Officier des sciences biologiques

Description du travail

Les officiers des sciences biologiques réduisent et préviennent les menaces à la santé des membres des Forces armées canadiennes (FAC) et améliorent leur rendement opérationnel. Ils élaborent des procédures pratiques, des normes, de l’équipement et des stratégies qui protègent les membres des Forces et les ressources, respectent l’environnement et améliorent l’efficacité. 

Ils sont spécialistes des dimensions humaines des opérations militaires, des processus liés à l’environnement et de la santé et de la sécurité au travail, de même que des rôles, des capacités et des besoins des membres des FAC. Leur fonction première est d’optimiser l’interaction humaine avec les systèmes militaires au moyen de l’interprétation et de l’application des normes et des pratiques scientifiques actuelles dans les domaines suivants : 

Recherche appliquée et développement, notamment :

  • Étude de la réaction humaine au stress du milieu
  • Développement, mise à l’essai et évaluation de vêtements et d’équipement de protection
  • Analyse de l’interface homme-machine et conception de systèmes
  • Analyse des facteurs humains des accidents
  • Exploitation de la technologie en vue d’améliorer la santé, la sécurité et la capacité humaine
  • Soutien en hygiène du travail (évaluation des risques pour la santé et des risques liés aux lieux de travail et à l’équipement des FAC) 

Formation à haut risque des membres des FAC (pour les aider à fonctionner de façon efficace et sécuritaire lorsqu’ils font face à des menaces pour la santé qui sont liées à l’environnement, au travail et aux opérations), qui comprend :

  • Contre-mesures propres à la menace
  • Utilisation de l’équipement de protection
  • Entraînement médical opérationnel
Transcription

Officier des sciences biologiques

DROLET: Dans les Forces canadiennes, les officiers en sciences biologiques font le pont entre les collectivités scientifiques et opérationnelles.

On met en application la recherche et le développement scientifique pour protéger et améliorer la santé opérationnelle des militaires.

On est des chercheurs mais on est loin de porter des sarreaux de laboratoire.

LAMONTAGNE: On joue un rôle si unique et diversifié qu’il est difficile de prévoir exactement ce qu’on fera dans six mois.

On pourrait tout aussi bien faire des recherches sur la protection balistique oculaire, vérifier la qualité de l’air dans un hangar ou améliorer l’ergonomie des véhicules.

DROLET: On met en application les sciences afin de rendre le travail des membres des Forces canadiennes plus facile et plus sécuritaire.

Bonjour je suis le Capitaine Éric Drolet. Je viens de Montréal. Je suis officier en

sciences biologiques et je suis présentement muté au Centre de recherche à Toronto.

J’ai choisi le métier d’officier en sciences biologiques parce que je voulais appliquer mes connaissances scientifiques au succès des missions canadiennes.

Et moi je m’appelle Capitaine Marie-Christine Lamontagne. Je suis officier en

sciences biologiques présentement mutée au quartier général des services de santé à Ottawa.

LAMONTAGNE: Je sens vraiment qu’on fait une différence dans la prévention des problèmes de santé ou des problèmes liés à la sécurité des militaires, parce qu’un militaire qui est malade, c’est un militaire qui ne peut pas combattre.

Le rôle des officiers en sciences biologiques, c’est essentiellement d’identifier, de

prévenir, ou d’éliminer les risques pour la santé des militaires, que ce soit en

déploiement, en théâtre d’opération, ou que ce soit sur les bases opérationnelles ici au Canada.

DROLET: On utilise de l’équipement unique au Canada. Par exemple, une centrifuge afin de recréer les conditions de vol des pilotes. Avec notre chambre hyper barrique on peut faire de la recherche fondamentale.

L’une de nos priorités est l’équipement de protection individuelle…, car dans la Force aérienne, l’Armée et la Marine… le personnel dépend quotidiennement de cet équipement.

Il y a quelques années les Forces canadiennes avaient un problème avec la veste pare-éclat. Lorsque le soldat était sur le sol en position de tir, on a remarqué que le collet du col faisait retomber le casque sur les yeux. Aujourd’hui avec nos efforts on essaie de prévenir ce genre d’incident.

LAMONTAGNE: On a participé à la conception de l’équipement de survie utilisé par la Force aérienne et des nouveaux uniformes de l’Armée qui sont adaptés au climat de l’Afghanistan.

Les officiers en sciences biologiques ont joué un rôle crucial dans le projet Habillez le soldat en concevant des tenues pour protéger toutes les parties du corps du soldat, quel que soit le milieu dans lequel il est déployé.

DROLET: Peu importe le projet, on examine le problème et on met en application des méthodes scientifiques modernes et éprouvées pour trouver une solution.

On participe aussi à la formation des militaires pour assurer leur sécurité dans les circonstances les plus extrêmes et dans les environnements les plus hostiles.

LAMONTAGNE: Lorsqu’on est déployés avec les troupes, on vérifie la qualité de l’air, de l’eau et du sol et on évalue les autres dangers éventuels pour la santé.

Pour devenir officier en sciences biologiques, il faut avoir un bonne forme physique, il faut facilement s’adapter au stress et diriger des équipes multidisciplinaires dans des conditions austères.

DROLET: La préférence est donné aux candidats possédant un diplôme en sciences, bien que d’autres diplômes peuvent être considerés, d’autre facteurs peuvent jouer en sa faveur, comme avoir une expérience professionnelle pertinente et unique.

LAMONTAGNE: Comme la concurrence est grande, il est peut-être bon d’avoir une maîtrise, par contre il y a d’autres critères de sélection, comme l’attitude et la personnalité.

DROLET: Les candidats retenus suivront le cours élémentaire d’officier à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec.

Tu apprendras alors les principes du leadership ainsi que les règlements et les

coutumes militaires.

Si tu n’es pas déjà bilingue tu devras suivre une formation en langue seconde.

Une fois le cours élémentaire d’officier et la formation linguistique terminée, tu passeras dix-huit mois sous la supervision d’un officier supérieur en sciences biologiques pour acquérir de l’expérience et suivre des cours de formation militaires et civils.

Ce stage a pour but de t’amener le plus rapidement possible à fonctionner de façon autonome.

J’aime être autonome. Ça me permet d’interagir avec un grand nombre de nouvelles personnes, d’échanger des idées, des concepts et surtout faire partie d’une équipe exceptionnelle .

LAMONTAGNE: En tant qu’officier en sciences biologiques il existe divers cours qui te permettent d’enrichir tes connaissances et de maintenir tes compétences à jour. Après avoir acquis de l’expérience en sciences biologiques, on m’a invitée à faire une maîtrise à McGill en santé au travail. On a payé mes frais de scolarité puis j’ai continué à recevoir mon salaire.

DROLET: C’est gratifiant de savoir que je contribue à assurer la santé et la sécurité des membres de ma famille militaire.

LAMONTAGNE: J’adore mon métier. J’ai beaucoup plus de responsabilités que j’en aurais normalement. Et puis aussi c’est l’aventure. On va dans des endroits où on va pas nécessairement normalement.

Je suis allée 6 mois en Bosnie ensuite j’ai fait des visites en Syrie et en Israël et puis je suis allée 2 fois à Kandahar pour de courtes visites.

DROLET: Mon travail est loin d’être routinier. La semaine dernière j’étais à bord d’un sous-marin, cette semaine je vais probablement participer à l’élaboration d’un système de protection auditif et la semaine prochaine je vais donner une conférence à Toronto.

Et moi c’était ce genre d’environnement là que je cherchais, un défi mental et physique.

LAMONTAGNE: Si tu as envie de trouver des solutions pour améliorer la santé et la sécurité opérationnelles des militaires, songe sérieusement à devenir officier en sciences biologiques.

Aperçu

Environnement de travail

Les officiers des sciences biologiques travaillent dans un laboratoire ou un bureau. Ils peuvent être affectés à une équipe d’évaluation des risques pour la santé ou à l’École de survie et de médecine de l’air des Forces. Ils peuvent être affectés au soutien des opérations de l’Armée canadienne, de la Marine royale canadienne ou de l’Aviation royale canadienne, au Canada ou dans le monde.

Solde et perfectionnement professionnel

Le salaire de départ pour un officier des sciences biologiques entièrement formé est de 51 000 $ par année. Cependant, en fonction de l’expérience et de la formation antérieures, le salaire de départ pourrait être plus élevé. Pendant les différents échelons des officiers subalternes, des promotions régulières ont lieu fondées sur l’achèvement de la formation requise et la durée du service en tant qu’officier. Une fois qu’ils sont promus au grade de lieutenant de vaisseau ou de capitaine, leur salaire atteint environ 74 000 $ par année.

On s’attend à ce que les officiers des sciences biologiques conservent et améliorent leurs connaissances professionnelles, leurs habiletés et leur potentiel au moyen de cours et de formation continue, y compris la formation en cours d’emploi, des cours spécialisés et des études universitaires de deuxième cycle pertinentes à l’emploi.

Emplois civils équivalents

  • Hygiéniste industriel
  • Ergonome
  • Analyste de renseignements médicaux
  • Spécialiste des facteurs humains
  • Gestionnaire scientifique

Retour au début

Formation

Qualification militaire de base des officiers (QMBO)

Après votre enrôlement, vous commencerez la qualification militaire de base des officiers de 15 semaines à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes de Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Les sujets abordés comprennent les connaissances militaires générales, les principes du leadership, les règlements et coutumes des Forces, le maniement des armes de base et les premiers soins. Vous aurez la possibilité de mettre en application les compétences militaires nouvellement acquises dans le cadre d’exercices d’entraînement portant sur la protection de la force, l’instruction appliquée, la navigation et le leadership. Vous participerez également à un programme rigoureux de sports et de conditionnement physique. Le cours de QMBO est offert en anglais ou en français et sa réussite constitue un préalable à la poursuite de l’instruction.

À la suite de la formation de base des officiers, une formation en seconde langue officielle peut vous être offerte. La formation peut durer de deux à neuf mois selon vos compétences en langue seconde.

Instruction professionnelle

Vous travaillerez durant 24 mois sous la supervision d’un officier des sciences biologiques supérieur dans le cadre d’un programme de préceptorat. Ce programme comprend une variété de cours militaires et civils, ainsi que de l’expérience de travail pour faire en sorte que vous atteigniez un niveau opérationnel de rendement et soyez autonome le plus rapidement possible.

Instruction spécialisée

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées au moyen de cours officiels, de conférences professionnelles et d’une formation en cours d’emploi, entre autres dans les domaines suivants :

  • Leadership militaire
  • Techniques d’instruction
  • Administration et gestion de projets

Instruction avancée

À mesure qu’ils progresseront dans leur carrière, les officiers des sciences biologiques qui manifesteront les capacités et le potentiel nécessaires pourront suivre de l’instruction avancée. Les cours suivants sont inclus :

  • Études supérieures en santé au travail
  • Études supérieures en facteurs humains
  • Physiologie aérospatiale

Retour au début

Programmes d'enrôlement

Enrôlement direct

Le niveau d’instruction exigé pour ce poste est un baccalauréat avec distinction d’une université reconnue au Canada. Vous devez également répondre aux exigences minimales pour pouvoir vous inscrire à un programme d’études supérieures en ergonomie, physiologie ou hygiène. Les FAC détermineront si votre programme d’études remplit les critères du poste et vous pourriez être envoyé directement à une formation en cours d’emploi après avoir obtenu votre qualification militaire de base. Cette qualification et la qualification d’officier sont requises avant toute affectation.

La préséance est donnée aux candidats qui possèdent un diplôme en sciences humaines, soit en biologie humaine, ergonomie, hygiène du travail, physiologie humaine ou  biochimie. Les FAC pourraient accepter aussi les demandes de candidats qui ont suivi des cours pertinents en sciences humaines, s’ils possèdent un diplôme d’ingénieur dans une discipline connexe comme le génie industriel, environnemental ou chimique, ou la gestion en ingénierie.

Retour au début

Option temps partiel

Ce métier est disponible à temps partiel au sein des environnements suivants : Marine, Armée, Force aérienne.

Servir dans la Force de réserve

Le rôle de la réserve des Services de santé des Forces canadiennes consiste à fournir du personnel qualifié afin de soutenir ou de joindre les organisations des Services de santé lors d’opérations des FAC et d’activités d’instruction, le tout en créant et en maintenant des liens entre les FAC et les collectivités locales.

Cette possibilité d’emploi à temps partiel est offerte auprès de la Première réserve au 1er Hôpital de campagne du Canada, situé à Ottawa. Les membres de la Force de réserve de cette unité vivent dans différents endroits du Canada et servent à temps partiel dans une clinique militaire ou suivent une instruction militaire, au besoin, pendant un minimum de 14 jours par année. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Emploi à temps partiel

Les officiers en sciences biologiques peuvent servir auprès de la Marine royale canadienne, de l’Armée canadienne ou de l’Aviation royale canadienne, au sein du Groupe des Services de santé des Forces canadiennes. Leur emploi consiste à réduire et à prévenir les risques pour la santé auxquels s’exposent les membres des Forces et à améliorer leur rendement opérationnel. Lorsqu’ils sont employés à temps partiel ou à titre d’occasionnels à temps plein, ils effectuent habituellement leur service à un endroit où œuvrent les FAC au Canada.

Instruction de la Force de réserve

Les membres de la Force de réserve reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière. Les officiers en sciences biologiques travaillent pendant près de 24 mois sous la supervision d’un officier principal en sciences biologiques dans le cadre d’un programme de préceptorat. La formation au préceptorat peut se dérouler en blocs d’une semaine ou plus, selon votre disponibilité. La préférence sera accordée aux candidats titulaires de diplômes en sciences humaines, biologie humaine, ingénierie des facteurs humains, ergonomie, hygiène au travail, physiologie humaine et biochimie.

Environnement de travail

Les officiers en sciences biologiques de la Force de réserve peuvent servir à temps partiel dans une clinique de services de santé et ils peuvent également effectuer leur service en occupant des postes à temps plein au sein de certaines unités pour des périodes déterminées, selon la nature des tâches à exécuter. Ils reçoivent 85 pour cent du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.

Commencez!

Si ce poste vous intéresse, commencez à remplir votre demande maintenant ou envoyez un courriel pour obtenir plus de renseignements.

Pour postuler en ligne, sélectionnez Services paramédicaux.

 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :