Insecticides de la classe des néonicotinoïdes

Les néonicotinoïdes font partie d'un groupe de pesticides utilisés en agriculture pour protéger les cultures contre différents insectes. Ils servent également à d'autres fins, par exemple à tuer des insectes à l'intérieur des maisons et à lutter contre les puces présentes sur les animaux de compagnie. Il y a trois néonicotinoïdes principaux dont l'utilisation est actuellement homologuée en agriculture au Canada, soit l'imidaclopride, la clothianidine et le thiaméthoxame.

L'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada a effectué pour ces néonicotinoïdes un certain nombre d'examens postérieurs à la commercialisation dont la nature était complexe et extrêmement variée. Les éléments suivants ont été examinés :

Mises à jour de Santé Canada sur les pesticides de la classe des néonicotinoïdes

Trouvez des renseignements sur les progrès réalisés dans le cadre des évaluations entreprises par Santé Canada concernant les insecticides de la classe des néonicotinoïdes.

Rapports d'incidents touchant les insectes pollinisateurs

Au Canada comme ailleurs dans le monde, le déclin des populations d'abeilles domestiques et des autres insectes pollinisateurs a suscité un vif intérêt auprès de la communauté scientifique et du grand public. Les renseignements scientifiques dont on dispose suggèrent qu'il pourrait s'agir de l'action combinée de plusieurs facteurs, comme la destruction des habitats, l'appauvrissement des sources de nourriture, les maladies, les virus, les organismes nuisibles et l'exposition aux pesticides.

En 2012, Santé Canada a commencé à recevoir un grand nombre de rapports d'incident concernant les abeilles. De concert avec de nombreux intervenants, Santé Canada a mis en œuvre des mesures de réduction des risques afin de réduire au minimum l'exposition des insectes pollinisateurs. En 2014, Santé Canada a imposé d'autres restrictions de manière à protéger les pollinisateurs de l'exposition à la poussière libérée lors du semis des semences de maïs et de soja traitées avec des néonicotinoïdes. Grâce à la mise en œuvre de ces mesures d'atténuation des risques, Santé Canada a constaté une diminution considérable du nombre d'incidents déclarés. Le nombre d'incidents mettant en cause les abeilles déclarés en 2014, 2015 et 2016 était de 70 à 80 % inférieur à celui déclaré en 2013 et le nombre d'incidents est demeuré faible de 2017 à 2019. Santé Canada continue de surveiller les rapports d'incidents concernant les abeilles.

Rapports d'incidents touchant des pollinisateurs déclarés à Santé Canada

Évaluations axées sur les pollinisateurs (réévaluations de l'imidaclopride, de la clothianidine et du thiaméthoxame)

En 2012, en réaction à une nouvelle étude et à l'instauration d'un nouveau cadre nord-américain d'évaluation des risques pour les pollinisateurs, Santé Canada a entrepris les réévaluations de l'imidaclopride, de la clothianidine et du thiaméthoxame axées sur les insectes pollinisateurs. Ces évaluations comportent l'examen d'un nombre exceptionnellement élevé d'études qui ont été réalisées par des chercheurs et des titulaires. Pour obtenir de l'information sur le cadre d'évaluation des risques pour les pollinisateurs ainsi que sur la protection des pollinisateurs, consultez la page Protection des insectes pollinisateurs du site Canada.ca.

Santé Canada a terminé les réévaluations de ces trois néonicotinoïdes axées sur les insectes pollinisateurs et a publié ses décisions en avril 2019. Afin de protéger les pollinisateurs, Santé Canada a révoqué plusieurs utilisations des néonicotinoïdes sur des cultures qui attirent les abeilles, comme les vergers, et a interdit la pulvérisation avant et pendant la floraison sur certaines plantes cultivées comme les petits fruits et les légumes-fruits. Le traitement des semences a été jugé acceptable. Cependant, Santé Canada a exigé l'ajout d'énoncés sur les étiquettes pour toutes les cultures de céréales et de légumineuses afin de réduire au minimum l'exposition des pollinisateurs pendant le semis des semences traitées.

Les décisions de réévaluation axées sur les pollinisateurs rendues à l'égard de la clothianidine, du thiaméthoxame et de l'imidaclopride ont été mises en œuvre le 11 avril 2021. On peut consulter les étiquettes qui figurent actuellement sur les produits dans la base de données Recherche dans les étiquettes de pesticides.

Rapports des évaluations axées sur les pollinisateurs de Santé Canada

Évaluations axées sur les pollinisateurs – abeille des courges (examens spéciaux de l'imidaclopride, de la clothianidine et du thiaméthoxame)

En 2014, Santé Canada a entrepris l'examen spécial des produits contenant de la clothianidine, de l'imidaclopride et du thiaméthoxame qui sont homologués pour une utilisation sur les cultures de cucurbitacées, comme les citrouilles, les courges et les pastèques à confire. L'aspect préoccupant que visaient ces examens spéciaux concernait le risque environnemental associé à une espèce d'abeille fouisseuse spécifique, l'abeille des courges (Peponapis pruinosa).

Les décisions de réévaluation axées sur les pollinisateurs ont été mises en œuvre en 2019. Ces décisions ont entraîné des changements à l'homologation des utilisations de ces néonicotinoïdes sur les cultures de cucurbitacées. On peut consulter les étiquettes qui figurent actuellement sur les produits dans la base de données Recherche dans les étiquettes de pesticides.

Santé Canada a publié les projets de décision d'examen spécial en juin 2021. Ces évaluations sont en cours de consultation publique pour 45 jours.

Prochaines étapes : Tous les commentaires reçus pendant la période de consultation publique de 45 jours seront pris en considération pour préparer les décisions finales d'examen spécial, dont les conclusions pourraient modifier les mesures d'atténuation des risques. Les documents de décisions d'examen spécial comprendront la décision finale, les raisons qui la justifient de même qu'un résumé des commentaires reçus au sujet des projets de décision d'examen spécial et des réponses de Santé Canada à ces commentaires.

Rapports de Santé Canada sur l'abeille des courges

Évaluations axées sur les invertébrés aquatiques (examens spéciaux de la clothianidine et du thiaméthoxame)

En novembre 2016, Santé Canada a entrepris ces examens afin d'évaluer les risques pour les invertébrés aquatiques exposés à la clothianidine ou au thiaméthoxame utilisés comme traitement des semences, foliaire ou du sol.

Outre les données environnementales requises pour l'examen qui ont été fournies par les titulaires, Santé Canada a reçu en octobre 2017 une grande quantité de données de surveillance additionnelles sur la présence de néonicotinoïdes dans les plans d'eau des régions agricoles canadiennes où ont été utilisés ces produits.

Au mois d'août 2018, Santé Canada a publié les deux projets de décision d'examen spécial concernant la clothianidine et le thiaméthoxame. Ces décisions, qui étaient axées sur les risques pour les invertébrés aquatiques, ont fait l'objet d'une consultation publique. D'après les renseignements dont il disposait à cette date, Santé Canada a proposé la révocation de toutes les utilisations agricoles.

À la suite de la publication des projets de décision, Santé Canada a reçu un grand nombre de données de surveillance sur la présence de néonicotinoïdes dans les plans d'eau des régions agricoles canadiennes où ils sont utilisés. La plupart des données sont le résultat d'une collaboration entre les gouvernements provinciaux et des groupes de producteurs, des organisations non gouvernementales, des titulaires et des chercheurs indépendants. De plus, Agriculture et Agroalimentaire Canada a organisé un forum multilatéral sur les néonicotinoïdes dans le but d'étudier leur application en agriculture.

Dans le cadre des deux examens spéciaux, Santé Canada a analysé les nombreux commentaires reçus et les renseignements supplémentaires obtenus (y compris des données de surveillance des eaux) avant de publier les deux décisions d'examen spécial en mars 2021. Afin de protéger les invertébrés aquatiques, Santé Canada a révoqué certaines utilisations de la clothianidine et du thiaméthoxame. Des mesures d'atténuation et des restrictions supplémentaires ont été imposées pour certaines des utilisations dont l'homologation a été maintenue. Les décisions d'examen spécial axées sur les invertébrés aquatiques concernant la clothianidine et le thiaméthoxame doivent être appliquées d'ici mars 2023.

Rapports des évaluations axées sur les invertébrés aquatiques de Santé Canada

Évaluations sanitaires, environnementales et de la valeur (réévaluations de l'imidaclopride, de la clothianidine et du thiaméthoxame)

Imidaclopride

En novembre 2016, Santé Canada a publié un projet de décision de réévaluation basé sur ses évaluations sanitaires, environnementales et de la valeur à des fins de consultation publique. L'évaluation environnementale ne tenait pas compte des pollinisateurs, car cet aspect a été examiné dans le cadre d'une réévaluation distincte, qui a pris fin en avril 2019. 

Cette évaluation n'a pas relevé de préoccupation relative à la santé humaine pour aucune voie d'exposition lors d'une utilisation conforme aux normes qui figurent actuellement sur les étiquettes. Un très large ensemble de données a été examiné en vue d'établir le potentiel de toxicité et la probabilité, entre autres pour les populations sensibles comme les enfants. Une évaluation des risques environnementaux a montré que, dans les milieux aquatiques canadiens, l'imidaclopride a été détecté en des concentrations qui sont nocives pour les invertébrés aquatiques. Ces insectes forment une partie importante de l'écosystème, notamment comme source d'aliments pour les poissons, les oiseaux et d'autres animaux. De manière à assurer la protection de l'environnement, Santé Canada a proposé l'abandon graduel de toutes les utilisations de l'imidaclopride en agriculture et de la majorité des autres utilisations de l'imidaclopride à l'extérieur, et ce, sur une période de trois à cinq ans. 

Au cours de la consultation publique associée à l'imidaclopride, Santé Canada a reçu environ 46 000 commentaires, qui ont ensuite été analysés. De plus, Agriculture et Agroalimentaire Canada a organisé un forum multilatéral sur les néonicotinoïdes dans le but d'étudier leur application en agriculture. Plusieurs initiatives d'agences des gouvernements fédéral et provinciaux, de groupes de producteurs, d'organisations non gouvernementales, de titulaires et de chercheurs indépendants ont suivi, notamment l'examen de différentes stratégies de gestion des risques, la génération d'autres données de surveillance des eaux et le recensement des produits antiparasitaires qui peuvent remplacer ceux qui contiennent de l'imidaclopride.

En mai 2021, Santé Canada a publié une décision finale à l'issue de la réévaluation du néonicotinoïde imidaclopride axée sur le risque pour la santé humaine et l'environnement. L'évaluation de Santé Canada indique que, sans mesures supplémentaires visant à atténuer le risque, bon nombre des utilisations de produits à base d'imidaclopride sont conformes aux normes de protection en vigueur quant à la santé humaine et l'environnement. Toutefois, certaines utilisations ont été révoquées en raison de risques préoccupants pour l'environnement. La décision de réévaluation concernant l'imidaclopride doit être mise en œuvre d'ici au 19 mai 2023.

Rapports d'évaluation de Santé Canada concernant l'imidaclopride

Clothianidine et thiaméthoxame

Les évaluations sanitaires, environnementales et de la valeur de la clothianidine et du thiaméthoxame sont en cours de réévaluation.

Les évaluations environnementales n'examineront pas le risque pour les pollinisateurs vu qu'elles ont été terminées en 2019. Elles n'incluront pas non plus un examen du risque pour les invertébrés aquatiques étant donné qu'il a été terminé en 2021. Les mesures d'atténuation des risques et les restrictions ont déjà été mises en place pour protéger les pollinisateurs et les invertébrés aquatiques.

Prochaines étapes : Santé Canada publiera les projets de décision de réévaluation au cours de l'exercice 2023 à des fins de consultation publique. Tous les commentaires reçus durant la période de consultation publique de 90 jours seront pris en considération pour préparer les décisions finales de réévaluation, dont les conclusions pourraient modifier les mesures d'atténuation des risques. Les documents de décision de réévaluation comprendront les décisions finales, les raisons qui les justifient ainsi qu'un résumé des commentaires reçus au sujet des projets de décision de réévaluation et les réponses de Santé Canada à ces commentaires.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :