ARCHIVÉE - Stratégie intégrée en matière de modes de vie sains et de maladies chroniques - composante fonctionnelle « programmes communautaires »

 

Conclusions

Les objectifs de la présente évaluation formative sont d’examiner les enjeux liés à la pertinence, à la conception et à la prestation des programmes, de déterminer le succès ou les progrès du volet fonctionnel des programmes communautaires et du renforcement des capacités communautaires et de proposer des améliorations aux programmes communautaires axés sur le diabète et à la SIMVSMC dans son ensemble.

4.1 Pertinence

Les résultats de la présente évaluation confirment le soutien général au rôle de l’ASPC dans la prévention des maladies chroniques, dont le diabète. Compte tenu de l’augmentation rapide de la prévalence du diabète au Canada, on reconnaît largement l’importance de soutenir les programmes communautaires dans la promotion de modes de vie sains et la prévention du diabète et de ses complications. Les divers intervenants soutiennent l’approche de la santé de la population, qui reconnaît le rôle des déterminants de la santé, de même que l’importance de répondre aux besoins de tous les individus de diverses façons.

Le présent rapport d’évaluation révèle un chevauchement ou un dédoublement possible entre le volet fonctionnel des programmes communautaires et d’autres volets fonctionnels de la SIMVSMC, ainsi qu’à l’intérieur même du volet des programmes communautaires. Les représentants de programmes interviewés ont mentionné le chevauchement ou le dédoublement possible entre le volet fonctionnel des programmes communautaires et le volet fonctionnel du développement, de l’échange et de la diffusion des connaissances (DEDC) en raison d’un manque de clarté quant à la manière dont ces deux volets cohabitent dans le cadre de la SIMVSMC. À l’intérieur du volet des programmes communautaires, il semble y avoir un certain chevauchement entre les PCD et le Fonds pour la promotion des modes de vie sains (FPMVS) relativement au soutien apporté dans les collectivités à la promotion des modes de vie sains afin de prévenir les maladies chroniques, dont le diabète.

De manière générale, les intervenants consultés lors de l’Examen des politiques sur le diabète ont reconnu la prévention du diabète comme un domaine où l’ASPC devrait concentrer ses efforts. La question des compétences persiste relativement à la gestion du diabète, puisque certains gouvernements P/T ne considèrent pas qu’elle relève du mandat de l’ASPC. La définition du rôle de l’ASPC en regard des gouvernements P/T relativement à la gestion du diabète semble être un défi pour les régions qui offrent des programmes communautaires (Comité d'examen des politiques sur le diabète, présidé par l'honorable Brian Peckford, 2008a; Comité d'examen des politiques sur le diabète, présidé par l'honorable Brian Peckford, 2008b).

4.2 Conception et prestation des programmes

La présente évaluation formative révèle un manque de cohérence dans la prestation des PCD à travers les régions, largement attribuable à la pénurie de ressources humaines et financières dans la plupart des bureaux régionaux, de même que l’incapacité des programmes d’obtenir en temps opportun les approbations de financement dans le cadre du processus d’invitation à soumissionner relatif aux subventions et aux contributions. Des données indiquent un manque de clarté ou de compréhension en regard des rôles et des responsabilités des bureaux régionaux dans la prestation des programmes dans le cadre de la SIMVSMC, y compris les PCD. Parallèlement, les représentants régionaux ont insisté sur la difficulté de livrer les programmes communautaires en région dans le contexte incertain actuel et compte tenu des ressources limitées, particulièrement en ce qui concerne la gestion des attentes des divers intervenants.

Un certain nombre de problèmes et de lacunes ont été soulevés en regard des programmes communautaires, notamment le retard dans les approbations de financement dans le cadre du processus d’invitation à soumissionner relatif aux subventions et aux contributions. Parmi les autres lacunes, mentionnons celles-ci :

  • la portée limitée des programmes pour les personnes ayant le diabète, en raison principalement de l’intérêt pour la promotion de modes de vie sains et la prévention du diabète dans les projets financés;
  • les progrès limités dans l’intégration des activités des programmes communautaires et des initiatives en matière de prévention et de gestion des maladies chroniques;
  • l’incapacité d’utiliser un financement pluriannuel;
  • le manque d’intérêt pour le transfert des connaissances; et
  • l’intégration et la collaboration limitée au volet fonctionnel du développement, de l’échange et de la diffusion des connaissances (DEDC).

La présente évaluation formative révèle également que le système actuel de suivi dans le cadre des PCD ne mesure pas efficacement les résultats des projets financés. Bien que l’intention était d’inclure dans l’Outil de cueillette de données de projets (OCDP) des questions sur les résultats des activités des projets, cela n’a pas été fait lors du projet pilote de 2006-2007. De plus, la collecte des données sur les programmes entreprise dans le cadre de la présente évaluation a révélé un manque de suivi systématique des informations sur les programmes. Ces résultats soulèvent des préoccupations quant à la capacité des programmes de surveiller et d’évaluer les données administratives et évaluatives tant au niveau des projets qu’à celui des programmes.

4.3 Succès ou progrès

La présente évaluation indique que la mise en oeuvre de la SIMVSMC, y compris les programmes communautaires, a été retardée par certains facteurs au sein de l’ASPC, de même que dans le contexte plus large où elle est active. Plus particulièrement, les retards dans les approbations de financement ont eu pour résultat que le processus d’invitation à soumissionner relatif aux subventions et aux contributions a été limité dans de nombreuses régions et au niveau national. Aussi, le manque de capacité des programmes s’est traduit par des progrès limités dans la mise en oeuvre de nombreuses activités prévues dans les programmes.

Un examen des données fournies par les projets financés durant l’exercice 2006-2007 révèle des progrès limités, mais prometteurs, dans l’atteinte de certains résultats attendus. La plupart des projets financés ont déclaré utiliser des données probantes lors de la planification et de la mise en oeuvre de leurs activités et, dans une moindre mesure, dans l’évaluation des extrants et des résultats de leurs activités. Les projets financés sont généralement parvenus à atteindre leurs populations cibles, alors que le nombre d’individus rejoints a varié considérablement d’un projet à l’autre, tout dépendant des stratégies utilisées. Cependant, puisque la majorité des projets financés avaient pour but de prévenir le diabète parmi des groupes à risque élevé, la portée des programmes a été limitée pour les personnes atteintes de diabète.

Un examen des données sur les projets financés en 2006-2007 montre que, dans l’ensemble, les partenariats ont été une caractéristique importante de ces projets, la plupart d’entre eux ayant créé des partenariats. Plus de la moitié des nouveaux partenaires provenaient du secteur de la santé (n = 107), suivi du secteur de l’éducation (11 % ou n=22) et du secteur des services sociaux (10 % ou n=21).

En rapport avec les résultats atteints par les projets financés, les données disponibles montrent clairement un succès limité, mais prometteur, dans l’accroissement de la sensibilisation et des connaissances parmi les populations à risque élevé, de même qu’une contribution à des changements aux politiques au niveau organisationnel et dans l’ensemble du système. Il faut noter cependant que ces succès n’ont pas souvent été soutenus par des données probantes recueillies de manière systématique.

Au niveau des programmes, la présente évaluation formative révèle que des progrès limités ont été accomplis dans deux des trois champs d’action dans le cadre des programmes communautaires, à savoir : 1-) la création de partenariats et la collaboration et la diffusion; et 2-) le transfert des connaissances aux organisations communautaires. En outre, la participation des intervenants à la prestation des PCD a été très limitée, en raison principalement du contexte dans lequel les programmes ont été offerts.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :