Principaux événements de l’histoire des Noirs au Canada

La première personne d’origine africaine à venir à ce qui est aujourd’hui le Canada est arrivée il y a quelque 400 ans. En 1604, Mathieu Da Costa est arrivé avec les explorateurs français Pierre Du Gua De Monts et Samuel de Champlain. M. Da Costa, un interprète multilingue qui parlait le français, l’anglais, le néerlandais, le portugais et le pidgin basque, a servi de lien précieux entre le peuple Mik’maq et les Européens.

Les années 1600

En 1628, Olivier LeJeune fut enregistré comme le premier esclave africain à vivre au Canada (c.‑à‑d. Nouvelle-France). Le nom de naissance d’Olivier LeJeune n’est pas connu, puisqu’il a été amené d’Afrique dès sa jeune enfance et qu’il a éventuellement pris le nom de famille du prêtre qui l’a acheté.

Des personnes d’origine africaine ont été réduites en esclavage au Canada de 1628 jusqu’à l’abolition de l’esclavage au Haut-Canada en 1793, puis dans tout l’Empire britannique en 1833.

Les années 1700

Au cours de la guerre de l’Indépendance américaine (1775-1783), les Britanniques ont offert la liberté aux esclaves africains en Amérique qui se sont rangés de leur côté pendant la guerre. Plusieurs acquiescèrent à cette invitation et, par conséquent, 10 % des Loyalistes de l’Empire-Uni qui arrivèrent dans les Maritimes étaient noirs.

En 1793, la loi sur l’abolition fut promulguée au Haut-Canada (maintenant connu sous le nom d’Ontario). Cette loi libérait les esclaves de 25 ans et plus et interdisait d’amener des esclaves au Haut-Canada. La loi sur l’abolition au Haut-Canada ainsi que les décisions des tribunaux en Nouvelle-Écosse dans les années 1790 ont grandement contribué à un déclin de l’esclavage des Africains au Canada et ont fait du Canada un havre sûr pour ceux cherchant la liberté et une base importante pour le mouvement abolitionniste.

Les années 1800

En 1807, la loi sur l’abolition du commerce d’esclaves dans l’Empire britannique a reçu la sanction royale et a pris force de loi dans l’ensemble de l’Empire britannique. En 1833, la loi sur l’abolition de l’esclavage dans l’Empire britannique a aboli l’esclavage dans la plupart des colonies britanniques, y compris le Canada. Ces lois étaient le résultat d’une campagne longue et ardue menée au Parlement britannique par William Wilberforce, député (1759-1833), qui était appuyé par une alliance d’anglicans évangéliques, de quakers et d’abolitionnistes noirs. Entre 1800 et 1865, environ 30 000 Noirs sont venus au Canada au moyen du chemin de fer clandestin.

Pendant la Guerre de 1812, les « Corps colorés » participèrent à la Bataille de Queenston Heights, un combat décisif mené contre les Américains. Les Corps colorés avaient été mis sur pied grâce à Richard Pierpoint, un loyaliste noir et un véritable héros canadien.

Les porteurs ferroviaires ont joué un rôle majeur dans la défense des droits des Noirs au Canada. Dès la fin des années 1880, ils étaient des chefs de file des communautés noires de Montréal et d’autres villes. Grâce à leurs syndicats, dont l’Ordre des porteurs de wagons-lits et la Fraternité des porteurs de wagons-lits, ils réussirent à obtenir la reconnaissance des travailleurs noirs. Après la Seconde Guerre mondiale, ils contribuèrent de façon importante au mouvement pour les droits de la personne, notamment par leur lutte pour éliminer la discrimination dans les emplois ferroviaires.

Employés noirs des chemins de fer,
Gare de Windsor,
Montréal (Québec)
Africville Geneological Society

En 1858, près de 800 Noirs libres fuirent l’oppression raciale de San Francisco pour l’île de Vancouver où le gouverneur James Douglas les avait invitées à s’installer. Malgré la forte discrimination dont ils furent l’objet, ces pionniers marquèrent la vie politique, religieuse et économique de la colonie. En témoignent le rôle de Mifflin Gibbs en politique, l’église Shady Creek Methodist érigée à l’instigation de Charles et Nancy Alexander, la conserverie de saumon de John Deas et l’établissement de l’une des premières unités de milice coloniale, le Victoria Pioneer Rifle Corps. Une cérémonie eut lieu le 20 février 2000 à Saanichton en Colombie-Britannique, pour commémorer l’arrivée des pionniers noirs en Colombie-Britannique.

Migration des pionniers noirs
vers la Colombie-Britannique
Cathie Ferguson, Parcs Canada
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :