Bulletin canadien des effets indésirables, Volume 24 - numéro 2 - avril 2014

ISSN 1499-9463
No cat H42-4/1-24-2F

(Version PDF - 594 Ko)

Direction générale des produits de santé et des aliments
Direction des produits de santé commercialisés
Équipe de rédaction du Bulletin canadien des effets indésirables

Dans ce numéro

Portée

Ce bulletin trimestriel prévient les professionnels de la santé des signaux potentiels qu'a pu révéler l'étude des notifications présentées à Santé Canada. Il s'agit d'un moyen utile pour stimuler la déclaration d'effets indésirables, ainsi que pour diffuser de l'information sur les effets indésirables soupçonnés chez l'humain concernant certains produits de santé, avant d'entreprendre des évaluations intégrées des risques et des avantages et de prendre des décisions réglementaires. L'évaluation continue des profils d'innocuité des produits de santé dépend de la qualité de vos déclarations.

Pour signaler des effets indésirables
Programme Canada Vigilance
Téléphone : 1-866-234-2345
Télécopieur : 1-866-678-6789

Des renseignements sur la marche à suivre pour déclarer un effet indésirable à Santé Canada sont publiés à la page Déclaration des effets indésirables associés aux médicaments et autres produits de santé.

Avertissement : On ne peut que soupçonner la plupart des effets indésirables (EI) des produits de santé à l'égard desquels on ne peut établir de lien prouvé de cause à effet. Les notifications spontanées d'EI ne peuvent servir pour déterminer l'incidence des EI, étant donné que les EI ne sont pas suffisamment signalés et l'étendue d'exposition des patients est inconnue.

La quétiapine et l'insuffisance hépatique aiguë

Points clés

  • Trois cas publiés (un cas au Canada et 2 cas à l'étranger) ont indiqué un lien de cause à effet probable entre l'utilisation de la quétiapine et l'apparition d'insuffisance hépatique aiguë.
  • Deux cas à l'étranger ont signalé une issue fatale. Pour ce qui est du cas canadien, l'état de la patiente s'est amélioré après le retrait du médicament.
  • Les professionnels de la santé sont encouragés à signaler à Santé Canada tout cas d'insuffisance hépatique soupçonnée d'être associée à la quétiapine.

La quétiapine (Seroquel) est un antipsychotique atypique indiqué pour la prise en charge des symptômes de la schizophrénie et des épisodes maniaques et dépressifs aigus associés au trouble bipolaireNote de bas de page 1. La préparation à libération prolongée est également indiquée pour le soulagement des symptômes du trouble dépressif majeur lorsque le traitement par les antidépresseurs approuvés actuellement disponibles a échoué en raison d'un manque d'efficacité et/ou de tolérabilitéNote de bas de page 2. Au Canada, la quétiapine est commercialisée depuis décembre 1997.

La toxicité médicamenteuse est une cause fréquente de l'insuffisance hépatique aiguëNote de bas de page 3. Cette affection a été définie comme étant la survenue de lésions hépatiques aiguës graves accompagnées d'un allongement du temps de prothrombine (rapport international normalisé égal ou supérieur à 1,5) et d'une altération quelconque de l'état mental se produisant moins de 26 semaines après le début de la maladie chez un patient sans cirrhose préexistanteNote de bas de page 3.

Au 30 septembre 2013, 3 cas d'insuffisance hépatique associée à l'utilisation de la quétiapine avaient été signalés à Santé Canada, dont l'un avait été publié dans la littératureNote de bas de page 4 (tableau 1). En ce qui concerne les 2 cas non publiés, l'un était impossible à évaluer en raison de données insuffisantes et l'autre a été jugé non pertinent puisqu'il était associé à une surdose d'acétaminophène.

La quétiapine est fortement métabolisée par le foie. Par conséquent, la monographie canadienne de la quétiapine (Seroquel) recommande d'administrer la quétiapine avec précaution chez les patients présentant des troubles hépatiques préexistants, ceux qui prennent des médicaments potentiellement hépatotoxiques ou en cas d'apparition de signes ou de symptômes d'insuffisance hépatique au cours du traitementNote de bas de page 1. La monographie décrit aussi l'apparition d'une élévation asymptomatique des transaminases hépatiques chez certains patients traités par la quétiapine. L'insuffisance hépatique n'est pas mentionnée dans la monographie.

À l'étranger, 2 autres cas d'insuffisance hépatique aiguë soupçonnée d'être associée à l'utilisation de la quétiapine ont été publiés dans la littérature (tableau 1)Note de bas de page 5 Note de bas de page 6.

Tableau 1 : Résumé des 3 cas publiés (un cas au Canada et 2 cas à l'étranger) d'insuffisance hépatique aiguë soupçonnée d'être associée à la quétiapine Tableau 1 Note de bas de page *
Cas Âge/sexe Dose Indication déclarée Durée de l'exposition Issue
1Note de bas de page 4 Tableau 1 Note de bas de page 59/F Non précisée Hallucinations 6 semaines Rétablie
2Note de bas de page 5 Tableau 1 Note de bas de page 58/F 100 mg par jour Non précisée (mais la patiente avait des antécédents de trouble bipolaire) 1 mois Décès
3Note de bas de page 6 Tableau 1 Note de bas de page § 77/F 12,5 mg 2 fois par jour Symptômes d'agitation et insomnie grave 9 jours Décès
Note de bas de page *

On ne peut utiliser ces données pour déterminer l'incidence des effets indésirables (EI) étant donné que les EI font l'objet de notifications insuffisantes et qu'on n'a tenu compte ni de l'exposition des patientes ni de la durée de commercialisation du médicament.

Retour à la référence de le tableau 1 note de bas de page *

Tableau 1 Note de bas de page †

Conditions médicales concomitantes : maladie de Parkinson; médicaments utilisés de façon concomitante : carbidopa-lévodopa, oxazépam et pramipexole (discontinués avant l'administration de la quétiapine).

Retour à la référence de le tableau 1 note de bas de page

Tableau 1 Note de bas de page ‡

Conditions médicales concomitantes : diabète sucré, hypertension, hypothyroïdie et pancréatite avec calcul biliaire pour lequel la patiente avait déjà subi une cholécystectomie; médicaments utilisés de façon concomitante : metformine, ramipril, lithium et thérapie thyroïdienne substitutive.

Retour à la référence de le tableau 1 note de bas de page

Note de bas de page §

Aucune condition médicale concomitante documentée; aucun médicament utilisé de façon concomitante.

Retour à la référence de le tableau 1 note de bas de page §

Étant donné la relation temporelle entre le début de la prise du médicament et l'apparition des symptômes, et compte tenu de l'absence d'autres causes plausibles, l'existence d'un lien de cause à effet entre l'utilisation de la quétiapine et l'apparition d'insuffisance hépatique aiguë dans les 3 cas publiés est probable. Deux cas à l'étranger ont signalé une issue fataleNote de bas de page 5 Note de bas de page 6. Pour ce qui est du cas canadien, la patiente a vu son état s'améliorer après le retrait du médicamentNote de bas de page 4. Le mécanisme précis de cet effet n'est pas clairement défini.

On rappelle aux professionnels de la santé que cet effet indésirable peut être sous-déclaré et on les encourage à signaler à Santé Canada tout cas d'insuffisance hépatique soupçonnée d'être associée à la quétiapine.

Marie-Thérèse Bawolak, PhD, Santé Canada

Note de bas de page 1

Seroquel (comprimés de fumarate de quétiapine à libération immédiate) [monographie de produit]. Mississauga (Ont.): AstraZeneca Canada Inc.; 2013.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Seroquel XR (comprimés de fumarate de quétiapine à libération prolongée) [monographie de produit]. Mississauga (Ont.): AstraZeneca Canada Inc.; 2013.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Abboud G, Kaplowitz N. Drug-induced liver injury. Drug Saf 2007;30(4):277-94. [PubMed]

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Al Mutairi F, Dwivedi G, Al Ameel T. Fulminant hepatic failure in association with quetiapine: A case report. J Med Case Rep 2012;6(1):418. [PubMed]

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

El Hajj I, Sharara AI, Rockey DC. Subfulminant liver failure associated with quetiapine. Eur J Gastroenterol Hepatol 2004;16(12):1415-8. [PubMed]

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Naharci MI, Karadurmus N, Demir O, et al. Fatal hepatotoxicity in an elderly patient receiving low-dose quetiapine. Am J Psychiatry 2011;168(2):212-3. [PubMed]

Retour à la référence de la note de bas de page 6

L'azithromycine et le syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse

Points clés

  • Le syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse, une condition potentiellement mortelle, a été signalée chez des patients prenant l'azithromycine, bien que le nombre de déclarations soit faible.
  • Un cas de syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse soupçonné d'être associé à l'azithromycine a été signalé à Santé Canada.
  • Le diagnostic précoce et le retrait rapide du médicament à l'origine de la réaction sont importants afin d'obtenir les meilleurs résultats possibles chez les patients atteints du syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse.
  • Il est important de distinguer le syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse d'autres réactions cutanées potentiellement mortelles d'origine médicamenteuse, car le traitement varie d'une affection à l'autre.

L'azithromycine (Zithromax) est un antibiotique macrolide qui est largement prescrit. Il est indiqué pour traiter une variété d'infections bactériennes, incluant l'otite moyenne aiguë, la pharyngite et l'amygdalite, les surinfections des bronchopneumopathies chroniques obstructives, la pneumonie, les infections non compliquées de la peau et de ses annexes, et les infections génito-urinairesNote de bas de page 7.

Le syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse (syndrome DRESS ou Drug Reaction with Eosinophilia and Systemic Symptoms) décrit un groupe hétérogène d'effets indésirables médicamenteux rares mais gravesNote de bas de page 8. On l'observe plus fréquemment chez les patients prenant des anticonvulsivants, avec des incidences signalées se situant entre 1 pour 1 000 et 1 pour 10 000 personnes exposées et un taux de mortalité atteignant environ 10 à 20 %Note de bas de page 9. Le syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse se manifeste habituellement entre 2 semaines et 2 mois suivant le début de la prise du médicament. Il est associé à de la fièvre, à une affection cutanée grave accompagnée de papules infiltrées caractéristiques et d'un œdème facial ou d'une dermatite exfoliatrice, à une lymphadénopathie, à des anomalies hématologiques (hyperéosinophilie et lymphocytes atypiques) et à une atteinte de plusieurs organes (p.ex., le foie, le rein)Note de bas de page 9 Note de bas de page 10 Note de bas de page 11. La pathogenèse du syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse est inconnue. Il est difficile d'établir un diagnostic définitif de syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse en raison de la grande variabilité des manifestations cliniques, mais différentes lignes directrices décrivant les critères diagnostiques ont été publiéesNote de bas de page 11 Note de bas de page 12.

Au 30 novembre 2013, Santé Canada avait reçu une déclaration de syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse soupçonné d'être associé à l'azithromycine. La déclaration fait mention d'une femme de 60 ans qui a été atteinte du syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse 18 jours après avoir pris de l'azithromycine pour traiter une pharyngite.

Certains cas de syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse associé à l'azithromycine ont fait l'objet de publications dans la Note de bas de page 8 Note de bas de page 13 Note de bas de page 14 Note de bas de page 15. Un cas portait sur un garçon de 8 ansNote de bas de page 15 et un autre cas s'est soldé par le décès d'une fillette de 2 ansNote de bas de page 8.

À l'heure actuelle, le syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse ne figure pas dans la monographie de produit canadienne de Zithromax, mais d'autres réactions allergiques cutanées graves (p. ex., le syndrome de Stevens-Johnson et la nécrolyse épidermique toxique) sont mentionnéesNote de bas de page 7. Santé Canada travaille actuellement avec le fabricant dans le but de mettre à jour la monographie de produit canadienne concernant ces renseignements en matière d'innocuité.

Le diagnostic précoce et la discontinuation rapide du médicament à l'origine de la réaction sont importants afin d'obtenir les meilleurs résultats possibles chez les patients atteints du syndrome d'hypersensibilité médicamenteuseNote de bas de page 9 Note de bas de page 16. Il est important de distinguer le syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse d'autres réactions cutanées potentiellement mortelles d'origine médicamenteuse telles que le syndrome de Stevens-Johnson et la nécrolyse épidermique toxique, car le traitement varie d'une affection à l'autreNote de bas de page 16. Le traitement du syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse peut comprendre des mesures de soutien (p. ex., soutien nutritionnel et liquidien) et/ou un traitement par un corticostéroïde systémique, selon la gravité de l'état du patientNote de bas de page 9 Note de bas de page 16 Note de bas de page 17.

On rappelle aux professionnels de la santé que cet effet indésirable peut être sous-diagnostiqué et sous-déclaré et on les encourage à signaler à Santé Canada tout cas de syndrome d'hypersensibilité médicamenteuse soupçonné d'être associé à l'azithromycine.

Jiazhen Minnie Dai, PhD, Santé Canada

Note de bas de page 7

Zithromax (dihydrate d'azithromycine) [monographie du produit]. Kirkland (Qc): Pfizer Canada inc.; 2013.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Walsh S, Diaz-Cano S, Higgins E, et al. Drug reaction with eosinophilia and systemic symptoms: is cutaneous phenotype a prognostic marker for outcome? A review of clinicopathological features of 27 cases. Br J Dermatol 2013;168(2):391-401. [PubMed]

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Criado PR, Avancini J, Santi CG, et al. Drug reaction with eosinophilia and systemic symptoms (DRESS): a complex interaction of drugs, viruses and the immune system. Isr Med Assoc J 2012;14(9):577-82. [PubMed].

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

Bocquet H, Bagot M, Roujeau JC. Drug-induced pseudolymphoma and drug hypersensitivity syndrome (drug rash with eosinophilia and systemic symptoms: DRESS). Semin Cutan Med Surg 1996;15(4):250-7. [PubMed]

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Kardaun SH, Sekula L, Valeyrie-Allanore L, et al. Drug reaction with eosinophilia and systemic symptoms (DRESS): an original multisystem adverse drug reaction. Results from the prospective RegiSCAR study. Br J Dermatol 2013;169(5):1071-80. [PubMed]

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

Shiohara T, Iijima M, Ikezawa Z, et al. The diagnosis of a DRESS syndrome has been sufficiently established on the basis of typical clinical features and viral reactivations. Br J Dermatol 2007;156(5):1083-4. [PubMed]

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

Cascaval RI, Lancaster DJ. Hypersensitivity syndrome associated with azithromycin. Am J Med 2001;110(4):330-1. [PubMed]

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

Pursnani A, Yee H, Slater W, et al. Hypersensitivity myocarditis associated with azithromycin exposure. Ann Intern Med 2009;150(3):225-6. [PubMed]

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

Bauer KA, Brimhall AK, Chang TT. Drug reaction with eosinophilia and systemic symptoms (DRESS) associated with azithromycin in acute Epstein-Barr virus infection. Pediatr Dermatol 2011;28(6):741-3. [PubMed]

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Note de bas de page 16

Husain A, Reddy BY, Schwartz RA. DRESS syndrome: Part II. Management and therapeutics. J Am Acad Dermatol 2013;68(5):709.e1-9e. [PubMed]

Retour à la référence de la note de bas de page 16

Note de bas de page 17

Tas S, Simonart T. Management of drug rash with eosinophilia and systemic symptoms (DRESS syndrome): an update. Dermatology 2003;206(4):353-6. [PubMed]

Retour à la référence de la note de bas de page 17

Le clopidogrel et l'hémophilie acquise

Contexte :

Le clopidogrel (Plavix) est un inhibiteur de l'agrégation plaquettaire indiqué dans le traitement des conditions telles que l'infarctus du myocarde, l'accident vasculaire cérébral ou la maladie artérielle périphérique établie, le syndrome coronarien aigu, ainsi que la fibrillation auriculaireNote de bas de page 18Note de bas de page *.

L'hémophilie acquise est une maladie hémorragique rare causée par des auto-anticorps dirigés contre des facteurs de coagulation plasmatiques, en particulier le facteur VIII (c.-à-d., hémophilie A acquise)Note de bas de page 19. La cause de cette condition est inconnue chez la moitié des patients, mais des liens avec des tumeurs malignes, la grossesse, des maladies auto-immunes et des médicaments ont été décritsNote de bas de page 20 Note de bas de page 21. Sur le plan clinique, cette condition est caractérisée par des hémorragies spontanées et souvent importantes chez des patients sans antécédents d'hémorragiesNote de bas de page 21. La maîtrise de l'hémorragie aiguë est prioritaire en raison du risque élevé de mortalité précoceNote de bas de page 19.

Les résultats de laboratoire typiques de l'hémophilie A acquise comprennent un temps de céphaline activé (TCA) allongé et un faible taux de facteur  VIIINote de bas de page 22. Les temps de thrombine et de prothrombine sont normaux, tout comme la numération et la fonction plaquettaires. La recherche d'un inhibiteur du facteur VIII devrait être envisagée si le TCA est allongéNote de bas de page 20. La prise en charge comprend le traitement de l'hémorragie active et la suppression de l'anticorps inhibiteurNote de bas de page 19 Note de bas de page 21.

Résumé :

En septembre 2013, le fabricant de Plavix a informé les médecins du Royaume-Uni de 11 cas d'hémophilie A acquise et d'un cas d'hémophilie B acquise chez des patients traités par clopidogrel depuis la mise en marché du produitNote de bas de page 23. Les patients étaient âgés de 65 à 81 ans. Dans certains cas, aucun antécédent d'hémostase anormale n'avait été déclaré. Le délai d'apparition allait de quelques jours à 4 mois après le début du traitement par clopidogrel. Aucun décès n'a été signalé.

L'hémophilie acquise soupçonnée d'être associée à l'utilisation du clopidogrel a été signalée dans la littérature scientifiqueNote de bas de page 20 Note de bas de page 24.

Au 30 septembre 2013, on ne comptait aucune déclaration d'hémophilie acquise soupçonnée d'être associée au clopidogrel au Canada.

Prochaines étapes :

Les professionnels de la santé devraient connaître le lien possible entre l'hémophilie acquise et l'utilisation du clopidogrel.

  • L'accroissement du nombre d'ecchymoses ne devrait pas être attribué à l'action antiplaquettaire du clopidogrel, à moins que la numération plaquettaire et le test de dépistage des troubles de la coagulation soient normauxNote de bas de page 20.
  • Dans les cas confirmés de TCA allongé de manière isolée, avec ou sans saignements, l'hémophilie acquise devrait être considéréeNote de bas de page 18.
  • Les patients qui présentent un diagnostic confirmé d'hémophilie acquise devraient être pris en charge et traités par des spécialistes, et le traitement par clopidogrel devrait être interrompuNote de bas de page 18.

L'hémophilie acquise a été ajoutée dans la section Mises en garde et précautions et dans certaines sections Effets indésirables du médicament signalés après la commercialisation du produit de certaines des monographies de produit canadiennes associées au clopidogrelNote de bas de page 18 Note de bas de page 25 Note de bas de page 26 Note de bas de page 27 Note de bas de page 28 Note de bas de page 29 Note de bas de page 30.

Ilhemme Djelouah, RPh, BScPhm, DIS biologie médicale (Université de Paris V), Santé Canada

Note de bas de page *

L'indication pour Plavix a été abrégée aux fins du présent article. Pour en obtenir une description complète, veuillez vous référer à la plus récente monographie de produit canadienne de Plavix en consultant la page Recherche de produits pharmaceutiques en ligne.

Retour à la référence de la note de bas de page *

Note de bas de page 18

Plavix (clopidogrel) [monographie du produit]. Laval (Qc): sanofi-aventis Canada Inc.; 2013.

Retour à la référence de la note de bas de page 18

Note de bas de page 19

Baudo F, Caimi T, de Cataldo F. Diagnosis and treatment of acquired haemophilia. Haemophilia 2010;16(102):102-6. [PubMed]

Retour à la référence de la note de bas de page 19

Note de bas de page 20

Haj M, Dasani H, Kundu S, et al. Acquired haemophilia A may be associated with clopidogrel. BMJ 2004;329(7461):323. [PubMed].

Retour à la référence de la note de bas de page 20

Note de bas de page 21

Foley PW, Pepperell D, Kazmi R, et al. Unsuspected acquired haemophilia in a patient with myocardial infarction. J R Soc Med 2004;97(11):542-3. [PubMed]

Retour à la référence de la note de bas de page 21

Note de bas de page 22

Giangrande P. Acquired haemophilia. Revised edition. In: Mahlangu J, ed. Treatment of Hemophilia. World Federation of Hemophilia. 2012;38:1-7.

Retour à la référence de la note de bas de page 22

Note de bas de page 23

Hwang HW, Kong JH, Yu DW, et al. A patient with acquired hemophilia A induced by clopidogrel. Korean J Hematol 2012;47(1):80-2. [PubMed]

Retour à la référence de la note de bas de page 23

Note de bas de page 24

Haemophilia risk with clopidogrel. Reactions Weekly 2013;1471(1):3.

Retour à la référence de la note de bas de page 24

Note de bas de page 25

Apo-Clopidogrel (clopidogrel) [monographie du produit]. Toronto (Ont.): Apotex Inc.; 2014.

Retour à la référence de la note de bas de page 25

Note de bas de page 26

Auro-Clopidogrel (clopidogrel) [monographie du produit]. Woodbridge (Ont.): Auro Pharma Inc.; 2013.

Retour à la référence de la note de bas de page 26

Note de bas de page 27

Mylan-Clopidogrel (clopidogrel)[monographie du produit]. Toronto (Ont.): Mylan Pharmaceuticals ULC; 2014.

Retour à la référence de la note de bas de page 27

Note de bas de page 28

Mint-Clopidogrel (clopidogrel)[monographie du produit]. Mississauga (Ont.): Mint Pharmaceuticals Inc.; 2014.

Retour à la référence de la note de bas de page 28

Note de bas de page 29

Ran-Clopidogrel (clopidogrel) [monographie du produit]. Mississauga (Ont.): Ranbaxy Pharmaceuticals Canada Inc.; 2014

Retour à la référence de la note de bas de page 29

Note de bas de page 30

Sandoz Clopidogrel (clopidogrel)[monographie du produit]. Boucherville (Qc): Sandoz Canada Inc.; 2014.

Retour à la référence de la note de bas de page 30

Sommaire trimestriel des avis à l'intention des professionnels de la santé et des consommateurs

Avis à l'intention des professionnels de la santé et des consommateurs affichés entre le 22 novembre 2013 et le 24 février 2014
DateTableau 2 Note de bas de page * Produit Sujet
19 fév Telzir (fosamprénavir calcique) Nouvelles recommandations concernant l'utilisation sécuritaire
7 fév Générateurs électrochirugicaux Bovie de Gyrus Risque possible d'incendie
5 fév Lithium Risque d'hypercalcémie et d'hyperparathyroïdie
4 fév Aliskirène, inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine et antagonistes des récepteurs de l'angiotensine Nouveaux avertissements concernant les risques de combiner ces médicaments
3 fév Cosopt (chlorhydrate de dorzolamide et maléate de timolol) collyre sans préservateur Risque de blessures oculaires en raison des modifications apportées à l'ampoule à dose unique
3 fév Produits de santé non autorisés Produits contenant des médicaments sur ordonnance non déclarés retirés du magasin West Box de Burnaby
30 jan Contraceptifs oraux d'urgence contenant du lévonorgestrel Évaluation de l'efficacité chez les femmes au-delà d'un certain poids
27 jan Arzerra (ofatumumab) Recommandations en matière de dépistage, de surveillance et de prise en charge de la réactivation du virus de l'hépatite B
24 jan Glimépiride de Sandoz Rappel : erreur d'étiquetage sur les boîtes
17 jan Effient (chlorhydrate de prasugrel) Risque accru de saignements chez les patients traités pour certains types de crise cardiaque à l'hôpital
14 jan Glucomètre TRUEtrack Rappel : possible erreur d'affichage de la glycémie
13 jan Contenants flexibles de solution intraveineuse de Hospira Risque de fuites dans certains lots
10 jan Produits Sandoz liquides injectables Présence possible de particules dans des fioles de verre
10 jan Jevtana (cabazitaxel) Potentiel d'erreurs de médication menant à une surdose
3 jan Sublinox (tartrate de zolpidem) Nouvelle posologie recommandée
3 jan Vitamines Alive - gelée royale 1 200 mg Rappel : contamination par du chloramphénicol
27 déc Revlimid (lénalidomide) Risque de problèmes de foie
24 déc Co-fluvoxamine (100 mg) Rappel : certains contenants pourraient contenir des pilules de ciprofloxacine
19 déc Phénytoïne sodique injection USP 50 mg/mL Présence possible de particules dans des fioles de 2 et 5 mL
18 déc Méthotrexate sodique injectable à 25 mg/mL (en 2 mL) Rappel : présence possible de fioles fissurées
18 déc Produit de santé naturel non homologué MaxHIMize Contient des bactéries et de la caféine non déclarée
17 & 23 décTableau 2 Note de bas de page Plusieurs produits de santé naturels Rappel : possible contamination par du chloramphénicol
5 déc & 24 jan Produits d'épilation au laser non homologués Risque de dommages aux yeux
5 décTableau 2 Note de bas de page Produits de santé naturels vendus par Lion King Health Enterprises Group Ltd. Produits additionnels saisis contiennent des ingrédients cachés et des substances non homologuées
3 déc Xeloda (capécitabine) Risque de réactions cutanées graves
27 & 30 nov Marcaine (chlorhydrate de bupivacaïne injectable USP) 0,25 % et 0,5 % et Marcaine E (chlorhydrate de bupivacaïne et épinéphrine injectable USP) 0,25 % et 0,5 % Rappel : possibilité de présence de particules incrustées dans les flacons
27 nov Propofol-II en émulsion injectable à 1% (10 mg/mL), 1000 mg/100 mL Rappel : présence de particules étrangères
22 & 25 nov Endometrin (comprimés vaginaux effervescents de progestérone 100 mg) Rappel : possibles problèmes d'efficacité
22 novembre au 24 février Produits de l'étranger 9 Alertes concernant les produits de l'étranger (APE) ont été affichées pendant cette période
Tableau 2 Note de bas de page *

Date de diffusion. Cette date peut différer de la date d'affichage.

Retour à la référence de le tableau 2 note de bas de page *

Tableau 2 Note de bas de page †

Mise à jour d'un avis précédent.

Retour à la référence de le tableau 2 note de bas de page

Pour recevoir le bulletin et les avis sur les produits de santé gratuitement par courriel, abonnez-vous à l'Avis électronique MedEffet.

Bulletin canadien des effets indésirables

Santé Canada
Direction des produits de santé commercialisés
Localisateur 0701D
Ottawa (Ontario) K1A 0K9
Téléphone : 613-954-6522
Télécopieur : 613-952-7738

Équipe de rédaction
Patricia Carruthers-Czyzewski, BScPhm, MSc (Rédactrice en chef)
Christianne Scott, BPharm, MBA
Jared Cousins, BSP
Hoa Ly, BSc
Emir Al-Khalili, RPh, BScPhm, MSc
Nicoleta Hosszu Ungureanu, MSc

Remerciements
Nous remercions Sally Pepper, RPh, BScPhm, ainsi que Alexandre Pratt et Rachel Mailhot, étudiants en sciences biomédicales, pour leur participation dans la production de ce numéro.

Des suggestions?
Vos commentaires sont importants pour nous. Dites-nous ce que vous pensez.

Signaler des effets indésirables
Programme Canada Vigilance
Téléphone : 1-866-234-2345
Télécopieur : 1-866-678-6789

Droit d'auteur
© 2014 Sa Majesté la Reine du Chef du Canada. Cette publication peut être reproduite sans autorisation à condition d'en indiquer la source en entier. Il est interdit de l'utiliser à des fins publicitaires. Santé Canada n'accepte pas la responsabilité de l'exactitude ou de l'authenticité des renseignements fournis dans les notifications.

En raison des contraintes de temps concernant la production de cette publication, les informations publiées peuvent ne pas refléter les informations les plus récentes.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :