Division de la recherche microbiologique

La Division de la recherche microbiologique (DRM) contribue à l'innocuité microbiologique de l'approvisionnement alimentaire canadien en fournissant des données expérimentales et une expertise pour soutenir l'élaboration de politiques, de directives, de normes et de règlements fédéraux.

La DRM compte de nombreux experts scientifiques dans les domaines des contaminants alimentaires d'origine bactérienne, virale et parasitaire. Les chercheurs de la DRM détiennent des compétences particulières en ce qui concerne les pathogènes microbiens d'origine alimentaire, comme :

  • Les Salmonelles,
  • E. coli (Escherichia coli),
  • Listeria,
  • Shigella,
  • Campylobacter,
  • Les Vibrions,
  • C. botulinum (Clostridium botulinum),
  • parasites protozoaires (Cryptosporidium, Cyclospora, Giardia), et
  • virus d'origine alimentaire (norovirus, hépatite A/E, rotavirus).

En outre, la DRM abrite quatre services de référence nationaux et trois réseaux nationaux :

  • le service de référence pour la listériose,
  • le service de référence pour le botulisme,
  • le service de référence pour la virologie alimentaire,
  • le service de référence de Vibrio,
  • le réseau sur la virologie environnementale et alimentaire,
  • le réseau sur la parasitologie environnementale et alimentaire, et
  • le réseau ViroNet.

La DRM s'intéresse notamment à la croissance, la survie, l'inactivation, la toxigénèse et la caractérisation moléculaire des bactéries, des virus et des parasites pathogènes dans les aliments crus et transformés. De plus, le groupe étudie, élabore et intègre des technologies nouvelles et émergentes dans le but d'augementer le seuil de détection de pathogènes et ainsi accroître l'innocuité des aliments. Le groupe jouit d'une réputation nationale et internationale enviable en ce qui a trait au développement et à la validation de méthodes pour le dépistage rapide et fiable d'agents pathogènes et de leurs toxines dans les aliments et à la validation de procédés de transformation alimentaire. De nombreux chercheurs de la DRM sont également professeurs auxiliaires dans diverses universités; ils y offrent une formation et des projets de recherches aux étudiants universitaires de 1er, 2e et 3e cycles, aux stagiaires postdoctoraux et aux microbiologistes visiteurs du Canada et de l'étranger. Par ailleurs, la DRM est aussi un conseiller important auprès d'agences gouvernementales et de l'industrie alimentaire nationale et internationale sur la méthodologie et la dynamique de croissance et de survie d'agents pathogènes dans les aliments et dans les usines de transformation.

Les chercheurs de la DRM sont membres et rédacteurs en chef de comités consultatifs de divers organismes nationaux et internationaux (p. ex., Codex, Organisation mondiale de la santé (OMS)/Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), l'International Association for Food Protection (IAFP), Consortium européen), rédacteurs en chef et participants aux comités éditoriaux de diverses revues scientifiques de renom et ils agissent également comme collaborateurs ou chefs de fil dans le cadre de collaborations nationales ou internationales.

La Division de la recherche microbiologique élabore des méthodes et des procédures de travail en laboratoire qui sont publiées dans le Compendium de méthodes de Santé Canada.

Voir aussi :

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :