Scénarisation d’une vidéo destinée au Web

a. Introduction

D’après des études récentes, la vidéo destinée au Web représente maintenant 80% du trafic Internet mondial. Le défi que doivent relever les musées et autres établissements du patrimoine en ce qui a trait à la création de vidéos sur Internet est de produire quelque chose qui réussit à bien communiquer une histoire, mais pas n’importe laquelle. Cette histoire doit rejoindre l’auditoire actuel mais aussi un nouveau public, attirer de nouveaux visiteurs et augmenter la fréquentation du musée, sans trop accaparer le personnel ou les ressources disponibles.

Cette section vise à aider à raconter clairement une histoire et à la transmettre sous forme de scénario pour la réalisation d’une vidéo destinée au Web. Il peut sembler fastidieux de rédiger un scénario en entier, mais cela répond aux deux grands buts suivants :

  • S’assurer que le contenu est complet et se déroule logiquement. Le but visé est de générer un contenu fluide, précis et significatif qui touche les spectateurs;
  • Le fait de revoir le scénario en détail aide à trouver les mots qu’il faut à l’enregistrement et à les transmettre clairement en cas de nervosité devant la caméra.

Voici quelques questions qu’il faut se poser avant de commencer à lire le Guide :

  • Lorsque vous songez à votre organisation, quelles images, quels objets ou quelles anecdotes vous viennent à l’esprit?
  • De quelle façon peut-on les présenter à l’auditoire de façon fluide, précise et significative à l’aide d’objets, d’images et/ou de dialogues?
  • Quelle anecdote est propre à votre organisation?
  • Il faut tenir compte du temps et des ressources disponibles.
  • Est-il possible de déléguer des tâches à d’autres membres du personnel ou à des bénévoles pour partager les responsabilités?
  • Quel est l’auditoire ciblé (niveau scolaire, adultes, jeunes, étudiants)?
  • Savez-vous de quel équipement vous aurez besoinNote en bas de page 1 ou de quel équipement vous disposez pour créer la vidéo destinée au Web?
  • Savez-vous comment vous servir de l’équipement?

Au moment de créer la vidéo destinée au Web, mettez à profits vos compétences dans le domaine du patrimoine et de la culture. Voici des exemples de compétences qui peuvent se transférer :

  • Recherche, interprétation et narration ;
  • Conception d’expositions (rédaction de cartels, mise en place d’objets) ;
  • Numérisation (photographie, éclairage) ;
  • Gestion de collections (description et mise en place d’objets en contexte) ;
  • Conservation (narration, design d’objets) ;
  • Marketing (promotion des programmes, de la collection et des événements de votre organisation).

Finalement, examinez ce que votre organisation fait déjà ou a fait récemment pour optimiser ses ressources et, éventuellement, pour adapter le contenu (p. ex. images, vidéoclips et audioclips).

Cela peut comprendre le contenu des sources suivantes :

  • Expositions en cours et passées ;
  • Programmes pédagogiques et conférences ;
  • Événements spéciaux (p. ex. ouverture de galeries, activités de financement ou galas) ;
  • Numérisation des collections (p. ex. objets de collection 2D et 3D).

* Note en matière de droit d’auteur (droits de propriété intellectuelle) : Avant de publier toute vidéo destinée au Web, il faut s’assurer d’acquérir les droits appropriés pour le contenu présenté et de faire signer, par tous les figurants, des renonciations permettant d’utiliser leur image sur Internet par le truchement de sites Web institutionnels ou par d’autres voies apparentées (voir les exemples de formulaires de consentement et de renonciation en matière de publication, à l’annexe F).

b. Étapes de la scénarisation d’une vidéo destinée au Web

Étape 1 : S’inspirer du travail des autres

Prendre le temps de regarder des vidéos sur Internet créées par d’autres musées, archives, galeries d’art et organismes voués au patrimoine. Au moment de créer une vidéo destinée au Web, il est important de savoir ce qui se fait ailleurs et de quelle façon les auditoires y réagissent. Voici ci-dessous une liste de sites Web dont le contenu a été généré par des musées et d’autres établissements culturels. À mesure que les vidéos se déroulent, prendre en note ce qui pourrait servir pour votre propre vidéo.

Prendre le temps de regarder quelques vidéos avant de passer à l’étape 2.

Étape 2 : Définir le but (l’idée maîtresse)

La première étape de la création du scénario consiste à déterminer le but ou l’idée maîtresse. Sur une feuille de papier vierge, répondre aux questions suivantes pour orienter le processus :

  • À quelles fins votre organisation compte-t-elle se servir de la vidéo?
    • À des fins de promotion?
    • À des fins pédagogiques?
    • À des fins de sensibilisation?
    • Pour attirer les visiteurs?
    • Pour être plus accessible?
    • Pour divertir?
    • Une combinaison de ce qui précède?
  • Quelle est l’histoire la plus importante, ou l’objet ou l’événement le plus important associé à votre organisation?
  • Quel est le public cible de cette vidéo?

Étape 3 : Sélectionner une histoire appropriée pour InternetNote en bas de page 2

Il y a de nombreux types d’histoires que les musées, les archives, les galeries d’art et les sites patrimoniaux ou les lieux historiques peuvent transposer en vidéo Web. En voici des exemples :

  • les histoires d’objets, qui font valoir à l’auditoire l’importance ou la valeur d’un objet, dont des artefacts, des documents d’archives, des œuvres d’art ou des éléments du patrimoine bâti ;
  • les histoires commémoratives, qui honorent une personne d’une importance particulière ;
  • les histoires d’événements, qui relatent aux spectateurs l’histoire d’un événement et ses répercussions ;
  • les histoires propres à un endroit, qui donnent l’occasion de souligner la valeur associée à un endroit particulier. Il pourrait s’agir d’une maison historique, d’un lieu d’information, de la scène d’un événement ou d’un site naturel important ou encore d’une caractéristique naturelle marquante, ou même d’une salle d’exposition de votre établissement ou d’une visite de vos collections en coulisse ;
  • les histoires de rétablissement d’une situation, qui racontent comment un problème a été réglé. Dans le contexte des musées, ces histoires peuvent décrire la perte ou la dégradation d’un document ou d’un artefact important, ou un problème d’espace ou d’emplacement ;
  • les histoires thématiques, qui établissent un lien entre des objets disparates pour former une histoire cohérente ;
  • des histoires combinant plusieurs de ces éléments (au moins deux des exemples ci-dessus).

Étape 4 : Créer l’histoire à l’aide d’un remue-méninges

Maintenant que la vidéo a un but bien précis et que vous savez quel type d’histoire vous voulez raconter, sélectionnez l’un des exercices de rédaction ci-dessous et suivez les étapes indiquées. Cela vous aidera à préciser votre idée grâce à l’élaboration d’une liste de thèmes, d’histoires ou d’objets.

1) Plan de l’histoireNote en bas de page 3

La création d’un plan est une première étape simple qui permet de préciser votre idée.

  • Sur une page vierge, commencer en écrivant les mots clés ou les thèmes qui décrivent le mieux votre site.
  • Une fois les principaux thèmes ou idées indiqués, commencer à circonscrire votre projet en donnant des exemples précis de ces idées ou de ces thèmes.
  • Utiliser des flèches pour montrer les rapports entre les mots ou les thèmes (cet exercice aide à cerner le sujet et à lui donner de l’ampleur).
  • Conclure l’exercice en soulignant les idées principales, les grands points ou les thèmes clés qui sont ressortis au moment de l’élaboration du plan de l’histoire.
  • Si de nombreuses idées sont ressorties pour une histoire, envisager la possibilité de créer une série en plusieurs parties.

2) Questions incitatives:

Sur du papier, des fiches ou des autocollants, répondre aux questions suivantes selon le type d’histoire sélectionné à l’étape 3.

Histoires d’objets :
Décrire l’objet sur le plan de ses propriétés physiques (texture, apparence, matériaux). Pourquoi l’objet est-il important pour votre collection? Y a-t-il des histoires ou des anecdotes personnelles intéressantes au sujet de cet objet? Que peut-on dire au sujet de l’âge de l’objet, de sa provenance, de la méthode par laquelle il a été acquis, etc.?
Histoires commémoratives :
Décrire la chronologie des événements entourant le sujet. Y a-t-il un événement ou un incident particulier qui illustre bien sa personnalité? De quelle façon la vie de cette personne a-t-elle touché la collectivité? De quelle façon peut-on décrire cette personne (apparence physique, personnalité, etc.)?
Histoires d’événements :
Comment cet événement a-t-il façonné la collectivité? Comment décririez-vous l’événement? Décrire la chronologie de l’événement (ce qui y a mené, et quels en sont les principales incidences).
Histoires propres à un endroit :
Comment décririez-vous l’endroit? Y a-t-il un événement important qui s’y est déroulé? Quelles leçons les visiteurs en tirent-ils? Si vous entretenez un lien particulier avec cet endroit depuis longtemps, comment ce lien a-t-il évolué avec le temps? Comment l’endroit est-il devenu ce qu’il est maintenant?
Histoires de rétablissement d’une situation :
Décrire le problème ou l’obstacle auquel les intervenants ont dû faire face. Cela a-t-il mis en cause une personne, un objet, votre collectivité, votre organisation? De quelle façon les intervenants de l’endroit ont-ils surmonté l’obstacle? Quelle leçon ou quelle expérience les intervenants ont-ils tirée ou acquise en relevant le défi?

Ne pas oublier les cinq grandes questions au moment de recueillir les principaux faits de n’importe quelle histoire : Qui, Quoi, Où, Quand, Pourquoi (et Comment).

Étape 5 : Façonner l’histoire

À l’aide d’un modèle de scénario (voir annexe A), commencez à écrire l’histoire en vous servant des en-têtes pour orienter le processus. En fractionnant l’histoire en éléments de base, il est possible de se servir du modèle pour s’assurer que le récit est fluide, précis et complet. L’espace limité permettra aux rédacteurs plus expérimentés de faire preuve de concision. Au moment d’écrire le scénario d’une vidéo destinée au Web, il ne faut pas oublier les trois principales qualités de la scénarisation :

  • Claire
  • Interactive
  • Concise

ASTUCE : Contrairement aux médias imprimés, lorsqu’on rédige pour la radio ou la télé on écrit pour l’oreille, et non pour l’œil. Il faut donc tenir compte de l’auditoire et éviter d’utiliser un langage propre à un domaine particulierNote en bas de page 4 qui pourrait obscurcir le message et semer la confusion chez le spectateur.

Figure A. Spécimen de scenario

  • Introduction
    Bonjour et bienvenue à notre musée communautaire! Nous sommes situés dans votre ville depuis 1967. Je m’appelle Mme Catalogue et je suis la conservatrice du musée. Je m’occupe de la collection d’artefacts du musée et je prépare les expositions que vous pouvez voir pour en apprendre davantage sur votre collectivité. Entrez pour en apprendre plus sur l’un de nos artefacts favoris.
  • Corps du texte
    • 1er point
      Voici la galerie A du musée. C’est ici que nous exposons notre collection d’artefacts qui représentent notre collectivité, notre grande province et nation.
    • 2e point
      La plupart des artefacts exposés et entreposés ont été donnés par des membres de notre collectivité (il pourrait même s’agir de membres de votre famille, d’amis ou de voisins).
    • 3e point
      Cette sculpture sur bois a été donnée par le petit-fils de l’un des premiers résidants de notre collectivité. Elle a été réalisée à la main à partir d’un seul morceau d’érable, un bois franc que l’on trouve dans notre collectivité et ses environs.
    • 4e point
      Le castor qui y est représenté est non seulement le symbole national de notre pays, mais il a aussi sauvé notre ville d’une inondation majeure grâce au barrage qu’il a construit près des berges de notre rivière.
  • Conclusion
    Venez visiter le musée et ses galeries pour admirer cet artefact étonnant et de nombreux autres artefacts qui racontent notre histoire. Merci de votre visite, et au plaisir de vous revoir bientôt!

Étape 6 : Passer l’épreuve de l’examen par ses collègues

Une fois le scénario rédigé, en lire le contenu à voix haute à un collègue. Cet exercice permet de déceler les lacunes dans le contenu et de repérer les passages boiteux à des fins de révision avant le tournage. Demandez à votre collègue de vous minuter pour vérifier la durée de la vidéo, et la raccourcir au besoin. N’oubliez pas que des vidéos de plus de 2 ou 3 minutes risquent de dissuader l’auditoire de les regarder.

Il n’y a personne autour pour examiner votre scénario? Lisez le à voix haute pour avoir une idée de la cadence et de la durée.

Le scénario est maintenant prêt, et c’est le temps de passer au scénarimage!

Notes en bas de page

Note en bas de page 1

Voir la liste de matériel ci-jointe (annexe E).

Retour à la réference 1

Note en bas de page 2

Liste adaptée de l’ouvrage Digital Storytelling Cookbook, par Joe Lambert, Centre for Digital Storytelling, 2010.

Retour à la réference 2

Note en bas de page 3

Certaines applications logicielles, comme Inspiration (en anglais seulement) ou bubbl.us (gratuit – en anglais seulement), peuvent vous aider à amorcer votre plan.

Retour à la réference 3

Note en bas de page 4

Pour une évaluation rapide du niveau du texte, faites une vérification de la Grammaire et de l’orthographe en cochant les statistiques de lisibilité dans les Options.

Retour à la réference 4

Coordonnées pour cette page Web

Ce document est publié par le Réseau canadien d’information sur le patrimoine (RCIP). Pour fournir des commentaires ou des questions à ce sujet, veuillez communiquer directement avec le RCIP. Pour trouver d’autres ressources en ligne destinées aux professionnels de musées, visitez la page d'accueil du RCIP ou la page Muséologie et conservation sur Canada.ca.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

.

Date de modification :