Briefing technique - Le 23 août 2021

Mesdames et messieurs, bonjour.

Je ferai brièvement le point sur les aspects opérationnels des efforts d’évacuation en Afghanistan au cours des dernières 24 heures.

Depuis le début de l’opération de concert avec nos collègues d’IRCC et d’AMC, nous avons évacué plus de 1 700 personnes d’Afghanistan à bord de treize vols. La vaste majorité de ceux-ci se rendaient au Canada.

Le 19 août, quand les forces alliées ont repris le contrôle de l’aéroport international Hamid Karzai, les Forces armées canadiennes et nos alliés ont été en mesure de recommencer les vols d’évacuation.

Depuis cette date, les FAC ont effectué quatre vols, qui ont permis d’évacuer environ 851 personnes et militaires alliés, notamment :

les États-Unis, ainsi que des ressources militaires.

Le C-177 Globemaster qui s’est envolé la nuit dernière et qui est récemment arrivé dans un tiers lieu transportait 436 citoyens canadiens et afghans se rendant au Canada. Des centaines de ces passagers ont déjà été transférés dans un autre vol disponible et sont en route vers le Canada.

La situation sécuritaire autour de l'aéroport est devenue de plus en plus dangereuse, ce que je ne développerai pas pour le moment.

Les foules sont intenses, la violence est de plus en plus courante et les points de contrôle des talibans dans les zones environnantes empêchent beaucoup d'atteindre la zone de l'aéroport.

Pour ceux qui se rendent dans la zone entourant l'aéroport, les membres des Forces armées canadiennes ont été en mesure d'aider les évacués admissibles à entrer dans le périmètre de l'aéroport, ce qui reste le facteur limitant le plus important pour faire sortir rapidement les gens du pays.

Hier, l’aéroport a été fermé temporairement pour permettre à des milliers de personnes évacuées de monter à bord d’aéronefs et de quitter le pays en toute sécurité.

L’aéroport demeure fermé pour l’instant, mais des membres des FAC travaillent de concert avec des représentants d’autres ministères et sont en communication directe pour identifier les citoyens canadiens, les résidents permanents et les ressortissants afghans pouvant être évacués et nous avons réussi à faire entrer des gens dans l’AIHK alors qu’il demeure fermé.

Dans le but de répondre aux questions à propos de nos efforts sur le terrain dans l’AIHK et à l’extérieur de celui-ci, les FAC ont décidé de divulguer que des membres des Forces d’opérations spéciales du Canada ont travaillé hors du périmètre de l’AIHK et continuent de le faire. Des membres des FOSCAN travaillent sans relâche pour faire passer le plus grand nombre possible de citoyens canadiens, de ressortissants afghans admissibles, ainsi que de leur famille, par les portes de sécurité vers les aéronefs en attente. Ces militaires, aux côtés de leurs homologues de l’ARC et des FAC, continueront de travailler sans arrêt jusqu’à ce que la situation en matière de sécurité les contraigne à cesser. Nous ne pouvons pas divulguer plus d’information au sujet de ces opérations, car cela mettrait davantage à risque la sécurité de nos membres, des personnes à qui on a dit de se rendre à l’aéroport et de celles qui attendent de passer les portes.

Dans le cadre du pont aérien multinational, le Canada a pu obtenir une heure d’atterrissage garantie chaque jour.

Comme treize pays participent au pont aérien, l’horaire de décollage et d’atterrissage à l’aéroport est extrêmement strict et serré pour permettre l’évacuation du plus grand nombre de personnes possible.

C’est grâce à cet horaire strict que le pont aérien peut fonctionner.

De façon pratique, cela signifie que les avions doivent décoller très rapidement après avoir atterri, ce qui laisse bien peu de temps pour faire embarquer les passagers et les ressources.

Les C-177 Globemasters du Canada continueront de voler à destination et en provenance de Kaboul par rotation, évacuant autant de personnes que possible, aussi longtemps que les conditions de sécurité le permettent.

Nos avions sont reconfigurés pour transporter le plus grand nombre de personnes possible en toute sécurité, et le personnel des FAC est habilité à prendre des décisions au sol dans l'intérêt de sauver des vies humaines.

Ce sont nos capitaines d’aéronefs qui prennent ces décisions…

Quand ils déterminent le nombre de passagers qui peuvent monter dans l’aéronef, les membres de l’équipage aérien doivent tenir compte de divers facteurs, notamment :

Tout ceci vise à faire en sorte que les avions puissent atteindre leur destination hors de l’Afghanistan.

Nous faisons tout en notre pouvoir pour embarquer le plus grand nombre de personnes possible à bord de chaque aéronef, comme en témoignent les chiffres de ce matin.

Il est également important de souligner que les douze autres pays participant au pont aérien transportent également des personnes évacuées admissibles de pays alliés, y compris des Canadiens. Nous envoyons d’autres membres des FAC vers un autre tiers lieu, aux États-Unis, pour aider au traitement des citoyens canadiens et des ressortissants afghans en route vers le Canada.

Je vous remercie.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :