Page 4 - Changement climatique, santé et bien-être : Notions préliminaires aux politiques pour le nord canadien

Le changement climatique dans le Nord canadien

Les scientifiques, les gouvernements et les organismes internationaux reconnaissent que l'accumulation des gaz à effet de serre dans l'atmosphère modifiera le climat terrestre et sera préjudiciable au milieu et à la santé et au bien-être de l'humanitéNote de bas de page 1. L'ampleur des effets potentiels de ce phénomène sur la santé est importante. Certaines collectivités, comme celles du Nord canadien, seront plus vulnérables que d'autres pour des raisons sociales ou culturelles (dépendance à l'égard des terres), ou pour des raisons qui tiennent à la géographie, à la santé ou aux ressources limitées. Aux fins du présent document, le Nord canadien regroupe les trois territoires, le Nunavik, le Labrador et la partie nord des provinces. Il existe déjà beaucoup d'initiatives visant à mieux comprendre les causes et le comportement à long terme du changement et de la variabilité climatiques au Canada et à mieux y faire face.

Le Canada est un pays nordique; il est donc probable que le réchauffement dû au changement climatique y sera plus rapide que dans les pays situés plus au sud. Les températures moyennes au Canada ont monté de plus de 1 ºC au cours du dernier siècle. Les plus fortes augmentations ont été observées dans les régions du centre, du nord-ouest et du nord. Au cours de la même période, il y a eu des baisses de températures dans les régions les plus à l'est. Il y aura aussi une augmentation de la variabilité climatique, et nous pouvons nous attendre à un plus grand nombre de phénomènes météorologiques extrêmes. Une grande partie du centre et du nord du Canada devrait connaître une hausse moyenne de la température de 5 ºC ou plus d'ici la seconde moitié du siècle, alors que les eaux côtières du Labrador et de Terre-Neuve ainsi que les régions côtières voisines devraient continuer à se refroidir. Le reste du Canada, y compris les plus grandes collectivités, se situe dans la fourchette d'augmentation de 3 ºC à 5 ºC Note de bas de page 2 .

Le changement climatique exerce des effets sur les écosystèmes naturels de toutes les régions du Nord canadien. Le Troisième rapport national du Canada sur les changements climatiques (http://www.climatechan ge.gc.ca/french/3rn/toc.html) documente les effets du changement climatique dans la partie ouest de l'Arctique canadienNote de bas de page 3. Cette région s'est réchauffée d'environ 1,5 ºC au cours des 40 dernières années, tandis que le centre de l'Arctique s'est réchauffé d'environ 0,5 ºC. Le Troisième rapport national souligne plusieurs changements physiques prévus pour le Nord canadien, notamment :

  • les changements dans l'étendue et l'épaisseur de la glace de mer de l'Arctique ;
  • la fonte du pergélisol et des sédiments riches en glace, et une augmentation des étendues d'eau libre le long des littoraux en hiver. Ces changements réduiraient considérablement la solidité du sol, ce qui pourrait provoquer des glissements de terrains, augmenter l'apport de sédiments dans les cours d'eau et diminuer ou éliminer la capacité des matériaux terrestres de soutenir les bâtiments et les installations de transport ;
  • l'altération de la répartition et de l'abondance de certaines espèces végétales et animales, et l'apparition d'espèces du sud telles que les saumons du Pacifique et le merle dans l'Arctique signalée pour la première fois de mémoire d'homme, comme l'indiquent les recherches sur le savoir traditionnel ;
  • l'augmentation des étendues d'eau libre en hiver et au printemps, ce qui rend la chasse plus dangereuse ;
  • la fonte du manteau nival permanent au Yukon pour la première fois depuis des milliers d'années ;
  • la croissance de la pêche durable pour la plupart des populations de poisson de l'Arctique et pour les populations d'eau douce nordiques, alors qu'on enregistre une baisse générale des populations de poissons marins du Pacifique (p. ex. les saumons et la morue des régions du sud) ainsi que des populations dulçaquicoles du sud (p. ex. les truites, les corégones et l'ombre).

Les habitants des collectivités du Nord canadien signalent aussi des changements dans le climat local et les écosystèmes environnants. Par exemple, le rapport Inuit Observations on Climate Change, qui décrit les observations du Hunters and Trappers Committee de Sachs Harbour, documente le problème du changement climatique arctique à l'intention des publics canadien et étrangerNote de bas de page 4. Lors de la Conférence des Anciens sur le changement climatique tenue en mars 2001 à Cambridge Bay (Nunavut), les participants ont fait plusieurs observations sur les changements du climat. Par ailleurs, au Nunavik et dans certaines parties du Labrador de l'Arctique de l'Est, des changements significatifs dans les ressources en eau, les sources de nourriture et d'autres éléments d'écosystèmes particuliers ont été signalés. Certaines des observations des résidents du Nord contenues dans ces rapports sont présentées ci-dessous. Elles illustrent la diversité et la complexité des effets du changement climatique dont sont témoins les habitants du Nord.

Observations des Inuits sur le changement climatiqueNote de bas de page 5

  • Le climat devient de plus en plus imprévisible; le paysage n'est plus le même.
  • La glace de mer d'hiver est mince et se brise, rendant la chasse très dangereuse.
  • Les tempêtes d'automne sont plus fréquentes et plus violentes, ce qui rend la navigation difficile.
  • L'invasion de mouches et de moustiques rend la vie des humains et des animaux difficile.
  • Dans les eaux proches de Sachs Harbour, on a pris des saumons pour la première fois.
  • Les fondations des immeubles se déplacent en raison de la fonte du pergélisol.

Conférence des Anciens sur le changement climatiqueNote de bas de page 6

  • Les hivers sont plus courts, et les étés plus longs.
  • La glace commence à disparaître des glaciers et des fjords. Le pergélisol fond. Il pousse de la végétation là où il y avait autrefois de la glace.
  • Les rayons solaires sont plus forts; les Inuits ont besoin de crèmes solaires plus puissantes.
  • Nous voyons maintenant des oiseaux et des espèces sauvages que nous n'avons jamais vus auparavant. Les corbeaux sont partout; les oies des neiges sont trop nombreuses.
  • Les vents forts peuvent être dangereux. À cause du réchauffement planétaire, nous pourrions subir des catastrophes telles que les ouragans.
  • La viande de caribou a un goût différent. Nous nous inquiétons des contaminants et des maladies qu'elle peut transporter. La peau des caribous est plus mince.
  • La glace d'automne se forme plus tard; il peut être dangereux de se déplacer dessus avant Noël.
  • Les niveaux de l'eau baissent.
  • Un plus grand nombre de bateaux naviguent dans le passage du Nord-Ouest à cause de la couverture de glace qui est plus petite ces dernières années.

Nunavik et LabradorNote de bas de page 7

  • Les niveaux d'eau sont plus bas dans certains cours d'eau, et des ruisseaux et lacs se sont asséchés.
  • La glace se brise plus tôt et semble plus mince.
  • On voit plus de caribous malades.
  • Il y a moins de neige sur la glace.
  • Les glaciers du nord sont en train de fondre.
  • Les tempêtes d'automne sont plus violentes.
  • Les changements dans les conditions météorologiques entraînent des périodes de temps doux imprévisibles.
  • La terre est beaucoup plus sèche.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :