Sommet sur la culture de sécurité, Peter Watson, président et premier dirigeant de l’Office national de l’énergie

Discours

Halifax (Nouvelle-Écosse)

Le jeudi 12 octobre

M. Peter Watson, président et premier dirigeant de l'Office national de l'énergie

Le texte prononcé fait foi

Introduction

  • Bonjour!
  • C’est avec un grand plaisir que je viens vous présenter le point de vue de l’Office national de l’énergie sur le rôle de la culture de sécurité quand on parle d’excellence en matière de réglementation.
  • Au cours des dernières années, vous avez probablement entendu parler de l’Office et du travail qu’il accomplit.
  • En tant qu’organisme national de réglementation du secteur de l’énergie au Canada, l’Office a pour mandat de réglementer les pipelines interprovinciaux et internationaux qui, s’ils étaient tous alignés et raccordés les uns à la suite des autres, feraient presque deux fois le tour de la Terre!
  • L’Office réglemente les installations de son ressort tout au long de leur cycle de vie. Il commence à surveiller la sécurité et la protection environnementale dès l’évaluation des demandes visant des projets pipeliniers, puis il poursuit cette surveillance pendant que les installations sont construites, alors qu’elles fonctionnent et au moment de la cessation de leur exploitation.
  • Le travail que nous faisons nous place en plein cœur des plus importants débats publics d’orientation politique au pays.
  • Sûreté des pipelines, projets pipeliniers controversés et relations du Canada avec les peuples autochtones figurent au nombre de ces débats.
  • L’Office est au milieu de tout cela.
  • Nous voulons que les Canadiens puissent compter sur nous et qu’ils aient confiance en notre capacité de réaliser notre mandat, qu’il s’agisse d’assurer la sécurité du public ou de protéger l’environnement.

Excellence

  • Comment allons-nous donc nous y prendre en tant qu’organisme de réglementation?
  • En étant imputable et en visant l’excellence, toujours et partout.
  • Nous devons ainsi aspirer à l’excellence quelle que soit la tâche accomplie.
    • Nous parlons ici des activités réglementaires courantes, comme examiner des demandes visant des projets précis ou voir à ce que les normes en vigueur soient respectées.
    • Nous parlons aussi de notre propre système de gestion interne et des données, renseignements ou connaissances qui nous permettent d’évaluer l’efficacité de ceux adoptés par les sociétés, ainsi que le rendement systémique de l’industrie dans son ensemble.
    • N’oublions pas non plus notre compréhension de questions aux dimensions plus humaines, par exemple la culture de sécurité en général et l’importance de notre propre surveillance à cet égard.
  • Au cours des dix-huit mois qui viennent de s’écouler, un tel engagement nous a permis de beaucoup mieux comprendre notre façon de penser et d’agir à l’Office.

Excellence en matière de réglementation et systèmes de gestion

  • Comme je l’ai mentionné, pour que le public ne doute jamais que les pipelines que nous réglementons sont sûrs et que l’environnement n’est pas en péril, il nous faut absolument rechercher l’excellence quelle que soit la tâche que nous accomplissons.
  • À cette fin, d’excellentes pratiques de gestion sont requises.
  • Nous avons donc adopté en 2016 ce que nous appelons notre « cadre ministériel des résultats ».
  • Celui-ci énonce de façon claire la direction à suivre par l’Office et dépeint parfaitement ce que nous faisons, ce que nous voulons réaliser et comment nous ferons part de nos résultats aux Canadiens.
  • Une concentration de tous les instants sur l’atteinte de l’excellence en matière de réglementation et sur la mise en œuvre de notre nouveau cadre ministériel des résultats fait que l’Office vit actuellement une véritable transformation.

Excellence en matière de réglementation – notre cheminenment

  • Dans une large mesure, l’expérience des derniers mois nous a permis de nous « désembourber » d’un mode de pensée dans lequel nous étions enlisés et qui nous empêchait de nous interroger au sujet de « ce que nous pourrions mieux faire ».
  • Ce renouveau est très stimulant pour nous dans le contexte des diverses possibilités qu’il recèle.
  • Nous ne cessons de nous poser des questions de fond.
    • « Qu’est-ce que l’excellence en matière de réglementation signifie pour nous? »
    • « Que ferons-nous pour y parvenir? »
  • Nous avons ainsi beaucoup réfléchi et nous avons tous beaucoup appris. Notre point de mire est la prévention des dommages à l’intérieur de notre territoire de compétence réglementaire.

Prévention des dommages

  • La première chose essentielle que nous avons apprise a trait au besoin, pour l’organisme de réglementation, de regarder au-delà des opérations courantes pour une plus grande sensibilisation et une meilleure compréhension de la situation dans son ensemble.
  • Notre travail revêt une importance capitale. Je crois que les organismes de réglementation sont dans une position très privilégiée en ceci que, chaque jour, ils sont présents dans la vie des Canadiens.
  • Quelle chance inouïe de pouvoir poser des gestes concrets pour la sécurité, la sûreté, l’innovation et la prospérité au profit de nos concitoyens.
  • Nous sommes en mesure d’observer ce qui se passe, de vérifier la qualité des actions menées et de guider les améliorations à apporter. Nous pouvons accomplir des changements pour le mieux. Nous avons le pouvoir d’influencer les choses.
  • Comme chefs de file, nous avons également l’énorme responsabilité de demeurer vigilants en tout temps, même les jours où l’on se sent submergés de courriels et de réunions, parce que tant de choses dépendent de notre travail quotidien.
  • Il faut éviter de nous cantonner aux aspects transactionnels de notre travail. Il est trop facile, à mon avis, de porter des œillères pour ne voir que nos propres tâches. Nous devons garder un œil sur la situation dans son ensemble et rester alertes à ce qui se passe autour de nous afin de poser les bons gestes.
  • Il faut également explorer les possibilités, au-delà de la surveillance en matière de sécurité et de conformité au niveau des sociétés, d’influer sur l’ensemble du secteur.
  • En elle-même, la conformité ne donne qu’une idée de la situation à un moment très précis et même si elle est incontournable pour se prémunir contre les dommages, elle a un caractère transactionnel.
  • L’Office s’intéresse davantage aux risques, cernés selon un modèle qui tient à la fois compte des probabilités et des conséquences.
  • Nous greffons à cet intérêt un désir marqué d’amélioration des systèmes de gestion.
  • De tels systèmes constituent un véritable rempart qui protège des dommages et dont l’intérêt dépasse la forme transactionnelle de la conformité.
  • À partir des données obtenues et des tendances alors dégagées, nous avons accès à un modèle tenant aussi compte des risques lorsque nous planifions ce qu’il faut faire pour améliorer les résultats tels qu’ils sont définis dans notre cadre ministériel.
  • Ce passage du ponctuel à la situation d’ensemble érige une autre muraille sur le chemin des dommages et je pense ici à la question de la culture.

Culture de sécurité

  • L’Office ne se limite pas à la conformité aux normes.
    • Pour nous, en tant qu’organisme de réglementation, les « normes » constituent plutôt un minimum. Celui auquel le public s’attend.
  • Mais en y réfléchissant bien, je ne pense pas que le « minimum » devrait être la cible à atteindre lorsqu’il s’agit de prévention des incidents et des risques connexes.
    • Nous devons être à l’origine d’améliorations aux systèmes de gestion et nous concentrer sur la culture de sécurité pour être vraiment certains que nous faisons tout ce qui est raisonnablement possible afin de prévenir les dommages.
  • Un simple coup d’œil sur les différents attributs d’une culture de sécurité positive permet de voir à quel point la culture organisationnelle influe sur les résultats.
  • Cela est très important, car nos activités de réglementation sont omniprésentes dans la vie des Canadiens et touchent à tout ce qui leur importe : la terre, l’eau et leurs différentes collectivités.
  • L’« excellence en matière de réglementation » exige de nous un effort constant pour y parvenir.
    • Nous devons toujours chercher à nous améliorer.
  • Les questions de sécurité nous concernent tous. Nous devons prendre du recul pour avoir une vue d’ensemble de la situation afin de pouvoir anticiper le jeu.
    • Nous devons tous pousser dans la même direction en vue d’une amélioration collective.

Incidence de la culture de sécurité sur notre travail

  • Cette notion de culture de sécurité a eu des répercussions considérables sur notre travail et notre organisation.
  • Dans le contexte du rôle que nous jouons en tant qu’organisme de réglementation, nous comprenons que la culture et le facteur humain sont primordiaux quand on parle de rendement.
  • Nous reconnaissons par ailleurs que le leadership est la cheville ouvrière d’une saine culture de sécurité. Dans l’exercice de ses fonctions courantes, une organisation qui a adopté une telle culture examine attentivement toutes les décisions prises afin que les risques soient bien gérés.
  • Il est clair que la culture n’est pas de notre ressort mais nous espérons pouvoir avoir une influence à cet égard, dans l’industrie et auprès d’autres organismes de réglementation, en en défendant les principes et par voie de sensibilisation.
    • Pour ce faire, nous recueillons des données et de l’information à la grandeur de l’industrie, que nous analysons et partageons afin de faciliter, de façon systémique, l’apprentissage et l’amélioration.
  • L’Office œuvre activement à l’essor de la culture de sécurité, dont il fait la promotion depuis 2012. Même sans changement à la réglementation, cet effort constitue une réorientation majeure de notre démarche afin de gérer la sécurité de façon proactive au niveau systémique.
  • Lorsqu’une organisation est pleinement en mesure d’établir et de maintenir une culture de sécurité positive, elle examine attentivement, dans le cadre de ses activités courantes, chaque décision afin de s’assurer que les risques sont traités et gérés de façon appropriée.
  • Cette organisation adopte des mesures qui lui donnent une vue d’ensemble de son rendement de manière à pouvoir cerner les secteurs présentant certaines faiblesses et à gérer la sécurité de façon proactive avant qu’un incident ne se produise.
  • Une solide culture de sécurité se caractérise également par l’apprentissage continu, en fonction des expériences vécues à l’interne, mais aussi en profitant de ce que les autres ont à nous enseigner, le but étant d’éviter les accidents catastrophiques.

Effet de levier de la culture de sécurité

  • En 2013, les organismes de réglementation nord-américains du secteur pétrolier et gazier se sont réunis afin de discuter de la façon d’améliorer les résultats, pour l’environnement et la sécurité, en profitant de l’effet de levier d’une telle culture.
  • Au cours de la réunion, les représentants ont recensé plusieurs possibilités d’efforts concertés pour faire avancer la culture de sécurité, dont les suivants :
    • se donner une définition commune de l’expression culture de sécurité;
    • préciser des attentes réglementaires claires en ce qui concerne la culture de sécurité;
    • collaborer à l’élaboration de ressources pour que l’industrie puisse s’en remettre à une terminologie claire et constante dans un contexte où la culture de sécurité présente partout les mêmes attributs.
  • Un an plus tard, les participants mettaient sur pied le groupe de travail des organismes de réglementation nord-américains sur la culture de sécurité.
  • À ce jour, le groupe a collaboré à des travaux de recherche sur la question et il a façonné une série d’indicateurs en corrélation directe avec le cadre de l’Office sur la culture de sécurité.
  • Cette année, le groupe se concentrera sur les aspects suivants :
    • l’application pratique des indicateurs précités pour la collecte des signaux voulus en rapport avec la culture de sécurité pendant les activités de surveillance;
    • le perfectionnement à l’interne des compétences en matière de culture de sécurité;
    • la compréhension et l’évaluation de la propre culture de surveillance de la sécurité de l’organisme de réglementation.
  • Ce dernier point est capital, car il nous faut aussi se regarder dans le miroir.
  • Nous reconnaissons l’influence de la culture organisationnelle sur les résultats et nous voulons comprendre en quoi notre propre culture de surveillance de la sécurité peut favoriser les efforts déployés par l’industrie ou y faire obstacle, à ce chapitre précis comme en matière de protection de l’environnement.

Valeurs

  • Chaque organisation que je connais a ses valeurs. Celles-ci sont souvent affichées sur le mur de la salle de conférence ou à l’accueil. Il est toutefois essentiel de poser les questions suivantes.
    • Les « valeurs » de votre organisation façonnent-elles votre culture ou sont-elles juste « une affiche sur un mur »?
    • Est-ce que vos valeurs se reflètent nettement dans votre planification opérationnelle et vos processus?
    • Un leadership engagé est-il palpable à tous les échelons de l’organisation?
  • Ces questions, nous les posons aux entités que nous réglementons, mais nous nous en posons aussi de semblables.

Conclusion

  • L’excellence en matière de réglementation n’est pas un exercice ponctuel. Il s’agit de notre mode opératoire en tant qu’organisme de réglementation.
  • L’Office se doit de continuer d’être à l’affût des occasions qui se présentent et de prendre des mesures proactives contre d’éventuels risques ou faiblesses, notamment liés à la culture organisationnelle.
  • L’excellence en matière de réglementation n’est pas une question de chance mais est plutôt le fruit d’efforts biens ciblés et de persévérance. C’est une quête constante.
  • Nous continuerons donc à viser des objectifs de rendement élevés pour nous-mêmes, ce qui comprend la recherche de nouvelles façons d’influencer les améliorations systémiques et de profiter de l’effet de levier, découlant de la sensibilisation à la culture et de la compréhension de celle-ci, afin de prévenir les dommages.
  • Merci.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :