de sauvetage par hélicoptère et de lutte contre les avaries, en qualité de membres de l’équipe de lutte contre les incendies, lorsqu’ils sont à bord d’un navire
  • Intervenir en tant que membres d’un escadron du génie de l’air
  • Détacher les câbles servant à retenir les aéronefs et faire fonctionner les dispositifs d’arrêt mobiles
  • Intervenir en cas d’urgences médicales
Transcription

POMPIER DANS LES FORCES ARMÉES CANADIENNES

Je suis Caporal-chef Louis-Marie Neault de Québec, pompier, présentement en poste à la base des Forces armées canadiennes de Bagotville.

Je suis le Caporal Simon Gauthier d’Alma. Je suis pompier présentement muté à la base des Forces armées canadiennes de Bagotville.

NEAULT : Partout où nos troupes s’entrainent et combattent, nous sommes sur place, prêts à toute éventualité.

GAUTHIER : On fait beaucoup plus que combattre des incendies à l’intérieur d’immeubles. On conduit les véhicules de lutte contre les incendies et on intervient aussi lors d’incidents d’aéronef et de véhicule. On entretient les dispositifs d'extinction et de détection des incendies, répond à des incidents de déversement de matières dangereuses et s’assure du fonctionnement des appareils respiratoires autonomes.  On est aussi entrainés pour les sauvetages techniques et en espaces clos et pour la réponse médicale d’urgence.

NEAULT: Il faut du courage et un sens de l’engagement pour être pompier militaire. Les récompenses sont immenses : un bon salaire, les meilleurs équipements, des voyages à travers le monde, des possibilités d’avancement et la chance de faire partie de l’une des équipes d’incendie les mieux entrainées et les plus polyvalentes au Canada.

GAUTHIER : Ce que j’aime le plus, c’est le côté imprévisible de mon emploi de mon emploi. À toutes les fois que la cloche sonne, j’ai  l’adrénaline dans le tapis, sans avoir beaucoup de détails sur la situation d’urgence.  Ça peut être un avion en détresse, un feu dans un hangar ou une urgence médicale à proximité. On ne sait jamais ce qui va se passer jusqu’à ce qu’on arrive sur place.

NEAULT: On n’a sûrement pas le même volume d’appel qu’un département civil, mais  l’ensemble de nos compétences sont très convoitées par nos homologues. Notre entrainement est inégalé.  Dans l’armée, la lutte contre les incendies est unique et englobe plusieurs compétences. Comme pompier militaire, on peut être déployé partout. On n’a pas cette chance là dans les autres départements.

GAUTHIER : Les opportunités de voyage sont là pour tous les pompiers. Les affectations et les opérations nationales te permettent de traverser le pays, incluant la station d’Alert des Forces armées canadiennes. Et avec les déploiements à l’étranger,  on peut se retrouver aux quatre coins du globe.

NEAULT: Après la qualification militaire de base, les pompiers sont envoyés à la base des Forces Canadiennes à Borden, en préparation du cours de qualification d’apprenti pompier.

GAUTHIER: Ensuite, à l'École des pompiers des Forces canadiennes, on reçoit une formation intensive: lutte contre l’incendie de bâtiments et de végétation, sauvetage et lutte contre l’incendie d’aéronefs et de véhicules, réponse médicale d’urgence ainsi que sécurité et prévention d’incendies.

NEAULT: À l’entrainement, on essaie d’atteindre le plus grand degré de réalisme possible. L'École des pompiers des Forces canadiennes est un établissement reconnu comme un de meilleurs au monde avec 11 niveaux d’accréditation. Une fois l’entrainement d’apprenti terminé, on est envoyé à notre première caserne pour tester nos nouvelles compétences.  Quand on a terminé une journée là-bas, on sait qu’on a tout donné.

GAUTHIER: Quand on arrive ici, évidemment, on est mis à l’épreuve. Tout le monde nous teste les premières fois. C’est fait dans un bon esprit. En fait, tout le monde veut juste voir de quoi on est capable.

NEAULT: Sur place, on va certainement en apprendre beaucoup sur la prévention incendie et évidemment, répondre à des situations d’urgence.

GAUTHIER: Chaque jour, on inspecte les véhicules et on s’assure que tout est en état de marche. Ensuite, il y a l’entretien quotidien. Nos tâches comprennent la vérification du bon état de marche des extincteurs et des systèmes d’alarme. On s’occupe des dispositifs fixes d'extinction et on inspecte les chantiers de tous les contracteurs qui travaillent sur la base pour s’assurer que les règles de prévention d’incendies sont respectées. Ça permet d’avoir un environnement de travail sécuritaire pour tous les gens sur la base.

NEAULT : Le métier de pompier offre d’excellentes possibilités d’avancement. On peut gravir les échelons jusqu’aux postes d’inspecteur de la prévention des incendies, chef de peloton ou chef adjoint du service d'incendie. On a aussi la possibilité de devenir chef du service des incendies.

NEAULT: Quand on parle à des collègues et qu’on leur mentionne les lieux qu’on a vu, ce qu’on a fait, on sent vraiment le respect mutuel.

GAUTHIER : La camaraderie est sans égal. On est une grande famille.  Même après notre quart de travail, on se tient tous ensemble. Ça permet d’avoir un vrai réseau de monde sur qui tu peux vraiment te fier.

NEAULT: Pour ceux qui considèrent le métier de pompier comme une option, qui veulent  vivre des expériences enrichissantes et de voir l’action, je crois que les Forces est le meilleur endroit pour se réaliser.

Aperçu

Environnement de travail

Même s’ils font partie de l’Aviation royale canadienne, les pompiers peuvent tout aussi bien soutenir des opérations de la Marine royale canadienne et de l’Armée canadienne. Les pompiers garantissent une protection 24 heures sur 24 parce qu’ils travaillent par équipes qui s’échangent les responsabilités et les quarts, et qu’ils bénéficient de l’appui du personnel de jour (chef du service d’incendie, chef adjoint du service d’incendie, inspecteurs). Les pompiers peuvent être déployés dans d’autres bases que leur base d’appartenance à l’appui d’opérations militaires au Canada ou à l’étranger, pour des périodes pouvant aller jusqu’à six mois. L’instruction et l’équipement nécessaires ainsi que des vêtements adaptés leur sont fournis.

Solde et perfectionnement professionnel

Le salaire de départ pour un pompier entièrement formé est de 49 400 $ par année. Cependant, en fonction de l’expérience et de la formation antérieures, le salaire de départ pourrait être plus élevé. Dans le cadre de leur service au sein des Forces armées canadiennes (FAC), les pompiers travaillent dans différentes bases au Canada, à bord de navires et lors de missions militaires. Ils peuvent être tenus de déménager dans n’importe quelle base au Canada.

Après quatre ans, les pompiers doivent servir à titre de caporal environ trois ans sur un navire. Pendant cette période, ils peuvent être appelés à servir lors d’une mission en mer pouvant durer jusqu’à six mois. Au cours de leur carrière, ils servent habituellement trois fois la Marine royale canadienne.

Les pompiers qui manifesteront le dévouement, les aptitudes et les prédispositions nécessaires auront accès à des possibilités d’avancement, de promotion et de perfectionnement. À un certain point de leur carrière, certains d’entre eux pourraient avoir la possibilité de devenir instructeurs à l’École des pompiers des Forces canadiennes.

Emplois civils équivalents

  • Pompier / pompière de bâtiment
  • Pompier / pompière d’aéroport
  • Inspecteur / inspectrice des incendies
  • Instructeur / instructrice, service d’incendie

Retour au début

Formation

Qualification militaire de base (QMB)

La première étape de l’instruction est le Cours de qualification militaire de base, ou instruction de base, qui est offert à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Ce cours vous enseignera les aptitudes de base et les connaissances communes à tous les emplois militaires. L’un des objectifs du cours est de veiller à ce que vous conserviez la norme de condition physique des FAC; par conséquent l'entraînement est physiquement exigeant.

Instruction de qualification professionnelle de base

Vous fréquenterez ensuite l’École des pompiers des Forces canadiennes à Borden, en Ontario. L’instruction dure environ sept mois et porte sur les sujets suivants :

  • Utilisation des engins d’incendie
  • Opérations lors d’un incendie de bâtiment
  • Pratiques pour assurer la sécurité des gens en cas d’incendie
  • Opérations de sauvetage et de lutte contre les incendies d’aéronefs
  • Sauvetages dans des situations présentant des problèmes particuliers
  • Utilisation des extincteurs portatifs
  • Utilisation de l’équipement auxiliaire des engins d’incendie
  • Opérations lors d’un incendie de végétation
  • Lecture de cartes
  • Normes d’aptitudes physiques
  • Sensibilisation aux matières dangereuses

Instruction spécialisée

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées par l’intermédiaire de cours magistraux ou d’une formation en cours d’emploi, y compris les cours suivants :

  • Pompier de bâtiment
  • Pompier d’aéroport
  • Inspecteur des incendies
  • Enquêteur sur les incendies
  • Instructeur – lutte contre les incendies
  • Commandant – incidents mettant en cause des matières dangereuses
  • Officier pompier
  • Technicien des matières dangereuses

Retour au début

Programmes d'enrôlement

Études exigées

L’exigence minimale pour occuper ce poste est un diplôme secondaire (ou secondaire V), avec un cours réussi en mathématiques générales de 11e année (ou mathématique 536 au Québec), et un cours de sciences (chimie, physique, ou sciences physiques) de 11e année, ou de secondaire V au Québec. Les études à l'étranger peuvent être acceptées.

Les candidats doivent posséder un permis de conduire valide.

Enrôlement direct

Si vous détenez déjà un diplôme d’études collégiales, les FAC décideront si votre programme de formation remplit les critères du poste, et vous pourriez être envoyé directement à une formation en cours d’emploi après avoir obtenu votre qualification militaire de base. Cette qualification et la formation en cours d’emploi militaire sont requises avant toute affectation.

Le métier de pompier est très populaire et, par conséquent, très contingenté. Les candidats retenus ont souvent suivi une formation supplémentaire dans un domaine connexe ou possèdent de l’expérience en tant que pompier à temps plein ou temps partiel. Les candidats doivent être en bonne forme physique, suivre un programme d’entraînement et mener une vie saine et active.

Tous les candidats doivent réussir l’évaluation de la condition physique de préadmission avant de commencer leur instruction à l’École des pompiers des Forces canadiennes.

Option temps partiel

Ce métier est disponible à temps partiel au sein de l’environnement suivant : Force aérienne

Servir dans la Force de réserve

Cette possibilité d’emploi à temps partiel est offerte auprès de la Première réserve à certains endroits au Canada. En règle générale, les membres de la Force de réserve servent à temps partiel au sein d’une unité militaire dans leur communauté et peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Emploi à temps partiel

Les pompiers servent auprès de l’Aviation royale canadienne. Leur travail consiste à prévenir les décès et la destruction de biens par le feu; les pompiers exécutent diverses tâches pour appuyer l’instruction et les opérations au sein des FAC. Lorsque les pompiers sont employés à temps partiel ou à titre d’occasionnels à temps plein, ils effectuent habituellement leur service dans une base militaire ou au sein d’une escadre ou d’une unité au Canada.

Instruction de la Force de réserve

Les membres de la Force de réserve commencent généralement leur instruction avec leur unité d’attache pour s’assurer qu’ils répondent aux normes militaires professionnelles de base. Ils sont payés durant leur instruction. Après l’instruction de base, une instruction de base propre au poste de pompier est offerte pendant 14 semaines à l’École des pompiers et de la défense chimique, biologique, radiologique et nucléaire des Forces canadiennes à Borden, en Ontario.

Environnement de travail

En règle générale, les membres de la Force de réserve effectuent leur service à temps partiel au sein de leur unité d’attache, habituellement jusqu’à 12 jours de service par mois dans le cadre d’horaires de travail par quart ou de journées normales de travail. Ils reçoivent 85 pour cent du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.

Retour au début

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :