Soldat des blindés

Description du travail

Les soldats des blindés utilisent et entretiennent les véhicules blindés de combat, leurs systèmes d’armes ainsi que leur équipement de communication. Ils sont membres de l’équipe des armes de combat, dont font également partie des régiments d’infanterie, d’artillerie et de génie de combat. 

Les soldats des blindés commencent leur carrière à bord de l’un de deux types de véhicules : le char ou le véhicule de reconnaissance. Comme membre d’équipage de char ayant reçu une formation de conducteur, d’opérateur ou de tireur, les soldats des blindés ont pour responsabilités principales :

  • Conduire le char et en assurer l’entretien
  • Utiliser l’arme principale du char
  • Charger l’arme principale et les mitrailleuses du char
  • Entretenir l’équipement de communication du char

Comme membre d’équipage de véhicule de reconnaissance ayant reçu une formation de conducteur ou d’observateur, les soldats des blindés ont pour responsabilités :

  • Conduire le véhicule et en assurer l’entretien
  • Charger les mitrailleuses du véhicule, les utiliser et en assurer l’entretien
  • Entretenir et utiliser l’équipement radio
  • Recueillir et transmettre des renseignements sur l’ennemi et le terrain
Transcription

SOLDAT DES BLINDÉS

DANS LES FORCES CANADIENNES

CAPORAL BOBBY LAVOIE : Je suis Caporal Bobby Lavoie de Montréal – soldat des blindés au 12e Régiment blindé du Canada à Valcartier.

CAPORAL-CHEF ÉRIC OUELLET : Et je suis le Caporal-chef Éric Ouellet de Chicoutimi, Québec – soldat des blindés, présentement muté à Gagetown, Nouveau-Brunswick.

LAVOIE: Les régiments blindés du Canada sont le fer de lance de notre force de combat moderne – une redoutable fusion de soldats, de mitrailleuses et de véhicules lourds qui défoncent la piste à jusqu'à cent kilomètres à l’heure.

OUELLET : Nos chars Leopard II, nos véhicules blindés légers VBL III, et nos véhicules de reconnaissance Coyote engagent l’ennemi sur tous les terrains et dans toutes les conditions avec un redoutable alliage de mobilité, de puissance de feu et de protection de la force.

OUELLET : Vous avez l’aspect reconnaissance et l’aspect, les chars lourds.

LAVOIE : La reconnaissance, c’est la base de tout. Si on sait pas où est-ce qui est l’ennemi, on peut pas avancer, on peut pas acquérir d’objectifs, on peut pas défendre nos objectifs non plus. On va chercher l’ennemi, on n’est pas tout le temps dans le véhicule, on peut être démonté, justement, puis on peut être camouflé – quelques gars, on va faire une patrouille à pied puis on apporte des informations critiques pour la chaîne de commandement, qui eux autres vont s’en servir pour planifier des plans de bataille.

OUELLET: Voici le Coyote, notre véhicule de reconnaissance de toutes les situations.

OUELLET : Ben, ce véhicule Coyote-là, il est équipé d’un 25 mm, son armement principal, ainsi qu’une mitrailleuse anti-aérienne de 7.62 mm. On a un équipement de surveillance, il y a une caméra; ensuite de ça, on a un imageur thermique pour nous permettre de voir la nuit. On a un équipement radar qui nous permet de détecter les mouvements, s’il y a des mouvements ennemis. On a notre expérience, nos capacités – puis c’est pas mal les instruments qu’on a pour faire notre travail. Sur les chars d’assaut, c’est plus de la chasse – vous allez plus être avec l’infanterie à faire des avancées pour détruire des positions ennemies.

LAVOIE : Le char d’assaut, lui, oui il va faire – il va imposer sa force, il va imposer sa présence. Il va démontrer qu’il est là pour faire régner la loi, si on veut. Il est là pour s’imposer.

LAVOIE: On est fiers de faire partie des armes de combat et de travailler en équipe avec l’infanterie, l’artillerie et le génie de combat pour assurer le succès de la mission.

OUELLET : Que tu optes pour un des trois régiments blindés historiques de la Force régulière ou un des seize régiments blindés de la Réserve répartis au Canada, tu vas apprendre des meilleurs, et rouler avec les meilleurs.

MODULE 2 – Ce qui rend le métier unique

LAVOIE : De manipuler ces véhicules-là, de travailler en équipe dans le bois ou en théâtre opérationnel – c’est ça qu’on veut faire. Qu’il fasse -30, qu’il fasse +50, un moment donné on vient qu’on trouve des forces puis c’est ça qui vient qu’on se développe en tant que personne puis en tant que soldat, puis on trippe là-dedans.

OUELLET : J’ai été déployé en Afghanistan en 2006. C’est là que tu tombes vraiment sous contact réel. C’est là que tu réalises si t’es apte à faire ce métier-là. J’ai eu la chance d’aider la population locale, j’ai eu la chance de voir plein de choses. De tout ça, j’en sors grandi.

MODULE 3 – Formation spécifique pour le métier

LAVOIE: Après la formation de base, les soldats des blindés vont à Gagetown, au Nouveau-Brunswick, au Centre d’instruction au combat de l’Armée de terre. C’est là que tu approfondis tes compétences de soldat et te familiarises avec les outils du membre d’équipage de blindé – en matière de reconnaissance et de tir direct – et leur impact sur le succès de la mission.

LAVOIE : Tu apprends la conduite et l’entretien du Leopard, du Coyote, du VBL III et le fonctionnement de leurs appareils de communication et des équipements laser et de détection radar.

OUELLET : Tu apprends aussi à identifier les véhicules, aéronefs et l’équipement militaires canadiens et étrangers.

OUELLET : Tu apprends à charger, faire feu et entretenir les armes et lance-grenades qui constituent les arguments les plus convaincants de l’arsenal mobile du Canada.

OUELLET : On a un très bon entraînement. Au début, on est craintif. Mais plus on fait des exercices, plus on devient aguerri, puis plus on développe des automatismes. Tout cet entraînement-là rentre en ligne de compte, puis nous aide beaucoup, grandement, à accomplir le travail en situation réelle.

MODULE 4 – Première affectation et défis du métier

LAVOIE : Une fois ta formation terminée à Gagetown, tu es affecté à un des trois régiments blindés historiques du Canada : le 12e Régiment blindé du Canada à Valcartier, au Québec, le Lord Strathcona’s Horse à Edmonton, en Alberta, ou le Royal Canadian Dragoons, à Petawawa, en Ontario.

OUELLET : Comme chauffeur, tu vas d’abord conduire les véhicules et apprendre à les connaître à fond. Puis tu pourrais suivre un cours d’opérateur de système de surveillance et apprendre à déployer ton radar et tout un ensemble d’outils de surveillance optique. Ensuite tu pourrais devenir canonnier et être aux commandes de la formidable puissance de feu qu’apportent les blindés au combat.

LAVOIE : Tout au long de ta carrière militaire, tu auras des occasions d’enrichir et parfaire tes compétences – que ce soit en tant que canonnier, communicateur, spécialiste des véhicules ou chef d’une équipe de reconnaissance.

MODULE 5 – Témoignages personnels et professionnels

OUELLET : Une carrière dans les Forces va vous apporter beaucoup de choses. Vous allez rencontrer une multitude de gens, vous allez voyager pratiquement aux quatre coins du monde, vous allez voir beaucoup beaucoup de cultures, de pays. Vous allez avoir beaucoup d’opportunités pour développer votre potentiel personnel.

LAVOIE : On est toujours fiers de faire notre job. Ma tâche en Afghanistan surtout. Ça a été un événement assez marquant dans ma carrière jusqu’à maintenant. Je sais qu’est-ce qu’on fait là-bas, j’ai vu ce que les gars faisaient, j’ai vu le déroulement d’une vraie mission. J’ai découvert des choses là-bas, j’ai découvert des choses sur ma personne. C’est ça qui est intéressant avec l’armée, c’est qu’on n’arrête jamais d’avancer, il y a toujours moyen d’évoluer personnellement et professionnellement.

TITRE :

SOLDAT DES BLINDÉS

DANS LES FORCES CANADIENNES

Aperçu

Environnement de travail

Les soldats des blindés vivent des aventures exceptionnelles et font face à des difficultés uniques qui découlent du travail en campagne et du déploiement dans d’autres pays.

Solde et perfectionnement professionnel

Le salaire de départ pour un soldat des blindés entièrement formé est de 49 400 $ par année. Cependant, ce montant peut être plus élevé selon l’expérience et la formation antérieures. Les soldats des blindés qui manifesteront le dévouement, les aptitudes et les prédispositions nécessaires auront accès à des possibilités d’avancement, de promotion et de perfectionnement.

Emplois civils équivalents

  • Opérateur de machinerie lourde
  • Opérateur d’ordinateur
  • Sapeur-pompier
  • Gardien

Retour au début

Formation

Qualification militaire de base (QMB)

La première étape de l’instruction est le Cours de qualification militaire de base, ou instruction de base, qui est offert à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Ce cours vous enseignera les aptitudes de base et les connaissances communes à tous les emplois militaires. L’un des objectifs du cours est de veiller à ce que vous conserviez la norme de condition physique des Forces armées canadiennes (FAC); par conséquent l'entraînement est physiquement exigeant.

Cours de qualification de soldat

Après avoir suivi le cours de QMB, vous vous rendrez à un centre d’instruction militaire pour suivre le cours de qualification de soldat, qui porte sur les sujets suivants :

  • Condition physique de l’Armée canadienne
  • Opérations offensives et défensives à pied
  • Patrouilles de reconnaissance
  • Techniques individuelles de campagne

Instruction de qualification professionnelle de base

Vous fréquenterez le Centre d’instruction au combat, à Gagetown, au Nouveau-Brunswick, où vous recevrez une instruction de 11 semaines qui porte sur les sujets suivants :

  • Condition physique de l’Armée canadienne
  • Patrouilles de reconnaissance en véhicule et à pied
  • Maniement avancé des armes
  • Techniques individuelles de campagne
  • Conduite et entretien des chars d’assaut et des véhicules de reconnaissance
  • Tir et entretien des systèmes d’armes actuellement employés à bord des véhicules blindés de combat canadiens
  • Utilisation de l’équipement de surveillance équipant les véhicules de reconnaissance
  • Identification de véhicules, d’aéronefs et d’équipement militaires canadiens et étrangers
  • Utilisation d’équipements tactiques de commandement, de contrôle et de communications
  • Organisation, rôles, doctrine et tactiques propres aux blindés et aux véhicules de reconnaissance
  • Histoire et traditions du Corps blindé royal canadien

Instruction spécialisée

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées par l’intermédiaire de cours magistraux ou d’une formation en cours d’emploi, y compris les cours suivants :

  • Instructeur de combat sans armes
  • Troupe d’assaut
  • Membre d’équipage de véhicule blindé – reconnaissance

Instruction avancée

À mesure qu’ils progresseront dans leur carrière, les soldats des blindés qui manifesteront les aptitudes et les prédispositions nécessaires auront accès à l’instruction avancée. Les cours offerts sont les suivants :

  • Spécialiste du tir de l’arme blindée
  • Spécialiste des télécommunications des armes de combat
  • Spécialiste de la conduite et de la maintenance des armes de combat
  • Chef de char
  • Chef de troupe de reconnaissance

Retour au début

Programmes d'enrôlement

Études exigées

Ce poste exige que les candidats aient terminé au minimum leur 10e année ou leur secondaire IV au Québec, conformément aux normes provinciales. Il est possible que les études à l’étranger soient reconnues.

Pour postuler en ligne, veuillez sélectionner Homme d'équipage.

Option temps partiel

Ce métier est disponible à temps partiel au sein de l’environnement suivant : Armée

Servir dans la Force de réserve

Cette possibilité d’emploi à temps partiel est offerte auprès de la Première réserve à certains endroits au Canada. En règle générale, les membres de la Force de réserve servent à temps partiel au sein d’une unité militaire dans leur communauté et peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Emploi à temps partiel

Les soldats des blindés servent dans l’Armée canadienne. Leur travail consiste à conduire et entretenir des véhicules de combat blindés, des systèmes d’armes embarqués et de l’équipement de communication. Lorsqu’ils sont employés à temps partiel ou à titre d’occasionnels à temps plein, ils effectuent habituellement leur service dans une unité blindée des FAC au Canada.

Instruction de la Force de réserve

Les membres de la Force de réserve reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière. Ils commencent généralement leur instruction avec leur unité d’attache pour s’assurer qu’ils répondent aux normes militaires professionnelles de base. Par suite de l’instruction de base, les recrues de l’Armée canadienne sont formées pendant environ un mois pour obtenir la qualification de soldat. Les soldats des blindés sont ensuite formés pendant 11 semaines au Centre d’instruction au combat à Gagetown, au Nouveau-Brunswick, pour obtenir leur qualification professionnelle.

Environnement de travail

En règle générale, les membres de la Force de réserve effectuent leur service à temps partiel au sein de leur unité d’attache, le soir et la fin de semaine, suivant un horaire établi. Toutefois, ils peuvent également effectuer leur service en occupant des postes à temps plein au sein de certaines unités pour des périodes déterminées, selon la nature des tâches à exécuter. Ils reçoivent 85 pour cent du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.

Retour au début

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :