Plafonnement de la consommation de combustibles fossiles au Canada à l’horizon

Communiqué de presse

Le 26 octobre 2017 – Calgary – Office national de l’énergie

L’Office national de l’énergie a publié aujourd’hui ses perspectives énergétiques à long terme, qui montrent que les Canadiens consommeront probablement moins de combustibles fossiles à l’avenir en raison des politiques climatiques et des nouvelles technologies adoptées. Le rapport présente aussi des scénarios où ces deux facteurs pourraient prendre une importance encore plus grande au chapitre des tendances de la consommation et de la production d’énergie au pays.

Avenir énergétique du Canada en 2017 – Offre et demande énergétiques à l’horizon 2040 explore diverses possibilités qui pourraient s’offrir aux Canadiens à long terme. Le rapport se fonde sur des modèles économiques et de production d’énergie qui permettent de faire des projections à partir de différentes hypothèses tenant compte des tendances passées ou plus récentes.

Le rapport établit des comparaisons à partir de son scénario de référence, qui s’appuie sur les perspectives économiques actuelles, une vision modérée des prix de l’énergie et des politiques énergétiques ou climatiques semblables à celles déjà annoncées au moment de l’analyse. Ce scénario entrevoit un plafonnement de la consommation de combustibles fossiles au Canada vers 2019.

Deux autres scénarios permettent d’étoffer les résultats obtenus dans celui de référence en examinant de plus près les politiques climatiques et les tendances technologiques. Le scénario de tarification du carbone élevée évalue l’incidence de prix du carbone qui continuent d’augmenter à long terme. Quant au scénario des avancées technologiques, il greffe à une telle augmentation une adoption élargie de certaines technologies émergentes en matière de production et de consommation, comme les véhicules électriques et l’énergie solaire.

Les trois scénarios inclus dans Avenir énergétique du Canada en 2017 montrent des tendances de réduction de la consommation de combustibles fossiles au pays par rapport aux perspectives précédemment publiées. Malgré cela, les perspectives de croissance économique et de production d’énergie sont semblables à celles présentées dans les récents documents sur l’avenir énergétique, même que celles-ci peuvent être à la hausse. Les résultats obtenus laissent aussi entendre que le Canada devra faire davantage pour honorer ses engagements en matière de changements climatiques. Cela met en évidence l’importance de la poursuite du dialogue et des échanges autour de nouvelles idées pour continuer de décarboner l’économie canadienne, un élément clé de la récente initiative Génération Énergie du gouvernement du Canada.

Seule perspective à long terme de l’offre et de la demande d’énergie mise à la disposition du grand public qui traite de tous les produits de base, dans toutes les provinces et tous les territoires, la série de documents de l’Office sur l’avenir énergétique du Canada offre un solide point de départ aux Canadiens soucieux d’échanger sur cette question.

La population peut également consulter l’information ainsi produite grâce à un outil de visualisation des données à la fine pointe de la technologie mis à sa disposition par l’Office. Il suffit de quelques clics pour que les Canadiens puissent constater quels sont les types et quantités d’énergie produite selon la province ou le territoire, les besoins respectifs de chacun et le bouquet énergétique prévu d’ici quelques décennies. En outre, les utilisateurs peuvent maintenant comparer la composition de ce bouquet au fil du temps selon la région. Les millions de possibilités distinctes qui existent permettent à chacun d’extraire précisément l’information qui l’intéresse le plus.

L’Office national de l’énergie est un organisme fédéral indépendant qui réglemente plusieurs aspects du secteur énergétique au Canada. Il réglemente les pipelines, la mise en valeur des ressources énergétiques et le commerce de l’énergie, dans l’intérêt public canadien en plaçant la sécurité au cœur de ses préoccupations. Pour un complément d’information sur l’Office et son mandat, consultez le site Web www.neb-one.gc.ca.

– 30 –


Citations

« Avenir énergétique 2017 montre de réels progrès quand on parle de diminution du carbone. La consommation de combustibles fossiles au Canada atteint un sommet puis commence à régresser, la portée de ce recul variant selon les hypothèses quant aux politiques et aux technologies qui seront adoptées ultérieurement. Mais il reste encore du travail à accomplir et de nouvelles idées seront requises pour ce faire. »

– Shelley Milutinovic, économiste en chef, Office national de l’énergie

Faits en bref

  • Le scénario de référence d’Avenir énergétique 2017 est le premier du genre, parmi tous les documents produits sur l’avenir énergétique, où la consommation de combustibles fossiles atteint un sommet, puis diminue, pendant la période de projection.

  • Comparativement au scénario de référence, en 2040, la consommation de combustibles fossiles est inférieure de 8 % dans le scénario de tarification du carbone élevée et de 13 % dans celui des avancées technologiques.

  • La capacité des ressources renouvelables croît rapidement, l’éolien passant du simple au double et le solaire faisant plus que tripler d’ici 2040 selon le scénario de référence.

  • En dépit de résultats énergétiques différents, la croissance du produit intérieur brut réel au Canada est semblable quel que soit le scénario choisi dans Avenir énergétique 2017.

  • Ce sont les futures politiques et tendances technologiques, tant au pays qu’ailleurs dans le monde, qui dicteront ce à quoi ressemblera l’avenir énergétique durable au Canada.

Liens connexes

Personnes-ressources

James Stevenson
Communications, Office national de l’énergie
Téléphone : 403-613-6126
Courriel : james.stevenson@neb-one.gc.ca


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :