Technicien / Technicienne en salle d'opération

Nous embauchons : nous acceptons actuellement les candidatures pour ce poste par le biais de l'enrôlement direct.

Description du travail

Les techniciens en salle d’opération ont la responsabilité de fournir un environnement aseptisé permettant de réaliser des procédures chirurgicales autant dans des environnements statiques (au pays) qu’opérationnels (en mission). Ils sont des membres à part entière de l’équipe chirurgicale et ils offrent des soins périopératoires, assistent les chirurgiens et les anesthésistes et procèdent à l’installation de plâtres orthopédiques lors de chirurgies. Ils sont aussi chargés des services de retraitement des instruments médicaux et du traitement du matériel et des instruments chirurgicaux.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

  • Fournir un environnement propre et sécuritaire au traitement des patients et assister les chirurgiens et les anesthésistes dans toutes les étapes des procédures chirurgicales
  • Assurer le maintien fonctionnel de l’équipement, fournir une formation sur place portant sur les opérations et superviser l’installation des salles d’opération sur le terrain
  • Contribuer au rétablissement des patients après l’anesthésie
  • Assurer la décontamination, le nettoyage, l’entretien et l’approvisionnement de matériel et d’instruments en plus d’assurer l’emballage et la stérilisation du matériel
  • Utiliser et entretenir l’équipement médical et  l’équipement de réanimation
  • Remplir, tenir à jour et diffuser des dossiers, des documents médicaux, des comptes rendus et des rapports
  • Conserver, assurer le réapprovisionnement et rendre compte des stocks de fournitures générales et médicales
Transcription

Technicien / Technicienne en sale d'opération

Je suis sergent Pierre Bélanger de St-Jean-de-Dieu, bas St-Laurent. Je suis technicien en salle d’opération au Centre des services de santé des Forces canadiennes d’Ottawa.

Et je suis caporal-chef Sophie Leduc de Laval, technicienne en salle d’opération au Centre des services de santé des Forces canadiennes d’Ottawa.

LEDUC : Les techniciens de salle d’opération passent la majeure partie de leur carrière dans les salles d’opération des hôpitaux civils situés près de la base des Forces armées canadiennes à laquelle ils sont affectés. Ils peuvent travailler directement avec des militaires ou être pleinement intégrés à un environnement civil.

LEDUC : Ce qui est vraiment intéressant de mon travail, c’est que, à chaque jour, c’est un nouveau défi. Que ce soit au département de stérilisation, que ce soit au bloc, ou que ce soit même dans des tâches administratives.

BÉLANGER : On est exposé à beaucoup de défis. On nous demande beaucoup plus que ce qu’on fait du côté civil.

BÉLANGER : Lorsque les techniciens de salle d’opération sont en mission, ils prodiguent les mêmes soins qu’à l’hôpital, mais dans des conditions rudimentaires au sein de l’équipe qui fournit du soutien médical aux forces de la coalition multinationale et à la population civile.

BÉLANGER : Lorsqu’on s’en va outremer, on a besoin d’avoir beaucoup plus d’expertise dans tous les domaines, donc en stérilisation, en endoscopie, tous les différents types de chirurgie.

LEDUC : Ici au Canada, nous travaillons avec des infirmiers périopératoires, des anesthésistes, des chirurgiens spécialisés dans divers domaines et des infirmiers en soins intensifs pour pratiquer toutes sortes d’intervention chirurgicale sur des membres des Forces ainsi que sur des civils.

BÉLANGER : Les techniciens de salle d’opération ont aussi pour responsabilité la décontamination, la préparation et la stérilisation des instruments chirurgicaux et de l’équipement spécialisé.

BÉLANGER : Un technicien en salle d’opération devient l’avocat du patient. S’il y a un bris de stérilité quelconque à n’importe quel moment durant la chirurgie, c’est à nous en tant que technicien de salle d’opération d’en informer le chirurgien pour qu’on trouve une solution afin de poursuivre la chirurgie de façon sécuritaire pour le patient.

LEDUC : La dynamique qui existe entre les techniciens de salle d’opération et les gens qu’ils soignent est unique en son genre. Lorsque nous planifions une intervention chirurgicale sur des militaires, nous voyons souvent les patients avant la chirurgie, nous prêtons main-forte pendant l’opération et nous revoyons les patients par la suite.

LEDUC : C’est le sentiment d’appartenance que cela apporte, l’esprit de camaraderie, l’esprit de corps, l’esprit d’équipe. C’est une grosse famille, les Forces.

BÉLANGER : Une fois leur formation terminée, les techniciens de salle d’opération sont affectés à Edmonton ou Ottawa. Ils continuent de maintenir leurs compétences de techniciens de salle d’opération en travaillant soit dans un hôpital civil, soit directement avec une équipe de salle d’opération militaire prodiguant des soins aux militaires.

LEDUC : Ce que j’aime de mon métier, c’est l’apprentissage constant et continu, et puis on a aussi la chance d’avoir de l’éducation en continu.

LEDUC : …par exemple en orthopédie, en soutien aux traitements endoscopiques et dans diverses autres spécialités qui s’ajoutent à un éventail de compétences déjà impressionnant.

BÉLANGER : Si t’es une personne qui est manuelle, qui veut relever des défis différents, technicien en salle d’opération, c’est exactement ça.

LEDUC : À chaque jour, j’ai le sentiment d’avoir accompli quelque chose pour quelqu’un. On interagit durant des chirurgies qui sont très complexes et qui peuvent comporter des risques importants envers les patients. Et cette poussée d’adrénaline, ça me dit que j’ai vraiment choisi le bon métier.

Aperçu

Environnement de travail

Les techniciens de salle d’opération passent la majeure partie de leur carrière à travailler directement dans des hôpitaux civils au sein d’équipes militaires de salle d’opération. Ils peuvent aussi intégrer une équipe de civils au Canada et être envoyés en mission à l’étranger. Ils travaillent habituellement selon un horaire régulier, du lundi au vendredi, mais ils peuvent aussi travailler par quarts ou sur appel selon les circonstances.

Solde et perfectionnement professionnel

Le salaire de départ pour un technicien de salle d’opération entièrement formé est d’environ 60 000 $ par année. Les techniciens de salle d’opération qui manifesteront le dévouement, les aptitudes et les prédispositions nécessaires seront sélectionnés pour des possibilités d’avancement professionnel, de promotion et de formation spécialisée.

Emplois civils équivalents

  • Aide-infirmier autorisé
  • Infirmier auxiliaire autorisé spécialisé en soins périopératoires
  • Technicien en retraitement des instruments médicaux
  • Technicien en retraitement endoscopique

Retour au début

Formation

Qualification militaire de base (QMB)

La première étape de l’instruction est le Cours de qualification militaire de base, ou instruction de base, qui est offert à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Ce cours vous enseignera les aptitudes de base et les connaissances communes à tous les emplois militaires. L’un des objectifs du cours est de veiller à ce que vous conserviez la norme de condition physique des Forces; par conséquent l’entraînement est physiquement exigeant.

Instruction de qualification professionnelle de base

L’instruction comporte quatre modules. Le premier module, d’une durée de deux ans, propose une formation pratique en sciences infirmières dans un établissement d’enseignement canadien reconnu. Le deuxième module consiste en un cours d’aide-infirmier autorisé de salle d’opération se donnant au collège Algonquin d’Ottawa ou à l’Université Grant McEwan d’Edmonton et durant de six à huit mois. Le troisième module offre un programme de formation en cours d’emploi (PFCE) dans un établissement de soins de santé canadien. Le programme, d’une durée de 1 500 heures, tient compte des heures accomplies au cours du préceptorat en salle d’opération dans le cadre du deuxième module et comporte trois parties : 500 heures de chirurgie orthopédique, 500 heures de chirurgie générale et 500 heures dans d’autres domaines spécialisés. Enfin, le quatrième module est axé sur les services chirurgicaux sur le terrain. ​

Instruction spécialisée

Après avoir achevé l’instruction de qualification professionnelle de base, vous suivrez un cours de retraitement des instruments médicaux.

Instruction avancée

Le cours d’études avancées en orthopédie pour infirmiers auxiliaires est offert lorsque vous montez en grade et porte sur la pose avancée de plâtres de même que sur l’utilisation et l’entretien d’appareils orthopédiques.

Retour au début

Programmes d'enrôlement

Nous embauchons : nous acceptons actuellement les candidatures pour ce poste par le biais de l'enrôlement direct.

Enrôlement direct

Tout candidat doit posséder un diplôme de formation en soins infirmiers auxiliaire, un permis de pratique valide en tant qu’IAA émis par un autorité administrative provinciale, ainsi qu’une lettre d’attestation de l’autorité administrative professionnelle. Une certification IAA en salle d’opération est un atout.

Retour au début

Option temps partiel

Ce métier est disponible à temps partiel au sein des environnements suivants : Force aérienne, Marine, Armée.

Servir dans la Force de réserve

Le rôle de la Réserve des Services de santé des Forces canadiennes consiste à fournir du personnel qualifié afin de soutenir, de renforcer et de maintenir en puissance les organisations des Services de santé des Forces canadiennes lors d’opérations et d’activités d’instruction des Forces,  tout en créant et en maintenant des liens entre les Forces et les collectivités locales.

Cette possibilité d’emploi à temps partiel est offerte auprès de la Première réserve à certains endroits au Canada. En règle générale, les membres de la Force de réserve servent à temps partiel au sein d’une unité militaire dans leur communauté et peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être postés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Commencez!

Postulez maintenant

Pour obtenir de plus amples renseignements, envoyez-nous un courriel.

Retour au début

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :