Groupe de travail sur l’éducation postsecondaire dans le Nord

Document d'information

Dans le cadre des engagements du Cadre stratégique pour l'Arctique et le Nord (CSAN), le gouvernement du Canada et les partenaires du CSAN ont créé le Groupe de travail sur l'éducation postsecondaire dans le Nord, qui est chargé d'améliorer les possibilités et les résultats au chapitre des études postsecondaires dans le Nord canadien. Le Groupe de travail est composé de 13 membres nommés par les gouvernements du Nord, les organisations autochtones et les partenaires ayant élaboré conjointement le Cadre stratégique pour l'Arctique et le Nord.

Les objectifs suivants du Cadre stratégique pour l'Arctique et le Nord éclaireront les travaux du Groupe de travail :

  • Combler les lacunes dans les résultats au chapitre de l'éducation;
  • Offrir des possibilités permanentes d'apprentissage et de développement des compétences, y compris des connaissances et des compétences tirées du savoir autochtone.

Le Groupe de travail sera dirigé par des résidents du Nord, avec une représentation équilibrée de toutes les régions visées par le Cadre, ainsi que des représentants de divers peuples autochtones et non autochtones. Les membres du Groupe de travail animeront des séances de mobilisation virtuelles et publiques (lorsque ces dernières seront permises) avec des Autochtones et des non-Autochtones de l'Arctique et du Nord qui poursuivent ou tentent de poursuivre des études postsecondaires.

Le Groupe de travail sera particulièrement bien placé pour bien faire comprendre les défis auxquels sont confrontés les résidents du Nord dans la poursuite d'études postsecondaires, ainsi que pour formuler des recommandations afin de combler les lacunes en matière d'éducation postsecondaire dans le Nord et l'Arctique.

Les résultats des séances seront consignés dans un rapport final qui comprendra aussi des recommandations sur la manière d'améliorer les possibilités et les résultats au chapitre de l'éducation dans le Nord. Une première ébauche de recommandations est attendue à l'hiver 2021.

Le budget de 2019 proposait un certain nombre de nouvelles mesures s'ajoutant aux efforts actuels visant à renforcer les communautés de l'Arctique et du Nord, notamment 40 millions de dollars sur cinq ans pour soutenir les options d'éducation postsecondaire dans le Nord. Ce financement comprend un million de dollars pour la création d'un Groupe de travail chargé d'étudier les études postsecondaires dans l'Arctique et le Nord, 26 millions de dollars pour un nouveau bâtiment scientifique sur le campus afin de soutenir la transition du Collège du Yukon en une université, ainsi que 13 millions de dollars pour le Centre Dechinta pour la recherche et l'apprentissage.

Répondre aux recommandations du Groupe de travail est une priorité pour le ministre des Affaires du Nord, qui a reçu le mandat suivant : « Tenir compte des recommandations que formulera le Groupe de travail sur l'éducation postsecondaire dans les régions de l'Arctique et du Nord du Canada [...] pour établir un système solide d'éducation postsecondaire dans le Nord ».

Membres du Groupe de travail

Malerie Bayha, Territoires du Nord-Ouest

Malerie Bayha est une jeune membre de la Première Nation de Délı̨nę. Elle a suivi le cours prémédical de première année au Red Deer College et étudie actuellement pour obtenir un baccalauréat en psychologie à l'Université de l'Alberta. Elle a fait du bénévolat à l'hôpital régional de Red Deer pendant deux ans et elle a obtenu un certificat en sciences de la santé et de la vie ainsi qu'un certificat de secourisme de niveau C. À l'été 2018, Mme Bayha a occupé le poste d'adjointe à la recherche sur les connaissances traditionnelles pour le gouvernement de Délı̨nę Got'ine.

Melanie Bennett, Yukon

Bennett est la directrice générale de la Direction de l'éducation des Premières Nations du Yukon et elle est originaire de la Première Nation des Tr'ondёk Hwёch'in. Au cours de ses 30 années de carrière en enseignement, elle a été agente de liaison avec les Premières Nations, ainsi qu'enseignante et administratrice dans des écoles des Premières Nations et des écoles gérées par un ministère en Colombie Britannique et au Yukon. Elle est fière des façons de penser et des connaissances traditionnelles des Premières Nations du Yukon, et elle défend fermement l'idée que les élèves des Premières Nations devraient avoir accès à un apprentissage adapté à leur culture tous les jours, dans chaque école. Elle est titulaire d'un baccalauréat en éducation de l'Université de Malaspina et d'une maîtrise en éducation de l'Université de Northern British Columbia en leadership multidisciplinaire.

James Cook, Manitoba

James Cook a grandi dans la Nation crie d'Opaskwayak qui se trouve à six heures au nord de Winnipeg et à côté de The Pas. Il considère ces deux endroits comme son chez-soi. Il souligne son rôle de père de 31 ans auprès de trois enfants extraordinaires et de mari d'une épouse incroyable. Il est actuellement inscrit en deuxième année du programme d'administration des affaires au Collège universitaire du Nord à The Pas. Pendant son temps libre, M. Cook aime jouer au basket. Il aime aussi aider ses enfants à faire leurs devoirs et jouer avec eux, ainsi que lire avec sa femme ou simplement être en sa compagnie. Où qu'il se trouve, James se sent chez lui. Et tout ce qu'il fait dans ce monde, il dit le faire pour son monde.

Ashlee Cunsolo, Terre-Neuve-et-Labrador

Ashlee Cunsolo, Ph. D., est la doyenne fondatrice de la School of Arctic and Subarctic Studies du Labrador Institute de l'Université Memorial. Elle travaille avec de multiples partenaires au Labrador et à l'Université Memorial pour diriger le développement d'une unité universitaire au Labrador afin d'offrir des occasions d'apprentissage professionnel, de premier cycle et de deuxième cycle, axées et centrées sur le Nord, ainsi que pour établir un campus de l'Université Memorial au Labrador. Mme Cunsolo siège à divers conseils et commissions de recherche et d'enseignement, tant à l'Université Memorial qu'à l'extérieur, et elle se concentre sur le renforcement des institutions, l'équité, la diversité et l'inclusion dans l'enseignement supérieur, la souveraineté du Nord dans la recherche et l'enseignement, et l'« autochtonisation » et la décolonisation de l'institut.

Florence Kushniruk, Yukon

Florence Kushniruk est agente du programme postsecondaire au sein du département d'éducation des Premières Nations de Champagne et d'Aishihik et elle siège au comité consultatif du président sur les initiatives des Premières Nations au sein de l'Université du Yukon. Elle travaille pour sa Première Nation depuis l'âge de 12 ans dans de nombreux domaines, mais elle s'est jointe à l'équipe du département d'éducation de façon permanente en octobre 2011. Mme Kushniruk a terminé le programme de certificat en administration des affaires au Collège du Yukon en 2016, mais elle a démissionné en juin 2017 afin de poursuivre le programme d'accréditation de diplôme. Elle est retournée travailler pour sa Première Nation et a accepté le poste d'agente de programme postsecondaire en 2019. Elle se passionne pour aider les étudiants à atteindre des objectifs qu'ils pensaient inaccessibles en raison de leur situation, et elle utilise sa propre expérience pour comprendre et soutenir tous les étudiants ainsi que sympathiser avec eux.

Jodie Lane, Terre-Neuve-et-Labrador

Jodie Lane est la directrice de l'enseignement du Nunatsiavut. Elle est bénéficiaire de l'Accord sur les revendications territoriales des Inuits du Labrador et elle est née et a grandi dans la communauté inuite de Makkovik. Elle a obtenu un baccalauréat en sociologie à l'Université de Guelph, puis est retournée chez elle pour travailler pour l'Association des Inuits du Labrador (qui est devenue le gouvernement du Nunatsiavut) en tant que coordinatrice de salon de l'emploi. Depuis, elle a occupé les postes de conseillère en éducation et de gestionnaire de l'éducation au ministère de l'Éducation et du Développement économique du gouvernement du Nunatsiavut, et elle a obtenu une maîtrise en éducation à l'Université Mount Saint Vincent. Chaque année, Mme Lane visite toutes les écoles du Nunatsiavut pour communiquer l'importance de l'éducation et aider à guider les élèves dans le système scolaire secondaire et leurs études postsecondaires. Elle a également joué un rôle clé dans le développement d'un programme de baccalauréat en éducation pour les Inuits en collaboration avec le Labrador Institute de l'Université Memorial, qui prépare les enseignants à l'aide d'un curriculum imprégné de contenu culturel inuit.

Erika Marteleira, Ontario

Erika Marteleira est la gestionnaire du Secrétariat de l'enseignement postsecondaire, un organisme qui est guidé par la rétroaction du Comité directeur de l'éducation postsecondaire des Inuits, qui est composé de représentants de chacune des quatre organisations inuites de revendications territoriales et des trois régions du Nunavut de l'Inuit Tapiriit Kanatami. Elle a vécu à Iqaluit pendant sept ans et a été instructrice au Collège de l'Arctique du Nunavut. Auparavant, Mme Marteleira a travaillé comme coordinatrice principale de l'évaluation environnementale au bureau régional du Nunavut d'Affaires autochtones et du Nord Canada. Elle est titulaire d'une maîtrise en sciences, politique et gestion de l'environnement et d'un baccalauréat en sciences de l'environnement. Elle vit actuellement à Ottawa.

Rebecca Mearns, Nunavut

Rebecca Mearns est la présidente par intérim du Collège de l'Arctique du Nunavut. Elle a pris ce rôle en septembre 2020. Auparavant, elle a aussi occupé les postes de vice-présidente et de doyenne du département d'éducation et des études universitaires et inuites. Avant se joindre à l'université, Mme Mearns a été instructrice au Nunavut Sivuniksavut, gestionnaire de l'Entente sur les répercussions et les avantages pour les Inuits à l'Association Inuit Qikiqtani, et chercheuse à l'Inuit Tapiriit Kanatami. Elle a aussi travaillé comme gendarme à la Gendarmerie royale du Canada. Elle est titulaire d'un diplôme de premier cycle en sociologie avec une mineure en droit et en études autochtones, et d'une maîtrise en géographie et en études environnementales, tous deux décernés par l'Université Carleton. Ses recherches de troisième cycle ont porté sur la transmission du savoir inuit entre les aînés et les jeunes et sur l'utilisation de camps sur les terres pour faciliter l'apprentissage.

Peesee Pitsiulak, Nunavut

Peesee Pitsiulak est la doyenne du campus Nunatta du Collège de l'Arctique du Nunavut dans la région de Qikiqtani au Nunavut. Elle est originaire de Kimmirut, au Nunavut. Elle fait partie de la dernière génération qui a vécu sur les terres, avant d'être déplacée vers les colonies. Mme Pitsiulak est devenue aide-enseignante en 1975 avant d'obtenir son brevet d'enseignement. Mme Pitsiulak est titulaire d'un baccalauréat en éducation de l'Université McGill et d'une maîtrise en éducation de l'Université de l'Île-du-Prince-Édouard. Elle travaille au Collège de l'Arctique du Nunavut depuis 1990 et, au fil des ans, elle a occupé les postes d'instructrice, de présidente et de doyenne. Elle a également occupé divers postes liés au domaine de l'enseignement au Nunavut, notamment celui d'enseignante dans une école primaire à Kimmirut, d'instructrice et de directrice du programme d'enseignement du Nunavut, directrice des programmes et des services scolaires, puis de coordinatrice de l'Inuit Qaujimajatuqangit au ministère de l'Éducation du gouvernement du Nunavut. Mme Pitsiulak est passionnée de la préservation de la langue et de la culture inuites. 

Angélique Ruzindana Umunyana, Territoires du Nord-Ouest

Angélique Ruzindana Umunyana est originaire du Rwanda et vit à Yellowknife depuis 14 ans. Elle a obtenu son doctorat en microbiologie à l'Université de Sherbrooke et siège au conseil d'administration du Collège nordique francophone. Elle apporte une perspective francophone au Groupe de travail. Depuis son arrivée à Yellowknife, elle s'est dévouée à offrir une éducation postsecondaire de qualité dans le Nord. Elle a élevé sa propre famille dans le Nord, mais elle a dû envoyer ses enfants dans le Sud du Canada pour qu'ils poursuivent leurs propres aspirations en matière d'éducation.

Tosh Southwick, Yukon

Tosh Southwick, du clan du loup, est membre de la Première Nation de Kluane. Mère de trois enfants et tante de nombreux autres, elle a grandi dans une petite communauté nordique. Mme Southwick est copropriétaire de l'entreprise de consultation IRP qui se consacre à guider une réconciliation potentielle dans l'ensemble des secteurs et à soutenir l'autodétermination des communautés autochtones. Avant de mettre sur pied son entreprise de consultation, Mme Southwick était vice-présidente associée de la mobilisation des Autochtones et de la réconciliation à l'Université du Yukon. Elle a également travaillé dans les domaines de la gouvernance, de l'éducation, des ressources humaines et de la santé pour divers gouvernements et organisations des Premières Nations. Mme Southwick a été conseillère jeunesse et chef adjointe de sa Première Nation. Elle est actuellement présidente du Comité de la politique de formation du Yukon ainsi que membre active de la société de développement de la Première Nation de Kluane. Mme Southwick a obtenu un baccalauréat ès arts avec mention en psychologie à l'Université de Victoria et une maîtrise en éducation à l'Université de la Colombie britannique. 

James Takkiruq, Nunavut

Jamie Takkiruq est originaire de Gjoa Haven, au Nunavut, et étudie actuellement en dernière année du programme en droit du Nunavut. Il est âgé de 21 ans et espère être avocat avant l'âge de 23 ans. En siégeant au Groupe de travail, M. Takkiruq espère qu'il pourra améliorer l'expérience postsecondaire de ceux qui prévoient étudier dans des établissements du Nord. Étant lui-même étudiant d'un de ces établissements, il espère apporter une contribution utile aux discussions du Groupe de travail. Participer au Groupe de travail est un grand honneur pour lui, d'autant plus qu'il est encore étudiant dans un établissement d'enseignement postsecondaire du Nord.

Kelsey Wrightson, Territoires du Nord-Ouest

Kelsey Wrightson est la directrice générale du Centre Dechinta pour la recherche et l'apprentissage. Elle a grandi à Edmonton, en Alberta, et a obtenu son doctorat à l'Université de la Colombie-Britannique en 2015, ses études ayant surtout porté sur la gouvernance et les pratiques culturelles des Dénées. En 2016, elle a occupé un poste de recherche et d'enseignement postdoctoral à l'Université Queen's au Centre for Indigenous Arts, puis est retournée à l'Université de la Colombie-Britannique, où elle a travaillé dans l'administration des bourses de recherche avant de déménager à Somba'ke pour travailler au Centre de Dechinta. 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :