Projet de décision de réévaluation PRVD2016-02, Méthomyl

Avis au lecteur :

La période de consultation en ligne est maintenant terminée.

Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire
Le 15 janvier 2016
ISSN : 1925-0983 (version PDF)
Numéro de catalogue : H113-27/2016-2F-PDF (version PDF)

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

Cette page est un résumé du document de consultation. Si vous désirez nous faire part de commentaires, veuillez demander la version intégrale du document de consultation.

Pour obtenir la version intégrale du Projet de décision de réévaluation PRVD2016-02, Méthomyl, veuillez communiquer avec notre bureau des publications.

Si vous avez besoin de renseignements supplémentaires, n'hésitez pas à communiquer avec le Service de renseignements sur la lutte antiparasitaire.

Résumé

Table des matières

Projet de décision de réévaluation concernant le méthomyl

L'Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA) de Santé Canada a terminé l'évaluation des risques et de la valeur du méthomyl. La présente réévaluation est fondée sur les commentaires et les données reçus en réponse au document REV2009-02, sur les changements apportés au profil d'emploi décrit dans le document REV2010-08 et sur les modifications réglementaires survenues dans d'autres pays. En vertu de la Loi sur les produits antiparasitaires, l'ARLA propose de maintenir l'homologation de certaines utilisations du méthomyl au Canada. Une évaluation des données scientifiques disponibles a révélé que:

  • les utilisations du méthomyl à des fins non alimentaires continuent d'avoir une valeur et ne posent pas de risque inacceptable pour la santé humaine ou l'environnement lorsque le mode d'emploi révisé figurant sur l'étiquette est respecté. L'utilisation à des fins non alimentaires comprend les applications de méthomyl sur le sapin baumier et l'épinette dans les plantations d'arbres de Noël, les boisés de ferme et les emprises, ainsi que la pose d'appâts granulés à base de méthomyl dans les granges, les poulaillers, les parcs d'engraissement et les chenils;
  • selon les résultats de l'évaluation des risques du méthomyl pour la santé humaine, il est proposé que les utilisations du méthomyl sur les cultures destinées à la consommation humaine et animale, y compris sur le tabac, soient abandonnées en raison de risques préoccupants pour la santé humaine. Ainsi, il est aussi proposé de révoquer toutes les limites maximales de résidus (LMR) ayant été fixées pour le méthomyl.

Ce projet touche toutes les préparations commerciales contenant du méthomyl qui sont homologuées au Canada. Une fois la décision de réévaluation rendue, les titulaires recevront des instructions sur la façon de répondre aux nouvelles exigences.

Le Projet de décision de réévaluation PRVD2016-02, Méthomyl est un document de consultation qui résume l'évaluation scientifique du méthomyl et les raisons justifiant la décision proposée. Il propose également d'autres mesures de réduction des risques pour mieux protéger la santé humaine et l'environnement.

Le Projet de décision de réévaluation PRVD2016-02, Méthomyl comprend deux parties : l'Aperçu, qui décrit la démarche réglementaire et les principaux points de l'évaluation, et l'Évaluation scientifique, qui contient des renseignements techniques détaillés au sujet de l'évaluation du méthomyl.

L'ARLA acceptera les commentaires écrits au sujet du Projet de décision de réévaluation PRVD2016-02, Méthomyl pendant une période de 60 jours à compter de sa date de publication. Veuillez faire parvenir tout commentaire aux Publications.

Fondements de la décision de réévaluation de Santé Canada

L'objectif premier de la Loi sur les produits antiparasitaires est de prévenir les risques inacceptables liés à l'utilisation des produits antiparasitaires pour les personnes et l'environnement. L'ARLA estime que les risques sanitaires ou environnementaux sont acceptables s'il existe une certitude raisonnable qu'aucun dommage à la santé humaine, aux générations futures ou à l'environnement ne résultera de l'exposition aux produits ou de l'utilisation de ceux-ci, compte tenu des conditions d'homologation proposées ou fixées. La Loi exige aussi que les produits aient une valeur lorsqu'ils sont utilisés conformément au mode d'emploi figurant sur leur étiquette respective. Ces conditions d'homologation peuvent comprendre l'ajout de mises en garde particulières sur l'étiquette d'un produit en vue de réduire davantage les risques.

L'ARLA ne prend de décision qu'après avoir appliqué des méthodes et des politiques rigoureuses et modernes d'évaluation des risques et des dangers. Ces méthodes tiennent compte des caractéristiques uniques des sous-populations humaines qui sont sensibles (par exemple, les enfants) et des organismes sensibles dans l'environnement (par exemple, ceux qui sont les plus sensibles aux contaminants environnementaux). Ces méthodes et ces politiques consistent également à examiner la nature des effets observés et à évaluer les incertitudes associées aux prévisions de l'impact des pesticides. Pour obtenir de plus amples renseignements sur la façon dont l'ARLA réglemente les pesticides, sur le processus d'évaluation et sur les programmes de réduction des risques, veuillez consulter la section Pesticides et lutte antiparasitaire du site Web de Santé Canada.

Afin d'obtenir des précisions sur les renseignements exposés dans l'Aperçu, veuillez consulter la section Évaluation scientifique du présent document de consultation.

Qu'est ce que le méthomyl?

Le méthomyl est un insecticide de la famille des carbamates utilisé pour supprimer une vaste gamme d'insectes nuisibles dans diverses situations, notamment dans les forêts et boisés, sur les épinettes et sapins baumiers ornementaux, sur les cultures en milieu terrestre destinées à la consommation humaine et animale, sur les cultures industrielles de graines oléagineuses et de plantes à fibres, ainsi que sur les structures (c'est-à-dire les bâtiments agricoles). Le méthomyl est appliqué à l'aide du matériel habituellement utilisé pour une application terrestre ou aérienne par les agriculteurs, les travailleurs agricoles et les spécialistes de la lutte antiparasitaire.

Considérations relatives à la santé

Les utilisations approuvées du méthomyl peuvent elles nuire la santé humaine?

Il est peu probable que l'utilisation du méthomyl à des fins non alimentaires nuise à la santé humaine lorsque le mode d'emploi révisé figurant sur l'étiquette est respecté. Selon l'évaluation des risques pour la santé humaine, il est proposé d'éliminer toute les utilisations du méthomyl sur les cultures destinées à la consommation humaine et animale, y compris sur le tabac.

Une exposition au méthomyl peut survenir par le régime alimentaire (c'est-à-dire par la consommation de nourriture et d'eau potable), par l'application des produits qui en contiennent ou en se rendant dans des sites traités. Au cours de l'évaluation des risques pour la santé, deux facteurs importants sont pris en considération :

  • la dose n'ayant aucun effet sur la santé des animaux de laboratoire et
  • la dose à laquelle les humains peuvent être exposés.

Les doses utilisées pour évaluer les risques sont établies de façon à protéger les sous populations humaines les plus sensibles (par exemple, les mères qui allaitent et les enfants). Seules les utilisations entraînant une exposition à des doses bien inférieures à celles n'ayant eu aucun effet chez les animaux soumis aux essais sont considérées comme acceptables pour l'homologation.

Chez les animaux de laboratoire, la matière active de qualité technique, le méthomyl, était associée à une forte toxicité aiguë par voie orale. La substance s'est révélée très faiblement toxique en doses aiguës par voie cutanée et modérément toxique par inhalation. Le méthomyl n'était irritant ni pour les yeux, ni pour la peau, mais il était associé à une toxicité élevée par voie oculaire. Le méthomyl n'a pas provoqué de réaction allergique cutanée.

Les tests de toxicité à court et à long terme (durée de la vie) réalisés sur des animaux ont été évalués afin d'établir si le méthomyl pouvait causer une neurotoxicité, une immunotoxicité, une toxicité chronique, des cancers, une toxicité pour la reproduction et le développement ou d'autres effets. Le critère d'effet le plus sensible utilisé dans l'évaluation des risques était l'incidence de la substance sur le système nerveux (baisse de l'activité de la cholinestérase Les effets sur l'activité de la cholinestérase observés après l'exposition de jeunes animaux au méthomyl ont révélé que ceux-ci étaient plus sensibles à cette substance que les animaux adultes.  L'évaluation des risques tient compte de cette sensibilité lorsqu'il s'agit de déterminer le degré d'exposition acceptable des humains au méthomyl.

Résidus dans l'eau et les aliments

Selon l'évaluation des risques pour la santé humaine, il est proposé d'éliminer toutes les utilisations du méthomyl sur les cultures destinées à la consommation humaine et animale, y compris sur le tabac.

Les doses de référence sont celles auxquelles une personne peut être exposée au cours d'une journée (exposition aiguë) ou durant toute sa vie (exposition chronique) et qui ne devraient pas entraîner d'effet nocif sur la santé. En général, l'exposition par l'eau et la nourriture consommées est acceptable si elle est inférieure à 100 % de la dose aiguë de référence (DARf) ou de la dose chronique de référence (la dose journalière admissible, ou DJA). La DJA est une estimation du degré d'exposition quotidienne à un résidu de pesticide auquel on croit qu'il n'y aura aucun effet nocif important sur la santé au cours d'une vie entière.

Certains hyperliens donnent accès à des sites d'un organisme qui n'est pas assujetti à la Loi sur les langues officielles. L'information qui s'y trouve est donc dans la langue du site.

L'exposition humaine au méthomyl a été calculée à partir des résidus mesurés dans les cultures traitées et dans l'eau potable, pour la population générale et pour diverses sous-populations, notamment les enfants. La caractérisation des résidus présents dans les aliments était essentiellement fondée sur des données de surveillance recueillies dans le cadre du Pesticide Data Program du United States Department of Agriculture et dans le cadre du Programme national de surveillance des résidus chimiques de Agence canadienne d'inspection des aliments. En ce qui concerne les résidus présents dans l'eau potable, les estimations étaient fondées sur des données obtenues par modélisation.

Des risques préoccupants associés à une exposition aiguë ont été identifiés relativement à la consommation d'aliments seulement et relativement à la consommation d'eau seulement. L'exposition aiguë associée à la consommation d'aliments correspondait à 79 % de la DARf pour la population générale et variait entre 47 et 211 % de la DARf dans le cas des diverses sous-populations. L'exposition aiguë représentait plus précisément 174 % de la DARf chez les enfants de moins d'un an, 211 % de la DARf chez les enfants d'un à deux ans, et 152 % de la DARf chez les enfants de trois à cinq ans. L'exposition aiguë associée à la consommation d'eau dépassait 100 % de la DARf pour la population générale et l'ensemble des sous-populations. L'exposition chronique associée à la consommation d'aliments représentait moins de 8 % de la DJA pour la population générale et l'ensemble des sous-populations. L'exposition chronique associée à la consommation d'eau dépassait 100 % de la DJA pour un sous-groupe de la population, soit celui des enfants de moins d'un an, s'établissant à 158 % de la DJA.

Le risque global découlant de l'exposition à la fois aux aliments et à l'eau potable consommés n'a pas été évalué, les préoccupations possibles ayant été déterminées à partir des voies d'exposition prises séparément.

La Loi sur les aliments et drogues interdit la vente d'aliments falsifiés, c'est-à-dire d'aliments qui contiennent des résidus de pesticides en concentrations supérieures à la LMR. Les LMR de pesticides sont fixées, aux fins de la Loi sur les aliments et drogues, par l'évaluation des données scientifiques requises en vertu de la Loi sur les produits antiparasitaires. Chaque LMR correspond à la concentration maximale de pesticide, en parties par million (ppm), permise dans ou sur certains aliments. Les aliments contenant des quantités de résidus de pesticide inférieures à la LMR fixée ne posent pas de risque inacceptable pour la santé.

Au Canada, il existe actuellement des LMR pour la pomme, le bleuet, le chou, le céleri, les agrumes, le raisin, la laitue, la fraise et les épis épluchés de maïs sucré. Les résidus présents dans tous les autres produits alimentaires, notamment ceux dont le traitement est approuvé au Canada mais pour lesquels aucune LMR n'a été fixée, sont réglementés aux termes du paragraphe B.15.002 (1) du Règlement sur les aliments et drogues, selon lequel la concentration des résidus ne doit pas dépasser 0,1 ppm. La section Évaluation scientifique du présent document de consultation renferme d'autres détails sur les LMR. Étant donné qu'il est proposé d'éliminer l'ensemble des utilisations du méthomyl sur les cultures destinées à la consommation humaine, il est proposé de révoquer toutes les LMR associées à cette substance. Ainsi, il n'y aura plus de risque préoccupant pour la santé associé à la présence de résidus de méthomyl dans les aliments.

Risques liés aux utilisations en milieu résidentiel et en milieux autres que professionnels

Les risques associés aux utilisations en milieu résidentiel ne sont pas préoccupants.

Étant donné que le méthomyl est actuellement homologué pour une utilisation sur les pommiers, une exposition résidentielle est possible si des spécialistes de la lutte antiparasitaire appliquent le produit sur des pommiers dans des zones résidentielles. Aucun risque préoccupant en milieu résidentiel n'a toutefois été identifié pour ce type d'utilisation. Étant donné qu'il est proposé d'éliminer l'ensemble des utilisations du méthomyl sur les cultures destinées à la consommation humaine et animale, ce scénario ne devrait pas se produire.

Une exposition peut également survenir dans les exploitations agricoles permettant l'autocueillette, où les membres du public peuvent récolter eux-mêmes des produits agricoles dans de grands champs ou vergers traités avec des produits à usage commercial contenant du méthomyl. Toutefois, comme il est proposé d'éliminer toutes les utilisations du méthomyl sur les cultures destinées à la consommation humaine, il ne devrait pas y avoir d'exposition dans de telles exploitations agricoles, et la présente évaluation n'en tient pas compte.

Risques professionnels

Les risques professionnels pour les personnes qui manipulent du méthomyl ne sont pas préoccupants si des mesures additionnelles de réduction des risques sont appliquées.

L'évaluation des risques professionnels pour les travailleurs qui manipulent le produit tient compte de l'exposition des personnes qui mélangent, chargent ou appliquent du méthomyl. En ce qui concerne les utilisations pour lesquelles le maintien de l'homologation est proposé (c'est-à-dire l'application de méthomyl sur le sapin baumier et l'épinette dans les plantations d'arbres de Noël, les boisés de ferme et les emprises, ainsi que la pose d'appâts granulés à base de méthomyl dans les granges, les poulaillers, les parcs d'engraissement et les chenils), les risques pour les personnes qui manipulent le produit ne sont pas préoccupants si des mesures de réduction des risques sont mises en œuvre, comme le port de l'équipement de protection individuelle et l'imposition de limites concernant la quantité de produit manipulée par jour. Ces mesures sont nécessaires pour réduire l'exposition possible et protéger la santé des travailleurs.

Les risques après le traitement ne sont pas préoccupants si des mesures additionnelles de réduction des risques sont appliquées.

L'évaluation des risques professionnels après le traitement tient compte de l'exposition des travailleurs qui se rendent dans une zone traitée. Les risques après le traitement ne sont pas préoccupants pour les utilisations dont il est proposé de maintenir l'homologation. Un délai de sécurité de douze heures est requis dans le cas des activités pouvant être menées après une application sur le sapin baumier ou l'épinette dans des plantations d'arbres de Noël, des boisés de ferme ou des emprises.

Considérations relatives à l'environnement

Que se passe t il lorsque le méthomyl pénètre dans l'environnement?

Le méthomyl ne devrait pas poser de risque inacceptable pour l'environnement s'il est utilisé conformément au mode d'emploi figurant sur l'étiquette.

Le méthomyl peut atteindre des habitats terrestres et aquatiques non ciblés par la dérive de pulvérisation, et il peut atteindre des habitats aquatiques par ruissellement ou lessivage. Il est légèrement persistant dans certains types de sol, mais il ne devrait pas y avoir d'accumulation au fil du temps. Le méthomyl est hydrosoluble; il peut migrer dans le profil pédologique et atteindre les eaux souterraines. Dans les milieux aquatiques, le méthomyl est non persistant et ne s'accumule pas. L'accumulation de méthomyl dans les tissus végétaux et animaux est peu probable.

Dans des conditions contrôlées de laboratoire, le méthomyl peut s'avérer toxique pour certaines espèces non ciblées, comme les abeilles et divers autres insectes utiles, les oiseaux, les mammifères sauvages, les invertébrés aquatiques, les amphibiens et les poissons. Si le méthomyl est utilisé aux doses d'application figurant sur l'étiquette sans mesures de réduction des risques, les organismes précités peuvent subir des effets néfastes. Ainsi, des mesures de réduction des risques sont nécessaires pour réduire l'exposition potentielle des organismes non ciblés et les risques pour l'environnement. Si le méthomyl est utilisé conformément au mode d'emploi de l'étiquette et que des mesures de réduction des risques sont mises en œuvre, l'exposition environnementale réduite qui en résulte est jugée adéquate, et le risque est considéré comme acceptable.

Considérations relatives à la valeur

Quelle est la valeur du méthomyl?

En plus d'agir comme insecticide de contact, le méthomyl est absorbé par la plante hôte.

Le méthomyl agit de deux manières : a) comme un insecticide de contact, tuant les insectes ciblés par contact direct, et b) comme un insecticide qui tue les insectes ciblés lorsque ceux-ci consomment des plantes traitées. Le méthomyl est absorbé et transporté dans toutes les parties des plantes, ce qui confère une protection aux plantes entières. Le méthomyl est efficace contre les insectes piqueurs-suceurs, comme les pucerons et les thrips, parce qu'il atteint les tissus vasculaires dont se nourrissent les pucerons et les cellules dont se nourrissent les thrips.

Le méthomyl est efficace contre divers organismes nuisibles, comme :

  • les insectes broyeurs ayant pénétré dans une plante hôte : les chenilles du ver de l'épi du maïs et de la pyrale du maïs creusent des galeries dans la nervure médiane des feuilles et migrent dans la tige des plantes ou dans l'enveloppe des épis de maïs;
  • les limaces et insectes qui se cachent dans les feuilles en développement lorsqu'ils se nourrissent, comme la larve de la petite limace grise, les thrips et la légionnaire de la betterave, et qui sont donc protégés d'un contact direct avec les insecticides appliqués par pulvérisation.

Le méthomyl présente une méthode d'application unique pour lutter contre la limace sur le chou de Bruxelles.

Peu de produits homologués peuvent servir de solution de rechange au méthomyl dans la lutte contre la limace sur cette culture. Le méthomyl est homologué pour supprimer la limace sur le chou de Bruxelles par pulvérisation. En revanche, les produits de rechange au méthomyl sont destinés à être utilisés comme appâts et pourraient ne pas être aussi efficaces en présence d'autres sources de nourriture, par exemple lorsque les cultures parviennent à maturité.

Le méthomyl est utile en matière de lutte antiparasitaire pour le secteur agricole au Canada.

Il n'y a aucune solution de rechange viable au méthomyl pour la lutte contre la tisseuse de la betterave et le ver-gris du trèfle sur le canola dans l'Est du Canada. La gestion de la résistance de ces organismes dans l'Ouest du Canada constitue une préoccupation, car la deltaméthrine (groupe de mode d'action 3) est la seule matière active homologuée pouvant servir de solution de rechange au méthomyl, et cette substance est homologuée à cette fin dans l'Ouest canadien seulement.

Il existe peu de solutions de rechange viables au méthomyl pour la lutte contre l'autographe de la luzerne sur le pois et le canola, contre la légionnaire bertha sur le lin et contre les thrips sur l'orge, l'avoine et le blé.

Pour retarder l'apparition d'une résistance, il faut utiliser le méthomyl (groupe de mode d'action 1A) en rotation avec des insecticides ayant un autre mode d'action. Voici quelques exemples :

  • l'acétamipride (groupe de mode d'action 4) est la seule matière active pouvant servir de solution de rechange viable au méthomyl contre les pucerons sur le maïs sucré;
  • le chlorantraniliprole (groupe de mode d'action 28) est la seule matière active agissant de manière systémique et localisée pouvant être utilisée en rotation avec le méthomyl contre le ver de l'épi du maïs sur le maïs sucré.

Mesures de réduction des risques proposées

L'étiquette apposée sur le contenant des produits antiparasitaires homologués fournit un mode d'emploi qui comprend not6amment des mesures de réduction des risques visant à protéger la santé humaine et l'environnement. Les utilisateurs sont tenus par la Loi de s'y conformer.

Des mesures de réduction des risques ayant une incidence sur le profil d'emploi du méthomyl ont été énoncées dans le document REV2010-08. Il était notamment question : a) d'éliminer l'utilisation du méthomyl sur la fraise et dans les zones résidentielles et les parcs, car ces utilisations n'étaient plus appuyées par le titulaire d'homologation, b) de préciser le nombre maximal d'applications pouvant être effectuées par saison et c) de prévoir des délais de sécurité.

Selon l'évaluation des risques pour la santé humaine, l'ARLA propose l'élimination de toutes les utilisations du méthomyl destinées à la consommation humaine et animale. Il est par conséquent proposé de révoquer toutes les LMR. Dans le cas des utilisations à des fins non alimentaires, soit les applications sur le sapin baumier et l'épinette dans les plantations d'arbres de Noël, les boisés de ferme et les emprises, ainsi que la pose d'appâts granulés dans les granges, les poulaillers, les parcs d'engraissement et les chenils, il est proposé de maintenir l'homologation du méthomyl en imposant des mesures de réduction des risques supplémentaires.

L'ARLA propose que soient ajoutées des mesures ciblant les risques potentiels relevés dans la présente évaluation. Ces mesures, en plus de celles figurant déjà sur les étiquettes des produits contenant du méthomyl, sont conçues de façon à mieux protéger la santé humaine et l'environnement. Les mesures de réduction des risques supplémentaires suivantes sont proposées pour les utilisations du méthomyl à des fins non alimentaires.

Principales mesures additionnelles de réduction des risques

Santé humaine

Pour protéger les personnes qui mélangent, chargent et appliquent les produits :

  • port de pièces supplémentaires d'équipement de protection individuelle;
  • limitation de la quantité de produit utilisée quotidiennement avec les lances de pulvérisation portatives à pression mécanique.

Pour protéger les travailleurs pénétrant dans des sites traités :

  • délai de sécurité de douze heures après une application sur le sapin baumier ou l'épinette dans les plantations d'arbres de Noël, les boisés de ferme ou les emprises.

Pour protéger le public et les non-utilisateurs :

  • un énoncé précisant que les appâts doivent être utilisés à des fins agricoles seulement (c'est-à-dire pas dans des zones résidentielles);
  • un énoncé incitant à adopter des pratiques exemplaires, afin de réduire le plus possible l'exposition des humais à la dérive de pulvérisation et aux résidus s'étant déposés après avoir été entraînés par la dérive de pulvérisation.

Pour réduire le risque d'ingestion accidentelle d'appâts granulés :

un énoncé indiquant de ne pas utiliser d'appâts dans les endroits où il est possible que des enfants ou des animaux de compagnie soient présents

Environnement

  • Des mises en garde visant à informer les utilisateurs que le méthomyl est toxique pour divers organismes non ciblés, comme les abeilles et d'autres insectes utiles, les oiseaux, les mammifères, les invertébrés aquatiques, les poissons et les grenouilles et d'autres amphibiens.
  • Des mises en garde visant à réduire le plus possible la dérive de pulvérisation dans les endroits où il pourrait y avoir des abeilles.
  • Des mises en garde visant à informer les utilisateurs des conditions environnementales pouvant favoriser le ruissellement et le lessivage.
  • Des zones tampons pour protéger les habitats aquatiques contre la dérive de pulvérisation.
  • Un énoncé indiquant que le méthomyl pourrait atteindre les eaux souterraines, en particulier dans les endroits où le sol est perméable et (ou) où la nappe phréatique est peu profonde.

Prochaines étapes

Avant de rendre une décision définitive au sujet de la réévaluation du méthomyl, l'ARLA examinera tous les commentaires reçus du public en réponse au Projet de décision de réévaluation PRVD2016-02, Méthomyl. Elle appliquera une démarche fondée sur les données scientifiques à sa disposition pour arrêter sa décision concernant le méthomyl. L'ARLA publiera ensuite un document de décision de réévaluation dans lequel elle présentera sa décision, les raisons qui la justifient, un résumé des commentaires formulés au sujet de la décision proposée et sa réponse à ces commentaires.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :