Les résultats en bref - Évaluation du Programme de santé environnementale et publique de la Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits de 2010-2011 à 2014-2015

Le Programme de santé environnementale et publique

  • Le Programme de santé environnementale et publique (PSEP) offre des services dans les collectivités des Premières Nations (au sud du 60e parallèle) pour les aider à cerner, à résoudre et/ou à prévenir les risques liés à la santé environnementale et publique (SEP) pouvant avoir un effet néfaste sur la santé des résidents.
  • Le programme met l'accent sur différents secteurs : eau potable, eaux usées, élimination des déchets solides, salubrité alimentaire, logement, inspection des installations, et mesures et interventions d'urgence. Les activités comprennent des évaluations de la santé environnementale et publique, la formation et la sensibilisation du public.

Ce que l'évaluation a constaté

  • Le rôle de Santé Canada dans les services de santé environnementale et publique (SEP) consiste à donner des conseils et des orientations. Affaires autochtones et du Nord Canada (AANC) fournit du financement aux collectivités afin de réduire les risques pour la SEP.
  • Bon nombre des risques actuels et anticipés pour la santé environnementale auxquels sont confrontées les collectivités des Premières Nations ressemblent aux risques pour la SEP observés il y a cinq ans lors de l'évaluation ministérielle précédente.
  • Cela dit, le PSEP a fait des progrès dans un certain nombre de domaines depuis cinq ans. Citons notamment la collecte de données plus rapide, des recherches accrues pour guider les activités sur la SEP et aborder les priorités en matière de SEP, et la sensibilisation accrue aux risques pour la SEP dans les collectivités des Premières Nations. Ce progrès a entraîné une hausse de la demande de services du PSEP dans les collectivités.
  • Il y a eu moins de progrès dans l'élimination de certains risques pour la SEP. Les progrès sont bons en ce qui a trait aux risques exigeant des mesures à court terme, comme les avis concernant la qualité de l'eau potable et les précautions pour assurer la salubrité alimentaire. Par contre, les progrès ont été moins visibles quand il faut des mesures à plus long terme, comme pour le logement, l'eau potable et les eaux usées.
  • Un élément clé des réussites du PSEP est le travail accompli par les Agents d'hygiène du milieu (AHM). Néanmoins, on s'inquiète que les AHM pourraient devenir moins efficaces en raison de la charge de travail dans de nombreuses régions, ainsi que les exigences accrues imposées au PSEP.
  • Le PSEP a amélioré sa mesure du rendement au cours des cinq dernières années, mais il doit encore faire des progrès pour évaluer les résultats plutôt que de compter simplement les extrants.

Recommandations et réponses

  1. Améliorer la collaboration avec les intervenants pour aider les Premières Nations à contrer et à atténuer les risques complexes liés à la santé environnementale (p. ex. ceux pouvant nécessiter des interventions à long terme et coûteuses).
    Réponse : La collaboration dans le cadre du PSEP remonte à loin et ses partenaires œuvrent à réduire des risques complexes pour la SEP. Dans le contexte du Budget 2016, de nouveaux fonds d'infrastructure et des efforts d'AANC visant à résoudre le problème des avis concernant la qualité de l'eau potable (AQEP) dans les réserves, le PSEP mettra l'accent sur la coopération avec AANC afin de promouvoir l'attribution d'une plus grande priorité aux investissements qui réduisent les grands risques pour la santé environnementale. Les conseils de santé publique et les analyses dans ce domaine sont déjà partagés entre les deux ministères.
  2. Examiner l'affectation et la charge de travail actuelle des AHM afin de déterminer la durabilité du service pour les collectivités en prenant en compte des demandes additionnelles au PSEP.
    Réponse : Santé Canada (SC) fait des efforts pour améliorer la disponibilité de données de grande qualité afin de promouvoir une meilleure prise de décision et une meilleure planification, ainsi que l'accès à ces données. Par conséquent, SC évaluera la durabilité de la situation actuelle et déterminera les exigences futures pour les AHM.
  3. Évaluer les répercussions des recommandations faites par les AHM aux chefs et aux conseils dans le domaine des aliments, de l'eau potable et des logements.
    Réponse : Un échantillon représentatif de recommandations en ce qui a trait à l'alimentation, au logement et à l'eau potable sera examiné pour évaluer leurs impacts et déterminer si les mesures de suivi recommandées seront prises.

À propos de l'évaluation

L'évaluation a examiné les activités du PSEP d'avril 2010 à mars 2015. Elle a été menée par le Bureau de la vérification et de l'évaluation, et elle comprenait des entrevues avec des informateurs clés, des sondages, des analyses comparatives, des examens de la documentation, ainsi que des examens de données liées aux finances et au rendement.

Décembre 2016

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :