Recherche sur le sodium

Certains hyperliens donnent accès à des sites d'organismes qui ne sont pas assujettis à la Loi sur les langues officielles. L'information qui s'y trouve est donc dans la langue du site.

La recherche axée sur la détermination et la correction des lacunes dans les connaissances et l'établissement des priorités qui inciteraient les partenaires et la communauté de la recherche à produire des données à l'appui de la réduction du sodium constitue un volet essentiel des activités de réduction du sodium entreprises par Santé Canada.

Contexte

Trois domaines de recherche ont été déterminés :

  • Les incidences du sodium sur la santé, dont :
    • l'exposition au sodium pendant l'enfance ou in utero comme facteur prédisposant à l'hypertension artérielle et aux maladies cardiovasculaires;
    • la vulnérabilité des populations à risque aux effets du sodium, notamment du peuple autochtone, des personnes de l'Asie du Sud et d'origine africaine, des nourrissons, des enfants et des personnes âgées;
    • l'influence de la réduction du sodium chez la population, y compris les bienfaits à long terme et les risques autres que les paramètres cardiovasculaires tels que l'asthme, l'ostéoporose, les cancers gastrointestinaux, etc.
  • Les enjeux relatifs au sodium en matière de science de la nutrition, dont :
    • le rôle du sodium dans l'innocuité microbienne des aliments;
    • les limites de la réduction de la teneur en sodium des aliments tout en préservant les aspects fonctionnels en raison desquels le sodium est ajouté;
    • le rôle du sodium dans la physiologie du goût;
    • les solutions de rechange au sodium en tenant compte de l'innocuité et de ses fonctions et en envisageant les innovations technologiques et les stratégies de transformation alimentaire de remplacement.
  • Les enjeux relatifs au « passage du savoir à l'action » en matière de sodium, dont :
    • l'incidence du règlement et de la politique, y compris les questions telles que la façon dont l'étiquetage influe sur le choix des aliments et un examen des « expériences naturelles » fondé sur les démarches en matière de politiques entreprises dans divers pays;
    • la concrétisation par l'intervention, y compris la compréhension des barrières qui font obstacle au passage du savoir à l'action en ce qui a trait au sodium et des différences selon les segments de la population générale de l'incidence de l'élaboration d'outils habilitants.

En janvier 2010, l'Institut de la nutrition, du métabolisme et du diabète (INMD) et l'Institut de la santé circulatoire et respiratoire (ISCR) des Instituts de recherche en santé du Canada ont organisé un atelier intitulé  Élaboration d'un programme de recherche pour la réduction du sodium au Canada ayant pour objectifs de déterminer :

  • les points forts, les lacunes et les possibilités en matière de capacité de recherche destinée à la réduction du sodium au Canada dans les secteurs thématiques de la santé, de la science des aliments, du passage du savoir à l'action ainsi que de l'évaluation et de la surveillance;
  • un programme de recherche pour la réduction du sodium au Canada, lequel sera intégré au rapport du Groupe de travail sur la réduction du sodium de Santé Canada;
  • les possibilités de collaboration internationale et mondiale pour la communauté de la recherche canadienne dans le contexte de la prévention et de la maîtrise des maladies chroniques;
  • l'obtention de l'appui de bailleurs de fonds de recherche potentiels afin de soutenir le programme de recherche déterminé sur la réduction du sodium au Canada.

L'atelier était axé sur la détermination de questions de recherche dans les quatre secteurs thématiques suivants :

  1. santé et physiologie humaine;
  2. science de la nutrition et technologie alimentaire;
  3. passage du savoir à l'action;
  4. évaluation et surveillance.

Les intervenants de divers horizons qui ont participé à l'atelier ont déterminé les principales lacunes dans les connaissances et ont établi des priorités et élaboré des plans d'action en matière de recherche à l'égard des trois secteurs suivants : la santé, la science de la nutrition et la technologie alimentaire et le passage du savoir à l'action.

Possibilités de financement

L' Initiative pour le financement de la recherche sur la réduction de la teneur en sodium dans l'approvisionnement alimentaire au Canada du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNGC) et de l'Institut de la nutrition, du métabolisme et du diabète (INMD) des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC).

Les demandes relatives aux travaux décrits ci-dessous sont acceptées :

  • la recherche sur des procédés ou des technologies de remplacement qui permettront de répondre aux besoins en matière d'innocuité microbienne des aliments et de technologies alimentaires en réduisant la teneur en sodium sans augmenter indûment les coûts;
  • la détermination des conséquences de la réduction de la teneur en sodium des aliments sur leur salubrité microbienne et la façon de gérer ces conséquences avec efficacité;
  • la recherche, du point de vue de la technologie ou de la salubrité des aliments, sur l'efficacité, les risques éventuels et les avantages des solutions de remplacement au sel et aux ingrédients alimentaires à base de sodium présents dans les aliments;
  • la détermination des mécanismes physiologiques de la perception du goût qui sont touchés par le sodium, notamment les effets modificateurs de différentes matrices alimentaires.

Exigences :

Les candidats doivent travailler en partenariat avec un organisme industriel établi au Canada (il peut s'agir d'une entreprise individuelle, d'une association industrielle ou d'un groupe de production). Le CRSNG et l'INMD-IRSC invitent particulièrement les petites et moyennes entreprises à participer à cette initiative. Les partenaires industriels doivent apporter une contribution à l'appui des coûts directs du projet en fournissant un montant qui est au moins égal à celui demandé au CRSNG et doivent être en mesure d'exploiter les résultats prometteurs de la recherche. Pour élargir le partage de techniques et de technologies dans le but d'atteindre les cibles de réduction du sodium, ce qui favorisera la santé de toute la population canadienne, l'industrie alimentaire devrait envisager la recherche réalisée dans ce domaine comme un enjeu étranger à la concurrence.

Activités de recherche

  • Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) financent quatre subventions de fonctionnement lancées lors de l'annonce de priorités sur le sodium et la santé de l'automne 2010 et de l'hiver 2011 :
  • Dickhout, Jeffrey G. Role of endoplasmic reticulum (ER) stress in the development of kidney disease. Université McMaster.
  • Jhamandas, Jack . Role of RFamide peptides in CNS cardiovascular regulation. Université de l'Alberta.
  • L'Abbé, Mary. Evaluating the impact of Canada's Sodium Reduction Strategy on dietary intakes of sodium, the overall nutritional quality of the food supply, changes in food labelling, and consumer knowledge and attitudes towards sodium. Université de Toronto.
  • McLaren, Lindsay. Population-level prevention and implications for socioeconomic inequities in health: Dietary sodium as a case example. Université de Calgary.

Publications gouvernementales au sujet du sodium

 Canadians continue to consume too much sodium and not enough potassium
CM Tanase; KG Koski; PJ Laffey; MJ Cooper; KA Cockell. Revue canadienne de santé publique, 102(3): 164-8.
Mai-juin 2011
Des apports excessifs en sodium (Na) et insuffisants en potassium (K) sont deux facteurs connus qui contribuent à l'hypertension. Les teneurs en Na et en K basés sur des analyses récentes d'échantillons composites d'aliments vendus sur le marché canadien ont été appariées avec plus de 35 000 rappels alimentaires de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC 2.2). L'apport en Na de la majorité des Canadiens, qu'il s'agisse des nourrissons, des enfants, des adolescents ou des adultes, excède l'apport maximal tolérable (AMT) pour leur groupe d'âge et leur sexe. À l'opposé, l'apport en K de la vaste majorité des Canadiens n'atteint pas l'apport suffisant (AS). L'ensemble de la population canadienne doit faire passer son apport en Na sous l'AMT. Parallèlement, la consommation de produits laitiers, de fruits et de légumes doit être promue afin d'augmenter l'apport en K de sorte qu'il devienne conforme aux recommandations actuelles. Ces deux interventions sont requises pour contribuer à la réduction de l'hypertension au Canada. Notre rapport est le premier à être fondé directement sur des analyses d'aliments canadiens; il confirme les apports excessifs en Na et insuffisants en K des Canadiens. Grâce à son programme d'échantillonnage annuel des aliments consommés couramment au Canada, l'Étude canadienne de l'alimentation totale fournit un système-sentinelle important pour le suivi de ces facteurs de risque d'hypertension d'origine alimentaire.

 Apport alimentaire en sodium chez les Canadiens adultes souffrant d'hypertension et chez ceux ne souffrant pas d'hypertension
Y. Shi; M. de Groh; H. Morrison; C. Robinson; L. Vardy. Maladies chroniques au Canada. 31(2).
Mars 2011
Afin de connaître la quantité de sodium consommée par les sujets hypertensifs, après avoir tenu compte des facteurs confusionnels potentiels, nous avons examiné et comparé l'apport moyen quotidien en sodium des personnes atteintes d'hypertension à celui des gens qui en sont exempts.

 Sodium and potassium in composite food samples from the Canadian Total Diet Study
Corina M. Tanase; Philip Griffin; Kristine G. Koski; Marcia J. Cooper; Kevin A. Cockell. Journal of Food Composition and Analysis, 24(2): 237-43.
Mars 2011

Le sodium (Na) et le potassium (K) constituent des nutriments essentiels. Comme la population de plusieurs sociétés occidentales, les Canadiens consomment trop de NA et insuffisamment de K, deux facteurs contribuant à l'hypertension. Nous avons analysé la teneur en Na et en K de 154 composites alimentaires représentatifs des aliments les plus consommés au Canada issus de la collecte réalisée en 2007 dans le cadre de l'Étude canadienne de l'alimentation totale. À quelques exceptions près, la teneur en K des aliments à haute teneur en Na s'est révélée plus faible et vice versa. En sélectionnant leurs aliments judicieusement, les consommateurs pourraient éventuellement diminuer leur apport en Na tout en augmentant celui en K et profiter des bienfaits pour la santé attribués à ce renversement. De tels choix alimentaires seraient conformes avec le conseil nutritionnel courant selon lequel la consommation d'aliments transformés doit être réduite au profit d'une augmentation de l'apport en fruits et légumes frais.

 Canadians' and Health Care Professionals' Views on Sodium
Préparée pour l'Agence de santé publique du Canada par le Centre de recherche Décima Inc.
Décembre 2009
L'Agence de la santé publique du Canada a mandaté un tiers pour la réalisation d'une recherche sur l'opinion publique afin d'éclairer le Groupe de travail sur le degré sensibilisation actuel des Canadiens au sodium.

Sources de sodium dans le régime alimentaire canadien
Peter W.F Fischer; Michel Vigneault; Rong Huang; Konstantinia Arvaniti; Paula Roach. Applied Physiology, Nutrition, and Metabolism, 34(5): 884-92.
Octobre 2009
L'objectif de cette étude consiste à fournir de l'information sur les sources actuelles de sodium dans les aliments au Canada afin de déterminer où les efforts de réduction de sodium doivent être dirigés et d'obtenir une valeur de référence pour juger de l'efficacité des stratégies de diminution de la consommation de sodium. Un groupe de travail multipartite de Santé Canada travaille à l'élaboration de ces stratégies. Les données issues de l'Enquête sur la santé des collectivités canadiennes (ESCC 2.2) de 2004 ont été utilisées pour déterminer les groupes d'aliments qui contribuent le plus à la quantité de sodium dans l'alimentation.

 DROPPING THE SALT : Practical steps countries are taking to prevent chronic non-communicable diseases through population-wide dietary salt reduction
Préparé pour l'Agence de la santé publique du Canada par Sheila Penney.
Février 2009
Ce document a été préparé à la demande de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) à titre de document de base destiné aux participants à la réunion de l'ASPC/OPS de janvier 2009 ayant porté sur la mobilisation pour la réduction du sel de source alimentaire en Amérique.

Sommaire de l'Enquête 2009 auprès de l'industrie canadienne sur les progrès, les difficultés et l'incidence commerciale de la réduction du sodium dans les produits alimentaires transformés
2009
Agriculture et Agroalimentaire Canada a commandé une enquête qualitative de petite envergure afin de mieux saisir le degré de priorité accordé par l'industrie à la réduction du sodium, les difficultés qu'elle a rencontrées dans ce processus, les démarches qu'elle a adoptées à cette fin et l'incidence commerciale de ses efforts de réduction du sodium. Les données issues de cette enquête ont été recueillies en février et en mars 2009.

 Consommation de sodium à tous les âges
2007
Les Canadiens sont de grands consommateurs de sodium. Bien que ce nutriment soit indispensable à la régulation du volume sanguin et au fonctionnement normal des cellules, l'apport de la plupart des Canadiens dépasse largement les besoins nutritionnels ou les apports recommandés. En effet, selon les résultats de l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) - Nutrition réalisée en 2004, chez les personnes de 19 à 70 ans, plus de 85 % des hommes et de 60 % des femmes avaient des apports en sodium qui dépassaient la limite supérieure recommandée au-delà de laquelle les risques pour la santé augmentent.

Communiquez avec nous :
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :