Six œuvres documentaires et d’animation de l’ONF présentées en première britanno-colombienne au Festival international du film de Vancouver.  Quatre nouvelles œuvres de cinéastes autochtones et deux coproductions animées primées.

Communiqué de presse

Le 8 septembre 2021 – Montréal – Office national du film du Canada (ONF)

Le Festival international du film de Vancouver 2021, qui aura lieu du 1er au 11 octobre, présentera en première britanno-colombienne six œuvres documentaires et d’animation de l’Office national du film du Canada.

Le Festival mettra à l’honneur une sélection exceptionnelle d’œuvres de cinéastes autochtones, dont le court métrage documentaire Mary Two-Axe Earley: I Am Indian Again, de Courtney Montour, le film d’animation Meneath: The Hidden Island of Ethics, de Terril Calder, ainsi que deux nouvelles œuvres réalisées dans le cadre du Labrador Doc Project de l’ONF : Evan’s Drum, d’Ossie Michelin, et Nalujuk Night, de Jennie Williams.

Seront aussi présentés les films d’animation primés Mauvaises herbes, de Claude Cloutier, une coproduction de l’Unité centrale et de l’ONF, et Comme un fleuve (Nhu môt dòng song), de Sandra Desmazières, une coproduction des Films de l’Arlequin et de l’ONF.

Mary Two-Axe Earley: I Am Indian Again (Mary Two-Axe Earley : Je suis redevenue indienne), de Courtney Montour (34 min)
Dossier de presse : espacemedia.onf.ca/epk/mary-two-axe-earley-i-am-indian-again

Mary Two-Axe Earley: I Am Indian Again témoigne de la percutante histoire d’une figure incontournable de la défense des droits des femmes au Canada : Mary Two-Axe Earley. Pendant plus de 20 ans, Mary a lutté contre la discrimination sexuelle à l’égard des femmes des Premières Nations, en particulier dans la Loi sur les Indiens du gouvernement canadien. À l’aide d’archives inédites et d’enregistrements audio, la cinéaste mohawk Courtney Montour établit un dialogue profond et personnel avec cette femme engagée, aujourd’hui disparue. Son film livre ainsi un vibrant hommage à celle qui a osé dénoncer les politiques sexistes et génocidaires d’un gouvernement qui privait les femmes des Premières Nations et leurs enfants de leur statut d’Indiens en cas de mariage à un non-Indien.

Courtney Montour s’entretient avec Nellie Carlson, militante crie et amie de Mary, qui a cofondé l’organisme Indian Rights for Indian Women. Elle rencontre aussi Jodi Calahoo Stonehouse, d’Edmonton, et sa fille dans la cuisine de Mary à Kahnawà:ke pour célébrer l’héritage d’une femme qui, avec des alliées partout dans le pays, a su rétablir le statut d’Indiens de milliers de femmes et d’enfants des Premières Nations.

Prix : Meilleure réalisatrice, Festival international du film Weengushk 2021.

Labrador Doc Project

Le Labrador Doc Project soutient la création autochtone en facilitant la réalisation d’un premier film à des cinéastes inuits du Labrador, avec l’objectif de créer et de distribuer des œuvres filmées du point de vue inuit. Deux titres ont été sélectionnés pour le Festival international du film de Vancouver.

Nalujuk Night, de Jennie Williams (13 min)
Dossier de presse (en anglais) : mediaspace.nfb.ca/epk/nalujuk-night

La cinéaste inuite Jennie Williams plonge le public au cœur de l’action dans cet effrayant court métrage documentaire en noir et blanc qui nous révèle une soirée d’hiver unique en son genre. Chaque année, le 6 janvier, de la nuit noire du Nunatsiavut émergent soudain des Nalujuit se profilant sur la glace de mer. Bien qu’ils se déplacent sur deux jambes, leurs visages évoquent ceux d’animaux, de squelettes ou de créatures d’outre-tombe. La neige crisse sous leurs pas alors qu’ils s’approchent de leur destination : la communauté inuite de Nain.

Evan’s Drum d’Ossie Michelin (14 min)
Dossier de presse (en anglais) : mediaspace.nfb.ca/epk/evans-drum

Ossie Michelin, journaliste pigiste inuit originaire de North West River, au Labrador, et établi à Montréal, suit à Happy Valley-Goose Bay un jeune garçon et sa mère qui ont une passion commune pour la danse du tambour inuite. Après un silence de plusieurs générations, le tambour traditionnel inuit résonne de nouveau au Labrador. À sept ans, Evan fait partie d’une nouvelle génération qui s’emploie à perpétuer la tradition.

Courts métrages d’animation

Meneath: The Hidden Island of Ethics (Meneath : l’île secrète de l’éthique), de Terril Calder (19 min 22 s)
Dossier de presse : espacemedia.onf.ca/epk/meneath

Meneath: The Hidden Island of Ethics explore les contradictions entre les sept péchés capitaux et les sept enseignements sacrés telles que les vit une jeune enfant métisse vive et précoce. Convaincue d’être souillée et s’imaginant destinée aux enfers, elle reçoit des enseignements qui la remplissent de force et de fierté et lui ouvrent une voie vers la guérison. 

Réalisé par Terril Calder, créatrice métisse originaire de Fort Frances, en Ontario, aujourd’hui établie à Toronto, Meneath (ou « île » en anishinaabemowin) est un véritable tour de force cinématographique dont émerge un univers d’une singulière beauté et d’une troublante familiarité qui braque les projecteurs sur les préjugés du colonialisme. Le film a été présenté en première mondiale au Festival international du film de Toronto et sera projeté au Festival international du film de Vancouver dans le cadre d’une tournée de festivals canadiens et internationaux.

Mauvaises herbes (Bad Seeds), de Claude Cloutier (6 min 22 s)
Coproduit par l’Unité centrale et l’ONF
Dossier de presse : espacemedia.onf.ca/epk/mauvaises-herbes

Lauréat d’un Génie du meilleur court métrage d’animation pour Isabelle au bois dormant (2007) et réalisateur du court métrage primé Autos Portraits (2015), le cinéaste d’animation chevronné Claude Cloutier nous entraîne dans un monde surprenant peuplé de plantes carnivores qui changent d’aspect comme un caméléon passe d’une couleur à l’autre. Dans Mauvaises herbes, il fait rimer croissance avec concurrence et évolution avec compétition, et met en place un étonnant duel aux allures de western, de guerre froide et de jeu de société.

Prix : Prix du public de la compétition internationale, Sommets du cinéma d’animation 2021, Montréal.

Comme un fleuve (Flowing Home), de Sandra Desmazières (15 min)
Coproduit par Les Films de l’Arlequin et l’ONF
Dossier de presse : espacemedia.onf.ca/epk/comme-un-fleuve

Née d’une mère vietnamienne et d’un père français, Sandra Desmazières signe un court métrage d’animation primé qui porte sur deux sœurs séparées par la guerre pendant près de 20 ans. Les lettres qu’elles échangent sont leur seul lien et un exutoire à leur solitude. Thao et Sao Maï y font le récit de leur quotidien, de leurs souvenirs, de la guerre et de ses fantômes.

Prix : Meilleure animation, Festival international du film LA Shorts 2021.

– 30 –

Restez branchés

Espace de visionnage en ligne à ONF.ca
Facebook ONF | Twitter ONF | Instagram ONF | Blogue ONF | YouTube ONF | Vimeo ONF
Perspective du conservateur | Les mots des cinéastes

L’ONF en bref

Liens connexes

Personnes-ressources

Nadine Viau
Attachée de presse, ONF
Cell. : 514-458-9745
n.viau@onf.ca

Lily Robert
Directrice, Communications et affaires publiques, ONF
C. : 514-296-8261
l.robert@onf.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :