Officier d'infanterie

Description du travail

Les officiers d’infanterie accomplissent une vaste gamme de tâches, notamment commander et diriger des soldats faisant partie d’une équipe et occuper divers postes d’état-major, entre autres dans les domaines de la planification, de l’instruction, du renseignement, de la logistique et de l’administration du personnel.

Ils sont des membres commissionnés des régiments d’infanterie du Canada et appartiennent aux Armes de combat. Ils peuvent donc être déployés partout au monde, dans toutes sortes d’environnements comme la toundra arctique, les montagnes, la jungle ou le désert et dans toutes les combinaisons d’Armes, dont les opérations parachutées, aéroportées et amphibies. Le rôle primaire de l'infanterie en situation de combat consiste à se rapprocher de l’ennemi et à le détruire.

Transcription

OFFICIER D’INFANTERIE

DANS LES FORCES CANADIENNES

CAPITAINE JEAN-FRANÇOIS LAMARCHE : Je suis le Capitaine Jean-François Lamarche de Waterloo, Québec, Officier d’infanterie au Royal 22e Régiment, présentement muté à l’école d’infanterie à Gagetown, Nouveau-Brunswick.

CAPITAINE ÉRIC AUDET : Et je suis le Capitaine Éric Audet de St-Lazare-de-Bellechasse, Officier d’infanterie au 2e bataillon du Royal 22e Régiment, à Valcartier.

LAMARCHE : Les officiers d’infanterie servent au pays et en déploiement à l’étranger, lors de catastrophes naturelles et d’urgences nationales, dans l’Arctique et en milieu urbain. L’éventail de défis est presque illimité : formation des troupes, planification de missions, collecte du renseignement et discipline militaire. Et les tâches sont variées : une journée, on assure la sécurité d’un sommet international et le lendemain, on dirige un exercice de tir réel pour des recrues.

LAMARCHE : L’infanterie, c’est vraiment le fer de lance de l’armée. Ça va être l’élément qui va être le plus souple et le plus mobile. Le rôle de l’infanterie, c’est de s’approcher de l’ennemi, de le vaincre par toutes les conditions. Le rôle de l’officier là-dedans, c’est de mener les hommes, puis d’accomplir l’effort principal ou l’effet désiré.

AUDET : Être un leader dans l’infanterie, c’est savoir analyser, comprendre, faire les bonnes décisions en fonction des situations. Que ce soit des situations en théâtre, que ce soit des situations au combat, ou que ce soit des situations en garnison, l’officier d’infanterie doit prendre les devants, doit pas avoir peur de prendre des décisions, puis doit s’assurer de faire avancer la machine vers l’avant.

LAMARCHE : On va être appelé à opérer dans différentes opérations, que ce soit de soutien humanitaire, d’opérations de paix ou de combat. Puis l’étendue de nos tâches peuvent aller d’assurer la protection d’un point vital, à faire un point de contrôle de véhicules, à mener une attaque rapide sur un objectif ennemi.

AUDET : En plus de ça, l’officier d’infanterie a la chance de faire la gestion du personnel, s’assurer que le personnel est bien entrainé, s’assurer que le personnel est prêt à faire la mission. Donc il y en a vraiment pour tous les goûts.

AUDET : Que tu optes pour la Force régulière ou la Réserve, tes connaissances, tes forces et ta constance sont mises à l’épreuve à chaque jour.

LAMARCHE : Si une personne cherche une carrière, là, où il va être appelé à se dépasser constamment puis à relever des défis de façon quotidienne, l’infanterie c’est vraiment la place pour ça.

MODULE 2 – Ce qui rend le métier unique

AUDET : J’ai eu la chance de déployer en Afghanistan en 2009. Puis on a eu la chance vraiment d’être à tous les jours -- travailler avec des Afghans. On a vécu des situations très plaisantes au niveau culturel, on a vécu des situations très difficiles au niveau du combat. Mais vraiment, ça a été l’essence de l’infanterie que j’ai pu vivre dans tout ça puis au niveau du développement professionnel, je pouvais pas demander mieux que ça.

LAMARCHE : De pouvoir prendre un groupe de soldats très jeunes, être capable de les entraîner, de les motiver, puis de les faire se développer pour pouvoir former une équipe qui est vraiment efficace sur le terrain, c’est vraiment quelque chose qui est intéressant. Ça nous permet de se réaliser, on voit vraiment l’état final sur le terrain lorsque, après un certain temps, on travaille avec les même gens, le développement puis le chemin qu’ils ont pu parcourir.

MODULE 3 – Formation spécifique pour le métier

LAMARCHE : Voici ce à quoi tu peux t’attendre si tu décides de te joindre aux Forces comme officier d’infanterie.

LAMARCHE: Après ta formation de base des officiers, tu te rends à l’École d’infanterie du Centre d’instruction au combat à la base des Forces canadiennes Gagetown, au Nouveau-Brunswick.

LAMARCHE : Ta formation à Gagetown est répartie en trois phases. Tu fais d’abord la formation commune à tous les officiers des Forces terrestres. Puis la formation pour les opérations à pied, et enfin pour les opérations motorisées. En classe et lors d’exercices de campagne, tu apprends à commander ton peloton débarqué ou à bord des rapides véhicules blindés légers (les VBL III) et à travailler en coopération avec les autres Armes de combat : les blindés, l’artillerie et le génie de combat.

AUDET: En tant que futur commandant de peloton, tu acquiers un éventail considérable de connaissances : de l’efficacité de ton arme personnelle… à la puissance de combat de toute une compagnie d’infanterie motorisée. Les exercices en campagne sont très rigoureux, physiquement et psychologiquement, mais une fois ces expériences vécues, tu es prêt pour les vrais défis qu’un officier d’infanterie doit relever à chaque jour.

MODULE 4 – Première affectation et défis du métier

LAMARCHE : Une fois ta formation terminée à Gagetown, tu es prêt à commander ton premier peloton à un des trois régiments d’infanterie historiques au Canada : le Royal 22e Régiment au Québec; le Princess Patricia’s Canadian Light Infantry, en Alberta et au Manitoba; ou le Royal Canadian Regiment dont les bataillons sont au Nouveau-Brunswick et en Ontario.

LAMARCHE : Une fois affecté à un régiment, ton temps est réparti entre l’entraînement ici au pays et les déploiements. En garnison, tu te consacres à la gestion du personnel, à la formation, à la planification et à l’entretien des armes et des véhicules, selon un horaire régulier, du lundi au vendredi.

LAMARCHE : Mais lorsqu’une crise éclate ou qu’une catastrophe naturelle requiert l’aide humanitaire du Canada, la journée de travail se transforme en ‘24 heures sur 24’, et toute ta formation entre en jeu. Ce sont des expériences qui mettront tes compétences et ton leadership à l’épreuve – et qui te feront vivre les moments les plus gratifiants de ta vie.

MODULE 5 – Témoignages personnels et professionnels

LAMARCHE : Une carrière dans les Forces, ça m’a toujours intéressé pour les défis que ça représentait, qui me permettent de bouger, puis de pouvoir accomplir quelque chose, puis m’accomplir comme personne. De pouvoir diriger mon peloton en théâtre opérationnel durant des vraies missions, c’est vraiment gratifiant, puis c’est vraiment une belle réalisation.

AUDET : J’ai fait ce choix-là parce que, quand je finissais mon CEGEP, je cherchais une façon pour moi de servir la société sans nécessairement que mon objectif de vie soit toujours de produire de l’argent, pour moi ou pour quelqu’un d’autre. Faire partie des Forces canadiennes, c’est faire partie d’une équipe, c’est faire partie d’une famille, c’est de pouvoir être au service de sa communauté. Et il y a un paquet de coutumes et de traditions qui rendent notre vie dans les Forces canadiennes très plaisante, de toujours travailler finalement pour le bonheur des autres, puis ça c’est valorisant pour soi.

TITRE :

OFFICIER D’INFANTERIE

DANS LES FORCES CANADIENNES

Aperçu

Environnement de travail

Les soldats de l’infanterie font face aux défis impliquant le travail à l’extérieur, dans toutes sortes de conditions météorologiques. Lorsqu’ils ne sont pas en service, ils servent dans un environnement de garnison, ce qui comprend le conditionnement physique, le travail administratif et le maniement d’armes. Le travail administratif est relatif à la gestion du personnel et à l’entretien des armes, des véhicules et de l’équipement. Ces tâches ont généralement lieu lors des heures de travail normales.

Initialement, les soldats de l’infanterie sont affectés à l’un des trois régiments : le Royal Canadian Regiment, à Meaford, en Ontario, le Princess Patricia’s Canadian Light Infantry, à Wainwright, en Alberta ou le Royal 22e Régiment, à Valcartier, au Québec.

Solde et perfectionnement professionnel

Le salaire de départ pour un officier d’infanterie entièrement formé est de 51 000 $ par année. Cependant, en fonction de l’expérience et de la formation antérieures, le salaire de départ pourrait être plus élevé. Pendant les différents échelons des officiers subalternes, des promotions régulières ont lieu fondées sur l’achèvement de la formation requise et la durée du service en tant qu’officier. Une fois qu’ils sont promus au grade de capitaine, leur salaire atteint environ 74 000 $ par année.

Au début de leur carrière, les officiers d’infanterie serviront soit au sein d’un bataillon mécanisé équipé de véhicules blindés de combat, ou d’un bataillon d’infanterie légère. En tant que chef de peloton, ils commanderont entre 30 et 35 soldats, et seront responsables de leur entraînement et de leur efficacité au combat, de leur discipline, de leur moral et de leur santé et bien-être.

Emplois civils équivalents

Bien que cet emploi n’ait pas d’équivalent direct dans le monde civil, l’expérience ainsi que les compétences en gestion, leadership et instruction acquises au fil de cette carrière sont très prisées par les employeurs civils.

Retour au début

Formation

Qualification militaire de base des officiers (QMBO)

Après votre enrôlement, vous commencerez la qualification militaire de base des officiers de 15 semaines à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes de Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Les sujets abordés comprennent les connaissances militaires générales, les principes du leadership, les règlements et coutumes des Forces armées canadiennes (FAC), le maniement des armes de base et les premiers soins. Vous aurez la possibilité de mettre en application les compétences militaires nouvellement acquises dans le cadre d’exercices d’entraînement portant sur la protection de la force, l’instruction appliquée, la navigation et le leadership. Vous participerez également à un programme rigoureux de sports et de conditionnement physique. Le cours de QMBO est offert en anglais ou en français et sa réussite constitue un préalable à la poursuite de l’instruction.

À la suite de la formation de base des officiers, une formation en seconde langue officielle peut vous être offerte. La formation peut durer de deux à neuf mois selon vos compétences en langue seconde.

Instruction professionnelle

La formation des officiers d’infanterie est dispensée à l’École d’infanterie du Centre d’instruction au combat, située à Gagetown, au Nouveau-Brunswick. Vous acquerrez les connaissances relatives aux fonctions et aux responsabilités nécessaires pour commander et diriger un peloton. Cette formation est conçue pour développer de manière progressive des compétences en leadership ainsi que pour offrir en même temps de grands défis tactiques liés à la réalisation d’opérations. Cette expérience d’apprentissage comprend également de la formation sur le maniement d’armes.

Pendant la dernière étape de la formation, vos compétences en leadership et vos habiletés tactiques continueront de se développer tandis que vous travaillerez dans un environnement mécanisé où vous  apprendrez à manœuvrer un véhicule blindé léger (VBL) III, à devenir habile à utiliser un éventail de systèmes infrarouges et de vision nocturne ainsi que des armes spécialisées. Après avoir maîtrisé les éléments tactiques relatifs au commandement d’un peloton d’un véhicule armé, vous serez affectés à un bataillon d’infanterie opérationnel afin d’assumer le commandement d’un peloton d’infanterie.

Instruction spécialisée

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées par l’intermédiaire de cours magistraux ou d’une formation en cours d’emploi dans le but de devenir commandant de peloton, et de commander et diriger un peloton d’infanterie sur le terrain et lors de déploiements. Des officiers d’infanterie sélectionnés peuvent également se voir offrir l’occasion d’acquérir d’autres compétences spécialisées, comme la réalisation du Cours sur les opérations d’éclaireurs-patrouilleurs ou des cours de parachutiste de niveau élémentaire ou de parachutisme en chute libre.

Retour au début

Programmes d'enrôlement

Enrôlement direct

Si vous détenez déjà un diplôme universitaire, les FAC détermineront si votre programme d’études remplit les critères du poste et vous pourriez être envoyé directement à une formation en cours d’emploi après avoir obtenu votre qualification militaire de base. Cette qualification et la qualification d’officier sont requises avant toute affectation.

Études payées

Programme de formation des officiers de la Force régulière (PFOR)

Puisqu’un diplôme universitaire est exigé pour accéder à ce poste, les FAC subventionneront les candidats retenus afin qu’ils suivent un programme d’études menant à l’obtention d’un baccalauréat dans une université canadienne. Vous recevrez un salaire à temps plein, ce qui comprend les soins médicaux et dentaires ainsi que des vacances avec plein salaire; en retour, vous devrez travailler pour les FAC pendant un certain temps.

En règle générale, les candidats retenus dans le cadre du PFOR sont admis à titre d’élèves-officiers au sein du système des collèges militaires canadiens, où ils font des études liées au cheminement de leur carrière militaire. Dans certains cas, les FAC peuvent subventionner les élèves-officiers afin qu’ils suivent un programme d’études pertinent menant à l’obtention d’un baccalauréat dans d’autres universités canadiennes. Les élèves-officiers qui étudient dans d’autres universités canadiennes suivent généralement leur formation pendant l’année universitaire normale et participent à une instruction militaire supplémentaire pendant l’été. Si vous décidez de poser votre candidature pour participer à ce programme, vous devez présenter une demande aux FAC ainsi qu’à l’université canadienne de votre choix. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez les Études payées.

Retour au début

Option temps partiel

Ce métier est disponible à temps partiel au sein de l’environnement suivant : Armée

Servir dans la Force de réserve

Cette possibilité d’emploi à temps partiel est offerte auprès de la Première réserve à certains endroits au Canada. En règle générale, les membres de la Force de réserve servent à temps partiel au sein d’une unité militaire dans leur communauté et peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Emploi à temps partiel

Les officiers d’infanterie servent dans l’Armée canadienne. Le principal rôle de l’Infanterie au cours des opérations est l’engagement au combat. Les officiers d’infanterie accomplissent une vaste gamme de tâches, notamment commander et diriger des soldats faisant partie d’une équipe et occuper divers postes d’état-major, entre autres dans les domaines de la planification, de l’instruction, du renseignement, de la logistique et de l’administration du personnel. Lorsqu’ils sont employés à temps partiel ou à titre d’occasionnels à temps plein, ils effectuent habituellement leur service dans des unités d’infanterie des FAC à différents endroits au Canada.

Instruction de la Force de réserve

Les membres de la Force de réserve reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière. Ils commencent généralement leur instruction avec leur unité d’attache pour s’assurer qu’ils répondent aux normes militaires professionnelles de base. Après l’instruction de base destinée aux officiers, l’unité d’attache s’occupera de prévoir de l’instruction additionnelle permettant l’acquisition des compétences spécialisées. L’instruction requise pour les officiers d’infanterie est offerte à l’École d’infanterie des Forces canadiennes à Gagetown, au Nouveau-Brunswick.

Environnement de travail

En règle générale, les membres de la Force de réserve effectuent leur service à temps partiel au sein de leur unité d’attache, le soir et la fin de semaine, suivant un horaire établi. Toutefois, ils peuvent également effectuer leur service en occupant des postes à temps plein au sein de certaines unités pour des périodes déterminées, selon la nature des tâches à exécuter. Ils reçoivent 85 pour cent du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.

Retour au début

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :