Démarche mise en œuvre par Santé Canada pour l'établissement de cibles de sodium dans l'alimentation au Canada (février 2010)

 

Avis au lecteur : Le contenu figurant sur cette page est un aperçu du contenu présenté au public.

Au Canada, une vaste majorité de la population consomme une quantité de sodium qui l'expose au risque d'être atteinte d'hypertension artérielle. Les résultats de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, cycle 2.2, Nutrition (ESCC 2.2) de 2004 ont démontré que parmi les personnes âgées de 9 à 70 ans, plus de 85 % des hommes et de 60 à 80 % des femmes consomment du sodium en quantités excédant la limite maximale tolérable (LMT)1 . Des apports tout aussi élevés ont été observés chez les jeunes enfants : la consommation de 77 % des enfants âgés de 1 à 3 ans excède la LMT de sodium. Quant aux enfants âgés de 4 à 8 ans, cette limite est dépassée chez 93 % d'entre eux.

En vue d'abaisser ces apports élevés, le gouvernement du Canada a mis sur pied le Groupe de travail sur le sodium2 afin qu'il élabore, mette en œuvre et assure le suivi d'une stratégie par étapes en trois volets visant à réduire la teneur en sodium de l'alimentation de la population canadienne. Les trois volets de cette stratégie sont l'éducation, la réduction volontaire de la teneur en sodium des produits alimentaires transformés et des aliments vendus dans les établissements de restauration et la recherche.

Objectif de santé publique recommandé en matière de sodium

Lors de sa réunion des 28 et 29 septembre 2009, le Groupe de travail sur le sodium a convenu de l'objectif de réduire l'apport en sodium chez les Canadiens et les Canadiennes afin qu'il atteigne 2 300 mg par personne par jour d'ici 2016. Cet objectif est fondé sur une réduction de 5 % par an de la quantité de sodium consommée par la population canadienne, laquelle est actuellement estimée à 3 400 mg par jour en moyenne. Santé Canada travaille avec les intervenants pour aider à atteindre cet objectif grâce à un certain nombre d'initiatives, notamment à l'établissement de cibles pour la teneur en sodium des aliments. Le processus qui servira à établir ces cibles est décrit ci-dessous.

Établir des cibles pour la teneur en sodium des aliments

Pour établir une ébauche de cibles de réduction de la teneur en sodium des aliments, Santé Canada a eu recours aux deux points de départ suivants : les cibles de sodium que la Food Standards Agency du Royaume-Uni (FSA) qu'elle se propose d'atteindre en 2012 et la teneur en sodium des aliments actuellement vendus au Canada.

  • a) Campagne sur la réduction du sel de la FSA3

    Depuis 2003, la FSA a mis en œuvre un programme de travail ayant pour but d'aider les consommateurs du Royaume-Uni à réduire leur consommation de sel. Le programme en question comportait deux volets principaux : le travail consistant à revoir la formule des aliments (mettant à contribution tous les secteurs de l'industrie alimentaire) et une campagne de sensibilisation du public, toujours en cours, ayant pour objectif d'éclairer les consommateurs sur la réduction du sodium.

    Santé Canada a eu recours aux cibles établies par la FSA pour 20124 en veillant dans la mesure du possible à obtenir une correspondance étroite entre les groupes d'aliments déterminés au Royaume-Uni et les aliments sur lesquels l'ESCC 2.2 a porté, et ce, afin d'estimer quel devrait être l'apport en sodium au sein de la population canadienne si nous choisissions les mêmes cibles. Les résultats de l'exercice ont montré que la réduction de sodium totale moyenne par personne amènerait l'apport des Canadiens et des Canadiennes à la LMT (2 300 mg par jour pour les adultes5 ) ou, du moins, l'en rapprocherait grandement. Ces résultats ont confirmé l'utilité incontestable des cibles de la FSA comme point de départ pour l'établissement des cibles au Canada.

  • b) Teneur en sodium des aliments au Canada

    Toujours en ayant recours à l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, cycle 2.2, Nutrition6 réalisée en 2004 (ESCC 2.2), les principales sources de sodium dans l'alimentation de la population canadienne ont été déterminées.

    Ainsi, un premier ensemble de catégories d'aliments, lesquelles représentent de 50 à 60 % de l'apport en sodium dans l'alimentation des Canadiens et des Canadiennes, a été déterminé (aliments du Groupe I). Les principales catégories qui constituent le Groupe I sont les soupes, les viandes transformées, les produits de boulangerie et de pâtisserie, les céréales, les produits laitiers, les graisses et les huiles, les sauces, les produits à base de poisson, des plats divers et combinés et les collations.

    À partir de ces catégories d'aliments initiales, Santé Canada a utilisé les données canadiennes sur le volume du marché produites par A. C. Nielsen pour 2007 et 2008 aux fins de l'élaboration d'un plan d'échantillonnage. Ce plan présentait les produits pour lesquels on devait obtenir la teneur en sodium telle qu'elle apparaît dans le tableau de la valeur nutritive et l'utiliser pour estimer la teneur moyenne en sodium, l'étendue et la distribution des teneurs de chaque catégorie7 .

Un autre « exercice de correspondance » a été réalisé entre les catégories d'aliments de la FSA et les aliments vendus au Canada. Ensuite, les cibles de la FSA ont été comparées aux données sur la teneur en sodium des aliments canadiens équivalents (voir b) ci-dessus), puis une décision a été prise pour savoir si les cibles de la FSA devaient être utilisées telles quelles ou si elles devaient être modifiées pour les rendre plus adéquates au marché canadien, et ce, dans le but de déterminer une ébauche de cible proposée.

En septembre 2009, Santé Canada et le sous-comité de l'approvisionnement alimentaire du Groupe de travail sur le sodium ont participé à une rencontre avec les intervenants de l'industrie alimentaire pour les informer de la question du sodium et en particulier des travaux du Groupe de travail ainsi que pour préparer le terrain aux discussions sur les cibles de réduction du sodium à établir pour les aliments transformés et les aliments vendus dans les établissements de service alimentaire. Les données préliminaires issues de l'enquête sur la teneur en sodium présentée sur l'étiquette des aliments ont été partagées, et les démarches auxquelles on pourrait avoir recours pour déterminer les cibles de réduction du sodium dans le cadre des activités du Ministère pour réduire l'apport en sodium au sein de la population canadienne ont été présentées.

Discussions avec les intervenants de l'industrie alimentaire

En novembre et en décembre 2009, Santé Canada a tenu une série de réunions sectorielles avec l'industrie alimentaire ainsi qu'avec certaines entreprises dans le but de présenter une ébauche des cibles de teneur en sodium proposées et d'expliquer de quelle façon elles ont été établies, soit selon le processus décrit ci-dessus. Le but de ces réunions consistait à développer un processus d'établissement de cibles de réduction du sodium réalistes et faisables afin d'atteindre l'objectif de santé publique tout en tenant compte de la faisabilité technique et des problèmes potentiels relatifs à l'échéancier. L'industrie a été invitée à communiquer en retour sur les cibles proposées par Santé Canada en avril 2010.

Puisque le rôle et les fonctions du sodium varient selon la nature des aliments, il va sans dire que le processus de l'établissement de cibles pour la teneur en sodium des aliments constitue une démarche complexe :

  • Les fabricants d'aliments et l'industrie du service alimentaire devront modifier la formule de leurs produits pour en réduire la teneur en sodium. Ceci constitue un défi puisqu'on a recours au sodium à titre d'aromatisant, d'agent de conservation et d'agent antibactérien et que celui-ci produit plusieurs effets sur la texture et la structure des aliments. Des réductions progressives, lesquelles sont préférables pour assurer un accueil favorable par les consommateurs, exigeront vraisemblablement la répétition de l'exercice de modification de la formule au fil du temps.
  • Les consommateurs devront être sensibilisés davantage à la teneur en sodium des aliments de façon à ce qu'ils puissent apporter des changements à leur alimentation, acheter des aliments à plus faible teneur en sodium et ajouter moins de sel à leurs aliments. Il faut du temps pour changer le comportement des consommateurs et il en faudra aussi pour modifier leur préférence de sorte qu'ils choisissent spontanément des aliments moins salés.

Étapes à venir

Le point de vue de l'industrie à l'égard des questions techniques et des autres obstacles à l'atteinte des cibles tels que la sensibilisation des consommateurs et la question de l'accueil favorable des produits modifiés de leur part sera pris en compte pour l'établissement des cibles de sodium proposées définitives et des jalons intermédiaires pour les aliments du Groupe I. Des propositions de cibles définitives seront communiquées à l'industrie afin qu'elle en prenne connaissance avant qu'elles soient présentées au Groupe de travail sur le sodium et qu'il les approuve à titre de cibles officielles.

Les progrès accomplis pour atteindre l'objectif de l'apport quotidien en sodium de 2 300 mg ainsi que les cibles progressives de réduction du sodium dans les aliments feront l'objet d'une surveillance, et ces cibles pourront être réexaminés s'il y a lieu.

Santé Canada recueillera des données sur les autres aliments, soit sur les aliments préemballés et sur ceux vendus dans les établissements de service alimentaire (aliments du Groupe II) et qui contribuent substantiellement à l'apport en sodium. Le Ministère adoptera une démarche semblable pour l'établissement des cibles, laquelle sera entreprise au début de 2010. On s'attend à ce que les cibles de sodium pour les aliments du Groupe II soient déterminées de façon définitive à la fin de 2010 ou au début de 2011.

La base de données créée au cours de l'enquête sur l'étiquetage des aliments servira de référence à partir de laquelle les progrès seront surveillés au fil de l'adoption des cibles.

Ressources supplémentaires

1 La limite maximale tolérable (LMT) de sodium est établie par l'Institute of Medicine of the National Academies (IOM). L'organisme recommande que la consommation de sodium quotidienne des personnes âgées de 14 ans et plus ne dépasse pas 2 300 mg par jour.

2 Pour obtenir plus de renseignements sur le sodium et le Groupe de travail sur le sodium, consultez www.santecanada.gc.ca/sodium

4 Cibles de sodium/sel de la Food Standards Agency du Royaume-Uni pour 2012 (FSA du R.-U.) : http://www.food.gov.uk/healthiereating/salt/saltreduction

5 En appliquant les cibles de la FSA pour 2012 en ayant recours à la moyenne ciblée lorsqu'elle était disponible, et à défaut, en appliquant le maximum, l'apport en sodium au sein de la population canadienne selon le groupe d'âge-sexe serait inférieur ou se rapprocherait de la LMT de consommation de sodium. La réduction totale moyenne de sodium par personne atteindrait 880 mg/jour, ce qui équivaut à une réduction de 26 % de l'apport total ou à une réduction de 28 % de l'apport en sodium issu des aliments, en excluant le sel ajouté par les consommateurs. Il importe de souligner que lorsque aucune cible n'avait été établie par la FSA pour un aliment donné, d'autres modifications ont été apportées, y compris, dans certains cas, l'application des critères Visez santé établis par la Fondation canadienne des maladies du coeur.

6 Fisher et al. 2009. Sodium food sources in the Canadian diet. Appl. Physiol. Nutr. Metab. 34: 884-892 (2009).

7 Les étiquettes d'aliments présélectionnés ont été obtenues dans divers magasins à l'échelle du Canada ou photographiées à l'aide d'un appareil numérique, puis transmises à Santé Canada afin qu'elles soient étudiées. Pour augmenter le nombre d'échantillons, des renseignements additionnels ont été rassemblés en s'adressant directement à une entreprise en particulier ou en consultant l'information publiée sur Internet (vérifiée auprès de l'entreprise par la suite). La collecte d'étiquettes de produits alimentaires a été réalisée pendant les mois de juillet, d'août et de septembre 2009.

D'autres étiquettes disponibles à Santé Canada ont aussi été utilisées pour élargir le premier ensemble de catégories d'aliments. Ces étiquettes ont été recueillies sur le marché canadien en mars et en octobre 2008. Les résultats sur le sodium obtenus à partir de ces étiquettes ne sont pas pondérés et seront présentés tels quels.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :