Infirmier / Infirmière

Description du travail

Les infirmiers prodiguent les soins primaires aux membres des Forces armées canadiennes (FAC) malades ou blessés. Ils travaillent dans des établissements comme les centres de santé des garnisons, des bases ou des escadres, ou encore dans des installations opérationnelles comme les hôpitaux de campagne. Ils assurent  aussi des services de santé préventive, d’hygiène au travail et de soins environnementaux.

Ils travaillent avec d’autres membres de l’équipe de soins de santé selon un modèle axé sur la collaboration. Ils ont la possibilité de travailler dans différents domaines des soins infirmiers, notamment :

  • Prestation de soins cliniques et de soins aux patients
  • Élaboration de politiques en matière de services de santé
  • Administration
  • Instruction et éducation
Transcription

Infirmier / Infirmière

Je suis le Major Amélie Proulx de Rimouski, infirmière militaire présentement affectée au Centre de formation en traumatologie des Forces canadiennes, à Montréal.

Et je suis le capitaine Nathalie Auger d’Ottawa. Je suis infirmière en salle d’opération, affectée à Vancouver.

PROULX : En tant qu’officier des Forces canadiennes, l’infirmière militaire est un chef de file au sein d’une équipe soignante chevronnée. Elle assume des responsabilités plus variées et exigeantes que celles du personnel infirmier des cliniques et milieux hospitaliers civils.

AUGER : Au pays, on remplit des fonctions traditionnelles d’infirmier dans les bases : en clinique externe, ainsi que dans certains grands hôpitaux civils.

PROULX : Mais on se distingue par le fait qu’on prend soin de nos troupes en déploiement à l’étranger, ainsi qu’à leur retour au pays. On participe aussi à la formation de techniciens médicaux et on ne cesse de développer de nouvelles façons de prodiguer des soins critiques là où nos militaires en ont le plus besoin, même si on doit travailler sous le feu de l’ennemi.

AUGER : L’infirmier militaire utilise certains des équipements médicaux les plus sophistiqués au monde. On a aussi un accès unique à des formations avancées en consultation psychologique, ainsi qu’en soins infirmiers en santé mentale et en salle d’urgence.

PROULX : Ce qui m’attire du côté militaire, c’est que j’ai fait différents emplois autant des soins intensifs, de l’administration. Là présentement j’enseigne, je prépare les gens à aller en déploiement, je suis allée en déploiement également en Afghanistan. C’est toutes des choses que j’aurais absolument jamais faites dans le milieu civil.

PROULX : Les Forces m’ont permis et permettent à plein de gens en fait, de voyager énormément, de visiter que ce soit le Canada ou plein d’autres pays, d’expérimenter plein de champs de pratique côté infirmière qui nous permet, je pense par la suite, de faire nos choix sur ce qu’on aime vraiment, ce qui nous tient à cœur, puis c’est là-dedans qu’on excelle dans le fond, quand on a quelque chose qui nous tient à cœur, sans toutefois changer d’employeur et justement peut-être d’être obligée de toujours recommencer au pied de l’échelle.

AUGER : En déploiement, nous autres, on fait plus de rôles. Surtout comme pour moi, dans la salle d’op, je fais deux-trois différents rôles. J’aide avec l’anesthésie, j’aide avec recouvrer les patients après la chirurgie aussi, et des fois, j’aide le chirurgien aussi en technique chirurgicale.

PROUX : On est poussé à nos limites les plus extrêmes parce que c’est des conditions super exigeantes. Ça nous amène à développer des habiletés justement assez particulières, qui peut-être on développerait peut-être moins dans d’autres situations.

AUGER : C’est ça qui rend ça valorisant à cause qu’on voit exactement à cette minute-là qu’est-ce qu’on fait pour le patient, puis on voit des résultats immédiats.

PROULX : C’est le milieu rêvé en fait pour n’importe quelle infirmière de soins critiques qui voudrait justement développer au maximum ses habiletés, parce que l’exposition est là tout à fait.

PROULX : La première étape d’une infirmière, quand elle a terminé sa qualification d’infirmière dans le civil, entre dans les Forces et va faire le cours de base, de recrue en fait, mais en tant qu’officier à St-Jean.

Tu entreprends ensuite le Cours de soins infirmiers, Niveau élémentaire, à l’École des services de santé des Forces canadiennes à Borden, en Ontario. Ce cours de six semaines t’initie aux soins infirmiers militaires en clinique et en campagne.

Ta formation se poursuit avec le Cours des services de santé en campagne, Niveau élémentaire, qui dure cinq semaines et qui porte sur l’aspect leadership du métier d’infirmière militaire au sein d’une unité de campagne où tu pourrais être appelé à diriger une quarantaine de personnes.

D’avoir le rôle de leader que le grade d’officier amène comme infirmière, c’est quelque chose d’extraordinaire que je pense, que justement, j’aurais pas pu expérimenter dans le milieu civil. Ils offrent également les cours de spécialisation, que ce soit salle d’opération, santé mentale ou infirmière de soins critiques – tous des cours qui sont justement subventionnés par les Forces, cours que l’on doit dans le civil payer de nos propres poches, puis qu’on sait sont extrêmement dispendieux.

AUGER : Comme première affectation, tu pourrais travailler dans un hôpital civil ou à une clinique militaire au Canada.

PROULX : On a établi une série de protocoles d’entente avec les hôpitaux civils, majoritairement des centres de trauma à travers le Canada, justement pour pouvoir envoyer nos cliniciens dans ces centres-là. On est accueillis à bras ouverts, évidemment, par le personnel civil qui sont là. On est du personnel supplémentaire, ils sont très, très contents de nous avoir. Avant le déploiement, on reçoit les techniciens médicaux qui viennent faire un cours. On reçoit aussi un autre groupe qui est composé de médecins, d’infirmières et d’adjoints aux médecins qui viennent s’entraîner ici. Fait que tout le focus, en fait, des simulations et des lectures est mis sur la trauma et de les préparer à l’environnement auquel ils vont faire face là-bas. On partage également notre expérience pour y avoir été dans le passé. Ça leur permet de répondre aux questions, puis de vraiment élaborer et qualifier ces gens-là pour qu’ils soient prêts à faire face à leur travail là-bas en Afghanistan ou dans un autre milieu opérationnel.

PROULX : Je m’amuse énormément, en fait. Ça fait déjà 12 ans et je peux pas dire que je me suis ennuyée du tout. Les Forces m’ont permis d’apprendre l’anglais, j’ai enseigné, j’ai eu des cours pour perfectionner mon enseignement, j’ai eu des cours de gestion, je suis maintenant à faire ma maîtrise en administration qui est également subventionnée par les Forces canadiennes.

AUGER : N’importe où que je veux amener ma carrière, c’est moi qui est en charge. Puis j’aime l’environnement. On est proches, on travaille en équipe, on sait pourquoi on est là, on voit les résultats, puis c’est toujours un nouveau challenge.

Aperçu

Environnement de travail

Les infirmiers travaillent généralement en collaboration avec d’autres membres de l’équipe médicale dans des hôpitaux et des cliniques militaires. Comme dans un hôpital normal, ils accomplissent des quarts de travail de huit ou douze heures. Ils peuvent aussi être appelés à aider lors des exercices, des vols d’évacuation médicale et des urgences, tels que des écrasements d’avion.

Lorsqu’ils sont déployés dans des unités opérationnelles en appui aux opérations militaires à l’étranger, les infirmiers vivent et travaillent dans le même environnement que les membres des FAC qu’ils traitent.

Solde et perfectionnement professionnel

Le salaire de départ pour un infirmier entièrement formé est de 51 000 $ par année. Cependant, en fonction de l’expérience et de la formation antérieures, le salaire de départ pourrait être plus élevé. Pendant les différents échelons des officiers subalternes, des promotions régulières ont lieu fondées sur l’achèvement de la formation requise et la durée du service en tant qu’officier. Une fois qu’ils sont promus au grade de lieutenant de vaisseau ou de capitaine, leur salaire atteint environ 74 000 $ par année.

Emplois civils équivalents

  • Infirmier autorisé
  • Prestation de soins
  • Instruction et éducation en matière de soins infirmiers
  • Infirmier clinicien spécialisé 
  • Infirmier navigant 

Retour au début

Formation

Qualification militaire de base des officiers (QMBO)

Après votre enrôlement, vous commencerez la qualification militaire de base des officiers de 15 semaines à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes de Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Les sujets abordés comprennent les connaissances militaires générales, les principes du leadership, les règlements et coutumes des FAC, le maniement des armes de base et les premiers soins. Vous aurez la possibilité de mettre en application les compétences militaires nouvellement acquises dans le cadre d’exercices d’entraînement portant sur la protection de la force, l’instruction appliquée, la navigation et le leadership. Vous participerez également à un programme rigoureux de sports et de conditionnement physique. Le cours de QMBO est offert en anglais ou en français et sa réussite constitue un préalable à la poursuite de l’instruction.

À la suite de la formation de base des officiers, une formation en seconde langue officielle peut vous être offerte. La formation peut durer de deux à neuf mois selon vos compétences en langue seconde.

Instruction professionnelle

Vous suivrez ensuite le cours de soins infirmiers à l’École des Services de santé des Forces canadiennes à la BFC Borden, en Ontario. Pendant ce cours, vous serez initié à la structure organisationnelle, à l’histoire des Services de santé des Forces canadiennes ainsi qu’aux conditions particulières du travail d’infirmier militaire. Plus précisément, vous acquerrez des connaissances détaillées sur les compétences et les techniques nécessaires pour accomplir efficacement les fonctions d’un infirmier militaire dans une clinique et en campagne.

Formation en cours d'emploi

Vous devrez suivre un programme de préceptorat clinique axé sur les compétences qui permet de s’assurer que vous avez les compétences cliniques nécessaires pour travailler dans un contexte de soins actifs militaires. La durée de cette formation dépend de l’expérience clinique que vous aurez acquise comme infirmier.

Instruction spécialisée

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées par l’intermédiaire de cours magistraux ou d’une formation en cours d’emploi, y compris les sujets suivants :

  • Soins intensifs
  • Santé mentale
  • Soins infirmiers périopératoires
  • Soins infirmiers – salle d’urgence
  • Soins infirmiers – évacuation aéromédicale

Instruction avancée

À mesure qu’ils progresseront dans leur carrière, les infirmiers qui manifesteront les aptitudes et les prédispositions nécessaires auront accès à l’instruction avancée. Les cours offerts sont les suivants :

  • Leadership avancé
  • Gestion avancée
  • Administration avancée
  • Techniques d’instruction

Retour au début

Programmes d'enrôlement

Enrôlement direct

Si vous détenez déjà un diplôme universitaire et un permis d’exercer la profession d’infirmier dans une province ou un territoire canadien, vous pourriez être envoyé directement à une formation en cours d’emploi après avoir obtenu votre qualification militaire de base. Cette qualification et la qualification d’officier sont requises avant toute affectation.

Études payées

Programme de formation des officiers de la Force régulière (PFOR)

Puisqu’un diplôme universitaire est exigé pour accéder à ce poste, les FAC subventionneront les candidats retenus afin qu’ils suivent un programme d’études menant à l’obtention d’un baccalauréat dans une université canadienne. Vous recevrez un salaire à temps plein, ce qui comprend les soins médicaux et dentaires ainsi que des vacances avec plein salaire; en retour, vous devrez travailler pour les FAC pendant un certain temps.

En règle générale, les candidats retenus dans le cadre du PFOR sont admis à titre d’élèves-officiers au sein du système des collèges militaires canadiens, où ils font des études liées au cheminement de leur carrière militaire. Dans certains cas, les FAC peuvent subventionner les élèves-officiers afin qu’ils suivent un programme d’études pertinent menant à l’obtention d’un baccalauréat dans d’autres universités canadiennes. Les élèves-officiers qui étudient dans d’autres universités canadiennes suivent généralement leur formation pendant l’année universitaire normale et participent à une instruction militaire supplémentaire pendant l’été. Si vous décidez de poser votre candidature pour participer à ce programme, vous devez présenter une demande aux Forces ainsi qu’à l’université canadienne de votre choix. Pour obtenir de plus amples renseignements, voir la section Études payées.

Programmes d'enrôlement des officiers

Si vous détenez déjà un diplôme en soins infirmiers d’un collège canadien reconnu, un permis à jour d’exercer la profession d’infirmier d'un organisme de réglementation d’une province ou d’un territoire canadien ainsi qu’une lettre d'attestation de cet organisme, les CAF pourraient vous payer jusqu’à deux années d’études à temps plein afin que vous obteniez un baccalauréat en sciences infirmières. Vous devez prouver que vous avez été accepté sans condition dans un programme de sciences infirmières canadien reconnu.

Retour au début

Option temps partiel

Ce métier est disponible à temps partiel au sein des environnements suivants : Marine, Armée, Force aérienne

Servir dans la Force de réserve

Le rôle de la réserve des Services de santé des Forces canadiennes consiste à fournir du personnel qualifié afin de soutenir ou de joindre les organisations des Services de santé lors d’opérations et d’activités d’instruction, le tout en créant et en maintenant des liens entre les FAC et les collectivités locales.

Cette possibilité d’emploi à temps partiel est offerte auprès de la Première réserve, à certains endroits au Canada. En règle générale, les membres de la Force de réserve servent à temps partiel au sein d’une unité militaire dans leur communauté et peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Emploi à temps partiel

Les infirmiers militaires peuvent servir auprès de la Marine royale canadienne, de l’Armée canadienne, de l’Aviation royale canadienne au sein du Groupe des Services de santé des Forces canadiennes. Leur emploi consiste à prodiguer des soins primaires aux membres des FAC malades ou blessés, de même qu’à assurer la prestation de services de santé axés sur la prévention, l’hygiène au travail et l’environnement. Lorsqu’ils sont employés à temps partiel, ils effectuent habituellement leur service dans une unité médicale de la Réserve au Canada et aident au maintien et à l’enseignement des compétences cliniques des membres qui n’ont pas de permis de pratique comme les adjoints médicaux.

Une autre possibilité d’emploi à temps partiel est offerte aux spécialistes cliniques ainsi qu’aux infirmiers ayant une expérience de travail spécialisée en salle d’urgence, aux soins intensifs, en salle d’opération ou en santé mentale, en vue accroître la capacité de soutien médical des Services de santé, au 1er Hôpital de campagne du détachement d’Ottawa. Les membres de cette unité effectuent un minimum de 14 jours de service et/ou d’instruction au cours d’une année, et exécutent l’une ou l’autre des tâches suivantes : assurer la prestation de services de santé aux militaires, enseigner des compétences cliniques aux membres du personnel d’unités d’ambulance de campagne locale et surveiller leur application, participer à des exercices sur le terrain afin de mettre en pratique ses connaissances et/ou de prodiguer des soins médicaux dans un environnement de campagne militaire.

Les membres de cette unité vivent partout au Canada. Il y a un petit quartier général et une petite section de l’administration à Ottawa, en Ontario, pour les appuyer. Cette unité offre davantage de souplesse que les unités d’ambulance de campagne des Réserves des Services de santé. Elle demande moins de temps, tout en vous offrant des occasions de travailler comme membre des FAC. Tous les membres des Réserves des Services de santé ont la possibilité de travailler à l’étranger en se portant volontaire pour faire partie d’une équipe des Services de santé déployée à l’étranger.

Instruction de la Force de réserve

Les membres de la Force de réserve reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière. Tous les membres doivent suivre l’instruction militaire de base, qui traite de sujets comme la structure des grades, le port d’un uniforme, la marche, l’utilisation d’une arme pour se défendre ou défendre les patients (conformément aux Conventions de Genève) et la survie en environnement de campagne. La durée de cette instruction varie, mais elle est habituellement offerte sous forme de séances de deux semaines ou de séances données la fin de semaine. Vous devez également suivre l’instruction de base axée sur les compétences professionnelles qui vous enseigne comment appliquer vos compétences cliniques et exercer votre profession dans l’environnement militaire. Cette formation de six semaines est généralement offerte deux fois par année à l’occasion de séances d’une semaine, de deux ou de trois semaines. Elle est dispensée au Centre de formation des Services de santé des Forces canadiennes à Borden, en Ontario.

Environnement de travail

En règle générale, les membres de la Force de réserve effectuent leur service à temps partiel au sein de leur unité d’attache, le soir et la fin de semaine, suivant un horaire établi. Toutefois, ils peuvent également effectuer leur service en occupant des postes à temps plein au sein de certaines unités pour des périodes déterminées, selon la nature des tâches à exécuter. Ils reçoivent 85 pour cent du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.

Commencez!

Trouvez une unité dans votre région et amorcez dès maintenant le processus de demande d’emploi à temps partiel ou envoyez un courriel pour obtenir davantage de renseignements.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :