Technicien / Technicienne de véhicules

Nous embauchons : nous acceptons actuellement les candidatures pour ce poste par le biais de l'enrôlement direct.

Description du travail

Les techniciens de véhicules sont chargés de l’entretien, de la réparation et de la remise en état des véhicules terrestres ainsi que de l’équipement connexe en vue de les maintenir en excellent état. Ils font partie du Corps du génie électrique et mécanique royal canadien.

Leurs principales responsabilités sont les suivantes :

  • Inspecter, réparer, remettre en état et modifier tous les types d’équipement et de pièces d’automobiles
  • Réparer, ajuster et modifier les systèmes d’un véhicule moteur
  • Réparer, ajuster, remettre en état et modifier l’équipement motorisé tel que les générateurs électriques et appareils de chauffage à combustible
  • Utiliser et entretenir les outils courants et spécialisés, l’équipement hydraulique, mécanique et pneumatique de base d’un garage et le matériel de soudage oxyacétylénique
  • Effectuer la récupération de tous les types de véhicules utilisés dans l’Armée canadienne, à l’aide de camions de remorquage courants et de véhicules de récupération à roues et à chenilles spécialisés
  • Conduire tous les types de véhicules, du petit véhicule de soutien à roues au transporteur de char
  • Préparer et traiter les documents d’entretien relatifs aux ordres de travaux, aux cartes de temps individuelles et aux formules de demandes de pièces de rechange
  • Participer à des opérations terrestres et au besoin, livrer combat à titre de soldat d’infanterie
Transcription

Technicien / Technicienne de véhicules

CAPORAL MARTIN AVOINE : Je suis le caporal Martin Avoine, originaire de Labelle. Technicien de véhicules au 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada, à Valcartier.

CAPORAL DAVE ALIE : Et je suis le caporal Dave Alie, de la ville de Québec. Technicien de véhicules au 2e Régiment blindé du Canada, à Valcartier.

NARRATION : Les techniciens de véhicules entretiennent et réparent des véhicules terrestres, ainsi que de l’équipement motorisé tel que les générateurs électriques et les appareils de chauffage à combustible. En tant que membres du Corps du génie électrique et mécanique royal canadien, ces soldats-techniciens inspectent, réparent, remettent en état et modifient tous les types d’équipement militaire à la fine pointe de la technologie.

AVOINE : On a un renouvellement de la flotte qui est en train de s’instaurer au fil des années. Cette flotte-là en fait, c’est quelque chose qui est très très très motivant pour quelqu’un qui veut pousser un petit peu plus loin au niveau de l’aspect technologique de la chose.

NARRATION : Dans les garnisons, les techniciens de véhicules travaillent dans des garages bien outillés. Cependant, ils doivent être aussi mobiles que les unités qu’ils soutiennent lors d’exercices ou de missions outremer, où ils sont appelés à travailler à partir d’installations de réparation temporaires. Leur travail comprend également la récupération de tous les types de véhicules utilisés par la force terrestre, et ce, peu importe où ils tombent en panne, à l’aide de camions de remorquage courants ainsi que de véhicules de récupération à roues et à chenilles spécialisés.

ALIE : Aller chercher les troupes montées, qui sont justement dans une mauvaise posture, soit enlisées, soit bris mécaniques, puis il faut aller leur porter secours.

AVOINE : Peu importe le moyen, il faut que la mission continue puis, c’est quelque chose de très très motivant d’être capables de prendre tous les outils de ce que les Forces armées nous ont appris pour atteindre l’objectif au final. C’est vraiment ce qui est intéressant par rapport au métier de technicien de véhicules. C’est sûr que ça prend un esprit analytique. Ça prend une personne qui va comprendre l’ensemble du problème, qui va être capable de comprendre ce qui se passe derrière, pas juste le symptôme en tant que tel, pour pouvoir régler puis corriger une situation à long terme, puis ne pas juste patcher un problème sur le spot. Pour être efficaces dans ce travail-là, d’abord et avant tout ça prend un travail, une éthique de travail acharnée, puis une volonté de faire en sorte que, on va vers l’avant puis on pousse l’équipement pour que nos troupes puissent accomplir leurs missions.

ALIE : Moi j’ai la passion que j’ai découvert pour la course à pied. Je suis rendu à faire de l’ultramarathon, je suis rendu aussi avec trois Ironman de la compétition à Petawawa. Des choses qu’on vient développer, qui vient aussi nous aider dans notre travail.

AVOINE : Comme techniciens de véhicules on a besoin d’être formés sur chacun de ces véhicules-là, pour aller les essayer en fait. On a une chance incroyable quand même de se promener avec ça. Un véhicule d’une aussi grande ampleur avec une envergure dans des secteurs qui sont protégés, des endroits où est-ce qu’on peut les essayer au maximum de leurs capacités. C’est quelque chose que les gens dépensent des fortunes pour faire au niveau du civil, mais qu’on ne peut pas faire en temps normal. Ici on a l’occasion de le faire, puis ça c’est quelque chose qui est vraiment très motivant.

NARRATION : Après avoir achevé leur instruction, les techniciens de véhicules sont affectés à l’une des nombreuses bases des Forces armées canadiennes au pays. Travaillant au sein d’équipes de techniciens, ils entretiennent et réparent la flotte de véhicules de leur unité.

ALIE : Quand je suis rentré, je brisais des bolts. Je n’étais pas le meilleur technicien. Puis c’est avec le temps et la persévérance que justement je suis rendu la personne que je suis aujourd’hui.

AVOINE : C’est certain que quand on est en garnison versus quand on est en déploiement ou à tout le moins en exercice, le tempo va changer. On crée un niveau d’amitié qui est assez important parce que tout le monde travaille en harmonie pour faire avancer une job qui est très très importante. Je suis une personne qui aime résoudre les problèmes, puis le fait d’être capable de pouvoir le faire sur les véhicules des Forces armées canadiennes, avec des technologies qui sont grandissantes maintenant au sein de l’Armée, était quelque chose pour moi qui était important.

NARRATION : « Arte et Marte », « Par l’adresse et le combat », est la devise du Corps du génie électrique et mécanique royal canadien. Les techniciens de véhicules sont avant tout des soldats, et ils reçoivent la même instruction au combat de base que les autres soldats de l’Armée. Ils peuvent également avoir l’occasion de poursuivre leur instruction au combat dans divers domaines, tels que le parachutage, les premiers soins au combat, la guerre en hiver et la conduite de véhicules blindés.

ALIE : La complexité aussi des choses. On ne jugerait pas comment c’est complexe tout ce qui se passe, puis tous les liens qu’on y retrouve avec toutes les unités, avec tout le personnel. De très belles choses à voir et à ne pas manquer.

AVOINE : À un moment donné j’étais tanné un petit peu de relever toujours les mêmes défis. Il me manquait toujours un petit quelque chose. Ce petit quelque chose-là, à un moment donné j’ai réalisé que c’était ce petit désir-là de dépassement, puis de servir mon pays qui était de joindre les Forces armées canadiennes. Quelque chose qui est arrivé à l’âge de 25 ans en fait.

ALIE : J’ai vraiment réussi à me trouver, on va dire. Quand je suis rentré dans l’Armée, je n’étais pas la personne que je suis aujourd’hui. Je n’avais pas la même assurance. Je n’avais pas non plus les mêmes capacités physiques. Je n’avais pas non plus les mêmes compétences professionnelles que j’ai aujourd’hui.

Aperçu

Environnement de travail

Les techniciens des véhicules vivent des expériences et relèvent des défis uniques selon l’environnement dans lequel ils se trouvent. Ils sont employés dans les bases et les stations partout au Canada et lors de déploiements opérationnels partout dans le monde. Ils sont affectés à une base et travaillent normalement à l’intérieur, dans des ateliers éclairés et chauffés. Au cours d’exercices et d’opérations en campagne, ils travaillent généralement dans un abri temporaire ou improvisé ou en plein air.

Solde et perfectionnement professionnel

Le salaire de départ pour un technicien des véhicules entièrement formé est de 60 000 $ par année. Cependant, ce montant peut être plus élevé selon l’expérience et la formation antérieures. Les techniciens des véhicules qui manifesteront le dévouement, les aptitudes et les prédispositions nécessaires auront accès à des possibilités d’avancement, de promotion et de perfectionnement.

Emplois civils équivalents

  • Mécanicien de camions industriels
  • Mécanicien régleur d’avant-trains, de freins
  • Réparateur de camions-remorques
  • Spécialiste en mise au point

Retour au début

Formation

Qualification militaire de base (QMB)

La première étape de l’instruction est le Cours de qualification militaire de base, ou instruction de base, qui est offert à l’École de leadership et de recrues des Forces canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec. Ce cours vous enseignera les aptitudes de base et les connaissances communes à tous les emplois militaires. L’un des objectifs du cours est de veiller à ce que vous conserviez la norme de condition physique des Forces armées canadiennes (FAC); par conséquent l'entraînement est physiquement exigeant.

Cours de qualification de soldat

Après avoir suivi le cours de QMB, vous vous rendrez à un centre d’instruction militaire pour suivre le cours de qualification de soldat, qui porte sur les sujets suivants :

  • Condition physique de l’Armée canadienne
  • Opérations offensives et défensives à pied
  • Patrouilles de reconnaissance
  • Techniques individuelles de campagne

Instruction de qualification professionnelle de base

Votre instruction débutera par un cours de conduite à l’École d’administration et de logistique des Forces canadiennes à Borden, en Ontario. Ce cours aborde un vaste éventail de véhicules commerciaux et militaires d’une capacité maximale de trois tonnes.

Le cours de technicien de véhicules est d’une durée d’environ 30 semaines et se donne à l’École du Corps du génie électrique et mécanique royal canadien. Combinant la théorie didactique, des démonstrations et des travaux pratiques, il touche aux domaines suivants :

  • Principes et caractéristiques du fonctionnement des moteurs à combustion
  • Réparation et remise en état de moteurs types et des éléments des systèmes de véhicule
  • Outils courants et spéciaux et le matériel d’essai électronique
  • Équipement de base d’un garage
  • Équipement de soudage oxyacétylénique
  • Systèmes d’un véhicule moteur
  • Fonctionnement de véhicules légers à chenilles

Instruction spécialisée

Vous pourriez avoir la possibilité d’acquérir des compétences spécialisées, grâce à des cours structurés ou à des stages pratiques. De plus, vous pourrez avoir accès à des cours spécialisés. Des formations de superviseur et de gestionnaire sont également disponibles.

Instruction avancée

À mesure qu’ils progresseront dans leur carrière, les techniciens de véhicule qui manifesteront les aptitudes et les prédispositions nécessaires auront accès à l’instruction avancée. Les cours offerts sont les suivants :

  • Techniques d’instruction
  • Entretien des véhicules pour terrains nordiques
  • Entretien du matériel technique et de servitude au sol
  • Entretien des chars blindés poseurs de ponts/véhicules blindés du génie
  • Entretien des véhicules de récupération
  • Entretien et récupération des chars de combat Léopard C1/A2 et des véhicules blindés de dépannage Léopard

Retour au début

Programmes d'enrôlement

Nous embauchons : nous acceptons actuellement les candidatures pour ce poste par le biais de l'enrôlement direct.

Études exigées

Ce poste exige que les candidats aient terminé au minimum leur 10e année ou leur secondaire IV au Québec, conformément aux normes provinciales, ainsi que le cours de mathématiques appliquées de 10e année ou le cours de mathématiques 426 au Québec. Il est possible que les études à l’étranger soient reconnues.

Enrôlement direct

Si vous détenez un diplôme d’études collégiales, les FAC décideront si votre programme de formation remplit les critères du poste, et vous pourriez être envoyé directement à une formation en cours d’emploi après avoir obtenu votre qualification militaire de base. Cette qualification et la formation en cours d’emploi militaire sont requises avant toute affectation

Études payées

Programme d’instruction et d’études subventionnées à l’intention des militaires du rang (PIES-MR)

Comme le poste en question nécessite une formation spécialisée, les FAC paieront les frais de scolarité des recrues retenues qui suivent un programme agréé d’un collège canadien. Les étudiants du PIES-MR suivent la qualification militaire de base et une formation en cours d’emploi durant les mois d’été. Le salaire à temps plein comprend les soins médicaux et dentaires, ainsi que des vacances payées (à plein salaire). En échange du paiement des études collégiales, les candidats s’engagent à servir dans les FAC pendant une certaine période de temps. Si vous voulez participer au programme, vous devez faire une demande auprès des FAC et du collège approprié. Pour de plus amples renseignements, consultez les Études payées

Retour au début

Option temps partiel

Ce métier est disponible à temps partiel au sein de l’environnement suivant : Armée

Servir dans la Force de réserve

Cette possibilité d’emploi à temps partiel est offerte auprès de la Première réserve à certains endroits au Canada. En règle générale, les membres de la Force de réserve servent à temps partiel au sein d’une unité militaire dans leur communauté et peuvent effectuer leur service pendant qu’ils sont aux études ou qu’ils occupent un emploi civil. Ils sont payés durant leur instruction. Ils ne sont pas assujettis aux affectations ni aux déménagements militaires. Toutefois, ils peuvent se porter volontaires pour déménager à une autre base ou pour être déployés au Canada ou à l’étranger dans le cadre de missions militaires.

Emploi à temps partiel

Les techniciens de véhicules servent dans l’Armée canadienne. Leur travail consiste à faire l’entretien, la réparation et la révision des véhicules terrestres et de l’équipement connexe pour l’instruction et les opérations des FAC. Lorsqu’ils sont employés à temps partiel ou à titre d’occasionnels à temps plein, ils effectuent habituellement leur service à un endroit où œuvrent les militaires au Canada.

Instruction de la Force de réserve

Les membres de la Force de réserve reçoivent le même niveau d’instruction que leurs homologues de la Force régulière. Ils commencent généralement leur instruction avec leur unité d’attache pour s’assurer qu’ils répondent aux normes militaires professionnelles de base. Par suite de l’instruction de base, l’unité d’attache s’occupera de prévoir de l’instruction additionnelle permettant l’acquisition des compétences spécialisées. Les techniciens de véhicules reçoivent une instruction d’une durée de quatre semaines à l’École d’administration et de logistique des Forces canadiennes à Borden, en Ontario, sur la conduite de véhicules commerciaux et militaires ayant une capacité de charge maximale de trois tonnes. Ils sont ensuite formés pendant environ 30 semaines à l’École du Corps du génie électrique et mécanique royal canadien pour obtenir leur qualification spécialisée.

Environnement de travail

En règle générale, les membres de la Force de réserve effectuent leur service à temps partiel au sein de leur unité d’attache, le soir et la fin de semaine, suivant un horaire établi. Toutefois, ils peuvent également effectuer leur service en occupant des postes à temps plein au sein de certaines unités pour des périodes déterminées, selon la nature des tâches à exécuter. Ils reçoivent 85 pour cent du taux de rémunération de la Force régulière, ont droit à des avantages sociaux raisonnables et peuvent être admissibles à contribuer à un régime de pension.

 

Retour au début

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :