APERÇU DES RÉSULTATS - Évaluation des activités de radioprotection de Santé Canada

Bureau de la radioprotection, Santé Canada

  • Le rayonnement ne peut être vu, entendu, senti, goûté ou touché. Les rayonnements ionisants proviennent de matériaux naturels et synthétiques, comme le radon, les rayons cosmiques, les centrales nucléaires et les appareils à rayon X.
  • L'exposition au rayonnement comporte un risque pour la santé.
  • C'est pourquoi Santé Canada collabore avec d'autres ministères et pays afin d'informer les Canadiens des risques que posent les rayonnements pour la santé et comment les gérer.
  • Santé Canada gère également le Plan fédéral en cas d'urgence nucléaire, fournit du soutien technique durant les urgences nucléaires, garde un œil sur les niveaux de rayonnement dans l'environnement et le milieu de travail, fait le suivi des doses de rayonnement reçues par les travailleurs, effectue des évaluations des risques des rayonnements pour la santé et les gère, et mène des recherches sur les effets des rayonnements et de l'exposition aux rayonnements au fil du temps.

Ce que l'évaluation a révélé

  • Les rayonnements peuvent être très utiles, pour faire des radiographies ou d'autres procédures médicales. Toutefois, Santé Canada doit jouer un rôle afin d'aider à gérer les risques des rayonnements pour la santé, d'informer le public, et de répondre aux urgences et aux menaces nucléaires.
  • Il est clair que, selon la loi et en raison des ententes avec des partenaires et d'autres pays, Santé Canada a des responsabilités pour la plupart de ses activités de radioprotection, bien qu'il puisse y avoir des chevauchements avec la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN). Il n'est pas tout à fait clair si Santé Canada devrait jouer un rôle dans la prestation de services commerciaux pour surveiller les niveaux d'exposition aux rayonnements chez les personnes qui travaillent avec des rayonnements (dosimétrie). Certaines compagnies privées font aussi ce type de travail.
  • Santé Canada est en bonne position pour répondre aux urgences et aux menaces nucléaires. Après avoir intervenu durant l'accident nucléaire de Fukushima au Japon, Santé Canada a apporté certaines améliorations. Santé Canada réalise qu'il est toujours possible de faire mieux.
  • Le Ministère a fait du bon travail pour donner de l'information sur le rayonnement aux Canadiens et aux autres groupes et il a aidé à protéger les Canadiens des risques des rayonnements pour la santé. Cependant, il serait possible d'améliorer les communications publiques sur des sujets courants, comme les niveaux de rayonnements dans l'environnement ou les rapports sur l'exposition aux rayonnements pour différents emplois où on utilise des rayonnements et dans les cas d'urgence. Santé Canada pourrait mieux utiliser la technologie afin d'améliorer ses communications.
  • Le Ministère semble faire un bon travail pour soutenir ses partenaires et d'autres intervenants en leur fournissant de l'information, des conseils et des services liés à la radioprotection. Toutefois, il pourrait être plus facile d'obtenir de l'information. Il pourrait aussi y avoir plus de rapports sur les niveaux d'exposition aux rayonnements pour les personnes qui travaillent avec des rayonnements.
  • Sur la scène mondiale, Santé Canada a collaboré avec d'autres pays et organisations internationales pour soutenir les efforts en matière de radioprotection et de sécurité nucléaire et pour aider à mettre un frein à la prolifération des armes nucléaires.

Recommandations et pistes de développement

  1. Étudier les possibilités d'améliorer les communications avec le public et l'accès aux données pour ce qui est de l'information sur la surveillance environnementale et en milieu de travail et sur les situations d'urgence.
    Réponse : Santé Canada cherchera des moyens pour améliorer les communications publiques et l'accès aux données disponibles à l'aide d'outils en ligne comme le site Web de SantéCanada et d'autres moyens de communication.
  2. Préciser, mettre en œuvre et communiquer les rôles et les responsabilités appropriés liés à la planification et à l'intervention d'urgence dans le domaine nucléaire avec la CCSN.
    Réponse : Santé Canada collaborera avec la CCSN pour préciser les rôles et responsabilités liés à la planification et à l'intervention d'urgence dans le domaine nucléaire.
  3. Examiner les options pour résoudre les problèmes liés au soutien des programmes de TI.Réponse : Santé Canada travaillera à l'élaboration et à la mise en place d'un plan de soutien des programmes de TI.
    Réponse : Santé Canada travaillera à l'élaboration et à la mise en place d'un plan de soutien des TI qui répond aux besoins opérationnels. Le Ministère assurera un suivi sur la mise en place du plan, produira des rapports tous les six mois et adaptera le plan au besoin.
  4. À plus long terme, examiner des options pour réduire la participation dans la prestation de services de dosimétrie commerciaux
    Réponse : Santé Canada a récemment examiné et restructuré ses services de dosimétrie commerciaux afin de les rendre plus efficaces, moins dispendieux et afin d'offrir un meilleur soutien pour le Plan fédéral en cas d'urgence nucléaire. Santé Canada assurera le suivi de cette restructuration et, dans le futur, cherchera des moyens de réduire ses services de dosimétrie commerciaux.

À propos de l'évaluation

L'évaluation s'est arrêtée sur la pertinence et le rendement des activités de radioprotection de Santé Canada du 1er avril 2010 au 31 mars 2015. Elle a été menée par le Bureau de la vérification et de l'évaluation et comprenait un examen de la documentation, des entrevues avec des personnes du gouvernement ou de l'extérieur et une étude de cas.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :