Finaliste – Écris-le! Victoria Gibbs

Texte original

Voici l’œuvre écrite de Victoria. Le texte original a été soumis en anglais. Pour une traduction libre en français de l’œuvre de Victoria, voir la section traduction libre de la version originale au bas de la page.

Country of Cultures

When I was nine years old, I learnt that bonjour means hello in French.
I was in the fourth grade, waiting alone outside the door of my first French class when I heard a group of kids discussing what they already knew in French. I wanted to join in, but I was hesitant to ask the question I had, I decided to ask it anyways.

"How do you say hello in French?"
"Bonjour," it was a Québécoise girl from my class, Alexandria. She taught me my first word in French, and I would later realize that I had also made a new friend.

Four years later, I found myself exiting the school alone during a fire alarm drill. As I made my way towards the safe zone, I noticed a girl with fiery red hair walking alone ahead of me. I approached her to introduce myself.
"Hello," I said, "it’s cold outside today isn't it? This fire drill is odd, I wasn’t expecting it."

"Sorry?" replied the girl, "My English is not good, could you repeat?"
"I'm sorry. Hello,” I started again, “I’m Ashley!"
"Salam, Ashley, I’m Nakato." It was on this day, when I was 13 years old, that I learnt Salam means hello in Persian.

I continued my friendship with both Alexandria and Nakato into high school, and at the age of 16, I was the first of us to get a part time job. A few weeks into my employment, I overheard my co-worker, Mensah, speaking to a customer in a language I’d never heard before, and when I asked him about it, I would learn it was his native language, he was born in Kenya.
That is how when I was 16, I learnt that hujambo means hello in Swahili.

I’ve experienced many different cultures in my life, but never outside of Canada, so it was out of curiosity and adventure that I found myself in France one summer after high school. I was checking into my hotel when I felt someone bump into me.
“Oh pardon” the person apologized, it was another guest, a woman.

“Non, c’est ok,” I said to her , “je m’appelle Ashley.”

“Bonjour, je m’appelle Marie. Vous êtes un Américain? Il y a beaucoup des touristes ici qui viennent des États-Unis.”

“C’est intéressant, mais je suis Canadienne.”

“Vraiment? D’où? J’ai des cousins au Québec,” she explained.

“C’est un petite l’île, c’est un peu proche à Québec.”

“L’île s’appelle…?”

“L’île du Prince Édouard, en fait ils disent que c’est où l’idée du Canada est né.”

It was on this day, in a language that was once foreign to me, in a country that is not my own, that I, for the first time, explained my own culture to someone. I was able to speak about Iran, Kenya, Canada, and how all these different cultures interacted with one another, how they interacted with me.

It was on this day, when I was 18 years old, that I taught someone to say hello in English.

Traduction libre de la version originale

Un pays multiculturel

À l’âge de neuf ans, j’ai appris que le mot hello en anglais se disait bonjour en français. J’étais en quatrième année, j’attendais seule à l’extérieur de la porte de la salle de classe de mon premier cours de français quand j’ai entendu un groupe de jeunes qui discutaient de ce qu’ils savaient déjà en français. Je voulais me joindre à eux, mais j’hésitais à poser ma question, mais finalement je l’ai posée.

« Comment dites-vous hello en français? »
« Bonjour », m’a répondu Alexandria, une Québécoise de ma classe. Elle m’a enseigné mon premier mot de français et j’ai réalisé par la suite que je m’étais également fait une nouvelle amie.

Quatre ans plus tard, je me suis retrouvée seule en sortant de l’école dans le cadre d’un exercice d’évacuation en cas d’incendie. En me rendant vers la zone sécuritaire, j’ai remarqué une fille aux cheveux rouge vif qui marchait seule devant moi. Je me suis approchée d’elle pour me présenter.
« Bonjour, lui dis-je en anglais, il fait froid aujourd’hui? C’est bizarre cet exercice, je ne m’attendais pas à ça. »

« Désolée!, a répondu la fille en anglais, mon anglais n’est pas très bon, pourriez vous répéter? »
« Je m’excuse. Bonjour, me suis-je repris, je m’appelle Ashley! »
« Salâm, Ashley, je m’appelle Nakato. » C’est ce jour-là, à l’âge de 13 ans que j’ai appris que salâm signifiait hello en perse.

Mon amitié avec Alexandria et Nakato s’est poursuivie pendant tout mon secondaire et, à l’âge de 16 ans, j’ai été la première d’entre nous à décrocher un emploi à temps partiel. Quelques semaines après avoir commencé à travailler, j’ai entendu un collègue, Mensah, parler à un client dans une langue que je n’avais jamais entendue auparavant et quand je lui ai demandé de quelle langue il s’agissait, j’ai appris que c’était sa langue maternelle, il venait du Kenya. C’est ainsi qu’à l’âge de 16 ans, j’ai appris que hujambo signifiait hello en swahili.

J’avais été en contact avec de nombreuses cultures dans ma vie, mais jamais à l’extérieur du Canada, c’est pourquoi curieuse et aventurière, je me suis retrouvée en France à la fin de mon secondaire. J’étais en train de remplir ma fiche à l’hôtel quand je me suis sentie poussée par quelqu’un. « Oh pardon », s’est excusée la personne, c’était une autre cliente.

« Non, c’est ok, lui dis-je, je m’appelle Ashley. »

« Bonjour, je m’appelle Marie. Vous êtes un Américain? Il y a beaucoup des touristes ici qui viennent des États-Unis. »

« C’est intéressant, mais je suis Canadienne. »

« Vraiment? D’où? J’ai des cousins au Québec », a-t-elle raconté.

« C’est un petite l’île, c’est un peu proche à Québec. »

«L’île s’appelle…? »

« L’île du Prince Édouard, en fait ils disent que c’est où l’idée du Canada est né. »

C’est ce jour-là, dans une langue qui m’avait déjà été étrangère, dans un pays qui n’était pas le mien, que j’ai, pour la première fois, expliqué ma culture à une autre personne. J’ai pu lui parler de l’Iran, du Kenya, du Canada, et comment toutes ces cultures interagissent entre elles et avec moi.
C’est ce jour-là, à l’âge de 18 ans, que j’ai appris à quelqu’un à dire hello en anglais.

Finaliste, Victoria Gibbs.

Victoria Gibbs
Little York, Île-du-Prince-Édouard
16 ans

Pour savoir ce qui a inspiré Victoria, voir la note d’auteur.

Note d’auteur

« Où que j’aille, j’entre en contact avec des personnes de divers milieux, qui contribuent toutes à façonner notre pays. Certaines d’entre elles ont eu une influence importante dans ma vie, comme c’est le cas pour Ashley dans l’histoire présentée. Chaque fois que je rencontre une nouvelle personne, j’aime en apprendre sur ses origines, car ce sont les jeunes qui modèlent notre avenir, tout comme leurs cultures.»
- Victoria
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :